Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Moralité’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2167

ocjkpk2z

Ce qui est légal n’est pas pour autant moral.

7lu153v8

L’élection présidentielle bat son plein et s’accélère depuis un moment. Cette campagne devient totalement insupportable au point, qu’à moins de 30 jours du premier tour, beaucoup d’électrices et d’électeurs ne savent toujours pas pour qui voter ni à qui pouvoir apporter leur suffrage.

Dans cette élection incroyable chacun devrait pouvoir choisir sereinement par rapport à un programme, si tant est qu’il existe, soit chiffré et semble être cohérent. Mais chacun peut constater que les programmes des prétendants sont un peu occultés par les "affaires" des uns et des autres…

Il est vrai, par exemple, qu’entre un Fillon, "droit dans ses bottes" mais englué dans des soupçons de corruption, d’emplois présumés fictifs, de faits d’escroquerie aggravée, de faux et d’usage de faux en écriture, de cadeaux généreusement distribués, de costumes à des prix ahurissants, de généreuses commissions attribuées, un Macron, poussé au devant de la scène politique par l’intelligentsia en place alors qu’il n’a aucune expérience prouvée dans la gouvernance régalienne et que son programme n’est qu’un exemple navrant de flou artistique avéré et qu’enfin, une Le Pen qui, pour l’instant, ne prouve à la France que sa maitrise a narguer la justice devant les faits lui étant légitimement reprochés, ne peuvent que laisser les électrices et électeurs dans une expectative parfaitement compréhensible.

Employer des membres de sa famille en qualité d’assistants parlementaires, quel que soit l’âge de celles et de ceux-ci est parfaitement légal au plan strict de la loi, bien sur, mais il n’en reste pas moins vrai que ces pratiques sont totalement immorales, amorales et condamnables dans la mesure où celles et ceux qui en usent, voire en abusent couramment de longue date, demandent aux Françaises et aux Français de se serrer la ceinture alors qu’eux-mêmes, censés être irréprochables puisque briguant la fonction suprême, ne se soucient pas et ne s’embarrassent aucunement de ces "détails d’intendance"

Je souhaite que le futur Président de notre République ait, entre autre priorité, le courage de modifier, voire de supprimer la loi concernant l’attribution et l’usage des indemnités parlementaires de "nos" élus afin de redonner une certaine moralité et une non moins nécessaire décence à l’usage fait de l’argent public…

Il serait également de bon ton que notre futur Président puisse réduire, de manière drastique, le nombre de députés et de sénateurs ainsi que les énormes avantages s’attachant à leur fonction afin de réduire sensiblement les dépenses d’Etat, pour le mieux être de tous.

Bon courage, Monsieur le Président.

Ecrivainparisien

50588337 (2)

Mots clés de cet article :

Campagne présidentielle, Affaires, Moralité, Train de vie,

08c7928c3e728cbef6c0f1d11ed84fba

Liens utiles :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/03/21/01016-20170321ARTFIG00372-affaire-fillon-l-enquete-elargie-a-des-faits-d-escroquerie-aggravee-faux-et-usage-de-faux.php

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/03/emmanuel-macron-peut-il-etre-inquiete-dans-l-affaire-des-frais-de-bouche_5074081_4355770.html

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/02/les-trois-affaires-qui-menacent-marine-le-pen-et-le-front-national_5073473_4355770.html

Spectacle-visuel549f3b497fad1

 

 

 

Publicités

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2036

ocjkpk2z

Billet d’humeur

7lu153v8

Aujourd’hui plus qu’hier mais bien moins que demain :

2vo8xpqo

Je continuerai à montrer du doigt mais aussi à vitupérer tout autant qu’à fustiger, en leur « distillant » ma colère, toutes « couleurs politiques confondues », celles et ceux qui abusent des droits que leur confère la haute charge, pour laquelle ils ont été élus ou désignés, en politique et ailleurs et qui profitent de la position que leur confère le vote de légitimité qu’ils ont obtenu pour octroyer des avantages financiers ou matériels à leur cercle « d’initiés », au sens le plus large du terme, mais aussi pour leur propre compte afin que chacun sache la manière dont certains utilisent la loi, au besoin en la tournant adroitement, pour sembler être droit dans leurs bottes, aux yeux de tous.

Je continuerai, tant que le Grand Homme me permettra de pouvoir le faire, sur le chemin qui mène vers la lumière à dénoncer la cruauté et la folie des hommes dans certaines de leurs entreprises malsaines mais ô combien enrichissantes au plan financier car contrairement à ce que dit l’adage l’argent à une odeur, parfois pestilentielle. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse écrivait Musset mais si cette ivresse s’obtient grâce à des procédés douteux ou amoraux je ne puis cautionner personnellement cette citation et je me dois, par droiture intellectuelle, de la dénoncer pour rester en accord avec les principes étant les miens.

Je persisterai, encore et toujours à combattre, pour le bien de la « Langue de Molière », la belle langue de chez nous comme l’a si bien écrit et chanté le grand poète qu’est Yves Duteil, ceux qui se permettent de critiquer quelque chose ou quelqu’un et qui sont incapables, pour exprimer leurs idées, d’utiliser correctement notre langue, ne comprenant parfois pas le sens des mots qu’ils utilisent, par manque évident de vocabulaire qu’ils devraient pourtant avoir assimilé, ayant reçu, comme chaque citoyen français, l’instruction obligatoire dispensée dans les écoles de la république jusqu’à l’âge règlementaire de 16 ans, voire au-delà ; je continuerai donc à relever, chaque fois que cela sera nécessaire les abus ou les exagérations de langage de quelques unes et de quelques uns, ne serait-ce par respect pour celles et ceux qui me font l’honneur de lire mon travail.

Je me ferai un point d’honneur de continuer à remplir mon devoir, puisqu’avant d’avoir des droits j’ai d’abord des obligations et des devoirs, comme tout un chacun, chose souvent oubliée par quelques « revendicateurs » vindicatifs et haineux, je continuerai, disais-je donc, à dénoncer aux autorités toutes actions me semblant contraires aux lois en vigueur dans notre république.

Je continuerai, encore et plus que jamais de devoir refuser de cautionner ou de donner mon aval à des demandes concernant certaines choses ne me semblant pas être du domaine des priorités, notamment en ce qui concerne certaines pétitions.

Je persisterai, dans les actions étant les miennes, à soutenir et à aider ceux qui sont manifestement injustement sanctionnés ou qui risquent de l’être, pour avoir crié leur légitime indignation par rapport à certaines choses qu’on souhaite occulter et mis ainsi « les pieds dans le plat »pour qu’il n’en soit pas ainsi car chacun sait ou ignore que c’est en montrant du doigt et en dénonçant certaines choses qu’on se trouve paradoxalement le plus en sécurité…

Je continuerai encore longtemps à « incendier », par le verbe, les petits malins et autres profiteurs du système qui s’enrichissent outrageusement et qui ne le méritent pourtant pas le moins du monde puisque ne produisant aucun effort qui expliquerait la « légitimé » de leurs avoirs ; le seul « mérite » qu’ont ces gens de peu de moralité souvent est de profiter du fait d’avoir été bien lotis par Dame Nature pour se « goinfrer » puisqu’elles ou ils n’ont aucune once réelle d’un quelconque talent qui pourrait justifier qu’ils disposent de confortables revenus.

Je continuerai, jusqu’à mon dernier souffle, n’en déplaise à quelques unes et à quelques uns que je salue par courtoisie humaine, à ne pas me taire, ne serait-ce que pour respecter le vœu que j’ai fait à mes princesses, il y a 10 ans, époque à laquelle on leur a ôté la vie pour une poignée d’argent sale…

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Avantages, Privilèges, Privilégiés, Profiteurs, Moralité, Transparence, Institutions, Vie politique,

 

Georges Cosson (2)

Read Full Post »