Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Arènes’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2123

ocjkpk2z

Actualité révoltante

Notre Premier ministre vient de s’offrir une place de "première" pour assister à la finale d’une coupe de football européen et s’est rendu récemment à Berlin pour voir triompher l’équipe en forme du moment, une équipe de son pays d’origine.

Pour se rendre chez nos amis allemands notre Premier ministre n’a pas hésité à faire le déplacement aller et retour à bord d’un avion de la flotte de l’Etat français, un déplacement payé par le contribuable, cela va sans dire mais va infiniment mieux en l’écrivant, pour certaines personnes ayant la mémoire courte.

Pourquoi ne pas avoir utilisé un avion de ligne civil dont le prix du billet est infiniment moins élevé ?

Nous sommes sans doute dans l’opulence ?

redcard

J’ai entendu ce jour, une partie de l’interview de François Hollande concernant les explications qu’il donne au déplacement de "son" Premier ministre ; une interview ponctuée de malhonnêteté intellectuelle manifeste puisque "Moi, Président" occulte totalement le match de football et ose expliquer, sans rougir, que "son" Premier ministre était en "mission" à Berlin pour parler des récents problèmes intervenus au sein de la Fifa et pour évoquer la prochaine Coupe de l’UEFA qui se déroulera sur notre sol l’an prochain.

Etre malhonnête à ce point me fait bondir tout comme me désole la déliquescence de la France et de ses institutions puisque notre République est en train de régresser, à tous points de vue.

redcard

Les promesses et espoirs attendus depuis 3 ans sont devenus lettre morte. Je n’en veux pour preuve que ce que j’écrivais il y a 3 ans concernant le monde animal, entre autre chose et que je rappelle ci-après.

2vo8xpqo (2)

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1897

Avertissement liminaire : Je dédie cet article à la cause animale et à tous les altruistes et humanistes empreints d’empathie qui défendent avec zèle et brio cette cause noble autant que valorisante. Ecrivainparisien

Rappel : la grande majorité des fondations, associations et militants et adhérents œuvrant au profit de la cause animale sont des organismes et entités pacifiques qui œuvrent avec conviction, sans haine et sans esprit partisan d’aucune sorte, dans les règles de la démocratie pour faire prendre conscience et ainsi faire évoluer les mentalités individuelles et collectives pour le bien de la cause animale qui le mérite amplement.

Au secours, elle revient !

Mai 1981 : à la surprise de certains la Gauche accède démocratiquement au pouvoir pour la première fois depuis 1958, date de création de la cinquième République.

La rue Soufflot est noire de monde ; on se croirait revenu aux grandes heures de la libération lorsque François Mitterrand, nouveau Président de la République préside une cérémonie spéciale au Panthéon et dépose une rose rouge, emblème du parti socialiste sur le tombeau de Jean-Jaurès, journaliste, orateur et fédérateur hors pair mais aussi fondateur du journal l’Humanité, assassiné à la veille du premier conflit mondial , le 31juillet 1914 en soirée et en plein Paris par un étudiant nationaliste déséquilibré au nom prédestiné, « Villain », qui abat de deux balles tirées à bout portant le « père » du socialisme moderne.

En ce printemps d’une nouvelle ère pour la France ce premier évènement symbolique et temps fort du premier septennat du nouveau Président sera suivi de quelques autres comme la création des radios « libres », la cinquième semaine de congés payés mais aussi un évènement qui va avoir une portée réelle et concrète en France : l’abolition de la peine de mort, un dossier porté à bouts de bras par Maitre Badinter, Ministre de la Justice et Garde des sceaux.

La France profonde semble globalement satisfaite dans l’ensemble bien que les taureaux s’ennuient encore et toujours le dimanche quand il s’agit de mourir pour nous comme le chante le grand Jacques Brel. Et ces valeureux taureaux vont continuer à s’agenouiller et baisser la tête avant de s’effondrer par centaines chaque année encore durant quelques décennies puisque personne n’aura encore eu le courage politique de faire « tomber » la corrida comme un « Broussard » ferait tomber une bande de terroristes.

Le temps passe et avec lui les taureaux et chevaux de l’arène continuent de trépasser « gaillardement » dans une certaine indifférence ponctuée tout de même de « coups de gueule » de certaines rares personnalités ouvrant ainsi une brèche dans le mur de l’empire « Aficion » qui s’agrandira lentement mais surement au fil du temps.

La Gauche de François Mitterrand, « d’idéaliste » à sa naissance, deviendra bientôt et très vite la Gauche « caviar » et se noiera dans les méandres de ses contradictions et de ses affaires perçues comme « bourgeoises » et scandaleuses par la France profonde qui lui fera payer cash ses erreurs d’appréciation et de gestion.

Trente et un ans plus tard, à la même période et après une traversée du désert significative la Gauche renait de ses cendres « présidentielles » plus par sanction d’un vote de dépit d’un certain électorat exaspéré, à l’adresse d’un Président électrique mais pas éclectique, que par convictions réelles et profondes pour la personne de François Hollande.

Qu’importe le flacon, seul le résultat des chiffres fait foi ; cette foi qui semble animer le nouveau Président suite à certaines déclarations émises par le candidat Hollande, notamment au sujet et au profit de la cause animale puisque le candidat dit vouloir réfléchir très sérieusement à un changement de statut de l’animal, qui d’objet « meuble » deviendrait enfin « être sensible » et ce à part entière ; d’où un formidable espoir pour nombre de nos concitoyens viscéralement attachés au monde et à la cause animale mais qui déplore ouvertement également la souffrance inutile autant que gratuite qu’on fait subir aux animaux. Une France très attachée, toutes couleurs politiques confondues au monde animal ; cette France là aimerait bien que cessent enfin tortures gratuites et massacres perpétrés pour le plaisir contre nos amis les animaux par des monstres qui continuent de s’amuser et de divertir leur claque d’adorateurs patentés et cela, en toute impunité ; notamment lors des corridas et autres jeux à l’encontre du monde des taureaux et des chevaux, caparaçonnés et pourtant parfois, malgré cela, éventrés en arène publique.

La torture dont la pratique fait reculer l’esprit de l’homme, le ravalant ainsi au rang de monstre d’une autre époque sévit dans ces arènes de la honte mais aussi lors de redoutables combats de coqs et de chiens, voire de courses de camélidés mais aussi dans l’enceinte de certains zoos, parcs et cirques dans lesquels certains animaux sont traités de manière totalement indigne par ceux chargés de veiller sur des animaux qu’ils exploitent de manière souvent esclavagiste et ce sans la moindre once d’empathie.

Mais les massacres gratuits sévissent aussi partout dans le monde hélas, notamment au Japon qui massacre allègrement les baleines, dans les parcs africains où le braconnage décime les troupeaux d’éléphants, dans les forêts asiatiques où l’on massacre des populations entières de primates pour favoriser l’industrie de l’hévéa, dans certains archipels nord-européens où l’on assassine chaque année quantité de dauphins globicéphales au nom d’une tradition monstrueuse autant qu’imbécile. Ce sont tous ces massacres, toutes ces traditions sanguinaires et inutiles qu’on rencontre également chez nos amis espagnols, notamment cet infâme « toro de la Vega » mais aussi ces massacres en série de lévriers espagnols ayant pour nom « galgos » qu’il faut condamner sans l’ombre d’une hésitation aucune et c’est ce que font nombre d’associations de défense de la cause animale, françaises bien sur mais aussi italiennes, espagnoles et portugaises montrant avec détermination leur opposition et leur hostilité à certaines pratiques écœurantes au plan humain.

Pour en revenir à une certaine France, elle espère beaucoup et croit, suite aux déclarations du candidat Hollande à une prise de conscience réelle de l’existence du monde animal à part entière par la classe politique aux commandes du vaisseau France ; cette prise de conscience bénéfique insufflée par un Président « normal »à une classe politique qui serait enfin à l’écoute de la France qui souffre et qui lutte pour le bien être des animaux.

L’ensemble du monde politique en place ne semble pourtant pas vouloir et devoir tirer des leçons du passé mais aussi du présent et le sort du monde animal ne lui effleure pas même l’esprit, concrètement dans les faits ; Pis même encore, on pensait l’esprit « gauche caviar » tant décrié et montré du doigt ayant été grandement à l’origine de sa perte, disparu, envolé, vampirisé, exorcisé et volatilisé avec ceux qui en ont usé et abusé. Erreur ! Le « phénix socialiste », cet oiseau de « mauvais augure » renait de ses cendres avec ses travers inacceptables qui s’installent de nouveau grâce à de « jeunes et moins jeunes loups » aux dents longues et acérées ; des loups qu’on laisse hurler en paix puisqu’ils arrangent, protégés et guidés qu’ils sont par une «caste souterraine » particulièrement efficace et infiniment plus puissante que les « marionnettes » qu’elle manœuvre et manipule et qu’elle peut éventuellement facilement remplacer le jour où le vent tourne. Cette « organisation » n’ayant curieusement pas de couleur politique propre puisqu’elle les compte toutes dans ses rangs, le business étant indirectement hors du jeu politique, manage et gère dans l’ombre un commerce particulièrement juteux et ce « cartel » n’a aucun intérêt à voir s’installer de nouvelles règles démocratiques concernant le monde animal ce qui sonnerait l’hallali d’un business particulièrement juteux dans lequel suzerains et vassaux œuvrent de concert dans un esprit qui a perdu depuis longtemps ses idéaux initiaux de noblesse, ayant été détournés, grâce à d’habiles argumentations obscurantistes autant qu’ésotériques par quelques arrivistes avides de pouvoir et d’argent. Pour parvenir à dessein au but convoité on ourdit et fourbit l’arsenal qui somnolait en pointillé comme on réveillerait un bataillon de taupes engourdies qu’on tirerait d’un sommeil, ordonné jadis ; un bataillon auquel on va confier des missions de tentatives d’intimidation tous azimuts, dans le but d’injecter l’insidieux grain de sable qui va tenter de faire s’enrayer l’engrenage de la mécanique démocratique.

Le sursaut espéré va-t-il enfin avoir droit de cité dans notre société ? Que d’aucuns jugent « République bananière », un qualificatif peu glorieux pour un pays ayant été celui des Droits de l’Homme ainsi qu’un phare éclairant jadis le monde…

J’aimerais enfin pouvoir lire, un jour prochain, dans le journal « Le Monde » avant que de vous quitter définitivement que la Gauche de ce début de siècle a suivi les nobles traces de ses ainés en abolissant la peine de mort infligée aux animaux. Ce jour là, je sais que je verserai une larme symbolique en pensant à tous nos amis qui nous regardent, là haut, au paradis des animaux.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Gauche caviar, Peine de mort, Tortures, Massacres, Arènes, Football, Mensonges, Déliquescence,

DSC_0009

Publicités

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1926

ocjkpk2z

En réponse à un article paru dans les colonnes de Marianne :

images (5)

Michel Onfray s’indignait, écrit Marianne, et s’indigne encore et toujours contre la barbarie que représente les corridas et il est loin de représenter un cas isolé puisque nous sommes plusieurs millions dans le même cas que lui. Ce qui m’indigne personnellement c’est qu’une certaine « Aliocha », genre chevalier d’Eon (c’est bien pratique un masque dans certains cas), au discours prétentieux autant que lénifiant ose prétendre avec une outrecuidance et un art pompeux de la provocation consommée qu’il existerait des « codes de l’art tauromachique » ; des « trucs » et des « machins » genre « code d’honneur » qui expliqueraient la méthode pour assassiner dans les règles de l’art.

Foutaise que tout ce décorum et tout ce qui s’y rattache ! Foutaise que tous ces pantins en costume cousus de vieil or qui, sous couvert d’une loi qui les protège dans 4 départements français, s’autorisent et se permettent de maltraiter puis d’assassiner des animaux nobles et sans défense par rapport au machiavélisme étant de mise dans la préparation de l’animal en vue de son sacrifice.

Foutaise que tout cela, il y a assassinats prémédités, programmés, perpétrés, avérés, déclarés et finalement constatés lors de ces corridas, des spectacles originaires d’Espagne et importés chez nous il y a 160 ans ; des spectacles pitoyables parce que sanguinaires et qui ne sont aucunement issus de traditions françaises.

Près de 80% de la population française est hostile aux corridas et n’aura de cesse de continuer à monter au créneau tant que l’animal continuera d’être considéré, aux yeux de la loi, comme un objet avec lequel on peut s’amuser et se défouler en toute tranquillité et toute innocence et surtout en toute impunité. En écrivant ce qui précède je pense, en premier lieu, aux taureaux, bien sur, qui paient depuis environ 160 ans sur le sol français, un lourd tribut à l’imbécilité, à la cruauté et à la barbarie ancestrale, issue en droite ligne des jeux du cirque en vigueur dans l’Empire romain. Mais je parle également des chevaux et plus généralement de tous les animaux massacrés pour leur fourrure, par exemple ; je pense aussi à ceux qui se battent entre eux, les coqs de combat, pour assouvir les pulsions sanguinaires de quelques refoulés atteints de psychopathies compulsives diverses et variées, toutes formes de déviances psychiques que l’on rencontre aussi parmi les spectateurs attitrés des bancs de l’arène.

Tous les actes de torture entrainant la mort de l’animal sont tous des assassinés prémédités et programmés qui réclament une modification de la loi concernant le statut juridique de l’animal et ce, pour la grandeur et la noblesse de ce que se doit d’être l’homme.

Ecrivainparisien Crac Europe

50588337

Mots clés de cet article :

Marianne, Michel Onfray, Maltraitance, Souffrances animales, Statut juridique animal, arènes,

 

598776_4099363075150_1876480175_n

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1897

ocjkpk2z

Avertissement liminaire : Je dédie cet article à la cause animale et à tous les altruistes et humanistes empreints d’empathie qui défendent avec zèle et brio cette cause noble autant que valorisante. Ecrivainparisien

Rappel : la grande majorité des fondations, associations et militants et adhérents œuvrant au profit de la cause animale sont des organismes et entités pacifiques qui œuvrent avec conviction, sans haine et sans esprit partisan d’aucune sorte, dans les règles de la démocratie pour faire prendre conscience et ainsi faire évoluer les mentalités individuelles et collectives pour le bien de la cause animale qui le mérite amplement.

2vo8xpqo

Au secours, elle revient !

7lu153v8

Mai 1981 : à la surprise de certains la Gauche accède démocratiquement au pouvoir pour la première fois depuis 1958, date de création de la cinquième République.

La rue Soufflot est noire de monde ; on se croirait revenu aux grandes heures de la libération lorsque François Mitterrand, nouveau Président de la République préside une cérémonie spéciale au Panthéon et dépose une rose rouge, emblème du parti socialiste sur le tombeau de Jean-Jaurès, journaliste, orateur et fédérateur hors pair mais aussi fondateur du journal l’Humanité, assassiné à la veille du premier conflit mondial , le 31juillet 1914 en soirée et en plein Paris par un étudiant nationaliste déséquilibré au nom prédestiné, « Villain », qui abat de deux balles tirées à bout portant le « père » du socialisme moderne.

En ce printemps d’une nouvelle ère pour la France ce premier évènement symbolique et temps fort du premier septennat du nouveau Président sera suivi de quelques autres comme la création des radios « libres », la cinquième semaine de congés payés mais aussi un évènement qui va avoir une portée réelle et concrète en France : l’abolition de la peine de mort, un dossier porté à bouts de bras par Maitre Badinter, Ministre de la Justice et Garde des sceaux.

2vo8xpqo

La France profonde semble globalement satisfaite dans l’ensemble bien que les taureaux s’ennuient encore et toujours le dimanche quand il s’agit de mourir pour nous comme le chante le grand Jacques Brel. Et ces valeureux taureaux vont continuer à s’agenouiller et baisser la tête avant de s’effondrer par centaines chaque année encore durant quelques décennies puisque personne n’aura encore eu le courage politique de faire « tomber » la corrida comme un « Broussard » ferait tomber une bande de terroristes.

Le temps passe et avec lui les taureaux et chevaux de l’arène continuent de trépasser « gaillardement » dans une certaine indifférence ponctuée tout de même de « coups de gueule » de certaines rares personnalités ouvrant ainsi une brèche dans le mur de l’empire « Aficion » qui s’agrandira lentement mais surement au fil du temps.

2vo8xpqo

La Gauche de François Mitterrand, « d’idéaliste » à sa naissance, deviendra bientôt et très vite la Gauche « caviar » et se noiera dans les méandres de ses contradictions et de ses affaires perçues comme « bourgeoises » et scandaleuses par la France profonde qui lui fera payer cash ses erreurs d’appréciation et de gestion.

2vo8xpqo

Trente et un ans plus tard, à la même période et après une traversée du désert significative la Gauche renait de ses cendres « présidentielles » plus par sanction d’un vote de dépit d’un certain électorat exaspéré, à l’adresse d’un Président électrique mais pas éclectique, que par convictions réelles et profondes pour la personne de François Hollande.

Qu’importe le flacon, seul le résultat des chiffres fait foi ; cette foi qui semble animer le nouveau Président suite à certaines déclarations émises par le candidat Hollande, notamment au sujet et au profit de la cause animale puisque le candidat dit vouloir réfléchir très sérieusement à un changement de statut de l’animal, qui d’objet « meuble » deviendrait enfin « être sensible » et ce à part entière ; d’où un formidable espoir pour nombre de nos concitoyens viscéralement attachés au monde et à la cause animale mais qui déplore ouvertement également la souffrance inutile autant que gratuite qu’on fait subir aux animaux.

Une France très attachée, toutes couleurs politiques confondues au monde animal ; cette France là aimerait bien que cessent enfin tortures gratuites et massacres perpétrés pour le plaisir contre nos amis les animaux par des monstres qui continuent de s’amuser et de divertir leur claque d’adorateurs patentés et cela, en toute impunité ; notamment lors des corridas et autres jeux à l’encontre du monde des taureaux et des chevaux, caparaçonnés et pourtant parfois, malgré cela, éventrés en arène publique.

2vo8xpqo

La torture dont la pratique fait reculer l’esprit de l’homme, le ravalant ainsi au rang de monstre d’une autre époque sévit dans ces arènes de la honte mais aussi lors de redoutables combats de coqs et de chiens, voire de courses de camélidés mais aussi dans l’enceinte de certains zoos, parcs et cirques dans lesquels certains animaux sont traités de manière totalement indigne par ceux chargés de veiller sur des animaux qu’ils exploitent de manière souvent esclavagiste et ce sans la moindre once d’empathie.

Mais les massacres gratuits sévissent aussi partout dans le monde hélas, notamment au Japon qui massacre allègrement les baleines, dans les parcs africains où le braconnage décime les troupeaux d’éléphants, dans les forêts asiatiques où l’on massacre des populations entières de primates pour favoriser l’industrie de l’hévéa, dans certains archipels nord-européens où l’on assassine chaque année quantité de dauphins globicéphales au nom d’une tradition monstrueuse autant qu’imbécile.

2vo8xpqo

Ce sont tous ces massacres, toutes ces traditions sanguinaires et inutiles qu’on rencontre également chez nos amis espagnols, notamment cet infâme « toro de la Vega » mais aussi ces massacres en série de lévriers espagnols ayant pour nom « galgos » qu’il faut condamner sans l’ombre d’une hésitation aucune et c’est ce que font nombre d’associations de défense de la cause animale, françaises bien sur mais aussi italiennes, espagnoles et portugaises montrant avec détermination leur opposition et leur hostilité à certaines pratiques écœurantes au plan humain.

Pour en revenir à une certaine France, elle espère beaucoup et croit, suite aux déclarations du candidat Hollande à une prise de conscience réelle de l’existence du monde animal à part entière par la classe politique aux commandes du vaisseau France ; cette prise de conscience bénéfique insufflée par un Président « normal »à une classe politique qui serait enfin à l’écoute de la France qui souffre et qui lutte pour le bien être des animaux.

L’ensemble du monde politique en place ne semble pourtant pas vouloir et devoir tirer des leçons du passé mais aussi du présent et le sort du monde animal ne lui effleure pas même l’esprit, concrètement dans les faits ; Pis même encore, on pensait l’esprit « gauche caviar » tant décrié et montré du doigt ayant été grandement à l’origine de sa perte, disparu, envolé, vampirisé, exorcisé et volatilisé avec ceux qui en ont usé et abusé.

2vo8xpqo

Erreur ! Le « phénix socialiste », cet oiseau de « mauvais augure » renait de ses cendres avec ses travers inacceptables qui s’installent de nouveau grâce à de « jeunes et moins jeunes loups » aux dents longues et acérées ; des loups qu’on laisse hurler en paix puisqu’ils arrangent, protégés et guidés qu’ils sont par une «caste souterraine » particulièrement efficace et infiniment plus puissante que les « marionnettes » qu’elle manœuvre et manipule et qu’elle peut éventuellement facilement remplacer le jour où le vent tourne.

Cette « organisation » n’ayant curieusement pas de couleur politique propre puisqu’elle les compte toutes dans ses rangs, le business étant indirectement hors du jeu politique, manage et gère dans l’ombre un business particulièrement juteux et ce « cartel » n’a aucun intérêt à voir s’installer de nouvelles règles démocratiques concernant le monde animal ce qui sonnerait l’hallali d’un business particulièrement juteux dans lequel suzerains et vassaux œuvrent de concert dans un esprit qui a perdu depuis longtemps ses idéaux initiaux de noblesse, ayant été détournés, grâce à d’habiles argumentations obscurantistes autant qu’ésotériques par quelques arrivistes avides de pouvoir et d’argent.

Pour parvenir à dessein au but convoité on ourdit et fourbit l’arsenal qui somnolait en pointillé comme on réveillerait un bataillon de taupes engourdies qu’on tirerait d’un sommeil, ordonné jadis ; un bataillon auquel on va confier des missions de tentatives d’intimidation tous azimuts, dans le but d’injecter l’insidieux grain de sable qui va tenter de faire s’enrayer l’engrenage de la mécanique démocratique.

Le sursaut espéré va-t-il enfin avoir droit de cité dans notre société ? Que d’aucuns jugent « République bananière », un qualificatif peu glorieux pour un pays ayant été celui des Droits de l’Homme ainsi qu’un phare éclairant jadis le monde…

J’aimerais enfin pouvoir lire, un jour prochain, dans le journal « Le Monde » avant que de vous quitter définitivement que la Gauche de ce début de siècle a suivi les nobles traces de ses ainés en abolissant la peine de mort infligée aux animaux. Ce jour là, je sais que je verserai une larme symbolique en pensant à tous nos amis qui nous regardent, là haut, au paradis des animaux.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Gauche caviar, Peine de mort, Tortures, Massacres, Arènes

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1889

ocjkpk2z

Ma réponse au rédacteur en chef d’un grand journal sportif ayant diffusé le weekend dernier un sujet traitant de corrida

images (5)

Message à l’attention de monsieur le rédacteur en chef du journal l’Equipe (fjouhaud@lequipe.fr)

2vo8xpqo

Monsieur le rédacteur en chef,

Vous n’êtes pas sans ignorer que l’article publié dans vos colonnes le weekend dernier, un article de pseudo vulgarisation concernant la corrida, au titre particulièrement pompeux tout autant que racoleur : « une vie de cape et d’épée »a valu à votre journal l’inimité de la part d’une partie de votre lectorat se sentant particulièrement dévalorisé qu’on puisse l’assimiler au rang d’amateurs de torture de souffrance et de sang, ce qui est déjà grave en soi mais le papier de Myriam Alizon, un article qui ne passera pas à la postérité sauf pour démontrer les errances manifestes d’un certain journalisme à sensations a également déclenché les foudres de nombre d’associations de défense du monde animal qui reprochent au journal dont vous avez la charge d’animer et de coordonner la vie, de faire l’apologie d’un spectacle barbare et indigne à notre époque ; un spectacle organisé par des gens avides de pratiques au dessein purement et bassement commercial puisqu’infiniment lucratif qui se fichent royalement de sport mais s’occupent d’un business dans lequel l’argent circule couramment en dessous de table.

La corrida est tout sauf une activité sportive, monsieur le rédacteur en chef ; elle en est même son contraire puisque le sport permet l’élévation de l’esprit par la pratique physique alors que la corrida n’est que spectacle dégradant pour l’esprit puisqu’il met en scène une activité dans laquelle on montre au public la façon la plus abjecte d’offrir en direct la mort à un animal noble sous la forme d’un jeu pervers et particulièrement dégradant.

Cette activité répugnante en soi pour un esprit sain dans un corps sain est en pratique un exercice particulier qui se termine toujours par une victoire par assassinat de l’un des deux protagonistes, en l’occurrence le matador, au détriment du second, le taureau qui reste le « dindon de la farce », si j’ose m’exprimer ainsi et qui paie chaque fois de sa vie, après une interminable tout autant qu’insupportable agonie cet amusement sadique dont il reste acteur, bien malgré lui, d’une farce morbide d’un autre âge qui se joue en public sur le sable de l’arène.

Il faut savoir, monsieur le rédacteur en chef qu’au cours d’une corrida qui se « respecte », 6 valeureux taureaux, pas moins, sont ainsi sacrifiés dans ce que l’on peut appeler une mascarade au cours de laquelle le monde de la tauromachie qui officie dans l’arène berne et mystifie tout à la fois le taureau mais aussi le public ainsi que d’éventuels observateurs, journalistes et autres chroniqueurs en faisant croire à ce monde crédule que les passes et autres gesticulations des officiants sont de l’art alors qu’en réalité toutes ces simagrées ne servent qu’à meubler, habiller et remplir tout autant qu’à ornementer, en bref à créer un décorum propre à éblouir en se servant et en jouant habilement avec les temps de réaction de l’animal face à l’environnement hostile et inhabituel qu’on lui impose, mystifiant ainsi tout le monde.

A titre d’exemple et pour étayer mes dires, il faut savoir que lorsque le matador vient narguer le taureau en se plaçant entre ses cornes il sait que ce dernier ne réagira pas puisqu’il se place sciemment dans une zone que ne voit pas l’animal, compte tenu de son champ de vision très réduit causé par le stress qu’il vient d’emmagasiner. La mystification tient à plein son rôle d’esbroufe au cours d’une corrida et la farce est ainsi jouée pour satisfaire au plaisir malsain d’une claque d’adorateurs, assoiffés de plaisirs sanguinaires, à commencer par le matador, lui-même.

Votre confrère et néanmoins concurrent direct, « Midi Olympique » n’a jamais publié d’articles en rapport avec la tauromachie, sauf erreur de ma part pendant que votre journal nage à contre-courant de la réalité en abreuvant ses lecteurs de l’ignominie qu’est la corrida.

Voilà donc ce que votre journal offrait vendredi en Une à ses lecteurs à une époque à laquelle plus de 75% de Français restent hostiles aux pratiques tauromachiques et où, partout dans le monde, les exhibitions taurines sont en notable perte de vitesse, en particulier en Catalogne, berceau historique de la corrida qui a aboli, par référendum l’an dernier, cette abomination, faisant ainsi, par cette action humaniste boule de neige partout dans le monde de la corrida qui prend ainsi conscience que les temps changent.

En vous remerciant d’avoir accordé un peu de votre temps à mon article, je vous prie de croire, monsieur le rédacteur en chef, en l’assurance de ma haute considération et de mon plus profond respect.

Ecrivainparisien, Crac Europe.

50588337

Réponse m’ayant été adressée trente minutes après l’envoi de mon message ci-dessus libellé par Fabrice Jouhaud, rédacteur en chef du journal l’Equipe :

Bonsoir

Merci pour votre courrier. Il n’y avait nulle intention de faire l’apologie de la corrida mais simplement d’en éclairer un aspect qui peut s’apparenter à des problématiques de sportifs. Point de volonté de sensationnalisme non plus. Le sujet est sensible, évidemment, et le traiter ne signifie pas cautionner la mise à mort d’un animal. Ou alors tout ce qui peut heurter doit être absent de tout champ public. Cela ne saurait signifier que nous méprisons les émotions, répulsions et réactions que cette discipline – et son exposition dans nos colonnes – suscite. Mais j’avoue que la virulence (pas de votre part) de certains propos est étonnante. Comme quoi l’arène n’a pas le monopole de du spasme violent.

Bien cordialement.

2vo8xpqo

Fabrice JOUHAUD

Directeur de la Rédaction

fjouhaud@lequipe.presse.fr

Tél : + 33 (0)1 40 93 27 21

clip_image001

2vo8xpqo

Mots clés de cet article :

Arènes, Tauromachie, Tortures, Souffrances, Mystification, Matador, L’Equipe,

255517_349412998481178_2120120797_n

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1865

ocjkpk2z

Chronique de la torture ordinaire

7lu153v8

J’ai été interpelé récemment par un certain nombre de messages alarmants tout autant que consternants quant au contenu de certains de ceux-ci. Ces messages me sont arrivés par l’intermédiaire de mon ami Mario Valenza, le très actif Président de la Brigade Anti Corrida de la bonne ville de Marseille.

Le premier de ces messages, envoyé sous forme de lien concerne la Société d’Alain Afflelou, un homme d’affaires habituellement particulièrement avisé et œuvrant dans le domaine de la lunetterie tout autant que dans celui des milieux sportifs.

20

L’union fait la force :

Le message de Mario disait en substance que la Société Afflelou sponsorisait les fêtes tauromachiques de Bayonne et avait signé un contrat de partenariat avec cette ville, la plus ancienne ville française à pratiquer des corridas avec mises à mort de taureaux. Ce contrat s’élève à 500 000 euros par an et il a été initialement établi pour durer 3 ans.

La France est en pleine crise économique, tout le monde le sait mais certains se permettent, dans le contexte actuel de distribuer de l’argent pour sponsoriser des activités coupables puisque la corrida est un acte barbare, issu en droite ligne des jeux du cirque pratiqués du temps de l’Empire romain ; des activités d’ailleurs classées hors la loi par la charte du droit de l’animal, en vigueur dans toute l’Europe depuis une décennie et cette charte parle d’assassinats dans son article 3 pour ce qui concerne les taureaux.

Dans cette affaire monsieur Afflelou n’a pas été avisé je pense ou alors il aura été bien mal conseillé à mes yeux ; à moins qu’il n’ait voulu « aider » son grand ami, monsieur le maire de Bayonne, par ailleurs actuel président de l’Association des villes taurines de France en lui « consentant » une subvention puisque les activités taurines de la ville de Bayonne sont en déficit chronique depuis plusieurs années ; un déficit payé par les contribuables bayonnais, amateurs de corridas ou non, soit dit en passant.

La question est posée.

Toujours est-il que j’ai décidé de faire savoir à monsieur Afflelou ma manière de penser par lettre ouverte interposée, une lettre que vous trouverez ci-après.

2vo8xpqo (2)

Lettre ouverte aux dirigeants de la maison Afflelou

Mesdames, Messieurs,

Votre enseigne commerciale est connue en qualité de société commercialisant de l’optique, puisque vous avez beaucoup investi pour cela afin de vous faire connaitre d’un large public.

Cependant, suivant le vieil adage, souvent vérifié hélas, selon lequel « les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés », vous devriez utiliser certaines de vos productions pour votre propre compte ; cela vous permettrait, à défaut de voir l’avenir en rose (couleur dans l’ère du temps depuis environ deux mois), cela vous permettrait, disais-je, de voir distinctement les outrances de la gestion de vos investissements.

En effet « offrir 500 000 euros » pour subventionner, c’est-à-dire cautionner les actes barbares d’un autre âge que sont les corridas, des assassinats qui ne veulent pas avouer leur nom est déjà chose impardonnable au plan humain dans la mesure où, si vous souhaitez vous faire nom et aura respectables, votre subvention pourrait servir plus utilement des causes humanitaires, nobles et valorisantes qui ne manquent pas dans notre pays, voire à l’étranger.

Vous préférez, plutôt que « donner » dans le « social » ou l’humanitaire, ce qui ne serait qu’un juste retour de « rétribution morale » au profit de ceux qui vous permettent d’exister et de prospérer, vous préférez donc, disais-je, jouer une carte qui n’est plus en odeur de sainteté chez nous, en France, mais aussi chez nos voisins espagnols et portugais tout autant que bien loin de chez nous aux Amériques.

C’est bien sur votre droit le plus absolu, certes, mais je suis certain que c’est un choix qui vous desservira à court terme puisque la corrida, pratique bestiale d’un autre âge, s’apparentant aux jeux du cirque de l’Empire romain reste une pratique qui est en voie de disparition à court ou moyen terme, que vous le vouliez ou non.

Un jour prochain vos actionnaires ne manqueront pas, à juste titre de vous réclamer des comptes.

Ce jour là, vous serez sans doute mis à l’index, voire en minorité en expliquant que votre investissement « corrida » n’avait pour seul et unique but que d’aider votre « ami » le maire de Bayonne qui sombre sous les difficultés financières liées à l’inquiétant recul de fréquentation des pratiques tauromachiques.

Je ne voudrais pas être à votre place, ce jour là, mesdames et messieurs du staff Afflelou.

Salutations attristées.

Jean Claude Lataupe, alias ecrivainparisien, écrivain pamphlétaire et journaliste indépendant et politiquement incorrect.

Copie adressée, pour information à :

Crac Europe, aux bons soins d’Hélène Vaquier, Présidente et Jean-Pierre Garrigues, vice-président

Bac Marseille, aux bons soins de Mario Valenza, Président

Toutes associations anti corrida ainsi que celles défendant les animaux ayant pignon sur rue par l’intermédiaire des réseaux sociaux

2vo8xpqo (2)

Lorsque l’information de départ a été connue, à savoir le contrat de partenariat entre la société Afflelou et la ville de Bayonne, la société Afflelou a reçu des centaines, voire des milliers de fax, de messages et autres coups de téléphone lui indiquant l’indignation générale du public suite à ce partenariat destiné à financer des assassinats de taureaux. Et ce public, particulièrement mécontent achète des lunettes, bien sur et a menacé la société Afflelou de s’approvisionner pour l’achat de ses futures lunettes auprès des enseignes concurrentes.

Il y a deux jours Alain Afflelou, en personne a publié un communiqué indiquant qu’il annulait son partenariat avec la ville de Bayonne.

2vo8xpqo (2)

Le second message de Mario me disait que le groupe Casino avait imposé à l’ensemble du personnel de son supermarché Grand Casino, situé à Istres, dans les Bouches-du-Rhône, le port d’un uniforme rappelant la corrida durant la Féria organisée récemment dans cette ville de tradition tauromachique également.

Ma plume pamphlétaire a parlé, là encore pour rédiger une nouvelle lettre ouverte que je vous offre ci-dessous :

2vo8xpqo (2)

Lettre ouverte à la direction du Groupe Casino, Saint-Etienne

Mesdames, Messieurs,

J’ai appris que vous imposiez le port d’un uniforme vantant les mérites de la corrida à tous les personnels de votre succursale d’Istres durant les fêtes de la féria.

Je me permettrai de vous faire respectueusement observer que vous imposez le port d’un uniforme et ce, sans concertation, à l’ensemble des personnels de cet établissement, ce qui est en soi regrettable puisque cette obligation s’apparente à un dictat mais, chose infiniment plus grave encore à mes yeux : en imposant cet accoutrement vous cautionnez la barbarie que représente la corrida et vous vous faites les complices de tortures et d’assassinats aux portes de votre établissement en dépit de la charte du droit de l’animal, une charte en vigueur dans toute l’Europe.

Vous vous faites donc les complices de tueries moyenâgeuses, Mesdames et Messieurs les responsables, tout comme les aficionados et le réquisitoire, ci-dessous vous concerne autant que ces êtres insensibles aux valeurs qui font la grandeur de l’Homme

Réquisitoire contre un monstre patenté

Eh, toi, oui, toi assis là bas sur le troisième gradin, c’est à toi que je m’adresse !

N’as-tu pas le sentiment d’être complice d’un assassinat programmé qui va bientôt intervenir là, sur le sable de cette arène qui va rougir du sang versé, comme devrait rougir de honte ton front puisque tu cautionnes, par ta présence cette barbarie moyenâgeuse s’apparentant aux jeux du cirque de l’Empire Romain ?

Complice tu l’es déjà, pour commencer, par préméditation puisque tu as fait l’acquisition de ce billet te permettant d’assister à cette descente aux enfers, prévue en plusieurs étapes capitales, comme la peine du même nom, une peine que l’on va infliger sous tes yeux de voyeur à un être vivant qui va souffrir avant d’agoniser n’étant plus en mesure de se défendre loyalement puisqu’on l’a préalablement « préparé » au sacrifice par des actions de sape perpétrées contre lui.

Complice, tu l’es en effet pour continuer, toi, l’aficionado qui va te délecter des coups portés par le picador enfonçant sa lame dans l’échine du taureau qui commence à faiblir !

Complice, tu continueras de l’être et tu persisteras quand tu applaudiras l’exécuteur des basses œuvres dans son habit de lumière, plantant, de manière appuyée et rageuse ses banderilles dans l’échine du taureau à plusieurs reprises.

Complice tu le resteras, bien sur quand tu assisteras, excité et jouisseur au moment suprême qui sera venu quand le bourreau, dans son habit d’apparat et le bras armé, plongera son glaive dans l’échine pour atteindre le cœur de l’animal abruti, assommé et hébété par la somme de coups lui ayant été portés au cours de cette mascarade ; un animal qui bientôt chancellera puis s’agenouillera dans le sable rougi avant de s’effondrer latéralement et de tomber dans le coma provoquant à cet instant un tonnerre d’applaudissements de la part des monstres venus là, comme toi, pour jouir du spectacle de la mort qui vient de passer sur l’autel de la barbarie où le sadique assassin s’est délecté à sophistiquer la mort qu’il a choisie et portée pour votre plus grand plaisir obscène et malsain puisqu’inhumain comme aucun.

Complice, tu l’es finalement mais irresponsable aussi, comme beaucoup de ceux qui sont là, comme toi, pour assister à cette messe noire ; car tu as entrainé avec toi cet enfant auquel tu imposes de subir un spectacle pour lequel il n’est pas préparé, le traumatisant ainsi gravement pour longtemps, peut-être pour toujours.

Complice, tu l’es donc et sans circonstances atténuantes ; c’est ce que te répondra, un jour, le Grand Homme lorsque tu te présenteras à lui et qu’il t’infligera alors le châtiment que tu mérites : bruler dans les flammes de l’enfer pour l’éternité, ainsi que tous ceux, qui, comme toi, picadors et matadors en tête, se sont délectés leur vie durant en participant ou en assistant à ces messes noires.

Comme je te plains, toi, le monstre sadique, sanguinaire et jouisseur !

Ecrivainparisien

2vo8xpqo (2)

J’ai reçu une réponse type émanant du Groupe Casino qui admet avoir imposé un uniforme aux personnels de son Géant Casino d’Istres durant la Féria mais qui reconnait également qu’il y a des problèmes dans les arènes de cette ville.

2vo8xpqo (2)

Le troisième message reçu concerne la présidente d’une association anti corrida qui s’approprie, à titre personnel la victoire que représente le retrait de l’opération de partenariat de la Société Afflelou avec la ville de Bayonne.

J’ai fait connaitre, là encore, à cette personne d’une mauvaise foi éhontée ma manière de penser quant à sa malhonnêteté morale dans cette affaire. Ma lettre ouverte se trouve ci-dessous et clôturera cette chronique de la torture ordinaire.

2vo8xpqo (2)

Lettre ouverte à la Présidente de l’Association Anti Corrida

Madame,

J’ai eu l’occasion de voir des documents de votre association faisant état de votre satisfecit suite au retrait du partenariat de la société Afflelou au profit de la ville de Bayonne.

Vous avez l’outrecuidance de vouloir vous approprier malhonnêtement, au plan moral s’entend et à titre personnel une victoire collective concernant le retrait du partenariat accordé précédemment par la société Afflelou à la ville de Bayonne.

Je me permettrais respectueusement de vous faire observer, Madame que votre association et vous-même ne représentez qu’une petite partie des associations tout autant que des personnes qui ont fait que ce succès ne vous appartient nullement à titre personnel.

Si l’on observe dans les médias les prises de position qui sont les vôtres depuis quelque temps on peut légitimement se poser la question de savoir dans quel camp vous vous situez.

La démarche consistant à vous démarquer de manière déloyale, voire malhonnête vis-à-vis d’autres associations de défense relève plus d’une action « commerciale » pour faire prospérer votre association, élevée au rang de société lucrative grâce aux subventions que vous percevez plutôt que d’une action honorifique en faveur des animaux que vous êtes censée défendre. Par vos actions destructrices vous ne faites que desservir la cause que vous êtes normalement censée honorer, en qualité de présidente d’association de défense. Je ne suis pas loin de penser d’ailleurs que vos propos trouvent un écho favorable dans les rangs des lobbies taurins.

J’espère objectivement que les adhérents de votre association ne resteront pas dupes éternellement et sauront prochainement vous faire comprendre, démocratiquement que vous n’êtes plus digne de les représenter.

Je vous salue, Madame la Présidente.

Ecrivainparisien

50588337

Read Full Post »