Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Constitution’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2028

ocjkpk2z

Une institution à réformer d’urgence

Le doigt accusateur

Notre cinquième république a bien des mérites, notamment celui de sauvegarder l’indépendance identitaire de chacun dans un bienveillant esprit de magnanimité fort louable.

Cependant, j’aimerais faire savoir à notre Marianne, que je voudrais montrer d’un doigt accusateur autant que réprobateur certaines des pratiques dont elle use et abuse sous couvert de sa légitimité que chacun se doit de lui accorder.

Chère Marianne de mes amours que j’aime au moins autant, si ce n’est plus que moi, est-ce bien raisonnable que tu puisses cautionner certaines institutions que tu as créées et qui nous dictent aujourd’hui la conduite que nous devons suivre ?

Est-ce bien raisonnable, Marianne, que tu puisses accepter que des gens que l’on nomme « sages » ne le soient que fort peu en vérité, dans la mesure où les membres de cette assemblée, siégeant périodiquement, édictent des directives, des décisions et tirent des conclusions qui vont à l’encontre de l’intérêt général d’une majorité de tes enfants ?

Dis-moi, Marianne, est-ce acceptable que le pays que tu représentes si bien habituellement aux yeux du monde soit aujourd’hui montré du doigt dans toute l’Europe pour avoir ouvertement considéré, par l’intermédiaire de « ta » sacro-sainte institution, que le massacre d’animaux que l’on torture pour le plaisir de quelques refoulés en mal de sadisme et de violence reste conforme à ta Constitution et donc aux bons usages d’un être censé être évolué intellectuellement et que l’on nomme « Homme » ?

Crois-tu objectivement, Marianne, que le fait de massacrer des animaux nobles soit conforme à l’idée que se font des millions de tes enfants de ce que tu devrais être ?

Crois-tu encore, Marianne, que la place d’un taureau de combat sur cette terre soit de finir sa trop courte vie sur le sable d’une arène, transpercé de coups d’épées et autres armes diverses et variées finissant par lui donner une mort horrible qu’il ne mérite pas ? Tout comme ces malheureux coqs de combat que l’on a dressé, par simple jeu, pour s’entretuer entre eux ?

Crois-tu enfin, Marianne, qu’une poignée de femmes et d’hommes, rétribuée à prix d’or, puisse continuer à faire la pluie et le beau temps en imposant leur point de vue partial, orienté et guidé par les puissantes occultes de l’argent pour entériner des directives et des décisions qui ne servent que quelques uns de tes enfants, malades de leur sadisme ?

Ne penses-tu pas, pour finir, chère Marianne qu’il serait grand temps que tu songes sérieusement à remettre en question cette assemblée de nantis et bien d’autres choses encore si tu ne veux pas finir dans les flammes de l’enfer d’un bucher, comme certaines de tes aïeules ?

Je t’aime bien, tu sais, Marianne et je souhaiterais t’éviter des contrariétés qui ne pourraient que hâter ton déclin.

Ecrivainparisien, alias Jean Claude Lataupe, pamphlétaire, politiquement incorrect.

50588337

Mots clés de cet article :

Marianne, Constitution, Déclin, Torture animale, Sadisme, Cruauté,

20

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2017

ocjkpk2z

Billet d’humeur

Le doigt accusateur

Elle ne coûte « Que »

Un député de l’opposition a demandé récemment combien coûtait la première Dame à l’Etat Français, donc en fait au contribuable.

Jean-Marc Ayrault, actuel Premier Ministre (pour combien de temps encore) a publié au Journal Officiel ce qui suit concernant cette question ; des précisions qu’on peut lire dans les colonnes du journal Voici :

« Cinq collaborateurs sont affectés au service de Madame Valérie Trierweiler : deux agents contractuels et trois fonctionnaires mis à disposition de la présidence de la République. Le total des rémunérations mensuelles nettes de ces cinq personnes est de 19 742 €. »

Et de préciser encore « A titre de comparaison, huit collaborateurs étaient affectés au service de la première dame en janvier 2012 pour une rémunération mensuelle nette globale de 36 448 €, précise le premier ministre. A celle-ci s’ajoutaient tous les mois les facturations de deux prestataires externes assurant pour la première dame la gestion d’un site internet pour un montant de 25 714 €, soit une dépense mensuelle totale de plus de 60 000 €. » Une coquette somme, trois fois plus importante que ce que coûte chaque mois Valérie Trierweiler à l’État.»

2vo8xpqo

Mon point de vue :

Il ne faut pas oublier que le « statut » de première Dame n’est aucunement prévu dans la Constitution de l’Etat et les dépenses afférentes à cette dernière n’ont pas à être prises en charge par l’Etat, c’est-à-dire le contribuable puisqu’officiellement ce poste n’existe pas.

Jean-Marc Ayrault fait sans doute de l’humour car quand bien même madame Trierweiler « coûterait » encore moi, ce serait toujours infiniment trop puisque ses frais de personnels et autres n’ont pas à être supportés et ne devrait pas être financés par le contribuable français puisque son poste n’existe pas au plan constitutionnel.

Sans compter que l’actuelle première Dame n’est pas même mariée avec l’actuel Président comme l’a écrit le Nouvel Observateur dans l’un de ses articles puisqu’elle n’est pas encore divorcée et elle vit donc, de ce fait, une relation adultérine avec le Chef de l’Etat.

D’autre part je rappelle que madame Trierweiler est actuellement et pour la seconde fois sous le coup d’une plainte déposée contre elle pour « recel de détournement de fonds »

Et on vient nous parler de transparence, d’exemple, de droiture et de probité. Mais de qui se moque-t-on ?

Jean Claude Lataupe, pamphlétaire

50588337

Mots clés de cet article :

Première Dame, Frais de fonctionnement, Constitution, Transparence, Exemple, Droiture, Adultère,

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/04/29/01016-20130429ARTFIG00505-un-heritier-de-casino-porte-plainte-contre-trierweiler.php

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1932

ocjkpk2z

Journée de rassemblement

images (2)

En ce samedi 20 octobre 2012 la France profonde des mécontents se mobilise. Dans quelques minutes un grand rassemblement de Français responsables mais aussi de citoyens Européens venus apporter leur caution morale par leur présence effective à cette manifestation, va se mettre en place sous les fenêtres du ministère de la Culture et de la Communication, Place du Palais Royal à Paris, jadis capitale du monde du temps du siècle des lumières pour montrer aux dirigeants de notre pays qu’il n’ont pas entendu l’appel de cette France qui rejette à une très large majorité les actes de cruauté perpétrés contre le monde animal ; des actes qui perdurent dans les faits, malgré les promesses faites, il y a peu et au plus haut niveau, d’étudier un changement profond du sort de l’animal, le faisant ainsi passer du statut de meuble à celui d’être sensible aux yeux du Code Civil.

Dernièrement le Conseil Constitutionnel a décrété, suite à une QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité) déposée il y a quelque temps, que la corrida est conforme à la Constitution Française, déclenchant, par là même, l’indignation générale dans les rangs de cette France qui vient donc aujourd’hui faire connaitre aux instances dirigeantes de notre beau pays le niveau de son mécontentement.

Ne pouvant conserver une neutralité coupable si je restais passif en cette circonstance, je participe, à ma manière au mécontentement général par cet article ainsi que par le message qui clôturera ce billet.

Ecrivainparisien

20 octobre 2012

486781_4140432781867_903883997_n

Message à un clown grotesque et pitoyable se donnant en spectacle

Eh, toi le clown grotesque et pitoyable qui sévit au cœur de l’arène avec ton costume d’assassin cousu de vieil or, n’as-tu pas l’impression, lorsque tu t’amuses sadiquement avec un animal noble et sensible de faire une entorse à l’histoire compassionnelle et progressiste de l’humanité ?

Lorsque tu joues à faire le fanfaron par tes pas de danseuse ridicule en vue d’exécuter tes passes sur le sable souillé de l’arène, n’as-tu pas le sentiment que tes gestes risibles te donnent un argument faussement justificatif pour vouloir tromper le peu de conscience qu’il te reste en lui faisant croire que tu es le preux chevalier qui combat vaillamment un adversaire féroce au cours d’un duel titanesque ?

Lorsque tu t’apprêtes, avec ton bras armé du glaive vengeur à porter l’estocade à un animal usé, meurtri et stressé ayant perdu toute faculté velléitaire par l’infâme autant que dégradante agression physique que tu lui as imposé au cours de cette mascarade, n’as-tu pas, l’espace d’un instant, le sentiment que l’image que tu as voulu imposer à ton for intérieur s’est brusquement ternie, voilée et dégradée par la méprisable action que tu t’apprêtes à commettre ?

Tu n’es pas un justicier, pas plus qu’un vaillant et glorieux combattant, encore moins un preux chevalier qui serait en état de légitime défense, tu n’es qu’un vulgaire assassin de bas étage ; un de ceux qui avilissent à tout jamais leur âme noire en état de disgrâce permanent, une âme perdue à tout jamais qui reste emplie d’une haine qui transparait lorsqu’on lit ton regard halluciné au cœur de cette arène de la honte, un haut lieu de perdition autant que de sacrifice.

Tu ne seras jamais, ô grand jamais, l’artiste que tu es persuadé être et auquel tu t’identifies dans ta pathologie chronique autant que compulsive car un artiste est un être sensible et riche d’une conscience pétrie d’humanisme autant que d’empathie, tous sentiments te faisant cruellement défaut.

Je t’abandonne, toi le clown pitoyable et grotesque au sort qui restera le tien : celui d’un être méprisable puisque, quoi qu’il arrive, tu resteras un individu incapable d’un quelconque sentiment de repentir ; donc malheureusement un être totalement irrécupérable.

Jean Claude Lataupe

50588337

Mots clés de cet article :

Ministère de la Culture, Constitution, Animal, QPC, Mécontentement, Corrida, Citoyens Européens,

Mort

Complément de l’article :

Un compte-rendu de la manifestation citoyenne du 20 octobre en vidéo

« J’ai honte de voir qu’on est obligé de faire une manifestation ici en France pour faire reculer la mort alors qu’ailleurs on se bat pour enrayer son déclin. Il est inconcevable que la mort, donnée en spectacle puisse appartenir d’une manière quelconque à ce qui s’apparente au patrimoine, c’est inconcevable, inadmissible. Vous faites aujourd’hui la démonstration du possible, la démonstration de l’action ; c’est l’éthique qui triomphera de la mort grâce à vous, merci.»

Alain Bourgain-Du bourg, Président de la Ligue des Oiseaux.

Rassemblement citoyen contre la corrida ; Paris – Place du Palais Royal ; 20 octobre 2012

http://www.youtube.com/watch?feature=share&v=zZNSnY5P6mc&gl=FR

Alain Bougrain-Dubourg

Read Full Post »