Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Guerres’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2083

ocjkpk2z

31 juillet 2014

2vo8xpqo

A – Pourquoi ont-il tué Jaurès (Jacques Brel)

Cette journée possède en elle une double signification particulière qui se veut être en rapport avec deux grands hommes qui resteront à jamais liés à l’histoire de notre pays mais aussi à l’histoire tout court.

Le premier de ces hommes illustres a été un grand journaliste, un grand orateur et un immense fédérateur dont la quasi totalité de nos actuels dirigeants disant se parer des lointaines vertus d’un Jaurès, tribun hors pair et fondateur du journal l’Humanité, feraient bien de s’inspirer en prenant exemple sur lui.

Jaurès était un farouche partisan de la paix et il considérait la guerre comme étant indissociable du capitalisme dans une Europe alors en proie aux discours nationalistes. Jaurès militait activement pour la réconciliation franco-allemande mais aussi contre l’allongement du service militaire, raisons sans doute liées intimement à sa disparition.

Il y a cent ans, jour pour jour, un étudiant nationaliste au nom prédestiné "Villain", ôta la vie de Jaurès au Café du Croissant en plein cœur de Paris en tirant sur lui deux balles de révolver à travers une vitre touchant mortellement Jean Jaurès.

L’assassinat de Jaurès précipita alors l’entrée de la France dans la guerre.

2vo8xpqo

B – Disparition d’un petit prince

Cette journée de commémoration est liée à la guerre de 1914 avec l’assassinat de Jaurès mais elle est également liée au second conflit mondial par l’intermédiaire d’un aviateur connu partout dans le monde pour avoir fait partie de l’Aéropostale, une ligne aérienne mythique mais apprécié également en qualité d’écrivain de journaliste et de correspondant de guerre.

Le 31 juillet 1944, dans la matinée, décolla de la base aérienne de Poretta, près de Bastia, en Corse, un "Lightning P 38" piloté par celui qui a écrit un ouvrage qui fait toujours référence : le petit prince.

La mission d’Antoine de Saint-Exupéry ce jour là était une mission de photographie et de reconnaissance aérienne. Son avion n’était pas armé et se serait écrasé à quelques encablures des côtes de Provence.

Saint-Ex est officiellement porté disparu et sa mémoire est célébrée solennellement à Strasbourg un an plus part exactement, le 31 juillet 1945 puis il est reconnu officiellement "Mort pour la France" trois ans plus tard.

En cette journée particulière et très symbolique, j’ajouterai, pour conclure mon article, les magnifiques paroles de la chanson de Jacques Brel en hommage à Jaurès mais j’y ferai figurer également une de mes œuvres, composée il y a 11 ans en hommage à Antoine de Saint-Exupéry.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

31 juillet 1914, 31 juillet 1944, Jean Jaurès, Antoine de Saint-Exupéry, Guerres,

Pour aller plus loin :

http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jaures/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_de_Saint-Exupéry

http://boutique.lepoint.fr/produit/572/saint-exupery-le-heros-eternel?affiliate=20#xtor=ES-205-[HS-saint-exupery]-20140727-[HS-saint-exupery]

Jaurès, (Jacques Brel)

Ils étaient usés à quinze ans
Ils finissaient en débutant
Les douze mois s´appelaient décembre
Quelle vie ont eu nos grands-parents
Entre l´absinthe et les grand-messes
Ils étaient vieux avant que d´être
Quinze heures par jour le corps en laisse
Laissent au visage un teint de cendres
Oui notre Monsieur, oui notre bon Maitre

Pourquoi ont-ils tué Jaurès?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?

On ne peut pas dire qu´ils furent esclaves
De là à dire qu´ils ont vécu
Lorsque l´on part aussi vaincu
C´est dur de sortir de l´enclave
Et pourtant l´espoir fleurissait
Dans les rêves qui montaient aux cieux
Des quelques ceux qui refusaient
De ramper jusqu´à la vieillesse
Oui notre bon Maitre, oui notre Monsieur

Pourquoi ont-ils tué Jaurès?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?

Si par malheur ils survivaient
C´était pour partir à la guerre
C´était pour finir à la guerre
Aux ordres de quelque sabreur
Qui exigeait du bout des lèvres
Qu´ils aillent ouvrir au champ d´horreur
Leurs vingt ans qui n´avaient pu naître
Et ils mouraient à pleine peur
Tout miséreux oui notre bon Maitre
Couverts de prèles oui notre Monsieur
Demandez-vous belle jeunesse
Le temps de l´ombre d´un souvenir
Le temps du souffle d´un soupir

Pourquoi ont-ils tué Jaurès?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?

640px-JauresACarmaux

 

640px-Statue_de_Jean_Jaurès_à_Castres

 

Jean_Jaurès_1913

Jaurès 1913, Pré Saint-Gervais

 

!cid_191AED00D9D84A5BB6642DC7C631CE7D@PCmaitre

 

!cid_ABF244FE40294FD98D50CA247963967D@PCmaitre

 

!cid_F880DAD4BD6D4089AE311D8C20BF6ABA@PCmaitre

 

1024px-Panthéon_de_Paris_Saint_Exupéry

Panthéon

640px-Sainte_Exupery01

 

640px-Saint-Exupéry_Lyon

 

1280px-Tarfaya_Saint-Exupery

Tarfaya_Saint-Exupéry

 

Gourmette_de_Saint_Exupéry

Publicités

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2041

ocjkpk2z

Actualité

2vo8xpqo (2)

2 septembre

Le doigt accusateur

Alors que la France s’apprête à entrer en guerre contre la Syrie, par décision unilatérale du Président de la République qui n’a pas jugé bon de consulter ni les assemblées représentatives du peuple français pour obtenir un avis « démocratique », ni le Conseil de Sécurité de l’ONU et pas plus qu’il n’a de certitudes concernant les responsabilités de l’Etat syrien puisque les experts désignés n’ont pas encore rendu leurs conclusions et leur rapport quant à l’emploi de l’Arme chimique en Syrie, je rappelle qu’il y a 74 ans, le 2 septembre 1939, la France déclarait la guerre à l’Allemagne et au chancelier Hitler ; le second conflit mondial de l’Histoire aura duré plus de 6 longues années faisant des millions de morts inutiles autant qu’injustes de part et d’autre du champ de bataille. Mais si beaucoup de femmes et d’hommes sont tombés courageusement pour défendre leur patrie, d’autres ont distribué « gracieusement » et avec un zèle indicible la mort en élevant au rang d’art une extermination systématique de races et d’ethnies pour de bien mauvaises raisons forcément condamnables.

Je tenais à rappeler à tous cette date qu’il ne faut jamais oublier, ne serait-ce que par respect pour celles et ceux tombés courageusement au Champ d’Honneur.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Guerres, Syrie, France, Victimes, Champ d’honneur

!cid_1BF09EFA4580452F8CF55227E782153F@BonnetduSault

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1868

ocjkpk2z

Le mot du pamphlétaire

images (5)

Au sujet de sociétés qui éditent des logiciels de jeux violents

Le doigt accusateur

Je trouve tout d’abord proprement scandaleux que des programmeurs écrivent de tels logiciels et encore plus scandaleux que des sociétés, sans foi ni loi commercialisent ce genre de choses. Ces sociétés n’ont aucune déontologie professionnelle et ne se soucient que de savoir combien ces opérations commerciales vont leur faire gagner d’argent et par voie de conséquence combien elles vont pouvoir engranger de bénéfices, suivant le proverbe qui dit que « l’argent n’a pas d’odeur »

Je considère personnellement que contrairement à l’adage, cet argent sent la mort et les drames irréversibles commis par des gens au potentiel intellectuel généralement faible, voire très faible ; des individus, quelquefois en échec scolaire, trop facilement influençables et souvent livrés à eux-mêmes qui n’ont aucune notion du monde qui les entoure puisqu’ils ont perdu tout sens des réalités par manque de capacité de jugement, n’ayant pas conscience de la notion fondamentalement réelle de bien ou de mal. Ces gens, potentiellement dangereux vivent dans leur bulle et sont facilement « endoctrinables » et « embrigadables » et capables, après un formatage intellectuel orienté, de s’identifier à des justiciers qui seraient investis d’une mission de haut niveau ; des malades qui s’ignorent puisqu’ils ne réalisent pas le degré élevé de leur pathologie.

Voila donc ce que fabriquent ces éditeurs de jeux violents qui se fichent royalement de savoir qu’ils vont générer de futurs déséquilibrés, tueurs en puissance, pourvu que ça rapporte un maximum de bénéfice. Tout cela donne des drames tels que ceux de Toulouse ou d’ailleurs. Ces sociétés devraient être dans l’obligation de reverser leurs honteux bénéfices à une caisse de solidarité des victimes d’attentats.

Il y en a marre de cette société moderne qui ne raisonne qu’en termes de fric sans aucune autre considération quelle qu’elle soit.

Et la morale, vous en faites quoi, Mesdames et Messieurs les géniteurs d’assassins en herbe ?

Lataupe, pamphlétaire, politiquement incorrect

50588337

Mots clés de cet article : Jeux vidéo, Violence, Attentats, Guerres, Morale, Endoctrinement, Camps d’entrainement, Racisme, Intellect, Pathologies

 

jeupc

Photo sans titre

Read Full Post »

ocjkpk2z

Portrait d’un « grand soldat »

Décès du colonel Bernard Demolins, Compagnon de la Libération

6 février 2012 – 9:46

demolins-20120206

 

Le colonel Bernard Demolins, Compagnon de la Libération, s’est éteint à l’âge de 93 ans, le 3 février à l’Institution Nationale des Invalides où il avait été admis depuis plusieurs années.

Né le 14 juin 1918, Bernard Demolins est incorporé au 1er Régiment de Zouaves de Casablanca à l’âge de 20 ans au titre de son service militaire. Promu caporal-chef un an plus tard, il est affecté au 29e Régiment de Tirailleurs Algériens (RTA), avec lequel il rejoint, en octobre, le Liban. Il sert alors en qualité de chef de pièce antichar au sein de la compagnie régimentaire d’engins de cette unité.

La campagne de France commence alors qu’il est en permission à Saint-Malo. Au moment de la débâcle française, il passe la Loire et arrive à Saint-Jean-de-Luz, d’où il embarque à bord du S/S Batory pour rallier Londres.

Le 1er juillet 1940, il rencontre le général de Gaulle à St Stephen’s House et s’engage dans la foulée au sein des Forces Françaises Libres. Il est alors affecté à la Compagnie Train-Auto du capitaine Dulau, avec laquelle il participera à l’opération de Dakar et à la campagne du Gabon.

Promu sergent, il prend part aux opérations contre l’armée italienne en Erythrée, en ravitaillant les troupes combattantes en munitions, vivres et eau. A sa demande, il est ensuite versé au Bataillon de Marche n°3 (BM3) en tant que chef de section de mitrailleuses de la compagnie lourde.

En juin 1941, lors de la campagne de Syrie, à Ezraa, il est gravement touché au bras. Malgré les séquelles de cette blessure, soignée à l’hôpital français de Palestine, il suit le cours d’élève officier à Damas, après avoir été promu sergent-chef.

Nommé aspirant en mai 1942, il est affecté au 1er Bataillon de fusilier marin (BFM), puis en octobre de la même année, à la 22e Compagnie Nord-Africaine (CNA), avec laquelle il prend part à la bataille d’El-Alamein.

En 1943, alors qu’il est sous-lieutenant, il commande la section de mortiers de la compagnie lourde du 22e Bataillon de Marche Nord-Africain (BMNA) et participe à la campagne d’Italie. Le 12 mai 1944, blessé par un éclat d’obus à Garigliano, il refuse de se faire évacuer et continue à diriger les tirs de ses hommes, lesquels finissent par détruire un observatoire et deux nids de mitrailleuses ennemis.

En août 1944, le jeune officier débarque à Cavalaire (Provence) et combat à Toulon, Lyon, Autun, Belfort et dans les Vosges. Promu lieutenant en décembre, il s’illustre le 23 janvier 1945 en Alsace, en prenant le commandement d’une section de mitrailleuses lourdes dont le chef venait d’être tué. Il terminera ensuite la guerre dans les Alpes.

Une fois démobilisé, Bernard Demolins est admis à l’Ecole Nationale de la France d’Outre-Mer. Il entame sa carrière d’administrateur au Tchad et la poursuit en Nouvelle-Calédonie. Diplômé de l’Ecole d’application de l’INSEE en 1951, il travaille ensuite pour le compte des Nations unies.

Après avoir été auditeur de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN), il devient délégué du contrôleur financier en Oubangui, puis conseiller technique du ministère des Finances de la République de Mauritanie. Il poursuit ensuite sa carrière dans le secteur bancaire.

Compagnon de la Libération, le colonel Bernard Demolins était Grand Officier de la Légion d’Honneur et titulaire, entre autres, de la Croix de Guerre avec 4 citations, de la Croix du Combattant Volontaire 1939-1945 ainsi que de la Médaille Coloniale avec agrafes « Erythrée », « AFL » et « Libye ».

 

www.opex360.com

 

50588337

 

A_mes_amis_-_To_my_friends_-_music_004

Read Full Post »