Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Ordre public’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2042

ocjkpk2z

Plein feux sur Marseille

2vo8xpqo

Je laisse la parole en ce dimanche à mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais qui démontre, une fois de plus, qu’il a bien des cordes à son arc.

Son article s’intitule "Ca me fend le cœur" ; je vous laisse apprécier.

Ecrivainparisien

redcard

Ca me fend le cœur

Par Jean-Paul Barruyer

2vo8xpqo

Ce qui se passe à Marseille, depuis trop longtemps déjà, est grave et devrait interroger chacun des citoyens de ce pays. Cette cité, la 2e commune de France par sa population, et ses environs immédiats sont en train de se détacher de la République, comme une zone de non-droit, sous la dictature des trafics en tous genres et des comportements mafieux dignes de régions sous-développées du pourtour méditerranéen. Le plus grave est que, si nous n’y prenons garde et sous l’effet de la crise économique, cette gangrène gagnera progressivement l’ensemble de notre pays.

Inlassablement, après chaque règlement de compte sanglant et meurtrier, des cortèges d’officiels et de ministres viennent parader devant les médias pour montrer qu’ils ont bien la situation en main et promettre des effectifs de police supplémentaires qui vont calmer les choses. Hélas ! sauf à poster un agent en surveillance devant l’immeuble de chacun des loubards, ce que les finances publiques déjà exsangues ne supporteraient pas, cette solution de facilité n’est qu’un cautère sur une jambe de bois alors même que ces renforts seraient bien plus efficaces dans d’autres domaines.

Les politiques, locaux et nationaux, toutes tendances confondues, ont-ils vraiment pris la mesure de la gravité du problème et ont-ils bien diagnostiqué la réalité du mal profond dont souffre cette ville, la plus pauvre des grandes métropoles françaises ?… A lire ce qui va suivre, information de Francetv info avec AFP, publiée aujourd’hui samedi 7 septembre 2013, j’en doute fort !…

Marseille : un élu PS dénonce la présence de Guerini à la réunion de crise

Patrick Mennucci (maire PS du 1er arrt. de Marseille) estime que le président socialiste du Conseil général des Bouches-du-Rhône, mis en examen pour "association de malfaiteurs", n’aurait pas dû assister à la réunion de crise.

" Ce n’est pas un bon signal que nous donnons". Avant de se rendre samedi 7 septembre à la réunion sur la criminalité organisée par le préfet avec les élus marseillais, le député socialiste Patrick Mennucci a dit tout le mal qu’il pensait de la présence de Jean-Noël Guérini à ce rassemblement. Le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône est en effet mis en examen dans plusieurs affaires.

"Nous sommes dans une réunion qui a pour objectif de lutter contre le grand banditisme et le trafic de drogue, et je viens de m’apercevoir que dans cette réunion figure une personnalité mise en examen pour "association de malfaiteurs" et, d’après le rapport du juge, "système mafieux", a déclaré à la presse le maire de secteur et candidat à la primaire socialiste pour les municipales.

Quand on veut nettoyer un escalier on commence par le haut

"On ne peut réclamer à des voleurs de scooters et de bicyclettes l’exemplarité et se trouver dans cette réunion", a-t-il souligné. "Comme disait ma grand-mère, quand on veut nettoyer un escalier, on commence par le haut. Il faut une capacité à une certaine forme d’exemplarité", a-t-il encore dit, avant d’entrer en réunion.

Les parlementaires et les principaux élus de Marseille ont été conviés par le préfet de région et le préfet de police, après l’appel du gouvernement à "un pacte national" jeudi soir à la suite de deux nouveaux règlements de comptes meurtriers dans la région marseillaise.

Ce Guérini, c’est un véritable feuilleton à lui tout seul, qui dure depuis pas mal d’années, impliqué avec son frère, ayant proféré des menaces physiques à l’encontre de certains qui se sont mis en travers de son chemin et il se trouve toujours investi de fonctions politiques. Pire, le PS qui joue les vierges effarouchées et éternel donneur de leçons de morale, n’a jamais osé faire le ménage en son sein. Alors, cherchez l’erreur, probablement que tout le monde a intérêt à ce que le système continue à fonctionner : "Tu me tiens, je te tiens par la barbichette !…"

Tout dernièrement, en juillet 2013, je suis allé, depuis Lyon avec mon épouse découvrir pour la première fois cette ville de Marseille pendant quatre jours, tel un "Monsieur Brun" descendu de sa contrée nordique . Malgré tout ce que l’on a entendu dire sur cette cité, et nous en avons entendu, à tort ou à raison, nous avons été éblouis par sa beauté qui est un véritable don de la nature, à travers notamment ses sites marins. Une "belle souillon", voilà l’expression qui la caractérise le mieux à mes yeux. A voir les drames sans fin qui s’y déroulent sous la complicité des politiques alors qu’il y a là le climat, les îles, la couleur de la mer, le Vieux-Port, le "Ferry boîte", la "Bonne Mère", le pastis qui fait dérouler en moi toutes les images de la Provence, les évocations orientales et le chant des cigales au cœur de la ville, franchement… ça me fend le cœur !

Voilà, c’était juste pour faire avancer le "schmilblick" et parce que la liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas…

Jean-Paul Barruyer

50588337

Mots clés de cet article :

Marseille, Ordre public, Pacte national

185163

Publicités

Read Full Post »