Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Marseille’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2042

ocjkpk2z

Plein feux sur Marseille

2vo8xpqo

Je laisse la parole en ce dimanche à mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais qui démontre, une fois de plus, qu’il a bien des cordes à son arc.

Son article s’intitule "Ca me fend le cœur" ; je vous laisse apprécier.

Ecrivainparisien

redcard

Ca me fend le cœur

Par Jean-Paul Barruyer

2vo8xpqo

Ce qui se passe à Marseille, depuis trop longtemps déjà, est grave et devrait interroger chacun des citoyens de ce pays. Cette cité, la 2e commune de France par sa population, et ses environs immédiats sont en train de se détacher de la République, comme une zone de non-droit, sous la dictature des trafics en tous genres et des comportements mafieux dignes de régions sous-développées du pourtour méditerranéen. Le plus grave est que, si nous n’y prenons garde et sous l’effet de la crise économique, cette gangrène gagnera progressivement l’ensemble de notre pays.

Inlassablement, après chaque règlement de compte sanglant et meurtrier, des cortèges d’officiels et de ministres viennent parader devant les médias pour montrer qu’ils ont bien la situation en main et promettre des effectifs de police supplémentaires qui vont calmer les choses. Hélas ! sauf à poster un agent en surveillance devant l’immeuble de chacun des loubards, ce que les finances publiques déjà exsangues ne supporteraient pas, cette solution de facilité n’est qu’un cautère sur une jambe de bois alors même que ces renforts seraient bien plus efficaces dans d’autres domaines.

Les politiques, locaux et nationaux, toutes tendances confondues, ont-ils vraiment pris la mesure de la gravité du problème et ont-ils bien diagnostiqué la réalité du mal profond dont souffre cette ville, la plus pauvre des grandes métropoles françaises ?… A lire ce qui va suivre, information de Francetv info avec AFP, publiée aujourd’hui samedi 7 septembre 2013, j’en doute fort !…

Marseille : un élu PS dénonce la présence de Guerini à la réunion de crise

Patrick Mennucci (maire PS du 1er arrt. de Marseille) estime que le président socialiste du Conseil général des Bouches-du-Rhône, mis en examen pour "association de malfaiteurs", n’aurait pas dû assister à la réunion de crise.

" Ce n’est pas un bon signal que nous donnons". Avant de se rendre samedi 7 septembre à la réunion sur la criminalité organisée par le préfet avec les élus marseillais, le député socialiste Patrick Mennucci a dit tout le mal qu’il pensait de la présence de Jean-Noël Guérini à ce rassemblement. Le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône est en effet mis en examen dans plusieurs affaires.

"Nous sommes dans une réunion qui a pour objectif de lutter contre le grand banditisme et le trafic de drogue, et je viens de m’apercevoir que dans cette réunion figure une personnalité mise en examen pour "association de malfaiteurs" et, d’après le rapport du juge, "système mafieux", a déclaré à la presse le maire de secteur et candidat à la primaire socialiste pour les municipales.

Quand on veut nettoyer un escalier on commence par le haut

"On ne peut réclamer à des voleurs de scooters et de bicyclettes l’exemplarité et se trouver dans cette réunion", a-t-il souligné. "Comme disait ma grand-mère, quand on veut nettoyer un escalier, on commence par le haut. Il faut une capacité à une certaine forme d’exemplarité", a-t-il encore dit, avant d’entrer en réunion.

Les parlementaires et les principaux élus de Marseille ont été conviés par le préfet de région et le préfet de police, après l’appel du gouvernement à "un pacte national" jeudi soir à la suite de deux nouveaux règlements de comptes meurtriers dans la région marseillaise.

Ce Guérini, c’est un véritable feuilleton à lui tout seul, qui dure depuis pas mal d’années, impliqué avec son frère, ayant proféré des menaces physiques à l’encontre de certains qui se sont mis en travers de son chemin et il se trouve toujours investi de fonctions politiques. Pire, le PS qui joue les vierges effarouchées et éternel donneur de leçons de morale, n’a jamais osé faire le ménage en son sein. Alors, cherchez l’erreur, probablement que tout le monde a intérêt à ce que le système continue à fonctionner : "Tu me tiens, je te tiens par la barbichette !…"

Tout dernièrement, en juillet 2013, je suis allé, depuis Lyon avec mon épouse découvrir pour la première fois cette ville de Marseille pendant quatre jours, tel un "Monsieur Brun" descendu de sa contrée nordique . Malgré tout ce que l’on a entendu dire sur cette cité, et nous en avons entendu, à tort ou à raison, nous avons été éblouis par sa beauté qui est un véritable don de la nature, à travers notamment ses sites marins. Une "belle souillon", voilà l’expression qui la caractérise le mieux à mes yeux. A voir les drames sans fin qui s’y déroulent sous la complicité des politiques alors qu’il y a là le climat, les îles, la couleur de la mer, le Vieux-Port, le "Ferry boîte", la "Bonne Mère", le pastis qui fait dérouler en moi toutes les images de la Provence, les évocations orientales et le chant des cigales au cœur de la ville, franchement… ça me fend le cœur !

Voilà, c’était juste pour faire avancer le "schmilblick" et parce que la liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas…

Jean-Paul Barruyer

50588337

Mots clés de cet article :

Marseille, Ordre public, Pacte national

185163

Publicités

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1994

ocjkpk2z

Le Parc national des Calanques

 flowersuperbe_020

Les parcs nationaux français sont partie prenante de l’identité culturelle de la Nation, précise le site officiel qui leur est consacré, au même titre que les équipements culturels les plus prestigieux.

La France compte actuellement dix parcs nationaux : les parcs de la Vanoise et celui de Port-Cros, créés en 1963, celui des Pyrénées, ouvert en 1967, celui des Cévennes, mis en service 3 ans plus tard puis celui des Ecrins, créé en 1973, suivi par celui du Mercantour, ouvert en 1979 puis viennent celui de la Guadeloupe créé en 1989, ceux de la Réunion et de la Guyane, tous deux ouverts en 2007 et enfin celui des Calanques, créé par décret du Premier Ministre en date du 18 avril 2012.

Les parcs nationaux couvrent des domaines terrestres et maritimes variés et représentent, par leurs périmètres maximum, près de 9,5% du territoire français (60 728 km²). Ils attirent chaque année plus de 8,5 millions de visiteurs.

Le parc national des Calanques est le premier parc national périurbain d’Europe. Terrestre et marin, le périmètre du cœur du Parc s’étend sur trois communes : Marseille, Cassis et La Ciotat.

Sans plus attendre je vous laisse découvrir, en images commentées ce Parc des Calanques, dernier né des parcs nationaux français.

Ecrivainparisien

0001Le parc nationale des Calanques_005Le parc nationale des Calanques_006Le parc nationale des Calanques_007Le parc nationale des Calanques_008Le parc nationale des Calanques_009Le parc nationale des Calanques_010Le parc nationale des Calanques_011Le parc nationale des Calanques_012Le parc nationale des Calanques_013Le parc nationale des Calanques_014Le parc nationale des Calanques_015Le parc nationale des Calanques_016Le parc nationale des Calanques_017Le parc nationale des Calanques_018Le parc nationale des Calanques_019Le parc nationale des Calanques_020Le parc nationale des Calanques_021Le parc nationale des Calanques_022

Le parc nationale des Calanques_023Le parc nationale des Calanques_024Le parc nationale des Calanques_025Le parc nationale des Calanques_026Le parc nationale des Calanques_027Le parc nationale des Calanques_028Le parc nationale des Calanques_029Le parc nationale des Calanques_030Le parc nationale des Calanques_031Le parc nationale des Calanques_032Le parc nationale des Calanques_033Le parc nationale des Calanques_034

50588337

Mots clés de cet article :

Parcs nationaux, Parc des Calanques, Marseille,

Pour aller plus loin :

http://www.parcsnationaux.fr/Decouvrir-Visiter-Partager/Les-dix-parcs-nationaux-francais

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_parcs_naturels_de_France

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_national_des_Calanques

 

coffre

chirurgien - Copie

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1883

ocjkpk2z

Billet d’humeur

Le doigt accusateur

Nouvelles du front

En cette veille de weekend qui sonne le glas des vacances, enfin pour celles et ceux ayant pu en prendre ! La reprise est là et bien là.

On constate actuellement une progression alarmante du taux de chômage et par voie de conséquence, des taux de cotisations déflationnistes inquiétants pour l’avenir des caisses de retraite… Mais on peut également s’alarmer pour « l’élève Peillon » qui semble avoir de gros soucis avec son « mammouth » et qui a déjà préventivement annoncé la couleur en expliquant son impuissance à constater qu’il ne pourra pas augmenter le salaire de « ses » professeurs qui le mériteraient pourtant.

Au chapitre relativement fourni des inquiétudes générales nous obligeant à nous interroger légitimement, on pourrait également ajouter les « menus » soucis de Monsieur le Ministre de l’intérieur qui a une équation à inconnues multiples à résoudre du côté de Notre-Dame de la Garde pour faire en sorte de « ramener » l’ordre républicain dans la seconde métropole française ; une métropole qui semble ne pas disposer d’un effectif de police suffisant, du moins aux dires d’une sénatrice régionale puisque cette dernière demande officiellement, en hauts lieux, le concours de l’Armée française pour épauler les forces de police locales. Il semble donc qu’à Marseille « Plus belle ne soit pas la vie ! », du moins en apparence.

Dans le même ordre d’idée Madame le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux semble avoir trouvé la solution miracle pour désengorger les prisons françaises surpeuplées ; la recette, simple, précise Madame le ministre, consiste à demander aux forces de l’ordre de ne plus harceler les jeunes et de les laisser s’amuser à leur guise en cassant des voitures et des mobylettes mais aussi en les laissant s’adonner à leurs habituels petits trafics en toute tranquillité et par voie de conséquence, en toute impunité, car, conclut-elle, il faut bien que jeunesse se passe. Ben voyons, vous avez raison Madame le Ministre !

Devant des idées aussi hautement en rapport avec ce que doit être la vocation ainsi que la mission d’un ministre de la Justice de la République, je ne peux que féliciter Madame le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux d’avoir finalement d’aussi brillantes idées pour résoudre un des problèmes majeurs de notre pays.

D’autre part et dans un tout autre ordre d’idées, la France profonde, par l’intermédiaire d’Associations de Défense de la Cause Animale s’est rappelée depuis deux mois et à plusieurs reprises au bon souvenir de Madame le Ministre de la Culture et de la Communication pour demander à être reçue, afin d’exposer de légitimes revendications concernant le retrait de la corrida du catalogue inventaire du Patrimoine Culturel immatériel de la France, essuyant chaque fois un refus systématique de la part de la ministre ainsi que de ses services alors que le Président de la République, lui-même, réfléchit sérieusement à une refonte totale du Code civil pour ce qui concerne l’animal qui, du précédent statut de « meuble », bénéficierait à l’avenir de celui « d’être sensible » à part entière et pour encore enfoncer davantage le clou de l’hypocrisie, on a vu une autre ministre du gouvernement Ayrault, en l’occurrence la Ministre déléguée auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, pavaner dernièrement dans deux arènes du sud de la France, cela avec une incroyable désinvolture et faire de tonitruantes déclarations faisant l’apologie de la corrida à un journal d’audience, méprisant de la sorte les trois quarts de la population française, hostile aux spectacles tauromachiques et ce, en toute désinvolture comme je l’écrivais précédemment, donnant ainsi par ses actes et déclarations irréfléchis, une très mauvaise image de marque du gouvernement de Jean-Marc Ayrault qui n’a nul besoin d’une telle « publicité » actuellement. Mais les agissements inconsidérés de cette ministre risquent de ternir également l’image de marque du Président de la République qui a fort à faire depuis son élection et qui n’a nul besoin, lui non plus, de devoir trainer cet encombrant boulet.

Tout ne va donc pas pour le mieux actuellement pour la France et les Français, vous l’aurez compris chères lectrices et lecteurs. Le jeu des chaises musicales, un jeu couramment en vigueur à chaque alternance, a encore fait une victime et pas la moindre de toutes puisqu’une certaine personnalité, récemment « parachutée » pas très loin de son « fief » et qui a raté tout ce qu’elle a entreprit depuis cinq ans déjà, se retrouve actuellement le « bec dans l’eau », si on peut s’exprimer ainsi ; on pourrait presque dire que cette personnalité ayant beaucoup fait parler d’elle est un peu actuellement le parent « pauvre » de la politique, une sorte de « déracinée » à qui je conseillerais, par charité chrétienne, de demander une entrevue à monsieur l’ex Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté qui devrait normalement recevoir cette personne avec tous les égards dus à son rang, compte-tenu des qualités humanistes dudit ex Haut-commissaire.

La vie ne s’arrête pourtant pas à la politique « politicienne », loin s’en faut. On a vu des déracinés tirer partie d’une traversée du désert qui ont su observer la France profonde jusqu’au fond des yeux et en tirer ainsi des conséquences bénéfiques grâce à l’enrichissement intellectuel qu’ils ont su mettre à profit, leur permettant ainsi de rebondir honorablement.

Point n’est déshonorant, aux yeux de l’Homme pétri de probité que la condition de déraciné ou de SDF, n’en déplaise à certains !

La grande roue de la vie politique, mais aussi de la vie tout court, tourne pour tout le monde, parait-il ; mais pas forcément comme certains auraient pu le penser pour ce qui les concerne. Ils devront cependant s’en accommoder en faisant contre « mauvaise fortune » bon cœur ; une traversée du désert n’ayant jamais « tué moralement » personne, du moins pas ceux restant droits dans leurs principes de vie morale et intellectuelle.

Ecrivainparisien, alias Jean Claude Lataupe, chroniqueur

50588337

Mots clés de cet article :

Alternance, Marseille, France, Français, Justice, Ministres

Read Full Post »

 

 

Une petite balade à Marseille

Read Full Post »