Feeds:
Articles
Commentaires

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2156

ocjkpk2z

Demain on rase gratis.

Les promesses n’engagent que celles et ceux qui y croient…

back2school2

Aucune et aucun, parmi celles et ceux qui se présentent aux suffrages des primaires de "droite et du centre" comme de gauche, n’a véritablement l’étoffe pas plus que l’envergure pour devenir le prochain Président de la République.

Elles ou ils ont quasiment tous exercé, plus ou moins longtemps, dans un passé récent ou plus ancien, des fonctions à vocation "nationale" et aucun, parmi les actuels prétendants, n’aura laissé de bons, voire de très bons souvenirs aux Français.

Elles et ils ont tous plus ou moins échoué, à un titre ou à un autre. Quand ce n’est pas à plusieurs !

Certains "prétendants" proposent aujourd’hui, dans ce qui leur sert de programme, des solutions qu’il ont été incapables de mettre en pratique du temps où ils avaient la capacité et le pouvoir de le faire.

Pourquoi réussiraient-ils aujourd’hui alors qu’hier il nous ont brillamment démontré leur frilosité, leur incapacité, voire l’incompétence dans laquelle ils se signalent, pourquoi réussiraient-ils donc, disais-je, à sortir la France du bourbier dans laquelle elle est enlisée ?…

Notre pays compte aujourd’hui au moins 6 millions de chômeurs, une dette extérieure de 2200 milliards d’euros et aucun espoir de voir s’inverser la courbe du chômage avant au moins un an ou deux, contrairement à ce que tente de nous expliquer une ministre particulièrement incompétente dans le domaine qui est celui pour lequel elle a été nommée.

Malgré la situation dans laquelle se trouve notre pays, malgré les promesses faites, concernant l’inversion de la courbe du chômage, par un "Moi, Président" qui n’est plus du tout en odeur de sainteté, y compris parmi celles et ceux qui l’encensaient hier, malgré cela donc, notre Président "normal", est déjà en campagne même s’il n’a encore rien officialisé… Celui qui parlait de république transparente et exemplaire va vraisemblablement se présenter à la primaire de gauche faisant ainsi fi de ses promesses et démontrant donc, à la France entière, qu’il n’a aucun amour propre, aucune décence ni respect d’aucune sorte de la fonction pour laquelle il a été élu, pas plus qu’il n’a de considération pour la parole donnée qu’il a été totalement incapable de respecter.

Triste bilan pour notre pays que tout cela !

Ecrivainparisien

50588337 (2)

Mots clés de cet article :

Promesses électorales, Chômage, Campagne, Respect, Compétences, Président,

 

Santa Puts on His Gloves

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2155

ocjkpk2z

Message en l’air (les pieds dans le plat)

Le doigt accusateur

Nos "zélites" politiques sont et demeurent sourdes et aveugles, attachées qu’elles sont à leurs exorbitants privilèges et obnubilées par le "Pouvoir" et leur esprit de rancune et de vengeance tenaces, pour quelques uns de ces messieurs, mais ces "têtes pensantes" ne se soucient point de la France ni de son peuple qui pourtant souffre chaque jour…

Tous ces messieurs promettent monts et merveilles en sachant manifestement que les promesses électorales et clientélistes ne les engagent aucunement mais n’engagent que celles et ceux qui y croient, comme toujours…

Parmi ces grosses têtes certaines ont même eu l’occasion de pouvoir exercer leurs "talents" puisqu’ils ont eu les rênes du pouvoir à une époque ou à une autre et n’ont quasiment rien fait de ce qu’ils promettent aujourd’hui…

Le Français a malheureusement la mémoire courte, infiniment trop courte et je n’en veux pour preuve que certains "ténors carriéristes", vieux routiers de la politique, sont réélus, parfois au premier tour, alors que chacun sait qu’ils ont eu affaire à la Justice, quelques uns ayant même été lourdement condamnés par le passé quand d’autres sont toujours en attente de leurs procès…

On aime beaucoup les lois en France, c’est bien connu. Alors à quand une loi pour mettre hors d’état de "nuire" les "politicards" véreux, tricheurs, voleurs, menteurs et autres fabulateurs qui ont été condamnés et continuent, en toute impunité, à ruiner la France et son patrimoine ?

Il serait temps que notre pays se dote de personnels politiques, femmes et hommes droits, francs et intègres, au-dessus de tous soupçons, respectueux, responsables et soucieux de l’intérêt général mais pas de leur intérêt personnel comme c’est, hélas, trop souvent le cas. Il suffit, pour se convaincre de la véracité de mes propos qui précèdent, de connaitre le montant astronomique du patrimoine de certains de nos "zélus"… Pour comprendre que je suis dans le vrai.

A quand une République et des élus au seul service des citoyens et pas du capital ?

Il serait plus que temps d’avoir du courage si l’on veut pouvoir encore sauver et redresser la France.

Juste un rappel pour terminer cet article : le montant de la dette de la France est actuellement de 2200 milliards d’euros…

Ecrivainparisien

50588337 (2)

Mots clés de cet article :

Politique, Elections,

 

strasbourg

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2154

ocjkpk2z

Souvenirs de rentrée

2vo8xpqo (2)

La rentrée des classes aura lieu cette année jeudi prochain pour 12 millions d’écoliers.

L’occasion m’est donc offerte pour publier une nouvelle fois, sur le forum, un article que j’avais rédigé il y a quelques années en hommage à l’un de mes instituteurs, monsieur Georges Cosson.

J’écrivais donc, en son temps, ce qui suit à propos de cet homme dont je conserve, en mon âme, de merveilleux souvenirs d’une époque aujourd’hui totalement révolue.

Portrait d’un homme intègre

En rédigeant tout à l’heure une réponse à un commentaire m’ayant été adressé par une amie concernant un certain Karl Marx, grand théoricien, il m’est revenu en mémoire, par associations d’idées une époque, aujourd’hui révolue : l’école à « l’ancienne », celle du temps que nos récents ministres de l’Education Nationale n’ont jamais pu connaitre puisque la plupart d’entre eux n’étaient pas encore nés ou n’étaient pas en âge de comprendre.

En ce temps là, les instituteurs étaient gens respectables et respectés tout autant qu’admirés, voire imités et cela sans qu’ils aient eu besoin de faire d’efforts particuliers. Dans les petites villes et les villages ils occupaient d’ailleurs souvent le poste de secrétaire de mairie puisqu’ils détenaient le savoir.

J’ai eu le privilège de bénéficier de l’enseignement de l’un de ces hommes de l’Art, à la fin des années 1950.

Cet homme exceptionnel, à plus d’un titre s’appelait monsieur Georges Cosson et exerçait son métier à Montargis (Loiret)

J’ai suivi son enseignement deux années durant, en 1958 et en 1959 et c’est au cours de ces 2 années scolaires que j’ai appris l’essentiel de ce qui reste aujourd’hui, plus de 58 ans plus tard, mon bagage intellectuel.

Georges Cosson était un homme imposant à plus d’un titre et tous ses élèves, sans exception, lui portaient un respect qu’il savait leur rendre. Nul besoin, pour lui, de lever la main sur un élève pour être compris ; sa stature physique et son regard tout autant que sa voix posée savaient convaincre quiconque dans les meilleurs délais.

Cet homme sévère mais juste avait une pédagogie efficace et chacun de ses élèves se faisait un point d’honneur de retenir l’enseignement dispensé.

Il était communiste convaincu mais ne le chantait pas sur les toits bien qu’il en soit fier. Il mettait en pratique les plus nobles théories du communisme, à savoir le partage et ce qu’il nous apprenait ne faisait pas toujours partie du programme pédagogique de l’Education Nationale mais il savait éveiller nos esprits, nous intriguer tout autant que nous intéresser aux choses de la vie, celles que nous allions mettre en pratique quelques années plus tard.

Georges Cosson reste le meilleur des professeurs que j’ai eu au cours de toute ma scolarité, y compris mes années de lycée et je continue de porter haute estime à son âme. Si ma vocation première était de vouloir devenir professeur afin de transmettre mon savoir aux autres c’est incontestablement à Georges Cosson que je le dois.

Je souhaite à chaque élève d’avoir au cours de sa scolarité un professeur tel que lui.

Merci, monsieur Cosson, pour ce que vous avez fait pour nous.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Instituteur, Vocation, Hommage, Savoir, Georges Cosson,

 

Georges Cosson

Monsieur Georges Cosson, mon instituteur (1958)

Classe de Georges Cosson 1959

Monsieur Georges Cosson et sa classe (1958)

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2153

ocjkpk2z

La campagne est lancée

2vo8xpqo

Depuis peu, chacun l’aura remarqué, les ténors de l’intelligentsia, usés par des excès de vocalises dégainent, à tour de rôle, leurs armes favorites et "défouraillent" à tour de bras quelques bonnes rafales espérant "toucher et couler" un rival embarrassant qu’ils estiment encombrer inutilement les accès qui mènent au sommet de la pyramide…

A tous ces bonimenteurs patentés que nous subissons tous depuis au moins 4 décennies je voudrais dire ce qui suit :

La musique adoucit les mœurs (air connu)

J’aime la musique, je le confesse publiquement.

Si le "Fou chantant", autrement dit Charles Trenet, aimait le Music Hall, j’ose avouer, personnellement que j’aime la Musique, libellée ici avec une majuscule, cette musique faite de noblesse et d’élévation d’esprit qui fait vibrer les âmes et qui parle au cœur comme personne par ses accents suaves et doux mais parfois puissants et rythmés comme le fracas de certaines chevauchées wagnériennes qui décoiffent mieux que le Round Up, ce poison qui refuse de dire son nom et qui est produit par un géant américain de l’agro-alimentaire de sinistre mémoire qui ne connait, pour sa part, que le bruit jouissif de son tiroir caisse mais qui n’entend pas le bruit ténu provoqué par les millions d’abeilles qui tombent, empoisonnées par les saloperies qu’il fabrique pas plus que ne l’entendent les actionnaires de cette compagnie qui empoisonne la terre à petit feu.

Cette musique qui rythme mes longues journées besogneuses passées devant mes claviers et mes écrans m’aide, infiniment mieux et bien plus efficacement et ce, sans séquelle aucune, que la plus puissante des drogues jamais fabriquées. Elle m’aide, oui, à oublier, je le confesse publiquement, tous les sinistres "thons" et autres irresponsables qui jalonnent ma vie mais aussi les vôtres, chers amis lectrices et lecteurs et qui pourrissent nos existences par la même occasion, les vôtres et la mienne, bien sur, par des mesures coercitives et forcément impopulaires puisqu’ils ne s’appliquent, ni à eux-mêmes ni à ceux de leur "caste" lesdites mesures suivant le proverbe bien connu mais ignoré sciemment par ces gourous qui ne s’ignorent pas mais ignorent ceux n’étant pas de leur monde ; ce proverbe, bien connu dit que "charité bien ordonnée commence par soi-même".

Ces incompétents et irresponsables "avérés" pour les "besoins" d’un vraisemblable raisonnement logique, ces incompétents et irresponsables donc, du moins identifiés comme tels par le plus grand nombre de ceux qui les subissent, contraints et forcés, sont souvent fortunés d’ailleurs puisque s’enrichissant depuis un certain temps déjà grâce au système mis en place par les soins de leurs petits "copains" énarques des promotions antérieures de leur école ; une école, que dis-je un institut "fossoyeur" de la richesse collective et de la pensée individuelle, une école de la République chargée de "saper" les valeurs du bien commun républicain mais aussi du patrimoine appartenant au peuple qu’ils volent, torpillent et s’approprient à leur usage exclusif allègrement et en toute impunité, puisque nombre de ces "délinquants" en costume ne sont quasiment jamais condamnés pour les faits avérés qui leur sont pourtant réellement et justement reprochés.

Ces gens là, vous savez ceux qui comptent leurs sous, ne sont pas en mal pour pouvoir s’offrir, quand bon leur semble, une place aux premières loges du Palais Garnier pour aller écouter un opéra, bien sur, mais aussi pour se montrer lors de cette manifestation culturelle ; se montrer, oui, pour faire encore et toujours illusion, de cette illusion leur donnant, du moins en apparence, une image de respectabilité qu’ils soignent jour après jour.

Je n’aime nullement cette Valse triste, là ! Pas plus que je ne porte en mon cœur les artisans de cette Symphonie du désespoir, écrite pour les petits dont je suis, ou bien encore ce Concerto de la démesure et de l’outrance que tous ces instrumentistes virtuoses et zélés, adeptes d’exercices de corde raide, nous jouent au sein de l’orchestre de la honte de l’actuelle et pitoyable intelligentsia qui voudrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes et qui ose penser, en prime que nous allons l’applaudir et la remercier chaleureusement, comme il se doit, avant la tombée du rideau.

La musique adoucit les mœurs comme je l’écrivais plus avant mais elle ne m’empêche aucunement de rester lucide, comme vous pouvez le constater.

Jean Claude Lataupe, pamphlétaire, politiquement incorrect.

50588337

Mots clés de cet article :

Campagne électorale, Démagogie

Pour aller plus loin :

http://lelab.europe1.fr/francois-fillon-dezingue-nicolas-sarkozy-qui-imagine-le-general-de-gaulle-mis-en-examen-2831848

http://www.lepoint.fr/politique/francois-hollande-ment-assure-cecile-duflot-28-08-2016-2064317_20.php

http://www.lesechos.fr/elections/primaire-a-droite/0211234194639-juppe-veut-rassembler-plutot-que-dexciter-les-surencheres-2023133.php#xtor=RSS37

http://blog.francetvinfo.fr/fais-pas-com-papa/2016/08/28/francois-hollande-prisonnier-de-sa-timeline.html

112220587

Image TropicalBoy www.tropicalboy.fr

 

 

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2152

ocjkpk2z

"Eh puis, si j’étais le Bon Dieu, je crois que je ne serais pas fier ; je sais, on fait ce qu’on peut mais il y a la manière" Jacques Brel

Le doigt accusateur

Je souhaite que le ministre de l’intérieur explique aux familles des 84 personnes lâchement assassinées sur la Promenade des Anglais à Nice mais aussi à toute la France comment il peut encore dormir alors qu’il est le grand responsable des problèmes de sécurité dans notre pays… Et après ce qui est arrivé à Nice.

Le ministre de l’intérieur ne pouvait ignorer l’arrêté municipal permanent du 29 septembre 2014 stipulant l’interdiction faite aux poids lourds de plus de 3 tonnes 5 de circuler sur la Promenade des Anglais à Nice.

Comment, dans ces conditions et en période d’état d’urgence, qui plus est, a-t-il été possible que les services de police dont le ministre est responsable puissent laisser circuler un véhicule de 19 tonnes sans intervenir en aucune manière ?

Quelqu’un a-t-il été "inquiété" pour cette erreur impardonnable ayant entraîné la mort violente de 84 femmes, hommes et enfants ?

Personne à ma connaissance. Aucun journaliste ne s’en est d’ailleurs fait l’écho, sauf erreur de ma part…

Une enquête a-t-elle été ouverte de la part de l’IGS concernant cette faute très lourde ?

Pas que je sache !

Il y a pourtant, à l’évidence un, voire des responsables à ce manquement gravissime. Je l’affirme haut et fort !

Vous avez des comptes à rendre aux familles des victimes mais également à la France toute entière, monsieur le ministre de l’intérieur concernant cette erreur manifeste et impardonnable de la part des services dont vous êtes le chef suprême.

Vous êtes donc, par voie de conséquence et indirectement le seul et unique responsable de cet horrible assassinat et de cet affreux cauchemar… Qui laisseront un traumatisme durable dans l’esprit des Niçoises et des Niçois mais aussi dans celui de la France tout entière tout comme dans celui des familles étrangères endeuillées par cet attentat.

Je n’aimerais pas être à votre place actuellement, monsieur le ministre.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Nice, Ministre de l’intérieur, Négligences, Respect consignes,

redcard

Pour aller plus loin :

http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/attentat-de-nice-le-camion-navait-pas-le-droit-de-circuler-sur-la-promenade-des

Oudon

 

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2151

ocjkpk2z

Funérailles d’Emilie Loridan

in39san6

Ce matin, à 9 h 30 va se tenir, à Armentières dans le département du Nord, une cérémonie à la couleur particulière.

Cette cérémonie va avoir lieu dans l’église Notre-Dame-du-Sacré-Cœur. C’est en ce lieu qu’on va, en effet, célébrer les funérailles d’Emilie Loridan.

Emilie Loridan était une maman qui a mis fin à ses jours le 3 juillet dernier suite à d’insurmontables tracasseries administratives vécues et subies par cette malheureuse maman de la part de l’administration française, notamment de la part de la Caisse d’Allocations Familiales.

Une CAF qui verse des larmes de crocodile, par message interposé, comme vous pouvez le voir ci-dessous mais qui a eu l’outrecuidance extrême de réclamer à Emile Loridan le remboursement de prestations de RSA trop perçues… Comme l’indique le journal "20 minutes" sous la plume d’Olivier Aballain.

Capture

 

Comment Emilie Loridan aurait-elle pu rembourser quoi que ce soit alors qu’elle n’avait plus que 398 euros mensuels pour tenter de "survivre" avec ses 2 enfants de 8 et de 6 ans, dont une fillette atteinte de Trisomie 21 ?

A l’heure à laquelle la France distribue à tour de bras des aides et subventions de toutes sortes il est inadmissible de devoir constater que des organismes administratifs persécutent des gens acculés n’ayant aucune solution pour s’en sortir si ce n’est celle de mettre fin à leurs jours ; hélas !

J’avoue avoir parfois le sentiment profond de me sentir honteux d’être Français ; honteux, oui !

En cette journée de tristesse j’ai des pensées particulièrement émues pour les enfants d’Emilie mais aussi pour la sœur et pour l’oncle d’Emilie Loridan, durement éprouvés par cette disparition et je peux les assurer de toute ma sympathie ainsi sans doute que celle des lectrices et lecteurs du "forum de l’écrivain".

Pour terminer je tiens à saluer et à remercier Delphine Tonnerre, journaliste à la "Voix du Nord" pour ses 2 articles publiés récemment concernant Emilie Loridan tout comme je remercie également Olivier Aballain, journaliste à "20 minutes" pour son article publié dans les colonnes de son journal.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Emilie Loridan, Funérailles, Armentières, Prestations, CAF, Honte, France

1167770088_B979156772Z.1_20160708070324_000_GR47677D8.1-0

 

Pour aller plus loin :

http://www.20minutes.fr/lille/1885079-20160708-nord-mere-suicide-apres-imbroglio-franco-belge-allocations

http://www.lavoixdunord.fr/region/emilie-maman-privee-d-allocations-et-desemparee-a-ia11b49726n3619290

!cid_1BF09EFA4580452F8CF55227E782153F@BonnetduSault

 

 

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2150

ocjkpk2z

Tragédie irréparable

in39san6

Emilie Loridan, une jeune maman de deux enfants dont une fillette trisomique s’est retrouvée en état de détresse, pour le moins, suite notamment à la perte des indemnités reçues précédemment de la part de la Caisse d’Allocations Familiales.

Dimanche dernier Emilie Loridan a mis fin à ses jours

Delphine Tonnerre, journaliste à la Voix du Nord écrivait un excellent papier le 6 juin dans les colonnes de son journal disant, je cite : "Émilie était « une maman battante mais fatiguée ». Nous avions rappelé l’Armentiéroise en juin, pour avoir de ses nouvelles, et savoir où en était son dossier. « À part me dire que je dois demander une pension alimentaire au papa de mes enfants, je n’ai rien de plus. La CAF m’a même supprimé mon APL », nous avait-elle répondu. Encore un peu plus fatiguée par ses problèmes qui s’accumulaient et dont elle ne voyait pas d’issue. Sans RSA, sans APL, Émilie n’avait plus que l’allocation enfant handicapée belge pour vivre (398 euros), et nous avait dit doucement, sans s’énerver, « être à bout », ne plus savoir « comment s’en sortir »."

Dans un second article, daté du 8 juillet, dont lien ci-dessous, Delphine Tonnerre s’interroge logiquement sur le fait de savoir si la CAF avait tout fait pour tenter d’aider Emilie.

Les services de la CAF n’ont pas jugé bon de répondre…

Comment peut-on, de nos jours rester si froid, si indifférent et si hermétique à une détresse humaine telle qu’elle a entrainé la mort d’une jeune femme désespérée ?…

Les funérailles d’Émilie Loridan auront lieu ce samedi 9 juillet à 9 h 30 à l’église Notre-Dame-du-Sacré-Cœur à Armentières.

Je tiens à remercier du fond du cœur la journaliste Delphine Tonnerre ainsi que le rédacteur en chef de la Voix du Nord qui ont fait le maximum qu’ils pouvaient faire pour aider la malheureuse Amélie.

Pour terminer cet article je souhaite adresser toutes mes pensées à la famille d’Emilie dans la pénible épreuve qu’elle traverse, cela à titre personnel mais aussi de la part des lectrices et lecteurs du "forum de l’écrivain"

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Emilie Loridan, Disparition, Armentières, CAF, La Voix du Nord, Delphine Tonnerre,

!cid_1BF09EFA4580452F8CF55227E782153F@BonnetduSault

Pour aller plus loin :

http://www.lavoixdunord.fr/region/armentieres-privee-de-rsa-parce-qu-elle-touche-une-ia11b49726n3487797

http://www.lavoixdunord.fr/region/emilie-maman-privee-d-allocations-et-desemparee-a-ia11b49726n3619290

1167770088_B979156772Z.1_20160708070324_000_GR47677D8.1-0

Repose en paix, Emilie !