Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Lyon’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2158

ocjkpk2z

Que la lumière soit !

petits_anges_004

C’est avec une émotion non feinte que je vous propose de voir, ou de revoir, en ce 8 décembre, jour de la Fête des Lumières de Lyon, le merveilleux diaporama "Autochromes" réalisé par Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais ; un diaporama qu’il a consacré au gigantesque travail des deux frères Lyonnais Auguste et Louis Lumière, les géniaux inventeurs de ce procédé photographique mais aussi les inventeurs du cinématographe qui continue de faire rêver les amateurs de salles obscures depuis plus d’un siècle…

En regardant ces images, plus que centenaires on est frappé par la grande qualité et la merveilleuse douceur de ces images, vieilles de plus d’un siècle et qui n’ont pas pris une ride, du moins à mes yeux.

Quel exploit et quel travail d’exception que ces images dues à l’exceptionnel travail empli d’opiniâtreté des deux frères Lumière : un nom prédestiné !

Merci à Auguste et Louis Lumière de continuer à nous faire rêver et merci également à mon ami Jean-Paul Barruyer de nous offrir, depuis plus d’une décennie déjà, des diaporamas dignes du plus grand intérêt, pour la majorité de ces derniers.

Ecrivainparisien

50588337 (2)

Mots clés de cet article :

Autochromes, Lyon, Auguste Lumière, Louis Lumière, Invention capitale, Jean-Paul Barruyer,

Pour aller plus loin :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Autochrome

Lien pointant vers le diaporama "Autochromes" de Jean-Paul Barruyer :

https://www.facebook.com/jeanclaude.lataupe/media_set?set=a.10209343087267498.1073748287.1032871007&type=3&pnref=story

 

Autochromes LUMIERE_002

Publicités

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1947

ocjkpk2z

Rétrospective : 10 années de « Fête des Lumières », Lyon

Icône

Mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporamas lyonnais que les lecteurs du forum connaissent maintenant, puisque j’ai eu l’occasion de mettre en ligne plusieurs de ces œuvres d’exception, m’a fait parvenir un diaporama concernant la célèbre « Fête des Lumières » de Lyon sous forme d’une rétrospective composée de certains de ses clichés réalisés au cours des dix dernières années de cette fête très particulière.

Jean-Paul explique dans l’introduction de son florilège qu’il a été dans l’obligation de faire une sélection parmi les milliers de clichés étant en sa possession concernant cet évènement incontournable pour nous offrir un choix qu’il qualifie de cornélien. Bien que subjectif, ce choix rend justice à son travail d’excellence et ce ne sont pas ceux ayant eu l’occasion de voir et d’admirer une partie de son travail qui me diront le contraire puisque bien souvent la magie et le rêve sont au rendez-vous de ses productions.

Puisque j’en suis à évoquer la production il faut savoir que mon ami Jean-Paul réalise depuis plus de 12 ans maintenant des diaporamas sur des thèmes très éclectiques ; à raison d’un projet abouti et construit par semaine, Jean-Paul a donc réalisé, si je compte bien plus de 620 diaporamas à ce jour.

Sans plus tarder, je laisse la parole au maitre qui nous présente ci-après sa rétrospective « lumineuse » à l’intérieur de laquelle il explique les origines réelles et historiques de cette « Fête des Lumières » ; puis avant de vous offrir les images de Jean-Paul, je vous mettrai dans la confidence en vous donnant lecture de la réponse que je lui ai faite concernant son travail.

2vo8xpqo

« Comme promis, pour compenser l’absence de diaporama sur l’édition 2012 de la Fête des Lumières de Lyon, puisque je ne suis pas allé la photographier cette année, voici de ma propre signature une jolie rétrospective de 10 ans de cette même Fête, à regarder avec nostalgie dans le rétroviseur… Bonne contemplation lumineuse et bonne lecture ! »

Jean-Paul Barruyer

2vo8xpqo

La véritable histoire de la Fête des Lumières, par Jean-Paul Barruyer

Il faut remonter à la journée du 8 décembre 1852, fête de l’Immaculée Conception, au cours de laquelle de fortes pluies cessèrent brusquement (la ville venait de subir de graves inondations) et permirent, contre toute attente, l’inauguration de la Vierge dorée de Fourvière sur la petite chapelle au sommet de la colline, alors que la basilique actuelle n’existait pas encore. Les lyonnais, en remerciement, illuminèrent spontanément leurs fenêtres avec des milliers de lumignons, comme c’était l’usage les jours de fête à cette époque et descendirent dans les rues. Cette tradition, à l’origine religieuse, a été reprise chaque 8 décembre pour devenir, au fil du temps, une véritable fête populaire qui voit tous les habitants de la ville investir les rues. Au risque de décevoir certains, aucun miracle dans cette histoire, contrairement à ce qui se dit bien souvent…

Maintenant voici la suite de l’histoire : en 1870 la guerre éclate entre la France et la Prusse. Les lyonnais, inquiets, demandent à leur évêque d’exprimer un vœu à Notre-Dame de Fourvière pour empêcher l’arrivée des troupes ennemies et l’occupation de la ville. Si ce vœu est exaucé, ils s’engagent à construire une splendide église dédiée à la Vierge. L’archevêque formule solennellement ce vœu le 8 décembre 1870. La ville de Lyon est épargnée et l’édifice religieux construit, œuvre de l’architecte Pierre Bossan. La première pierre est posée en 1872 et la dernière en 1884. Elle sera consacrée « basilique » en 1897 par le très social pape Léon 13. Ce n’est qu’en 1864 que seront terminées les décorations intérieures, d’inspiration byzantine. Là également, rien de miraculeux, la probabilité était d’une chance sur deux…

A l’époque cette fête n’était que la « Fête des Illuminations » et encore je ne sais même pas si l’on utilisait le terme de fête, l’amusement n’étant pas en odeur de sainteté. Si ma mémoire est bonne c’était bien les « Illuminations », tout simplement. Elles n’avaient lieu chaque année qu’une seule nuit, celle du 8 décembre, au cours de laquelle les lyonnais alignaient de petits bougies dans un verre sur le rebord des fenêtres. Depuis 1999. Les illuminations sur une nuit sont devenues la « Fête des Lumières » s’étalant sur quatre nuits, le soir du 8 décembre ayant toujours gardé son caractère spécifique, religieux et typiquement lyonnais avec ses lumignons sur les fenêtres et la procession des fidèles qui montent, à la lueur des cierges, depuis la cathédrale jusqu’à la basilique. Pour le reste, cette fête est devenue progressivement « la » grande fête internationale qui draine environ trois millions de personnes, beaucoup trop au gout de certains lyonnais avec des bruits de tiroirs-caisses attestant des retombées certaines pour l’économie locale. Mais c’est aussi la vitrine d’un incontestable savoir-faire de la ville dans le domaine de l’éclairage urbain qui ne cesse de s’exporter.

2vo8xpqo

Cher Jean-Paul,

Comment ne pas être subjugué, interpelé, estomaqué par cette avalanche et cette débauche de couleurs qui nous en met plein la vue comme un feu d’artifice ?

Je me suis surpris, comme un enfant de 10 ans à m’extasier devant certaines images de cette rétrospective et à émettre spontanément des onomatopées comme lorsque je regarde un grand feu d’artifices qui me cloue sur place.

Vous m’avez ému, une fois de plus, une fois encore mais ce ne sera jamais, ô grand jamais, une fois de trop.

Vous êtes bien un magicien comme je vous l’ai déjà écrit il y a quelque temps et je confirme, une fois de plus que vous êtes, bel et bien, un maitre es diaporamas et un orfèvre de la rêverie.

Amicalement.

JC

50588337

Mots clés de cet article :

Fête des Lumières, Lyon, Jean-Paul Barruyer, Notre-Dame de Fourvière, Illuminations, Pierre Bossan

Pour adresser un message à Jean-Paul Barruyer :

jean-paul.barruyer@orange.fr

 

LYON Lumières 10 ans_054

LYON Lumières 10 ans_001

LYON Lumières 10 ans_002

LYON Lumières 10 ans_003

LYON Lumières 10 ans_004

LYON Lumières 10 ans_005

LYON Lumières 10 ans_006

LYON Lumières 10 ans_007

LYON Lumières 10 ans_008

LYON Lumières 10 ans_009

LYON Lumières 10 ans_010

LYON Lumières 10 ans_011

LYON Lumières 10 ans_012

Cette photo de Jean-Paul Barruyer a été primée par la ville de Lyon

LYON Lumières 10 ans_013

LYON Lumières 10 ans_014

LYON Lumières 10 ans_015

LYON Lumières 10 ans_016

LYON Lumières 10 ans_017

LYON Lumières 10 ans_018

LYON Lumières 10 ans_019

LYON Lumières 10 ans_020LYON Lumières 10 ans_021LYON Lumières 10 ans_022LYON Lumières 10 ans_023LYON Lumières 10 ans_024LYON Lumières 10 ans_025

LYON Lumières 10 ans_026LYON Lumières 10 ans_027LYON Lumières 10 ans_028LYON Lumières 10 ans_029LYON Lumières 10 ans_030LYON Lumières 10 ans_031LYON Lumières 10 ans_032LYON Lumières 10 ans_033LYON Lumières 10 ans_034LYON Lumières 10 ans_035

LYON Lumières 10 ans_036LYON Lumières 10 ans_037LYON Lumières 10 ans_038LYON Lumières 10 ans_039LYON Lumières 10 ans_040LYON Lumières 10 ans_041LYON Lumières 10 ans_042LYON Lumières 10 ans_043LYON Lumières 10 ans_044LYON Lumières 10 ans_045

LYON Lumières 10 ans_046LYON Lumières 10 ans_047LYON Lumières 10 ans_048LYON Lumières 10 ans_049LYON Lumières 10 ans_050LYON Lumières 10 ans_051LYON Lumières 10 ans_052LYON Lumières 10 ans_053LYON Lumières 10 ans_055LYON Lumières 10 ans_056LYON Lumières 10 ans_057LYON Lumières 10 ans_058LYON Lumières 10 ans_059LYON Lumières 10 ans_060

LYON Lumières 10 ans_061LYON Lumières 10 ans_062LYON Lumières 10 ans_063LYON Lumières 10 ans_064LYON Lumières 10 ans_065LYON Lumières 10 ans_066LYON Lumières 10 ans_067LYON Lumières 10 ans_068LYON Lumières 10 ans_069LYON Lumières 10 ans_070

LYON Lumières 10 ans_071LYON Lumières 10 ans_072LYON Lumières 10 ans_073LYON Lumières 10 ans_074LYON Lumières 10 ans_075LYON Lumières 10 ans_076LYON Lumières 10 ans_077LYON Lumières 10 ans_078LYON Lumières 10 ans_079LYON Lumières 10 ans_080LYON Lumières 10 ans_081LYON Lumières 10 ans_082LYON Lumières 10 ans_083LYON Lumières 10 ans_084LYON Lumières 10 ans_085

LYON Lumières 10 ans_086LYON Lumières 10 ans_087LYON Lumières 10 ans_088LYON Lumières 10 ans_089LYON Lumières 10 ans_090LYON Lumières 10 ans_091LYON Lumières 10 ans_092LYON Lumières 10 ans_093LYON Lumières 10 ans_094LYON Lumières 10 ans_095LYON Lumières 10 ans_096LYON Lumières 10 ans_097LYON Lumières 10 ans_098LYON Lumières 10 ans_099LYON Lumières 10 ans_100LYON Lumières 10 ans_101LYON Lumières 10 ans_102LYON Lumières 10 ans_103LYON Lumières 10 ans_104LYON Lumières 10 ans_105

LYON Lumières 10 ans_106LYON Lumières 10 ans_107LYON Lumières 10 ans_108LYON Lumières 10 ans_109LYON Lumières 10 ans_110LYON Lumières 10 ans_111LYON Lumières 10 ans_112LYON Lumières 10 ans_113LYON Lumières 10 ans_114LYON Lumières 10 ans_115LYON Lumières 10 ans_116LYON Lumières 10 ans_117LYON Lumières 10 ans_118LYON Lumières 10 ans_119LYON Lumières 10 ans_120LYON Lumières 10 ans_121LYON Lumières 10 ans_122LYON Lumières 10 ans_123LYON Lumières 10 ans_124LYON Lumières 10 ans_125LYON Lumières 10 ans_126LYON Lumières 10 ans_127

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1945

ocjkpk2z

Un palais de la République

Icône

Je vous propose, ce matin, un magnifique diaporama de mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais :

2vo8xpqo

Un palais de la République : Aujourd’hui, lundi 3 décembre 2012, s’est déroulé à Lyon un sommet franco-italien où devait être débattu, entre autres, le devenir de la liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin, via un tunnel sous les Alpes. Le Président français François Hollande, accompagné de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ainsi que le Président du Conseil italien Mario Monti, étaient les invités vedettes.

En regardant quelques images à la télévision, j’ai cru comprendre que la rencontre s’est déroulée à l’Hôtel du département du Rhône et de la Région Rhône-Alpes, autrement dit à la Préfecture située sur la rive gauche du Rhône.

Le choix de ce palais de la République est certainement du meilleur gout à en juger l’état des lieux que vous aller découvrir sur les images qui vont suivre. Ayant commencé ma carrière professionnelle à Versailles, à deux pas du château, je connais très bien les salles et galeries de cette demeure royale. Eh bien ! Ici à Lyon, la République n’a pas grand chose à envier aux fastes de l’ancien régime. Il y a même là comme une nostalgie du temps jadis, peut-être aussi le remords républicain d’avoir coupé la tête à un roi…

Jean-Paul Barruyer

2vo8xpqo

Cher Jean-Paul,

Je tiens à vous remercier pour cette visite exceptionnelle du palais de la République lyonnais qu’est cet Hôtel de Région n’ayant en effet rien à envier aux demeures royales des siècles passés comme vous l’expliquez parfaitement dans le cours de votre rédactionnel remarquablement documenté.

Merci pour cette visite particulièrement enrichissante, tant à la qualité des clichés proposés qu’à celui de vos textes parfaitement documentés au plan historique de la ville de Lyon mais aussi de notre pays.

Amitié.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Hôtel de région, Lyon, Jean-Paul Barruyer

Suite à des modifications intervenues chez WordPress, il n’est plus possible actuellement, sauf erreur de ma part de pouvoir afficher un diaporama.

J’en suis désolé.

00 Banc titre

00 LYON Préfecture Rhône_053

01 LYON Préfecture Rhône_001

02 LYON Préfecture Rhône_002

03 LYON Préfecture Rhône_003

06 LYON Préfecture Rhône_006

07 LYON Préfecture Rhône_007

08 LYON Préfecture Rhône_008

09 LYON Préfecture Rhône_009

10 LYON Préfecture Rhône_010

11 LYON Préfecture Rhône_011

13 LYON Préfecture Rhône_054

12 LYON Préfecture Rhône_012

14 LYON Préfecture Rhône_050

15 LYON Préfecture Rhône_013

19 LYON Préfecture Rhône_017

16 LYON Préfecture Rhône_014

17 LYON Préfecture Rhône_015

18 LYON Préfecture Rhône_016

LYON Préfecture Rhône_027

20 LYON Préfecture Rhône_018

LYON Préfecture Rhône_029

LYON Préfecture Rhône_019

LYON Préfecture Rhône_025

LYON Préfecture Rhône_020

LYON Préfecture Rhône_040

LYON Préfecture Rhône_043

 

LYON Préfecture Rhône_045

LYON Préfecture Rhône_022

LYON Préfecture Rhône_029

LYON Préfecture Rhône_055

ZZ Générique

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1941

ocjkpk2z

La vie en couleurs

Icône

J’ai reçu très récemment un diaporama de mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais que je ne présente plus ici puisque celles et ceux qui me suivent connaissent maintenant le travail de cet orfèvre.

2vo8xpqo

Je lui laisse maintenant la parole :

En cet automne 2012 bien gris où les brouillards déprimants se sont installés comme une chape de plomb sur une grande partie de la France, j’ai pensé que ce diaporama allait vous apporter un peu de baume au cœur. C’est l’histoire de deux inventeurs lyonnais géniaux, connus pour une invention célèbre, mais beaucoup moins pour une autre qui leur a demandé cependant bien davantage de travail et de temps.

Je ne tire aucun mérite dans ce montage, loin de là, car les photos que vous allez voir sont de moi tout en n’étant pas de moi. Je veux dire par là que je n’ai fait que "rephotographier" des photos dont je ne suis pas l’auteur. Un plagiat en quelque sorte, mais pour la bonne cause, dont je n’ai tiré aucun profit financier.

Que les ayants droit de ces deux inventeurs me pardonnent de ne pas leur avoir demandé l’autorisation de publication : je n’ai fait que rendre un hommage appuyé et mérité à ces deux génies qui n’ont jamais été vraiment reconnus à la hauteur de cette invention qui, pour la première fois, nous montre enfin la vie en couleurs…

Jean-Paul Barruyer

2vo8xpqo

Cher Jean Paul,

Je suis en état de choc émotionnel indicible après avoir découvert ce diaporama. Les images que propose cet hommage à deux éminents personnages lyonnais, bien que n’étant pas directement de vous le sont tout de même, au final de l’agencement d’une telle œuvre par le fait qu’en votre qualité de metteur en scène, maitre d’un suspense certain, vous donniez un éclairage didactique incontestable sur une technique exceptionnelle devenue aujourd’hui courante avec des mots qui placent le spectateur de cette visite dans un état particulier lorsqu’il découvre ces images qu’il ne saurait définir avec précision tant elles semblent issues d’un monde inconnu et pourtant familier, en apparence.

Ces clichés s’apparentant à des œuvres picturales démontrent, comme vous le faites observer dans votre texte de décryptage, que l’outil photographique même le plus perfectionné ne remplacera jamais le talent du réalisateur d’une photographie quant aux qualités de mise en scène de l’auteur de celle-ci.

Les images contenues dans ce diaporama, sorte de musée défilant devant les yeux du spectateur sont d’incontestables témoins de la vie du début du siècle dernier et riches d’enseignements divers et variés, ce qui n’est pas le moindre des mérites de ce travail d’hommage.

J’apprécie, à titre personnel que vous ayez laissé la parole à la fin de cette visite pas ordinaire aux descendants de ces deux lyonnais d’exception dont le patronyme n’est pas usurpé au vu de cette invention dont on a peine à imaginer le travail colossal qu’elle a nécessité pour parvenir à ce résultat.

Ecrivainparisien

50588337

Quelques précisions concernant les inventions des frères Auguste et Louis Lumière :

2vo8xpqo

Les frères Lumière ont déposé plus de 170 brevets, essentiellement dans le domaine de la photographie. Ils sont à l’origine de la commercialisation des plaques photographiques instantanées en 1881. La vente de ces plaques dites Plaques Étiquettes-Bleues fera leur fortune. Ils sont à l’origine du cinématographe qui lance définitivement l’industrie du cinéma en 1895. Ils sont à l’origine de l’obtention de la couleur sur plaque photographique en 1907. Cette plaque, dite « autochrome », était considérée par Louis Lumière comme sa plus prestigieuse invention, celle à laquelle il consacra plus de dix années de sa vie.

Icône

http://fr.wikipedia.org/wiki/Autochrome

Icône

Vous trouverez l’intégralité du diaporama de mon ami Jean-Paul Barruyer en cliquant sur le lien vert ci-dessous :

Autochromes LUMIERE

Mots clés de cet article :

Autochrome, Louis Lumière, Auguste Lumière, Lyon, Photographie couleur, Jean-Paul Barruyer,

Autochromes LUMIERE_005

Autochromes LUMIERE_015

Read Full Post »

Les chroniques de la place

Billet n° 1652

ocjkpk2z

Beauté glacée

20

 

Jean-Paul Barruyer, « maitre es diaporama » que vous connaissez bien maintenant si vous suivez le forum, vient de rentrer d’un petit voyage au pays de l’Oncle Sam. Je sais qu’il a rapporté, sans aucun doute, de bien belles images qu’il doit être en train de monter pour nous offrir prochainement un de ces chefs-d’œuvre dont il a le secret. Dans son dernier message il écrivait, en guise d’introduction :

2vo8xpqo

« Je me souviens qu’il y a peu de temps encore, le mardi 31 janvier, soit une dizaine de jours de cela, un petit navire de croisière battant pavillon américain m’emmenait de Battery Park, à la pointe sud de Manhattan à New York, pour me débarquer sur l’île de la Statue de la Liberté à quelques encablures seulement.

Alors que le froid commençait à sévir sur l’Hexagone, les 16° étaient de mise en ce bel après-midi américain qui a vu ma visite complétée par une inoubliable balade à pieds, aller-retour, sur l’impressionnant pont de Brooklyn. A ma grande surprise, mon manteau était grand ouvert sous un soleil quasi printanier qui jouait avec poésie à travers les structures métalliques enjambant l’East River, pour le plus grand bonheur du photographe.

Pourquoi je vous parle de cela ?… Parce qu’une de mes correspondantes vient de me rappeler qu’en ce moment à Lyon, où l’auteur de la Statue de la Liberté a « sévi » également, mais dans une œuvre mineure, les photographes se bousculent pour figer (le terme est de circonstance) à la postérité des chevaux fougueux pétris de froid dans une atmosphère plus proche des -16° que des +16° new-yorkais d’alors.

D’ailleurs, il y a deux ans de cela, la scène ne m’avait pas échappé. Regardez plutôt, ça fait froid dans le dos !…

Jean-Paul BARRUYER »

2vo8xpqo

 

A peine la lecture de ce message terminé, je piaffais d’impatience, tel un cheval prêt à partir au galop lorsqu’on le sollicite et j’ai mis en route la grande machine des rêves et ce que j’ai vu m’a impressionné, comme à l’accoutumée lorsqu’il s’agit de découvrir la magie du travail d’un Jean-Paul Barruyer, devenu, pour la circonstance « magicien d’Oz » pour la plus grande joie de ses amis.

2vo8xpqo

Après avoir admiré les merveilles qu’il a figées sur la carte mémoire de son Canon numérique je lui ai envoyé mes premières impressions :

2vo8xpqo

« Ce diaporama est tout bonnement somptueux et brille de mille feux dans cet univers glacé de toute beauté. Cette fontaine est une pure merveille que l’on ne se lasse pas d’admirer, et le char donne effectivement le sentiment d’être animé, sans doute grâce au génie de Bartholdi. J’ai vu “Miss Liberty” mais depuis un Sikorski lorsque j’ai gagné, en 1986, un voyage d’une semaine aux Etats-Unis en qualité de meilleur vendeur d’Europe d’une grande ligne d’électroniques à tubes, entre autres. L’essentiel de ce voyage s’est déroulé chez les fabricants pour lesquels je me suis distingué. Ces fabricants se sont installés à Minneapolis, le “Silicon Valley” du Nord des states, le fief de 3 M et de pas mal d’industries de pointe. Pour en revenir à Bartholdi j’ai vécu à Belfort à la fin des années 60 et j’ai vu le Lion, en effet à plusieurs reprises, impressionnant et magnifique.

Mais où allez vous vous arrêter dans cette quête de l’exceptionnel qui vous va si bien ? Quant à vos photos des Fêtes de la Lumière je les trouve parfaitement acceptables dans la mesure où elles ont été faites de nuit et la qualité émotionnelle de vos images fait passer au second plan leur qualité technique.

Bravo cher ami, vous êtes bel et bien un “maitre es diaporama” comme je l’écrivais récemment, à la plus grande joie, sans aucun doute, de tous ceux ayant la chance de se compter parmi vos amis. »

 

 

Dès le lendemain j’ai rédigé ce qui suit pour commenter le remarquable travail de Jean-Paul Barruyer :

2vo8xpqo

Sublimation

Quand une œuvre d’art, créée avec talent et bonheur à la fin du 19ème siècle par un sculpteur de génie auquel nous devons également un célèbre « Lion » et une non moins célèbre « Miss liberté éclairant le monde », on peut, sans crainte de se tromper, affirmer que ce chef-d’œuvre, rayonnant alentours une beauté légendaire peut encore être sublimé par « Dame Nature » et son hiver allant de pair avec ses froidures ; cela donne, grâce au talent de Jean-Paul Barruyer, un remarquable photographe lyonnais, heureux homme ! Des images, en forme de tableaux, du genre de ceux que l’on peut admirer dans les plus grands musées du monde. Vous allez avoir le privilège, ici, de pouvoir apprécier et déguster ces chefs-d’œuvre, hors des normes courantes habituellement rencontrées ; des chefs-d’œuvre que je vous propose donc d’admirer dans des images extraites d’un diaporama intitulé « Lyon Fontaine Bartholdi » consacré par Jean-Paul Barruyer à la Fontaine Bartholdi de Lyon.

J’aimerais tant que ceux qui ont apprécié ces divines images adressent un petit, un tout petit message d’encouragement à mon ami Jean-Paul Barruyer car rien n’est plus valorisant pour un créateur que de savoir que son travail est couronné de succès.

L’adresse courriel de Jean-Paul Barruyer :

jean-paul.barruyer@orange.fr

 

2vo8xpqo

Sans plus attendre, je vous laisse découvrir cette beauté glacée qui va « crever l’écran » de votre PC lorsque vous aurez cliqué sur le lien vert se situant entre les deux photos.

Juste un mot encore pour remercier « chaleureusement » Jean-Paul Barruyer, « maitre es diaporama » de ne pas avoir eu froid dans le dos mais chaud dans l’âme en regardant cette beauté glacée.

 

Ecrivainparisien

 

50588337

 

LYON Fontaine Bartholdi_001

 

La beauté glacée est iciLYON Fontaine Bartholdi

 

LYON Fontaine Bartholdi_031

Read Full Post »

Les chroniques de la place

Billet n° 1648

ocjkpk2z

Dieu, comme il était beau le temps des cathédrales !

 

2vo8xpqo

De retour de New-York, Jean-Paul Barruyer m’écrit ce qui suit :

De retour d’un séjour merveilleux d’une semaine à New York, je suis complètement perturbé et surpris par ce temps polaire que j’ai trouvé samedi matin en posant le pied sur le sol français. Depuis, je vis comme un zombi, replié sur moi-même à ronronner sur le canapé du salon, à l’image de mes chats, le décalage horaire de six heures n’étant probablement pas encore encaissé.

 

Je n’ai rouvert mon ordinateur que ce matin seulement, soit trois jours après mon retour, ce qui en dit long sur la dépression intellectuelle qui m’a envahi. Je n’ai pas pu finaliser le diaporama que je vous avez promis pour mon retour, dommage car il vous aurait réchauffé le cœur, mais ce n’est que partie remise à la semaine prochaine.

 

En attendant, à tous mes nouveaux correspondants qui m’ont rejoint depuis la dernière Fête des Lumières de Lyon, dont la plupart sont des amoureux de cette ville, j’adresse cette belle série de cartes postales. Nul doute qu’ils vont être plus fiers encore de cette ville !…

Jean-Paul BARRUYER

2vo8xpqo

Jean-Paul Barruyer, le diaporamiste lyonnais, comme il aime à se définir, m’envoie un nouveau chef-d’œuvre comme il a coutume d’en créer régulièrement depuis 10 ans maintenant, puisque sur l’ensemble de ce qu’il m’a offert je ne dénombre que des chefs-d’œuvre et, de la célèbre Fête des Lumières, édition 2011 en passant par le magnifique circuit de trains miniatures de Brotteaux ou bien encore les appétissantes friandises et les non moins succulents gâteaux lyonnais, je ne vois objectivement aucune critique sérieuse à formuler sur la tenue et la qualité du travail de celui que je nommerai maintenant un « maitre es diaporama »

2vo8xpqo

Le joyau que Jean-Paul Barruyer offre aujourd’hui, telle une perle rare reposant dans son écrin protecteur est une pure merveille, encore une fois et lorsque vous aurez visionné le travail du maitre, vous conviendrez avec moi que nous avons reçu un cours magistral concernant la Cathédrale Saint-Jean de Lyon et son histoire, une histoire riche et longue, jalonnée de péripéties et de drames . En dégustant des yeux ce diaporama, vous apprendrez tout ou presque sur ce magnifique monument remarquablement revalorisé par une rénovation minutieuse autant que rigoureuse de cet édifice, en particulier par la restauration du tympan et de ses statuettes et autres sculptures, d’une finesse et d’une richesse inouïes que l’on redécouvre aujourd’hui dans toute la splendeur et le lustre qu’elles avaient jadis grâce au travail orchestré de main de maitre par un chef de chantier remarquable et remarqué qui a maintenant les honneurs d’être présent sur l’une des tours, grâce à une gargouille a son effigie.

2vo8xpqo

Le travail de Jean-Paul Barruyer est exemplaire à plus d’un titre car il est, non seulement pédagogique, puisqu’il relate, de manière parfaitement lisible, les grandes ligne de la naissance puis de la vie de cette cathédrale, mais Jean-Paul Barruyer a su, en grand photographe, s’effacer, mettant ainsi en valeur le travail remarquable de toute l’équipe de rénovateurs en leur rendant justice par une mise en images optimale ; et ça, c’est du grand Art.

2vo8xpqo

Je vous invite donc, sans plus attendre, à cliquer sur le lien vert situé entre les deux images pour découvrir, ou redécouvrir comme il était beau, le temps des cathédrales.

 

Ecrivainparisien

 

50588337

 

LYON Cathédrale rénovée 2011_003

 

 LYON Cathédrale rénovée 2011

 

LYON Cathédrale rénovée 2011_014

Read Full Post »

ocjkpk2z

Observations liminaires : l’article qui suit est exceptionnel, à plus d’un titre et nécessite donc un développement conséquent compte-tenu de l’importance du sujet abordé. Cet article comporte environ 300 lignes.

Ecrivainparisien

50588337

Les chroniques de la place

Billet n° 1626

08c7928c3e728cbef6c0f1d11ed84fba

Un message du « diaporamiste » lyonnais

J’ai reçu, en cet après-midi grisâtre sur Paris, un message de Jean-Paul Barruyer que je vous laisse découvrir ci-dessous, à l’issue de mes explications liminaires.

Pour celles et ceux prenant mon blog en cours de route, je rappelle que Jean-Paul Barruyer « commet » un travail artistique remarquable et remarqué en réalisant et en diffusant sur le Net, et ce depuis 10 ans, des diaporamas d’une qualité irréprochable.

J’aime d’ailleurs beaucoup le surnom qu’il se donne, surnom en rapport avec son passe-temps favori ; Jean-Paul Barruyer se nomme « Diaporamiste lyonnais » et je trouve que cette appellation poétique le qualifie bien.

J’ai eu l’occasion d’offrir aux lecteurs du forum quatre des perles de Jean-Paul Barruyer m’étant parvenues par l’intermédiaire de mon amie Yolande, une amie particulièrement remarquable en tous points et qui se trouve être une ancienne collègue de Jean-Paul Barruyer. J’ai donc offert aux lecteurs, pour le plus grand plaisir de tous, du moins je le suppose, un premier diaporama particulièrement époustouflant quant à sa qualité, tant artistique que technique et ce chef d’œuvre concerne la « Fête des Lumières » de Lyon, édition 2011.

Ce travail de pure orfèvrerie a été suivi, quelques jours plus tard, par une remarquable mise en scène de l’hiver sur la région lyonnaise mais aussi une vision concernant Noël dans le lyonnais avec de bien jolies crèches apportant un peu de rêve en ces temps incertains.

Ce travail, exemplaire puisque tirant la quintessence des ingrédients du rêve se termine en point d’orgue, offrant aux spectateurs, des photos « uniques » au parfum quelque peu mystique, réalisées en Terre Sainte, là où cohabitent, en bonne intelligence Juifs et Chrétiens. Ces clichés témoignages laissent transparaitre une certaine magie tout autant qu’un évident sens du mystère ; une alchimie, sans aucun doute liée à la particularité de ces lieux chargés de patrimoine et d’histoire.

Le troisième diaporama du maitre montre un magnifique circuit ferroviaire du côté de la gare de « Lyon Brotteaux » et les locomotives et wagons, au format « N », c’est-à-dire très petits, circulant sur cette immense maquette emportent le spectateur dans une rêverie instantanée et chacun repense au petit train de son enfance en regardant ses merveilleux modèles réduits rouler sur le circuit.

Rêve et dépaysement sont garantis au programme de ce diaporama qui transporte le spectateur sans qu’il ne bouge de son fauteuil.

Un petit tour de force, en somme !

Mais comme un plaisir n’arrive parfois jamais seul, surtout en période de fêtes, Jean-Paul Barruyer nous a offert, pour couronner le travail remarquable que représente ses trois diaporamas, un quatrième « régal » visuel, genre petite douceur, sorte de cerise sur le gâteau en créant un rêve visuel et presque olfactif puisqu’il nous propose avec sa prose et ses images succulentes, voire truculentes de déguster des desserts, gâteaux et friandises propres à la région lyonnaise, en particulier des papillotes à faire saliver de bonheur celui qui aura un minimum d’imagination, ce qui n’est pas trop compliqué puisque le réalisme des clichés, notamment au plan des tons et teintes des merveilles s’étalant sous vos yeux vous donne envie de vous jeter sur votre écran.

Un final d’apothéose, en somme comme je l’écrivais lorsque j’ai parlé de ce quatrième et dernier travail d’excellence.

Je laisse maintenant la place à la plume, de bon aloi de Jean-Paul Barruyer, le diaporamiste lyonnais puis je reprendrai la plume à l’issue.

2vo8xpqo

Bonjour cher écrivain parisien !

Je prends enfin le temps de vous écrire, mais cette envie me poursuit inlassablement depuis de nombreux jours déjà sans jamais avoir osé franchir le pas. Il faut que je vous dise, depuis que j’ai acquis une certaine renommée sur la Toile, depuis un mois déjà, et vous en êtes en grande partie responsable, les messages que je reçois, relatifs à mon diaporama sur la Fête des Lumières 2011 de Lyon me prennent l’essentiel de mes loisirs sur l’ordinateur, au point que je n’ai plus le temps de préparer de nouveaux montages à diffuser.

Heureusement, il y aura des rediffusions de diaporamas anciens que j’améliore à l’occasion. En effet, je ne cesse de dépouiller ce courrier de remerciements et encouragements qui me font chaud au cœur, et je dois gérer tout çà, les sauvegarder, me réserver la possibilité d’y répondre plus tard, mettre à jour mon carnet d’adresses en y incorporant les nouveaux venus, etc.

Et le travail n’est pas fini.

J’ai eu l’occasion d’aller sur votre site qui m’a l’air fort intéressant et enrichissant, avec des tas de choses à lire, à explorer, à regarder, mais sans jamais avoir eu le temps de m’y attarder aussi longuement que je l’aurais désiré.

Mais c’est promis, dès que la Fête des Lumières ne sera plus qu’un lointain souvenir, dès qu’elle sera retournée dans l’obscurité, je m’engage à m’y rendre pour y séjourner plus longuement et à de nombreuses reprises.

Dans un premier temps, j’essaie de vous cerner, de deviner qui vous êtes, ce qui est à l’origine de ce site extraordinaire où fourmillent des tas de choses passionnantes. Quand a-t-il été ouvert et pourquoi, comment le nourrissez-vous, que faites-vous dans la vie, quelle a été votre formation scolaire, quel est votre âge, habitez-vous à Paris, quelles sont vos passions, pourquoi "Ecrivainparisien" etc. Etc. Mais vous n’êtes pas obligé d’y répondre !

Moi, j’ai 63 ans, retraité depuis deux ans de l’administration des Finances Publiques (ex. Trésor Public), j’habite dans un gros bourg de 6000 âmes à 25 km de Lyon, au bord de la Nationale 7 dans le département du Rhône, entre Monts du Beaujolais et Monts du Lyonnais. Mon cursus scolaire s’est arrêté à une classe terminale d’un lycée technique à Romans (Drôme) dont je suis originaire, avec obtention d’un baccalauréat technique de Comptabilité, ma formation littéraire ayant été réduite à sa plus simple expression (d’ailleurs je ne lis jamais de roman n’en n’ayant pas le temps car trop long à lire pour moi).

Il est vrai aussi que je suis un autodidacte (l’école n’a pas pour mission de tout apprendre, mais plutôt d’apprendre à apprendre), curieux de tout et en permanence assoiffé de savoir.

J’ai pour passion l’écriture (depuis 10 ans), la photographie depuis très longtemps (je trouve qu’elles se complètent formidablement bien, l’une enrichissant l’autre et réciproquement), l’Histoire (l’universelle, davantage que la locale), la musique classique depuis 1971 et j’accumule des centaines et des centaines de CD (orchestrale et surtout la musique de chambre romantique, à l’exclusion de l’opéra, de la musique sacrée et de tout ce qui "braille" en sortant de la bouche de l’homme… Mais j’adore Lady Gaga et bien d’autres divas du genre encore !), les vide-greniers du dimanche où j’adore aller dénicher des vieux livres et vieux papiers, CD, DVD et autres articles culturels.

Et bien sûr, la réalisation des diaporamas qui dévorent la plus grande part de mon temps, mais toujours avec passion, avec cette sensation et même ce privilège d’être en quelque sorte un cinéaste complet, un cinéaste qui cumulerait toutes les fonctions, à la fois scénariste, réalisateur, photographe, dialoguiste, cadreur, producteur, diffuseur…

Au mois de mai 2012, je crois que cela va faire 10 ans que je me suis lancé dans les diaporamas, avec quelques mots d’abord, puis avec des textes plus élaborés par la suite. Un jour, j’ai envoyé un joli texte poétique en prose à France Inter, un texte sur des sensations perçues lors d’un séjour à Londres et qui a eu le mérite de passer à l’antenne, lu par la douce voix d’une journaliste et romancière.

Ce jour-là, j’ai su que j’étais tombé dans le chaudron de l’écriture et que j’aurai du mal à m’en relever… Il est vrai aussi, qu’à la petite école, mais aussi au collège, mes maitres me reconnaissaient des aptitudes certaines dans l’art de la description et mes rédactions étaient souvent lues à haute voix en exemple devant mes petits camarades. Mais, dans les grandes classes du lycée, le jour où il a fallu passer à la dissertation, patatras ! Cela a été la catastrophe pour moi, peut-être qu’alors le mot "dissertation" n’a pas été clairement explicité à mes yeux.

Heureusement, depuis je me suis rattrapé, et je peux aborder sans complexe, en conversation ou par écrit, des sujets aussi sérieux que la religion (je suis libre penseur, donc athée, mais pas anticlérical, donc attaché malgré tout à ma culture chrétienne, ce qui n’est pas incompatible) ou la politique (je suis plutôt positionné à droite, voire même extrême-droite quand il s’agit d’aborder les problèmes de sécurité, mais avec un cœur qui sait aussi pencher à gauche quand il faut défendre les opprimés, avec un rejet total de l’intégrisme des Verts et son « Aréva Joly » à qui je pronostique une déculottée bien méritée !…)

Vous lire est un plaisir, tellement votre style est très personnel, vivant, votre vocabulaire très fourni et riche laissant percer derrière une solide culture !

Bon sang, je pensais ne jamais trouver plus bavard que moi !

Je crois que je suis désormais battu. J’ai été très sensible aux mots que vous avez utilisés à mon égard et je vous en remercie. Mais je crois que je ne mérite pas autant d’éloges. A ce sujet, je dois vous dire que cela va faire dix ans que j’envoie mes diaporamas à des personnes qui me sont très proches, des amis, mais surtout aussi des parents, neveux (dont la plupart sont enseignants) sans jamais avoir eu en retour le moindre petit mot, le petit merci ou l’encouragement qui donnent envie d’aller plus en avant encore. Mieux, ou pire, quand je les rencontre, pas la moindre allusion à ce que je leur envoie !… Indifférence, jalousie ou incapacité d’un jeune enseignant à aligner de nos jours trois mots pour faire une petite phrase ?… Je me pose de plus en plus de questions au moment où notre « inréformable » Ministère de l’Education Nationale se trouve en état de faillite bien avancé, soucieux davantage des intérêts des enseignants que des enseignés, où règne un corporatisme édifiant avec une étonnante proportion d’enseignants qui n’enseignent pas ! Si mon administration d’origine avait eu un tel comportement, notre pays aurait perdu son triple "A" depuis longtemps déjà !… (rires)

Je crois que je vais arrêter là mon bavardage. Je ne trouve pas assez de mots pour vous dire toute ma gratitude. Nul doute que nous aurons à l’avenir l’occasion d’échanger des mots et des idées en toute sincérité. Recevez, mon cher Jean-Claude, car je crois bien qu’il s’agit-là de votre prénom, mon amitié la plus sincère.

A très bientôt sur la Toile.

Jean-Paul BARRUYER

Calendrier_de_l-Avent noel_010

Il est évident qu’après avoir lu le texte de Jean-Paul, je me suis senti soudainement valorisé et donc heureux que certains apprécient mon travail de plume.

J’ai répondu immédiatement à son message si valorisant dans un premier temps en lui expliquant bien que ce court développement n’est qu’un avant-gout des plaisirs que je lui réserve, par simple retour d’amitié.

2vo8xpqo

Cher Jean-Paul,

J’accuse réception de votre message me laissant sans voix et les bras ballants tant il est chargé de mots valorisants à mon endroit et je ne vous cache pas que quelques larmes de satisfactions me brouillent en ce moment la vue.

Je sais que vous savez ce que je peux ressentir en ce moment, cher ami.

En tout état de cause j’ai eu réel plaisir à créer mes rédactionnels grâce à votre travail exemplaire en tous points qui laisse transpirer puis jaillir, à chaque image comme à chaque texte explicatif, l’émotion à l’état pur pour toucher en plein cœur. Vous êtes un professionnel accompli, je l’avoue et dialoguer avec vous demeure un plaisir rare que l’on ne rencontre plus souvent, hélas puisque nombre de gens ont perdu, aujourd’hui, le gout et le sens du “Beau”.

Vous êtes, en un mot comme en mille, un authentique artiste amoureux de sa technique mais également un magicien doublé d’un esthète, passionné par la belle région qu’est le lyonnais ; votre lyonnais, celui que vous nous faites découvrir avec brio et élégance ! Tout cela se voit immédiatement, sauf si l’on est aveugle, bien entendu comme le chantait Brassens ! Ca va de soi ; on pourrait même dire, au plan subtilité : ça va de “soie” puisque vous êtes lyonnais.

Je prépare donc la contre-attaque que je ne manquerai pas de vous adresser demain en cours de journée, contre-attaque accompagnée de l’inévitable “chronique de la place” se rapportant à votre courrier.

Amitiés réelles bien que virtuelles.

JC

Calendrier_de_l-Avent noel_010

Voila donc les premières impressions que j’ai ressenties à la lecture du message de Jean-Paul. Il me reste, pour terminer cet article à répondre aux questions m’ayant été posées.

Le forum de l’écrivain a été crée le 23 décembre 2005 ; le premier article mis en ligne parlait déjà de gens remarquables : les radioamateurs, un article ayant pour support le film « Si tous les gars du monde », un long métrage de Christian Jaque leur étant consacré, réalisé en 1956, si ma mémoire ne me trahit pas.

Depuis cette date, le forum de l’écrivain comporte plus de 1739 articles qui emplissent les quelque 8300 pages de cette fabuleuse « encyclopédie » de la vie moderne, illustrée par quelque 150 diaporamas.

Pour l’année 2011, j’ai mis en ligne 238 articles ayant été vus par des lecteurs des 5 continents ; des lecteurs venus d’Australie, de Nouvelle-Calédonie, d’Indonésie, de Thaïlande, de Chine, de Corée-du-Sud, d’Inde, du Canada, des Etats-Unis, du Salvador, du Brésil, de Colombie, d’Algérie, du Maroc, du Burkina Faso, de Tunisie, de Côte d’Ivoire, de Belgique, de Suisse, d’Islande, des Pays-Bas et bien sur de France.

Je vous adresserai, hors de ce message, un texte de 32 pages résumant les grandes lignes de ma vie, texte déjà mis en ligne sur mon blog sous le titre « Aveux » que vous pourrez retrouver sans problème le jour où vous le souhaitez mais qui allongerait considérablement le présent article s’il figurait ici.

Sachez tout de même que j’ai eu 65 ans le 27 décembre dernier et que je réside à Paris.

Pour ce qui est de mes passions elles figurent quasiment toutes, à un titre ou à un autre sur le forum ; en général je suis passionné par tout ce qui touche au sens du beau, dans tous les domaines, en particulier au plan des sentiments ; pourquoi « Ecrivainparisien » ? Tout simplement parce que je suis écrivain et parisien. Simple, pour une fois, n’est-ce pas ?

Pour terminer cet article « fleuve », long mais pas spécifiquement tranquille, j’ai regroupé, ci-dessous les grandes lignes des valeurs morales qui m’ont poussé à faire naitre, vivre et s’épanouir ce « monument » de la mémoire, riche au plan pédagogique, didactique et humoristique tout autant qu’engagé dans des combats nobles et valorisants pour l’esprit et je sais que, de là-haut, mes trois princesses vénérées sont fières de la mission que je me suis assignée pour faire honneur à leur mémoire.

2vo8xpqo

Ma profession de foi :

Je suis poète, écrivain, pamphlétaire, journaliste d’actu et photographe et je suis engagé dans toutes les nobles causes qui valent la peine d’être défendues : le combat et la place des femmes dans notre société, l’écologie, la cause animale et plus particulièrement celle des taureaux ainsi que celle des espèces animales protégées dont on fait commerce des fourrures, l’injustice, les désastres causés par ceux qui nous gouvernent et quelques autres causes dignes d’intérêt.

Je suis membre actif du Comité Radicalement Anti Corrida pour la protection de l’Enfance, de la Brigade Anti Corrida de Marseille mais aussi de l’AFIPA, une association qui défend en Europe les espèces animales domestiques protégées contre la commercialisation des peaux et quelques autres causes parfaitement défendables.

Le lien qui figure ci-dessous est celui qui pointe vers mon blog : le forum de l’écrivain, ouvert le 23 décembre 2005 en hommage à mes trois amies assassinées, dont celle qui devrait partager ma vie depuis fin 2003 et qui a été froidement éliminée 3 mois avant notre mariage.

Ce blog qui représente la vitrine des causes pour lesquelles je m’investis comporte plus de 1730 articles et représente, aujourd’hui, plus de 8300 pages de rédactionnel.

Je compte depuis l’ouverture du forum plus de 65000 visites et mon blog est référencé sur Google et sur Bing en première page au numéro 1.

Le lien figurant ci-dessous pointe vers le bilan annuel 2011 de mon blog, le forum de l’écrivain, donc, dédié à la mémoire de mes trois amies, Esméralda, Mélusine et Agatha assassinées en 2003 à trois semaines d’intervalle et ces crimes ont été suivis par le décès de trois membres des deux familles touchées, portant ainsi à 6, le nombre de personnes disparues, le tout en moins de 3 mois.

https://ecrivainparisien.wordpress.com/2011/annual-report/

 

Ecrivainparisien

08c7928c3e728cbef6c0f1d11ed84fba

Voila donc, mon cher Jean-Paul ce que j’apporte en réponse à votre message, la réponse d’un passionné à un autre passionné ; et ces passionnés ont un point de convergence d’importance : le respect de nombre de véritables valeurs faisant la grandeur de l’Homme.

Bien à vous, Jean-Paul et au plaisir de vous lire et éventuellement de vous rencontrer, réellement.

Ecrivainparisien

50588337

Read Full Post »

Older Posts »