Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Camps de concentration’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2094

ocjkpk2z

Les rendez-vous de l’Histoire

2vo8xpqo

En lisant la bouleversante histoire de Jennifer Teege (lien en fin d’article) qui a découvert, à 38 ans que son grand-père était responsable d’un camp de concentration nazi, des images se sont bousculées dans ma tête et je me suis souvenu que j’ai rédigé, il y aura bientôt 7 ans, un article et un poème parlant des horreurs de l’holocauste.

J’offre ci-dessous ce travail que je souhaite partager avec tout le monde dans le cadre du "Devoir de Mémoire" cher encore à quelques personnes dont je fais partie. Mais je ne suis pas le seul et en écrivant ceci je pense en particulier à mon amie Sylvie Federici de Thouars qui a fait un travail remarquable il y a quelques années concernant la Grande Guerre et je la remercie encore une fois et la salue amicalement ici.

Ecrivainparisien

in39san6

Les rendez-vous de l’Histoire

11 février 2008 par ecrivainparisien

La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1093

Les rendez-vous de l’Histoire

Un radieux soleil baignait de sa douce lumière et inondait de sa bienfaisante chaleur la région parisienne hier et j’ai profité de ce dimanche pour aller faire prendre l’air à mon nouveau « bureau à roulettes ». Mes pas m’ont conduit jusqu’à la « promenade plantée » surplombant en partie l’avenue Daumesnil. Je me suis assis sur un banc et j’ai regardé et observé les gens qui passaient tout en réfléchissant. Des images, d’une époque pas si lointaine, m’ont traversé l’esprit. J’ai sorti mon bloc de papier et rédigé l’œuvre honorifique que vous trouverez à la fin de cet article.

Des images suggestives émanant de « Nuit et brouillard », de « La vie est belle » de Roberto Benigni, du remarquable « Pianiste » de Roman Polanski et de la série « Holocauste » s’entremêlaient devant mes yeux alors que j’écrivais.

Des cris, des pleurs, des lanières de fouet tournoyant et claquant dans l’air, des aboiements de chiens policiers, des airs de violon jouant une « danse macabre » accompagnaient ces images d’une insoutenable réalité dont certains continuent encore aujourd’hui à nier l’existence, à commencer par un certain Le Pen ainsi que ses « lieutenants ». En agissant délibérément de la sorte ces individus répugnants ne font qu’émettre insulte et mépris suprême à l’endroit des millions de victimes de la barbarie nazie ainsi qu’à leurs descendants.

Le devoir de mémoire « m’oblige » à reparler de ces horreurs que tout un chacun doit conserver présentes à son esprit.

Il serait bien en effet que les gens n’oublient jamais que « Les fours crématoires ne sont pas un détail de l’Histoire » contrairement à ce qu’affirme, avec un culot éhonté, le sieur Le Pen, Président d’un parti « nationaliste » qui rappelle de manière effrayante un certain régime « vichyssois ».

Mon père m’expliquait, il y a fort longtemps, que les extrémismes ne sont jamais bonnes choses. Le « juste milieu » est plus raisonnable et préférable en toutes situations.

Je sais maintenant par expérience qu’il avait raison.

Le tatouage

2vo8xpqo

Elle le porte, là, gravé au poignet, signe maudit de reconnaissance

Il est hideuse plaie, mutilant sa peau, brulant son âme à l’évidence

Voilà plus de soixante années qu’elle ne peut aucunement oublier

Ce signe démoniaque lui remet en mémoire son douloureux passé.

2vo8xpqo

Ils sont partis dans ces wagons plombés vers une destination inconnue

Certains sont morts durant le voyage, beaucoup n’en sont pas revenus

Chaque jour que Dieu lui accorde est pour elle bien difficile pénitence

Elle culpabilise encore aujourd’hui dans sa trop douloureuse existence.

2vo8xpqo

Pourquoi est-elle encore là à regarder les autres de son regard usé ?

Par quel hasard une autre prenant sa place lui permit d’en réchapper ?

Ces questions ne trouveront jamais réponse en son âme tourmentée !

Elle revoit devant ses yeux l’image de ces bourreaux qui ont torturé.

2vo8xpqo

Elles s’en allaient vers la mort ces familles et tous ces enfants résignés

Elle ressentira jusqu’à la fin cette insupportable odeur de chair brulée

Elle revoit ses mains protégeant son visage pour ne pas être marquée

Elle n’a jamais oublié le fouet ni les morsures de leurs chiens policiers.

2vo8xpqo

Elle entend dans sa tête les trilles d’un violon jouant une danse qui monte

Ces notes pleurent faisant danser devant ses yeux l’étoile jaune de la honte

Elle demeure l’un des derniers témoins de cette barbarie, plaie de l’histoire

Ce tatouage sur son poignet est la preuve de cet Holocauste accusatoire.

2vo8xpqo

Cette œuvre est dédiée aux 6 millions et demi de juifs ayant péri ainsi qu’à toutes les innocentes victimes de la barbarie nazie.

Ecrivainparisien-11 février 2008

50588337

Mots clés de cet article :

Holocauste, Barbarie nazie, Camps de concentration,

Lien pointant vers l’article concernant Jennifer Teege, citée en introduction :

http://www.20minutes.fr/societe/1460135-20141013-38-ans-decouvre-grand-pere-chef-camp-nazi#xtor=EPR-182-[welcomemedia]–[article_societe]

 

648x415_jennifer-teege-auteur-amon-grand-pere-tuee-paru-chez-plon

 

Jennifer Teege,  auteure de «Amon, mon grand-père m’aurait tuée», paru chez Plon.

Read Full Post »