Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Pamphlets’ Category

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2160

ocjkpk2z

Mes vœux à “l’intelligentsia” politique

Le doigt accusateur

Comme tous les ans, à cette période de l’année, je vais rédiger et présenter des vœux. Cependant cette année ils seront sans doute surprenants pour certaines et certains qui vont avoir droit aux "horreurs de mes colonnes"

Je vais donc entrer, sans plus attendre, dans le "vif" du sujet, si j’ose m’exprimer ainsi…

2016 a été une année catastrophique pour la France profonde, celle qui travaille et que l’on "saigne" à blanc mais aussi celle qu’on laisse sur la touche et qui vit très mal la situation qu’on lui impose par la faute d’une intelligentsia qui est sourde, aveugle et qui ne réfléchit pas, ou si peu, à la misère du monde et qui va se prendre une monumentale claque, bien méritée l’an prochain et cela à 2 reprises, par voie de conséquence.

Je souhaite donc, et je ne serai sans doute pas le seul, la pire des années à venir à tous les "politiques" (politicards) malhonnêtes, menteurs, voleurs, hâbleurs, écervelés, suffisants et imbus de leur petite personne qui brillent surtout par leur nullité crasse. Je leur souhaite également de vivre une longue, mémorable et douloureuse traversée du désert afin qu’ils comprennent un peu, juste un peu, ce qu’ils ont fait subir à leurs contemporains au cours de leurs parcours d’élus lamentables, montrés du doigt par une France qui leur avait signé un "chèque en blanc" pour les représenter. Je leur souhaite encore de subir, contraints et forcés, les contraintes générées par les lamentables décisions qu’ils ont prises concernant la santé publique, l’instruction, la défense et la sécurité de tous, y compris d’eux-mêmes. Je leur souhaite également de se nourrir des produits empoisonnés qu’ils ont contribué à faire fabriquer, puisqu’ils ont toujours fermé les yeux et ont vendu leur âme à des lobbies qui dictent leur loi Je leur souhaite, encore et toujours de devenir enfin honnêtes, autant que faire se peut, en reconnaissant et en avouant les funestes erreurs qu’ils ont commises en affaiblissant notre pays relégué aujourd’hui au rang de puissance à vocation indigente…

Je leur souhaite, enfin, de ne pas avoir l’outrecuidance de se faire photographier, samedi prochain, avec des accidentés de la vie, histoire de faire croire qu’ils mettent en pratique deux des emblèmes de la République : "égalité et fraternité". Leur parcours prouve à tous le contraire…

Tel est donc le constat du lamentable et catastrophique bilan de cette année 2016, une année sentant le "sapin" avec son bilan truqué par les "stratèges" qui pensent surtout à leur avenir qu’ils croient encore doré, dans leur esprit machiavélique et tortueux, mais que je leur souhaite noir comme le charbon encore utilisé dans nos centrales électriques… En espérant sincèrement que "le changement c’est maintenant" ; surtout pour eux !

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Bilan, Noirceur, Chômage, 2016, Changement,

Oudon

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2156

ocjkpk2z

Demain on rase gratis.

Les promesses n’engagent que celles et ceux qui y croient…

back2school2

Aucune et aucun, parmi celles et ceux qui se présentent aux suffrages des primaires de "droite et du centre" comme de gauche, n’a véritablement l’étoffe pas plus que l’envergure pour devenir le prochain Président de la République.

Elles ou ils ont quasiment tous exercé, plus ou moins longtemps, dans un passé récent ou plus ancien, des fonctions à vocation "nationale" et aucun, parmi les actuels prétendants, n’aura laissé de bons, voire de très bons souvenirs aux Français.

Elles et ils ont tous plus ou moins échoué, à un titre ou à un autre. Quand ce n’est pas à plusieurs !

Certains "prétendants" proposent aujourd’hui, dans ce qui leur sert de programme, des solutions qu’il ont été incapables de mettre en pratique du temps où ils avaient la capacité et le pouvoir de le faire.

Pourquoi réussiraient-ils aujourd’hui alors qu’hier il nous ont brillamment démontré leur frilosité, leur incapacité, voire l’incompétence dans laquelle ils se signalent, pourquoi réussiraient-ils donc, disais-je, à sortir la France du bourbier dans laquelle elle est enlisée ?…

Notre pays compte aujourd’hui au moins 6 millions de chômeurs, une dette extérieure de 2200 milliards d’euros et aucun espoir de voir s’inverser la courbe du chômage avant au moins un an ou deux, contrairement à ce que tente de nous expliquer une ministre particulièrement incompétente dans le domaine qui est celui pour lequel elle a été nommée.

Malgré la situation dans laquelle se trouve notre pays, malgré les promesses faites, concernant l’inversion de la courbe du chômage, par un "Moi, Président" qui n’est plus du tout en odeur de sainteté, y compris parmi celles et ceux qui l’encensaient hier, malgré cela donc, notre Président "normal", est déjà en campagne même s’il n’a encore rien officialisé… Celui qui parlait de république transparente et exemplaire va vraisemblablement se présenter à la primaire de gauche faisant ainsi fi de ses promesses et démontrant donc, à la France entière, qu’il n’a aucun amour propre, aucune décence ni respect d’aucune sorte de la fonction pour laquelle il a été élu, pas plus qu’il n’a de considération pour la parole donnée qu’il a été totalement incapable de respecter.

Triste bilan pour notre pays que tout cela !

Ecrivainparisien

50588337 (2)

Mots clés de cet article :

Promesses électorales, Chômage, Campagne, Respect, Compétences, Président,

 

Santa Puts on His Gloves

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2135

ocjkpk2z

"Tout va très bien, madame la marquise"

Le doigt accusateur

Dans 12 heures l’année 2015, une des années les plus noires de notre pays, disparaitra, engloutie par les annales de l’Histoire, pour laisser sa place à la suivante.

Dans la soirée de la Saint-Sylvestre "Moi, Président", prononcera son "traditionnel" discours depuis l’Elysée pour nous dire que tout va bien et que tout ira pour le mieux l’an prochain ; les forces de l’ordre, mises à rude épreuve depuis trop longtemps déjà, seront sur le pied de guerre en ces temps tourmentés, tout comme les personnels hospitaliers, secouristes et pompiers. Des voitures de paisibles citoyens partiront en fumée au cours de la nuit ; comme tous les ans à pareille époque !

La France profonde, celle qui s’exprime ou ne vote pas, continuera d’avoir des pensées pour les disparus de "Charlie" ainsi que pour ceux du Bataclan, tout autant que pour les Françaises et Français ayant eu la malchance de se trouver aux terrasses de cafés et de restaurants parisiens en cette soirée du 13 novembre…

La France des travailleurs continuera de souffrir à cause des drames engendrés par le chômage, généré et entretenu par l’Intelligentsia en place depuis bien trop longtemps… La courbe du chômage continuera de progresser à l’apparent, mais apparent seulement, grand dam de celles et ceux dont le rôle principal est d’y pallier et d’y remédier ; des dirigeants et "politicards" brassant du vent mais continuant d’engranger, malgré tout, leurs milliers d’euros mensuels.

La France va mal, très mal même, embrumée qu’elle est par les discours fumeux de ceux qui n’écoutent pas la voix du peuple…

Nos Français, SDF et autres mal logés, continueront d’être ignorés et occultés par le pouvoir en place ; un pouvoir et une oligarchie aux ordres de la finance, trop occupés à ne pas déplaire à l’Europe pour ne pas être montrés d’un doigt accusateur concernant les "migrants", une simple photo montage faisant plus de ravages qu’un long discours. Tout cela est possible dans la mesure où le "pouvoir" est aidé en cela par des journalistes à la botte de ce dernier ; des journalistes ne parlant que d’une voix "orientée" et "édictée", de peur de perdre les avantages liés à leurs privilèges fiscaux en cas de "velléités libertaires".

Quelle vaste fumisterie !

Jean Claude Lataupe, Pamphlétaire.

50588337

Mots clés de cet article :

Drames, Chômage, Pouvoir, Oligarchie, Fumisterie,

 

Oudon

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2113

ocjkpk2z

La raison du plus fort

Le doigt accusateur

J’ai le plaisir de vous offrir, en lecture ou en relecture, un article rédigé par mes soins et mis en ligne sur cet espace de liberté le 26 juin 2007

La raison du plus fort.

« Travaillez, travaillez ! Il en restera toujours quelque chose. »

Bonjour à tous,

« Travailler plus pour gagner plus. »

Telle est l’une des professions de foi de notre nouveau Président qui a « sanctifiée » cette maxime durant les mois précédents.

Pour ce qui me concerne je dirais plus volontiers : « Travailler si toutefois cela est encore possible »

Je vais m’expliquer plus avant pour ce qui concerne cette formule, utilisée par aucun parti politique.

Pourtant !

Plusieurs milliers de français, jeunes et moins jeunes, séniors pour la plupart, tentent désespérément de trouver « un » travail.

Pour ces « exclus » il n’est pas question de gagner plus mais il est plus simplement question de travailler pour gagner un peu, seulement un peu d’argent, histoire de ne pas rester des « parias » de notre société devenue égoïste et s’étant refermée sur elle-même à hauteur de son nombril.

Des gens compétents, laissés sur la touche sous prétexte qu’ils sont trop « vieux » est devenu aujourd’hui lieu commun.

Ces séniors sont pourtant d’authentiques professionnels qui possèdent compétence, amour du travail bien fait, respect de soi et des autres.

Il est révoltant de constater que certains « patrons » préfèrent « liquider » les « valeurs humaines » de leur entreprise, dilapider leur patrimoine, vampiriser leur trésor, tout cela pour embaucher des jeunes qu’ils paieront des salaires de misère plutôt que conserver ceux qui ont fait que leurs belles sociétés sont devenues aujourd’hui ce qu’elles sont.

Des larmes d’impuissance et de rage perlent en ce moment à mes paupières devenues douloureuses.

Pour « remettre » les pendules à l’heure je vous offre le pamphlet qui suit et me tenait à cœur.

Bonne lecture à tous.

Fable politico-financière

2vo8xpqo (2)

(Librement inspirée d’une œuvre de Monsieur Jean de la Fontaine)

2vo8xpqo (2)

Un jeune élégant se pressentant investi d’une mission capitale

Harangua les foules avec un discours qu’il pensait triomphal :

« Gardez-vous dit-il de vous contenter de bien maigres salaires

Trente cinq heures ne peuvent vous offrir qu’injustice et misère

Travaillez encore et toujours plus, investissez vous sans relâche !

Vous récupèrerez les fruits de votre labeur, je ne serai pas lâche »

Le jeune élégant devenu Président le pays travailla d’arrache pied

Si bien qu’en quelques années la nation était totalement éreintée

La plus value tellement vantée et espérée fut bien maigre en vérité

Mais le Président avait su montrer avec talent à cette foule crédule

Qu’on ne prêtera toujours qu’aux riches qui ont déjà un beau pécule.

Ecrivainparisien, pamphlétaire, 26 juin 2007

50588337

Mots clés de cet article :

Travailler plus, Promesses,

IMG_6179 (2)

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2088

ocjkpk2z

Dédé, un ennemi malfaisant

redcard

J’ai découvert récemment sur le plus grand réseau social de la planète Internet une page communautaire intitulée "Militantes Anti-Corrida contre le machisme d’André Viard", page dont je fournis à la fin de mon article un lien direct pointant vers celle-ci pour celles et ceux voulant apporter leur soutien à toutes les militantes se sentant bafouées et insultées par les propos démesurés commis par André Viard ; et il y a de quoi l’être.

Le moins que l’on puisse dire d’André Viard, ancien matador, aujourd’hui président de l’observatoire national des cultures taurines est que cet individu utilise un langage particulièrement ordurier pour s’en prendre aux opposants à la corrida comme vous pourrez le constater sur l’image que j’ai capturée et qui figure à la fin de cet article.

Pour apporter mon soutien à toutes ces militantes j’ai rédigé un petit message d’antipathie à l’adresse d’André Viard, un ennemi malfaisant.

Vous trouverez mon message ci-dessous :

2vo8xpqo

Petit message d’antipathie au sieur Viard, que d’aucuns, parmi ses ami(e)s, dont je ne ferai jamais partie, nomment "Dédé"

Monsieur Viard,

Qui vous arroge le droit d’insulter, d’outrager, d’offenser et d’avilir les personnes ne faisant pas partie de votre sphère d’amis sanguinaires ?

Sans doute le Droit Divin, pensez-vous ! Celui qui, jadis, vous autorisait à jouir et à vous délecter en torturant, en massacrant en rond et en ridiculisant des animaux nobles, conditionnés et affaiblis par vos amis préparateurs de sacrifices, avant de les assassiner froidement, souvent malproprement d’ailleurs, sans autre forme de procès, au cours de mascarades nommées corridas.

Vous vous pensez sans doute investi du Droit Divin monsieur Viard pour vous permettre d’avoir ôté la vie de manière cynique à de nobles créatures tout comme vous vous autorisez à insulter, dans un langage particulièrement ordurier et malsain, celles et ceux n’étant pas de votre bord et qui vous montrent du doigt, un doigt mis parfois, souvent même, en forme de doigt d’honneur pour vous montrer tout le mal que bien des gens pensent de vous, de vos actions et de votre conduite.

Monsieur Viard, personne n’a le droit, lorsqu’il est considéré comme un homme, ce qui semble être de moins en moins le cas pour ce qui vous concerne, personne n’a le droit donc, de faire offense à Dieu en commettant des actes tels que ceux que vous commettiez jadis et que vous continuez de perpétrer sous une forme différente depuis trop longtemps déjà.

D’aucuns clament, haut et fort, que vous êtes atteint d’une pathologie qui devrait vous valoir obligation de vous faire interner pour tenter de vous faire soigner, ceci pour le plus grand bien de la collectivité. Mais votre cas est particulier et votre guérison nullement acquise puisque le mal dont vous souffrez est enraciné, enfoui, enseveli fort loin dans ce qui vous reste de conscience.

Je ne vous hais pas, monsieur Viard, ce serait vous donner une importance que vous n’avez jamais eue. Je ne peux que vous ignorer ce qui reste le plus grand des mépris.

Votre vie n’est qu’une suite d’actes répugnants et réprobateurs, vous l’ex "matador" devenu président d’une caste de malfaisants.

Je ne vous salue point, vous ne le méritez nullement.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

André Viard, Insultes, Militantes anti-corrida,

Lien pointant vers la page "Militantes Anti-Corrida contre le machisme d’André Viard" :

https://www.facebook.com/militantesanticorricontrelemachisme?ref=profile

Capture Viard

Les bons mots d’André Viard

Patron

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2086

ocjkpk2z

Maubourguet, morne arène

redcard

La vidéo que je viens de visionner et d’enregistrer, à toutes fins utiles et dont le lien se trouve à la fin de mon article, une vidéo réalisée le 23 août 2014 dans les arènes de Maubourguet est une preuve irréfutable de la violence verbale et physique commises par des aficionados avec la bienveillante complicité des forces de l’ordre, censées normalement éviter les affrontements violents.

Cette vidéo montrant des aficionados en train d’insulter et de frapper des manifestants venus dans l’arène pour faire savoir leur désapprobation de cette pratique est la brillante démonstration que ces individus sont des adeptes convaincus de la violence mais aussi de la lâcheté puisqu’on voit notamment clairement un individu armé d’une longue barre de fer frapper à plusieurs reprises et par derrière des anti corridas lors de leur éviction de ce lieu sentant la haine et la mort. La bande son est à la hauteur des agressions et n’est pas en reste puisqu’on entend très distinctement des voix proférer des injures du style "salope, pute" et autres "noms d’oiseaux" à plusieurs reprises. On entend aussi des voix incitant les auteurs de violence en cours à encore plus de haine et d’action à l’encontre des anti corridas présents sur place puisque certaines voix disent clairement par exemple "Va y, tape le" ou encore "Tape le encore, oui !" ou bien "Eh les mecs aussi faut lui taper la tête à celui-là !" ou, pire "Va y coupe lui les doigts, oui, coupe lui les doigts"

Si la corrida est un art c’est bien celui de montrer qu’il est vecteur et générateur de violences extrêmes en tous genres.

Les aficionados disent de la corrida que ce spectacle est un art. La vidéo enregistrée le 23 août 2014 dans les arènes de Maubourguet démontre clairement, nombreuses preuves à l’appui, que les amateurs de ce spectacle rétrograde sont surtout et comme chaque fois de grands spécialistes de violences verbales et physiques à l’encontre des anti corridas venus en ces lieux pour faire savoir leur désapprobation de ce spectacle. Que dire de l’attitude des CRS, présents dans cette arène et utilisant avec zèle leurs tonfas pour déloger et faire sortir, manu militari, de ce lieu de spectacles morbides les anti corridas venus là pour manifester leur hostilité à la corrida?

J’ose espérer que des plaintes vont être déposées auprès des services compétents et qu’elles seront suivies d’effets concrets.

J’assure de tout mon soutien les anti corridas présents sur les lieux ce jour là et je les félicite pour avoir été, comme chaque fois, les porte-parole de la France profonde qui ne veut plus voir de corridas sur le sol français et qui se sont manifestés courageusement et au grand jour.

Bravo à eux toutes et à eux tous pour leur courage et leur sang-froid.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de l’article :

Maubourguet, Corrida, Violences, Agressions,

Le lien pointant vers la vidéo "Maubourguet arènes en état de siège" :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=xSgfA7CUGI4#t=0

185163

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2082

ocjkpk2z

Respect (épistolaire) pour une cause noble :

redcard

Il est des choses dans la vie que je désapprouve et je ne m’en suis jamais caché. Parmi les choses qui me font bondir il en est une que je trouve impardonnable c’est celle qui consiste à créer une pétition, généralement adressée à une "quelconque" autorité pour demander, voire exiger "ceci ou cela", pétition écrite dans un français catastrophique car constellé de fautes de toutes natures (orthographe, grammaire, syntaxe, typographie)

Il me semble que le moindre des respects du aux personnes auxquelles s’adresse cette pétition, éventuels signataires et destinataire final, soit d’écrire le texte de ladite pétition dans un français impeccable.

Une pétition est un peu comme une lettre de motivation que l’on adresse à un "éventuel futur" employeur qui va la passer au classement vertical (en clair la corbeille et la broyeuse) si la lettre, voire le CV l’accompagnant comportent des fautes puisque les fautes démontrent, bien souvent, le manque d’instruction du créateur desdits documents, ce qui est du plus mauvais effet qui soit. Personne n’a droit à l’erreur en de telles circonstances et les fautes sont rédhibitoires.

L’exemple ci-dessous, trouvé au hasard ce matin mais ne m’étant pas adressé est caractéristique d’un flagrant manque de lecture et de relecture avant son expédition pour le moins et pour ne pas être méchant.

J’ai mis en surbrillance et souligné les fautes découvertes dans ce texte et entre crochets la "bonne "réponse

Le texte en question (voire en questions que l’on peut légitimement se poser)

2vo8xpqo

Une industrialisation massive

Les animaux sont les premières victimes de l’industrie de la fourrure. Avec un chiffre d’affaire [d’affaires] de plus de 15 milliards en 2007 l’industrie de la fourrure continue sont [son] expansion. Expansion nuisible voir qualifier [voire qualifiée] de génocide pour les [à l’encontre des] animaux à fourrure comme les renards, les lapins et plus récemment les chiens et chats.

Une captivité néfaste

Les animaux à fourrure sont très recherchés et pour cela ils sont victimes d’une chasse excessives [excessive] de la part des fourrures [fourreurs et non pas fourrures, sinon cette phrase n’a aucun sens] Ces élevages portent fortement atteinte à la liberté de sas [ces] animaux qui est mise en cage [sont mis en cage] dans des espaces restreints. Des études ont montré que cette captivité est néfaste pour ses [ces] animaux qui ont besoins [besoin] de vivre dans leur milieu naturel et non dans des cages.

Le fait de ne pas être dans son [leur] milieu afflue [influe et non afflue] sur les comportements [le comportement] de ses [ces] animaux qui les mettent [ce qui les met] dans un état de stress permanent. Stress nuisible pour son [leur] développement et [remplacer et par leur] occasionnant ainsi certains troubles mentaux et physique.[physiques]

Pour répondre à une attente industrielle des millions d’animaux son chaque année exécuté. [sont exécutés chaque année] Plusieurs animaux sont capture [capturés] de force hors de leur habitat [De nombreux animaux sont capturés de force en dehors de leur habitat] pour finir dans des élevages avec aucune chance de vie descente et de survie.[sans aucune chance de vie décente et sans survie non plus au bout du compte]

Des animaux torturés

Les conditions [d’] abattage de ces animaux sont vraiment inhumaines. Plusieurs de ces [De nombreux] animaux sont capturés de manière sanglante avec des pièges à mâchoire pour les chiens par exemple. Ou encore ils sont battus à mort gazé et même électrocuté. [gazés et même électrocutés]

Après leur capture ils sont entassés dans des cages tellement minuscules qu’ils sont obligés de faire leur besoin [leurs besoins] dans ces cages. Ce qui apporte une image assez choquante de la réglementation [règlementation] de l’hygiène dans certains élevages.

Les animaux ne sont plus considérés comme des êtres vivants dans ses [ces] élevages, mais comme des objets.[Dans ces élevages les animaux ne sont plus considérés comme des êtres vivants sensibles mais comme des objets.]

Fin du texte

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Pétitions, Fautes, Emploi calamiteux du français,

20

Read Full Post »

Older Posts »