Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Corridas’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2173

ocjkpk2z

Législatives : je reste sans voix !

20

"Moi, si j’étais le Bon Dieu j’avoue que je ne serais pas fier ; je sais, on fait ce qu’on peut, mais il y a la manière." (Jacques Brel, le Bon Dieu)

On nous avait promis du nouveau, du sang neuf, de nouvelles têtes. Le nouveau président, pas même encore investi puisqu’il ne le sera que dans deux jours, nous montre déjà une partie de son "savoir faire" et c’est tout sauf ce qu’on attendait d’un président magnanime, responsable et altruiste.

On constate en effet que parmi les personnes investies pour les législatives à venir, le futur président a sollicité personnellement Marie Sara, une torera de triste réputation et, circonstances aggravantes, organisatrice de corridas dans le Sud Ouest pour représenter la République en marche dans les Landes.

Comment le président peut-il cautionner de telles "personnalités" alors que l’ensemble de la France est viscéralement hostile à la corrida ?

Comment le président peut-il ouvertement et avec une telle désinvolture investir une ennemie jurée des animaux pour se présenter à la députation et représenter ainsi les électeurs en cas de victoire alors que la France est hostile, à la corrida à plus de 80% ?

Le président qui a promis une France plus performante semble mettre de côté l’avenir et le bien être des animaux. Rien ne change donc au plus haut sommet de l’Etat ; pire encore : comment cautionner moralement la corrida comme valeur républicaine lorsqu’on se veut responsable et rassembleur au plus haut sommet de la République ?

C’est ainsi que le futur président veut montrer une nouvelle image de la France ? Comment notre pays va-t-il être jugé suite à ça ?

Ecrivainparisien

50588337 (2)

Mots clés de cet article :

Législatives, Marie Sara, Torera, Corridas, Mont-de-Marsan,

in39san6 (2)

Pour aller plus loin :

http://www.sudouest.fr/2017/05/11/marie-sara-empresa-des-arenes-de-mont-de-marsan-est-candidate-aux-legislatives-3437275-3452.php

Arthur Braginsky_042

 

Publicités

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2129

ocjkpk2z

Une vidéo qui fait des vagues

2vo8xpqo

Nous sommes déjà en "précampagne électorale" comme d’aucuns l’auront sans doute remarqué puisque les élections régionales se profilent à l’horizon, des élections qui seront vraisemblablement le tremplin vers les élections présidentielles que bien des Français attendent.

Une vidéo circule actuellement sur le Net montrant Robert Ménard, l’actuel édile de Béziers, ceint de son écharpe tricolore de maire et accompagné d’un traducteur qui va à la rencontre de migrants syriens, leur disant qu’ils ne sont pas les bienvenus à Béziers en leur expliquant ce qui leur est reproché.

Si l’on s’en tient à ce constat "primaire" et simpliste d’aucuns diront d’emblée que Robert Ménard, soutenu par le Front National, est un fasciste n’ayant pas de cœur.

Que reproche donc le maire de Béziers aux migrants s’étant installés par l’intermédiaire d’une association dans la ville de Béziers au juste ?

Robert Ménard prétend, à tort ou à raison, l’enquête le démontrera sans doute, que ces migrants se sont installés par effraction dans des logements vides de la ville et utilisent le courant électrique et l’eau installés dans les lieux à leur profit sans payer ces prestations, pas plus que les logements qu’ils occupent.

Robert Ménard a donc fait savoir à ses "hôtes indésirables", qu’ailleurs on nomme des squatteurs, qu’ils ne sont donc pas les bienvenus à Béziers puisque ces individus ne respectent pas la loi en vigueur sur le territoire français dans la mesure où ils s’approprient des biens et des services ne leur étant pas destinés.

S’il s’avère que les faits reprochés par Robert Ménard à ces migrants sont exacts, ce dernier a parfaitement raison de vouloir faire appliquer la loi et de vouloir faire expulser ces indésirables de la ville et je le soutiens totalement pour cela ; tout comme je le soutiendrai ouvertement, s’il faisait voter la suppression des subventions accordées aux organisateurs de corridas sur le territoire de sa commune et s’il avait le courage politique de faire interdire également les spectacles tauromachiques dans les arènes de la ville dont il est maire.

On peut toujours rêver !

Jean Claude Lataupe

50588337

Mots clés de cet article :

Béziers, Robert Ménard, Migrants, Appropriation, Vol, Corridas, Subventions,

7lu153v8

Pour aller plus loin :

https://www.youtube.com/watch?v=c5eIJzzYJvM

15

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2037

ocjkpk2z

Mimizan, une ville de la honte !

Le doigt accusateur

Il est des choses inacceptables et ce qui s’est passé récemment à Mimizan en est une.

Mimizan est une jolie cité balnéaire de la côte sud atlantique où l’on pratique de belles activités de plein air comme le surf ou la planche à voile mais Mimizan montre aussi, certains jours d’été, un visage nettement moins recommandable et la cité landaise donne d’elle-même une bien triste image ces jours là, une image couleur de sang ; en l’occurrence celui des taureaux que l’on massacre allègrement au cœur des arènes de cette « paisible » cité balnéaire lors des corridas, car à Mimizan on pratique en effet avec brio « l’art » de torturer et d’assassiner en rond au cœur des arènes de la ville de valeureux taureaux qui ne demandent pourtant qu’à vivre paisiblement.

Tout cela en toute illégalité pourtant et en contradiction la plus totale avec la loi en vigueur dans notre pays qui précise que certaines villes sont autorisées à pratiquer des corridas sous réserve qu’elles puissent justifier de cette activité de manière ininterrompue ce qui n’a jamais été le cas de Mimizan puisque la ville ne pratique des corridas que depuis quelques années seulement, ce qui n’est pas le cas de Bayonne et de quelques autres villes françaises, comme Béziers ou Nîmes, par exemple.

Il existe à Mimizan une bonne densité de la population locale qui est farouchement opposée à toutes pratiques tauromachiques dans sa ville comme ailleurs et Mimizan compte au moins une association très active qui combat avec virulence et véhémence les pratiques tauromachiques. Cette association est présidée par un homme droit et intègre en la personne de Christophe Lepretre, un homme qui se bat comme un beau diable pour faire entendre la « voix » des taureaux et des chevaux d’arènes mais aussi d’une façon plus générale Christophe Lepretre défend avec un acharnement respectable la cause animale ; une association et son président qui ont fort à faire pour se faire entendre et se faire comprendre de la part des autorités locales et départementales, sans parler des aficionados locaux qui n’hésitent pas à mettre de l’huile sur le feu et des bâtons dans les roues de cette vénérable association.

Christophe Lepretre vient de passer à la vitesse supérieure puisqu’il est actuellement en grève de la faim à Mimizan depuis le 31 juillet pour faire entendre de manière pacifique mais déterminée sa réprobation de la pratique tauromachique à Mimizan mais aussi ailleurs.

Christophe Lepretre raconte sur son blog, dont vous trouverez le lien à la fin de cet article, son action en cours et sa grève de la faim pour le compte des taureaux.

Il écrit notamment, je le cite « Certains sont allés au festival taurin hier et ont assisté à une vraie boucherie sans savoir qu’ils allaient voir une corrida, l’affiche ne le précisant pas pour attirer les badauds avec la gratuité pour les moins de 18 ans. On nous a raconté également que les toreros étaient des débutants et ont complètement martyrisé en particulier 2 taureaux lors de la mise à mort, en poignardant ("puntillo") plusieurs fois à la base du crâne, l’animal se couchant, et se relevant à chaque coup en beuglant de douleurs atroces. C’est la corrida… Des enfants pleuraient, dont un particulièrement fort et certains adultes dans les gradins avec le torero boucher se sont mis à le regarder et à en rire… »

Lorsqu’on consulte le blog de Christophe Lepretre on peut lire nombre de témoignages de soutien émanant de toute la France mais aussi de certains pays européens qui saluent unanimement l’action de Christophe.

Le seul bémol à ce fabuleux enthousiasme fort compréhensible relevé sur ces pages est le fait qu’aucune des grandes associations qui défendent la cause animale n’ont pour l’instant rien fait pour apporter leur soutien à Christophe Lepretre dans sa grève de la faim entreprise il y a 3 jours pour le compte des taureaux, ce qui est pour le moins curieux et plus que regrettable.

J’invite tous les lecteurs de cet article à se rendre sur la page de Christophe Lepretre pour lui apporter leur soutien moral.

Un simple mot dans certaines circonstances peut redonner le moral à quelqu’un qui se bat pour une noble cause.

Je vous en remercie par avance pour lui et pour les taureaux mais aussi pour les chevaux.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Mimizan, Corridas, Christophe Lepretre, Grève de la faim,

08c7928c3e728cbef6c0f1d11ed84fba

Lien vers le blog et la page de Christophe Lepretre :

http://mimisang.canalblog.com/archives/2013/08/02/27774671.html

 

Christophe Lepretre

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2013

ocjkpk2z

Toutes les vérités sont bonnes à dire, surtout les mauvaises

images (2)

Telle est l’une des affirmations que j’aime particulièrement mettre en pratique par les temps qui courent, des temps où le politiquement correct est la religion dominante en vigueur un peu partout, voire en particulier beaucoup dans certains milieux comme celui de la Franche Mascarade, en vigueur dans quelques cercles influents.

Je vous offre une seconde de ces vérités que j’aime utiliser à l’envi : «les amis de mes amis ne sont pas forcément mes amis » et je vais en faire la démonstration ci-après.

J’ai reçu il y a quelques jours un message émanant d’un illustre inconnu ne faisant pas partie de mes cercles habituels, un certain Bonr Boert qui m’informe de ce qui suit :

2vo8xpqo

« De Bonr Boert (24 avril 2013, 19 h 00)

Je viens de trouver cela. Enfin une bonne nouvelle. Un bon dialogue face à face fait avancer la lutte.

Les infos – Anti-corrida

08/04/2013

Des avancées notables.

http://www.allianceanticorri…Etc.»

2vo8xpqo

A la lecture du lien, émanant manifestement d’une association à laquelle je n’ai jamais adhéré puisque je considère, comme beaucoup de gens, que cette association dessert la cause qu’elle est censée honorer, je n’ai bien évidemment pas consulté la page à laquelle renvoie le lien.

Avant d’aller plus avant dans ma démonstration je rappelle, pour remettre les choses à leur juste place, que la présidente de l’association évoquée plus avant a assigné en justice et ce, par deux fois consécutivement, 4 véritables militants anti corrida pour des propos, parait-il diffamatoires tenus à son endroit.

Des propos si « diffamatoires » même que la présidente du tribunal a jugé bon de débouter de toutes ses demandes la plaignante ; c’est dire si certains ont du temps et de l’énergie à dépenser en se dispersant au détriment de la cause qu’ils sont censés défendre de manière loyale.

Pour en revenir au dénommé Bonr Boert, j’ai pris ma plus belle plume, celle qui « tue », pour répondre ce qui suit à son message initial :

2vo8xpqo

« Bonjour,

Je vous prierai de ne plus m’adresser de messages concernant toute information en provenance de AAC à l’avenir et de bien vouloir me supprimer de vos listes de diffusion.

Salutations

Ecrivainparisien »

50588337

Je pensais en avoir fini avec cet « ami de mes amis » quand j’ai reçu, ce jour et à ma grande surprise le message que je vous livre ci-après :

2vo8xpqo

« Excusez-moi je ne savais pas que vous n’êtes pas un anti-corrida, ce sont des amis qui m’ont donné votre mail. Ils ne savaient certainement pas que vous êtes pour ces horreurs ! Je vais les en avertir. »

2vo8xpqo

Etre borné et obtus au point de penser sérieusement que si l’on n’adhère pas à l’association citée plus avant on est forcément pour les corridas, ces « horreurs » comme le dit le rédacteur, dépasse l’entendement.

Il faut savoir qu’en France plus de 200 associations luttent depuis toujours contre la corrida, notamment le Crac Europe. L’association citée plus haut n’est que l’une des composantes de ce patchwork très contrasté.

Comment peut-on objectivement croire qu’une association, et une seule, se bat contre la corrida, si ce n’est avoir été « endoctriné » par cette sorte de secte qui semble vouloir ainsi sciemment occulter les milliers de membres n’appartenant pas à cette « chapelle » ?

Pour tenter de « réveiller » le dénommé Bonr Boert, ma plume qui « tue » s’est adressée, une dernière fois à lui en ces termes :

2vo8xpqo

« Bonsoir,

C’est la seconde fois depuis peu que j’ai le déplaisir de devoir vous lire.

Il semblerait que soit vous ne compreniez pas la langue de Molière, soit vous êtes endoctriné par l’AAC.

Informez-vous au lieu de proférer des énormités !

Il n’y a pas que l’AAC dans la vie de l’anti corrida il y a aussi plus de 200 associations anti corridas dont le CRAC Europe, ça vous dit quelque chose le CRAC ?

Je vous invite à lire mes textes concernant la protection animale avant de proférer des énormités à mon encontre.

Je vous prierais donc de ne plus m’adresser la parole pour quelque raison que ce soit, Bonr Boert.

Salutations.

Ecrivainparisien »

50588337

J’espère avoir été suffisamment clair dans mes explications avec cet « ami de mes amis » qui ne peut donc, en aucun cas, compte-tenu des propos pour le moins discourtois tenus à mon égard, être de mes amis.

A bon entendeur !

Ecrivainparisien

50588337

Je pensais donc en avoir terminé avec ce donneur de leçons. Que nenni, il m’a répondu ce qui suit l’effronté :

2vo8xpqo

Juste une question. L’Alliance Anticorrida vous la mettez au pilori. On se demande pourquoi (?)
Le Crac semble vous dire quelque chose…à vous.
Et les 1998 associations anti-corrida restantes, vous les traitez comme la première?
Drôle de militant. Vous ne m’avez pas convaincu. Un veritable abolitionniste doit soutenir toutes les associations qui travaillent contre la tauromachie.
Le déplaisir est reciproque car vous êtes agressif et vous voulez imposer votre point de vue sans dialogue.

2vo8xpqo

J’ai répondu ce qui suit à cet impertinent, manifestement endoctriné et manipulé :
2vo8xpqo
Monsieur,

J’ai toujours respecté les associations qui œuvrent conjointement pour qu’un jour la corrida soit mise à mort dans notre pays et ailleurs.

Je soutiens toutes les associations qui travaillent contre la tauromachie, en aucun cas celles qui trainent en justice des militants anticorridas qui ont osé montrer du doigt les agissements d’une certaine personne qui s’approprie des mérites et des victoires auxquels elle n’a aucunement participé.

Mon but n’est pas de vous convaincre ce qui représenterait une certaine forme de sacerdoce suivant le principe «qu’il n’est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre » dans la mesure où nier l’évidence représente une forme de mauvaise foi certaine. L’hérésie ne mérite pas d’être combattue mais condamnée avec la plus grande énergie dans la mesure où elle ne peut faire avancer les idées et les choses vers la compréhension et la lumière.

Mon point de vue n’est que celui de millions de citoyennes et de citoyens français qui n’ont pas de temps à perdre en querelles stériles mais veulent simplement que l’animal, pas seulement les taureaux et chevaux de corrida, obtienne enfin un statut véritable d’être sensible à part entière, sens actuel du combat que mènent nombre d’individus en France et ailleurs, à titre individuel ou collectif.

Vous devriez tenter de retirer les œillères que vous portez, cela aurait peut-être l’effet bénéfique d’élargir votre champ de vision actuellement plus qu’étroit pour ce qui vous concerne.

Une dernière chose, monsieur, la ponctuation ainsi que l’accentuation des lettres font partie intégrante de la langue française, chose que vous ne semblez pas avoir intégrée et qui vous a pourtant été signalée par le correcteur orthographique de votre ordinateur, installé par défaut, pour les gens comme vous.

Le déplaisir que vous affirmez, dites-vous, me sied à ravir pour de multiples raisons, monsieur.

Salutations citoyennes.

50588337

Mots clés de cet article :

Corridas, Souffrances animales, Associations Anticorrida, Endoctrinement, Mauvaise foi,

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1912

ocjkpk2z

En réponse à un article publié sur « slate.fr »

Le doigt accusateur

La corrida, un spectacle barbare et dégradant d’un autre âge

Le débat concernant la corrida ne peut et ne doit aucunement avoir lieu puisque la rigueur morale commande en pareil cas de ne pas traiter avec des fanatiques et les certitudes que je défends avec la fougue qui m’habite sont celles du bon sens et des valeurs humaines et morales enracinées en mon for intérieur qui sont, pour le moins tout aussi coupantes et tranchantes qu’une épée ou qu’un descabello.

L’auteur de cet article affirme avec beaucoup de certitudes et une désinvolture pitoyable, et ce à plusieurs reprises, que l’été serait une saison bénie pour les adversaires de la corrida tout comme il écrit plus loin que le toro est tellement brave qu’il ne souffre même pas lorsqu’on le châtie, comme si le taureau avait commis une quelconque faute méritant châtiment jusqu’à ce que mort s’ensuive. Pour finir d’enfoncer le clou, de s’enferrer et de se ridiculiser encore un peu plus d’ajouter, je cite « Je témoigne que je n’ai jamais rencontré un seul torero ni un seul aficionado qui prenne du plaisir ou trouve le moindre intérêt au spectacle de la souffrance du toro. »

Ces arguments démontrent, à eux seuls, le dédain tout autant que le mépris pour l’animal de la part de l’auteur. Quant à affirmer comme il le fait que les matadors ou leur claque ne prendraient pas de plaisir à voir le moindre intérêt à la souffrance de l’animal relève d’une malhonnêteté intellectuelle crasse.

Moi, qui suis respectueux de la Création depuis toujours, ce sont les écrits glorifiant l’insoutenable ainsi que les textes louangeurs vantant les exploits d’assassins en costumes d’opérette brodés de vieil or mais aussi les récits surannés du décorum d’un autre âge, celui de la barbarie qui m’ulcèrent profondément.

Je n’ai, à vrai dire, moi aussi qu’un unique argument à faire valoir pour condamner sans appel ce que les aficionados nomment « corrida » et qui n’est en fait qu’une mascarade, qu’une imposture au détriment du spectateur, qu’un simulacre de combat puisque le combattant le plus valeureux des deux a été préalablement conditionné et préparé au sacrifice pour cette tragédie jouée d’avance puisque l’animal en est depuis toujours le dindon de la farce ; et l’argument que j’avance est celui de pathologie compulsive quasiment irréversible.

Si la corrida n’existait pas la race du « toro bravo » comme l’écrit le rédacteur, une race artificiellement créée par des monstres avides de spectacles sanguinolents et pitoyables s’éteindrait effectivement à la longue et chacun n’y trouverait rien à redire, tout compte fait et la vie continuerait en Espagne, à Béziers, Nîmes, Bayonne, Arles ou ailleurs.

Si la corrida n’existait pas l’économie souterraine occulte qu’elle génère se reporterait sur d’autres secteurs mais surtout les finances des localités taurines ne pourraient s’en porter que mieux puisque les subventions accordées par l’Europe et les régions mais aussi les municipalités n’auraient alors pas lieu d’être et ne seraient donc pas remboursables par le contribuable local, amateur de corridas ou pas.

Dans l’état actuel des choses il faut savoir que les subventions conséquentes accordées aux municipalités taurines ne parviennent aucunement à couvrir le gouffre financier que représente les spectacles morbides que sont les corridas, des spectacles chroniquement déficitaires par une irréversible chute de fréquentation.

L’exemple en est donné, si je puis dire, par la ville de Bayonne, la plus ancienne ville Française pratiquant la corrida qui se trouve en déficit systématique de plusieurs milliers d’ euros chaque année et ce depuis quasiment 5 ans et ce déficit ne fait que grandir d’année en année.

Je ne parlerai même pas des édiles de certaines villes ayant retiré les subventions qu’ils accordaient précédemment aux organisateurs de corridas pour faire que l’équilibre du budget communal soit conforme à la norme ; tout ces éléments factuels ne font que montrer de manière éclatante la désaffection progressive et régulière des spectacles tauromachiques, en France mais aussi partout dans le monde où elles se pratiquaient jadis ; des activités marginales qui n’ont droit de cité en France que dans 4 des 95 départements de métropole et qui ne concernent, en tout et pour tout, que moins de 10 000 aficionados pour une population de plus de 65 millions d’habitants étant hostiles à la corrida espagnole à plus de 85 % à chacun des sondages récurrents concernant cette question.

Encore un rappel qui a son importance et qui contredit grandement les croyances populaires. La corrida espagnole n’est pas et n’a jamais été une tradition française puisqu’elle n’existe sur le territoire national que depuis moins de 160 ans.

Les arguments philosophico-sociologiques développés par le rédacteur sont éhontés puisqu’il explique que la corrida lui rappelle l’époque bénie, dit-il, à laquelle la société était impeccablement rurale et où on sacrifiait le cochon dans une ambiance festive ; à croire, à l’entendre, que la mort et son décorum sont des choses particulièrement joyeuses incitant à la fête.

J’aimerais rappeler à l’auteur que nous sommes dans une société moderne dans laquelle les activités rurales sont quasiment aujourd’hui réduites à peau de chagrin mais avec elles également beaucoup de rites ancestraux, comme la corrida par exemple qui tendent à disparaitre doucement grâce au modernisme, à l’éducation et à la prise de conscience des populations.

J’aimerais encore préciser une chose au rédacteur de cet article, à cet érudit de l’inutile, responsable d’un magazine taurin servant la, messe cathodique diffusée sur une antenne régionale du service public qui se targue et ce gargarise du fait qu’il assiste à des spectacles morbides depuis un demi siècle qu’il devrait poser ses œillères lui interdisant de pouvoir sortir de sa bulle passionnelle ; une bulle qui l’empêche d’appréhender avec réalisme le monde qui l’entoure ; un monde qui a changé et évolué et qui considère les gens de son espèce comme des marginaux autant que des malades atteint de pathologie compulsive qui ne sont pas en mesure de réaliser que l’homme ne dispose aucunement du droit de torturer ni de jouer avec la vie animale et que le militantisme s’applique à toute action valorisante pour l’esprit, pas seulement au bénéfice de l’espèce humaine.

Pour ce qui concerne le mot torture, ce dernier n’est aucunement une insulte mais un fait avéré, établi, un constat édifiant, une certitude s’adressant, entre autres aux matadors, des individus payés à prix d’or dans une époque de crise et grevant lourdement le budget corrida des municipalités pour des risques jugés minimes par la majorité des Français.

Quant à affirmer comme le fait le rédacteur que la souffrance de l’animal serait supposée, je l’invite à se piquer le doigt avec une écharde, une éclisse ou une aiguille pour se rendre compte que son affirmation est erronée.

Pour continuer à montrer du doigt les incohérences du rédacteur qui se voudrait avocat d’une cause indéfendable au plan moral puisqu’il affirme encore une fois sans honte que les applaudissements de la claque d’admirateurs, voire d’adorateurs du matador salueraient le savoir faire de l’assassin de service je ne puis que rétorquer qu’il est lamentable de constater que la mauvaise foi manifeste de certains est d’élever au rang d’art ce qui n’est qu’esbroufe.

Pour terminer je voudrais dire au rédacteur de cet article tentant d’être quelque peu soporifique au plan de la conscience que ses certitudes de personnage fat ne sont aucunement des vérités universelles puisqu’elles ne peuvent trouver écho que dans l’esprit embrumé d’une minorité d’individus victimes d’un illusionniste patenté puisque le peuple de France rejette de manière catégorique et ce, à une écrasante majorité, les spectacles tauromachiques.

Ecrivainparisien – Crac Europe

50588337

Mots clés de cet article :

Corridas, Souffrances, Tortures, Matador, Bayonne, Subventions, Budgets,

Haine 2

Commandements

255517_349412998481178_2120120797_n

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1903

ocjkpk2z

Je suis venu te dire…

20

Kamarade ministre, kamarade misère, je suis venu te dire, posément, ce que quelques millions d’ami(e)s pensent de tes récentes déclarations insensées puisque volontairement provocatrices ayant entrainé les foudres d’une majorité de citoyens de notre République qui se trouve ainsi salie et bafouée par des intentions étant les tiennes mais aussi par celles de quelques uns de tes chers collègues qui ont la même fièvre pathologique que celle qui perturbe quelque peu tes facultés de jugement.

Nul ne t’oblige, kamarade ministre, de devoir singer tes ancêtres ibériques sous couvert de traditions bestiales et primitives tout autant qu’assassines que tu aimerais imposer au peuple de France grâce à ton actuelle position dans les hautes sphères du pouvoir. Notre peuple ne veut plus que l’on puisse le montrer du doigt dans le monde entier comme étant un peuple de la honte qui cautionnerait les activités barbares que sont les corridas et autres pratiques inhumaines venant de ton pays et mettant en scène taureaux, chevaux, chiens et autres sangliers. Nous ne voulons plus subir sur notre sol les traditions sanguinaires qui sont les tiennes et celles de tes ancêtres, des traditions qu’il nous faudra bouter hors de France, dès que possible en direction des oubliettes de l’infamie.

Les racines de ta culture, kamarade ministre, se nourrissent d’une cruauté primitive qui n’est aucunement artistique puisque faite du sang des victimes de vos matadors et autres picadors, entre autres, mais aucunement des larmes qui auraient dû emplir les yeux de vos tortionnaires et bourreaux de toutes sortes tout autant que ce rouge de la honte qui aurait du empourprer le front et le visage de tous vos assassins se délectant de la mort qu’ils offraient avec zèle à leurs victimes pour le plaisir des spectateurs de vos arènes sanglantes et autres places de villages ou lieux de sacrifices ancestraux ; des lieux dans lesquels un public avide de spectacles dégradants venait chercher ses émotions de jouissance.

La culture et les traditions que tu défends et assumes crânement de manière provocante à l’envi, kamarade ministre, sont d’un autre temps, d’une autre époque, aujourd’hui révolue et nous n’en voulons plus, pour nous mais aussi pour nos enfants et petits enfants.

Tu ne peux imaginer, kamarade ministre, la somme astronomique de qualificatifs et autres adjectifs s’adressant à ta personne qui auraient de quoi remplir les pages d’un dictionnaire encyclopédique tout entier.

Voilà donc, kamarade ministre, ce que le porte-parole que je suis se devait de te faire savoir sur ce que l’on dit et pense de toi du nord au sud de l’hexagone.

Jean Claude Lataupe, pamphlétaire, politiquement incorrect.

50588337

Mots clés de cet article :

Hexagone, Culture, Traditions, Corridas, Rouge de la honte,

 

Haine

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1891

ocjkpk2z

Coulisses d’une fête barbare

2vo8xpqo
J’ai glané, au hasard de mon surf sur la toile en allant trainer du côté, non pas de chez Swan mais plutôt en direction de certaines associations de défense du monde animal et de leurs pages évènementielles et j’ai découvert deux témoignages qui démontrent de brillante manière que le monde de la tauromachie commence à ressentir les effets néfastes du mal qui lentement les ébranle et les ronge de l’intérieur et ce mal porte le nom de « prise de conscience »


Le premier de ces témoignages émane de Joëlle Verdier, grande organisatrice de manifestations au profit de la cause animale qui met son talent au service d’associations qui ont pour nom Crac et Colbac, entre autres. Joëlle explique les embarras, non pas gastriques mais bien plutôt moraux des services de la mairie d’Alès par rapport à une future manifestation anti corrida des plus pacifiques organisée par le Comité Radicalement Anti Corridas.

Le second de ces témoignages est celui de Christophe Lepretre, un homme courageux et efficace qui se démène et se dépense sans compter à longueur d’année au profit de la cause animale et plus particulièrement de celle des taureaux de combat, du côté de Mimizan où il a fort à faire pour éveiller et sensibiliser les consciences de la population pour faire en sorte que les corridas locales soient interdites à titre définitif puisqu’elles sont totalement illégales. Christophe raconte dans son témoignage l’attitude de quelques musiciens d’une banda locale bien mal dans leur peau.
Je laisse maintenant respectivement la parole à Joëlle Verdier puis à Christophe Lepretre, honneur aux femmes oblige !
Ecrivainparisien
50588337

Joëlle Verdier
La Sous-préfecture d’Alès veut nous convaincre de manifester ailleurs que devant la mairie en disant que notre happening va déranger les mariages qui auront lieu ce jour-là. Comme c’est au maire que nous nous adressons et que la place est de toute façon très grande, le CRAC maintient sa volonté de faire le happening devant la mairie.

Christophe Lepretre
Anecdote : un des musiciens de la fanfare chargée ce samedi 25 août de jouer les paso doble pendant la corrida à Mimizan, a voulu partir, n’en pouvant plus de voir le taureau se faire maltraiter. Mais des aficionados lui ont demandé avec insistance de rester comme prévu, il s’est alors forcé en détournant le regard de la piste et en se bouchant les oreilles. Deux autres musiciens du groupe, trop excédés par cette boucherie, sont partis illico ! 
Encore une marque que, même les gens locaux, engagés pleinement dans les fêtes, comme ces musiciens d’une banda, sont dégoutés par la corrida et s’en détournent. 
La fiesta oui, mais sans corrida !

50588337

Mots clés de cet article :

Joëlle Verdier, Christophe Lepretre, Corridas, Landes, Mimizan, Crac, Colbac,

 

Amis

Read Full Post »

Older Posts »