Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Animal’

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1932

ocjkpk2z

Journée de rassemblement

images (2)

En ce samedi 20 octobre 2012 la France profonde des mécontents se mobilise. Dans quelques minutes un grand rassemblement de Français responsables mais aussi de citoyens Européens venus apporter leur caution morale par leur présence effective à cette manifestation, va se mettre en place sous les fenêtres du ministère de la Culture et de la Communication, Place du Palais Royal à Paris, jadis capitale du monde du temps du siècle des lumières pour montrer aux dirigeants de notre pays qu’il n’ont pas entendu l’appel de cette France qui rejette à une très large majorité les actes de cruauté perpétrés contre le monde animal ; des actes qui perdurent dans les faits, malgré les promesses faites, il y a peu et au plus haut niveau, d’étudier un changement profond du sort de l’animal, le faisant ainsi passer du statut de meuble à celui d’être sensible aux yeux du Code Civil.

Dernièrement le Conseil Constitutionnel a décrété, suite à une QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité) déposée il y a quelque temps, que la corrida est conforme à la Constitution Française, déclenchant, par là même, l’indignation générale dans les rangs de cette France qui vient donc aujourd’hui faire connaitre aux instances dirigeantes de notre beau pays le niveau de son mécontentement.

Ne pouvant conserver une neutralité coupable si je restais passif en cette circonstance, je participe, à ma manière au mécontentement général par cet article ainsi que par le message qui clôturera ce billet.

Ecrivainparisien

20 octobre 2012

486781_4140432781867_903883997_n

Message à un clown grotesque et pitoyable se donnant en spectacle

Eh, toi le clown grotesque et pitoyable qui sévit au cœur de l’arène avec ton costume d’assassin cousu de vieil or, n’as-tu pas l’impression, lorsque tu t’amuses sadiquement avec un animal noble et sensible de faire une entorse à l’histoire compassionnelle et progressiste de l’humanité ?

Lorsque tu joues à faire le fanfaron par tes pas de danseuse ridicule en vue d’exécuter tes passes sur le sable souillé de l’arène, n’as-tu pas le sentiment que tes gestes risibles te donnent un argument faussement justificatif pour vouloir tromper le peu de conscience qu’il te reste en lui faisant croire que tu es le preux chevalier qui combat vaillamment un adversaire féroce au cours d’un duel titanesque ?

Lorsque tu t’apprêtes, avec ton bras armé du glaive vengeur à porter l’estocade à un animal usé, meurtri et stressé ayant perdu toute faculté velléitaire par l’infâme autant que dégradante agression physique que tu lui as imposé au cours de cette mascarade, n’as-tu pas, l’espace d’un instant, le sentiment que l’image que tu as voulu imposer à ton for intérieur s’est brusquement ternie, voilée et dégradée par la méprisable action que tu t’apprêtes à commettre ?

Tu n’es pas un justicier, pas plus qu’un vaillant et glorieux combattant, encore moins un preux chevalier qui serait en état de légitime défense, tu n’es qu’un vulgaire assassin de bas étage ; un de ceux qui avilissent à tout jamais leur âme noire en état de disgrâce permanent, une âme perdue à tout jamais qui reste emplie d’une haine qui transparait lorsqu’on lit ton regard halluciné au cœur de cette arène de la honte, un haut lieu de perdition autant que de sacrifice.

Tu ne seras jamais, ô grand jamais, l’artiste que tu es persuadé être et auquel tu t’identifies dans ta pathologie chronique autant que compulsive car un artiste est un être sensible et riche d’une conscience pétrie d’humanisme autant que d’empathie, tous sentiments te faisant cruellement défaut.

Je t’abandonne, toi le clown pitoyable et grotesque au sort qui restera le tien : celui d’un être méprisable puisque, quoi qu’il arrive, tu resteras un individu incapable d’un quelconque sentiment de repentir ; donc malheureusement un être totalement irrécupérable.

Jean Claude Lataupe

50588337

Mots clés de cet article :

Ministère de la Culture, Constitution, Animal, QPC, Mécontentement, Corrida, Citoyens Européens,

Mort

Complément de l’article :

Un compte-rendu de la manifestation citoyenne du 20 octobre en vidéo

« J’ai honte de voir qu’on est obligé de faire une manifestation ici en France pour faire reculer la mort alors qu’ailleurs on se bat pour enrayer son déclin. Il est inconcevable que la mort, donnée en spectacle puisse appartenir d’une manière quelconque à ce qui s’apparente au patrimoine, c’est inconcevable, inadmissible. Vous faites aujourd’hui la démonstration du possible, la démonstration de l’action ; c’est l’éthique qui triomphera de la mort grâce à vous, merci.»

Alain Bourgain-Du bourg, Président de la Ligue des Oiseaux.

Rassemblement citoyen contre la corrida ; Paris – Place du Palais Royal ; 20 octobre 2012

http://www.youtube.com/watch?feature=share&v=zZNSnY5P6mc&gl=FR

Alain Bougrain-Dubourg

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1876

ocjkpk2z

Cause animale : une valorisation pour l’esprit !

2vo8xpqo

Cet article n’a pas la mauvaise prétention d’être donneur de leçons, loin s’en faut ; il n’a été rédigé que dans le but de faire toucher du doigt au lecteur la réalité de certaines choses.

2vo8xpqo
Prendre effectivement parti pour la cause animale est une action noble et valorisante pour l’esprit, sous certaines conditions cependant ; des conditions que je vais essayer de clarifier ci-après.
J’observe, depuis près d’une décennie dans le cadre de mes activités de soutien à la cause précitée, une partie du travail de sites, blogs, associations et autres forums prenant fait et cause pour l’animal.
Pour ce qui est du problème général de fond concernant le monde animal, j’observe et constate, de longue date qu’une pléthore d’associations, de groupes, voire de groupuscules travaillent sans aucune liaison entre eux et sans concertations préalables qui permettraient de définir un ou plusieurs objectifs communs fiables et autres plans d’action sur le long terme ; le résultat, prévisible, de cette « isolement contre productif » est que le monde de la protection animale n’est aucunement globalement représentatif aux yeux des instances dirigeantes car se dispersant beaucoup trop pour être crédible.
A l’heure des moyens de communications gigantesques mis à la disposition de l’homme il est paradoxal de devoir constater que beaucoup ne communiquent pas ou plus, travaillant isolément dans leur sphère sans avoir l’idée de vouloir partager leurs acquis.
Pour ce qui est de la forme maintenant, je constate, là encore beaucoup trop d’anomalies, notamment dans les écarts de langage et je vais là aussi m’en expliquer.
Nous sommes dans une démocratie et chaque individu est libre de s’exprimer ou non dans le cadre d’un forum, d’un blog ou d’un site s’il pense avoir un ou des arguments à faire valoir ; tout comme chacun n’est aucunement dans l’obligation de lire des arguments qui pourraient lui déplaire, voire le froisser et y répondre car la réponse qu’il formulerait, dans le cas d’espèce, ne serait vraisemblablement pas conforme à une réalité objective et constructive.
Ce préalable étant posé, le triste constat qui en ressort et qui tend à s’amplifier est que la pratique de la langue française se perd chaque jour un peu plus.
Chacun devrait avoir à cœur lorsqu’il traite de sujets valorisants de faire un minimum d’effort, au plan de l’écriture de façon à être compris, ne serait-ce que par respect pour le ou les lecteurs de ses développements mais aussi pour le « sujet » dont il parle, dans le cas de cet article : l’animal.
Il existe sous Windows et ailleurs sur le net, des correcteurs grammaticaux mais aussi orthographiques qui permettraient à certains de ne pas devoir rougir de leurs écrits.
Dernier point important et de taille, observé ça et là : je n’apprécie nullement l’inutile étalage de violence verbale de certains ; un fait qui les discrédite et les décrédibilise mais aussi qui dévalorise la tenue littéraire et intellectuelle de certains espaces d’expression de même que je trouve véritablement lamentable l’attitude de certains individus, se cachant derrière le « relatif » anonymat de leur ordinateur et qui usent et abusent d’une provocation gratuite, ordurière, mesquine et malsaine, souvent d’une pauvreté intellectuelle affligeante démontrant brillamment leur manque d’instruction, de savoir vivre mais aussi de culture. 
Le dessein de ces provocateurs est de tenter de déstabiliser les utilisateurs habituels d’un espace d’expression dans le but de brouiller les cartes de ce qu’ils pensent être un jeu de bonneteau.
La meilleure des armes particulièrement efficace à l’encontre de ces nuisibles de l’ère moderne reste, dans certains cas l’indifférence à afficher à l’égard de ces individus qui se trouvent totalement déstabilisés par l’absence de réponse et de réactions face à leurs élucubrations, les privant ainsi du plaisir, ô combien jouissif, de la riposte du ou de leurs interlocuteurs.

Il ne faut jamais perdre de vue que la violence, physique ou verbale ne peut qu’être génératrice d’elle-même, conduisant à une surenchère et à l’escalade.

Il est infiniment plus difficile d’ignorer la violence que d’y répondre dans un mauvais réflexe qui ne peut qu’être aucunement valorisant.
Les responsables, webmasters et autres modérateurs de certains espaces devraient avoir constamment à l’esprit qu’ils ont des moyens techniques légaux pour empêcher les parasites susmentionnés de nuire à la bonne tenue des espaces dont ils ont la charge. Ils ont même la possibilité, si le besoin s’en faisait sentir, de déposer plainte contre ces individus qui narguent la société en relative impunité. 
Je remercie les lectrices et lecteurs d’avoir eu la courtoisie de lire cet article jusqu’au bout.
Ecrivainparisien

50588337

Mots clés contenus dans cet article :

Animal, associations PA, Courtoisie, Provocateurs, Irresponsables, Violences physiques et verbales, Débat, Respect,

334195_381649895235441_387070152_o

Read Full Post »