Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Religions’ Category

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2139

ocjkpk2z

Mise en scène orientée

2vo8xpqo

Il ne faut pas prendre les enfants du Bon Dieu que pour des canards sauvages

Une excellente amie dont je tairai le nom, compte-tenu de l’envoi présenté ci-après, m’a adressé récemment un message dont je me dois de condamner fermement la teneur. Le document qui suit est composé d’une lettre à laquelle on a accolé un texte qui n’a aucun rapport avec la missive dont je parle plus avant, juste histoire de faire plus crédible concernant le sens profond que le ou les concepteurs souhaitent laisser transparaitre entre les lignes.

Dans le message à l’indéniable parfum "subliminal", que je ne reproduirai pas ici, je lis, dans le texte incriminé l’expression "français de souche" ce qui pourrait laisser entendre que ce texte émane d’un créateur aux idées ancrées plutôt à droite, voire très à droite.

Pour en revenir à la lettre il s’agirait d’une missive censée avoir été rédigée par le chanteur Michel Sardou, chanteur engagé, s’il en est. Le créateur du document prétend que cette lettre a été adressée au Président de la République.

J’ai lu le document en question et j’affirme que cette pseudo lettre émanant, parait-il de Michel Sardou en direction du Président de la République cristallise les pensées les plus basses, les plus viles et les plus nauséabondes qu’il m’ait été donné de lire. Ce document est à mes yeux un concentré de racisme primaire du plus bas niveau faisant l’amalgame de choses non miscibles entre elles. De plus il contient une somme de contre-vérités ou de mensonges incalculables.

Ce qui me laisse à penser que cette soi-disant lettre adressée, parait-il au Président de la République, n’est aucunement de la plume de Michel Sardou. Ce texte lamentable est trop gros, trop téléphoné, trop primaire et trop insultant pour être de Michel Sardou, à mes yeux.

Chacun sait bien que Michel Sardou est un homme ayant plutôt des idées de droite et c’est sans doute pour faire crédible et vraisemblable que les auteurs de ce brûlot ont fait croire que cette missive était de sa main, ce qui reste à démontrer. Toujours pour sembler crédible les auteurs de ce document affirment que l’on ne verra plus Michel Sardou à la télé. Ceci reste à prouver, de toute façon…

Pour rajouter une couche supplémentaire et enfoncer encore le clou on a juxtaposé à ce texte racoleur un cliché provocateur montrant Michel Sardou, un verre d’alcool fort en main mais le ou les créateurs de ce papier, à mon sens nauséabond, insistent lourdement, en supplément, en demandant aux destinataires multiples de faire tourner au maximum ces "pseudos" informations.

D’aucuns vont applaudir des deux mains en lisant ce texte, ce qui n’est pas mon cas et je pense, en mon for intérieur, que l’on est en train de préparer et d’orienter "lourdement" l’opinion publique pour l’échéance présidentielle de 2017.

A l’évidence trouver à qui profitera le "crime" donnera le nom du ou des créateurs de ce document…

Pour terminer je dirais que tout cela sent l’intox et la tentative orientée à plein nez, je l’affirme sans grand risque de me tromper.

Je vous laisse maintenant vous faire votre propre opinion concernant ce texte.

Ecrivainparisien

50588337

2vo8xpqo

Et oui je fais suivre ………. Bonne journée 
SARDOU il ne fait pas dans la dentelle

Il y en a qui osent ! Même pas peur… Faut qui [Il faut qu’il] se présente aux présidentielles 2017 je vote pour lui !

SARDOU il ne fait pas dans la dentelle, faites tourner un maximum

Encore un que l’on ne verra plus sur les antennes TV

SARDOU il ne fait pas dans la dentelle, faites tourner un maximum !

Lettre à Mr  Hollande :
Je m’en fous … je suis laïque !
Moi, l’Islam, je m’en tape le coquillard… Je me contrefiche des hadiths, des sourates et autres corâneries. Ça ne m’intéresse pas de savoir s’il y a des musulmans pas vraiment islamistes, mais un peu islamiques, des islamistes modérés fréquentables, des immodérés franchement antisémites, des islamiques plus ou moins pratiquants, etc., etc. Ce qui est en jeu aujourd’hui est simple, beaucoup plus simple : La France est colonisée par des gens  d’origines diverses, on assiste à une destruction de notre civilisation, par une et d’ autres cultures qui sont allogènes, contraires à nos mœurs, nos visions du monde et de l’homme, nos valeurs, nos habitudes, notre histoire…
Quel peuple accepterait ça sans broncher?  Donc le message est simple: ces cultures allogènes, on n’en veut pas !
On ne veut pas de leur religion, on ne veut pas de leurs valeurs, on ne veut pas de leurs mœurs, on ne veut pas de leur vision du monde. On ne veut pas que la France devienne un pays du tiers-monde. On ne veut pas que ces valeurs importées s’installent en France et change notre vie et notre avenir.
On n’en veut pas des mafias chinoises qui découpent les récalcitrants au hachoir. On n’en veut pas des Africains polygames qui excisent leurs filles, pompent la sécu et les aides sociales, profitent du système sans rien apporter. On n’en veut pas des maquereaux roumains, albanais ou africains qui mettent sur le trottoir des gamines et leur cassent les jambes à coup de barre de fer si elles bougent un cil.
On n’en veut pas des vrais-faux mendiants ou je ne sais pas quoi, qui font chier tout le monde, profitent allègrement du système et pleurnichent dans les jupes des associations à la con.
On n’en veut pas des types qui sous prétexte qu’ils sont d’origine maghrébine cassent, pillent, violent, brulent, trafiquent la poudre, les bagnoles, les armes… quand ils ne s’engagent pas dans des groupes terroristes et partent s’entrainer au Pakistan ou ailleurs…
Qu’ils quittent la France s’ils ne l’aiment pas : on ne les retient pas. On en a marre de voir des Blancs, toujours des Blancs, assassinés pour une cigarette refusée, une aile froissée, une querelle de voisinage…
On en a marre de voir des drapeaux palestiniens ou autre dans les manifs à Paris, et d’entendre des manifestants hurler des slogans anti – sémites et soutenir les pires racailles terroristes du Proche-Orient, la dernière fois que nous avons entendu ‘mort aux Juifs’ c’était sous l’occupation Allemande en 1941…
On n’en veut pas des mosquées, des imams payés par l’Algérie, le Maroc, L’Arabie Saoudite, qui passent leur temps à organiser le communautarisme, financent des groupes terroristes, planifient la destruction de notre civilisation, tiennent des discours ouvertement racistes, antisémites, anti-blancs, antioccidentaux, et jouent aux « gentils » biens intégrés.
On n’en veut pas de pseudo « sans papiers » qui viennent chier dans nos églises et ne savent qu’exiger des droits qu’ils n’ont pas, font semblant de faire une grève de la faim et obtiennent tout et n’importe quoi …
On n’en veut pas des filles voilées à tous les coins de rue, à l’école, à la piscine, dans le métro. On n’en veut pas des cantines scolaires qui bannissent le porc pour ne pas déranger les pauvres élèves musulmans.
On n’en veut pas des gamins qui exigent qu’on réécrive les cours d’histoire au collège parce que ça ne leur plaît pas qu’on parle de la Shoah !!…
On en a marre des mensonges permanents sur l’Histoire, l’Église, l’esclavage, la colonisation… qui ne servent qu’à demander toujours plus : plus de droits, plus de pognon, plus d’aides.
On en a marre de payer des impôts pour ce que devient ce pays, la France… On en a marre de faire repentance à tout bout de champ pour tout et son contraire. On n’en veut pas des quartiers qui se délabrent et se tiers-mondisent au rythme de l’arrivée des étrangers.
On n’en veut pas du racisme anti-blanc, des vexations, du racket, des marchés louches à même le trottoir, des lois pas appliquées, de l’interdiction de critiquer l’Islam, des associations « antiracistes »>
On a quand même le droit, non ? Alors, l’islam est peut-être une religion super, cool, « world », new age et branchée, mais voilà la vérité :
ON N’EN VEUT PAS !
On ne veut pas de l’islam et de la culture Arabo-musulmane !
On ne veut pas de la Tiers-Mondialisation en France !
En matière de culture, de civilisation, de valeurs, de religion, on a déjà ce qu’il faut en magasin, tu vois, et on n’a pas envie de changer. Clair ?
T’as compris bonhomme Hollande, où il te faut un dessin ?
ON EN A ASSEZ !

2vo8xpqo

Mots clés de cet article :

Intolérance, Religion, Amalgames, orientation ostensible, Michel Sardou,

MS

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2101

ocjkpk2z

Hommage à un Frère Franciscain

2vo8xpqo

J’ai aperçu hier, sur le fil de l’eau du plus grand réseau social de la planète, une petite photo d’un acteur allemand, quelque peu oublié aujourd’hui puisqu’il est actuellement âgé de 86 ans ; mais cet excellent acteur a eu son heure de gloire dans les années 70 en interprétant, notamment, le rôle principal d’un film tiré d’un livre racontant la véritable histoire exceptionnelle, au plan humain, d’un homme d’Eglise. Cette histoire est celle d’un franciscain qui a fait honneur à ses engagements d’homme d’Eglise, véritable serviteur et « soldat » de Dieu au sens le plus élevé du terme.

Avant de parler de ce frère franciscain, humain au-delà de la norme courante, je dois préciser que l’acteur allemand dont il est question ici a refusé de percevoir un quelconque cachet pour avoir interprété ce rôle d’envergure et cela est si rare que je me devais de le préciser avant d’aller plus loin.

s_aec04_-_cm_-_hardy_kruger_-_2_-__035

Lorsque j’ai vu la photo d’Hardy Krüger, puisque c’est de l’acteur dont il s’agit, des souvenirs se sont soudainement bousculés dans ma tête. J’ai donc revu apparaitre des photos que j’ai réalisées il y a 2 ans au cours d’un de mes reportages du côté de Saint-Mammès, une commune seine-et-marnaise, proche de Moret-sur-Loing, dans laquelle se trouve une villa qui a abrité quelque temps le frère franciscain dont il est question dans cet article. Sur le pilier droit du portail d’entrée figure une plaque souvenir commémorative que j’ai découvert et qui parle de ce franciscain. Je connaissais l’histoire de cet homme dans les grandes lignes mais j’ignorais qu’il avait vécu si près de chez moi.

2vo8xpqo (2)

J’ai repensé avec beaucoup de respect et d’émotion à cet homme durant quelques minutes avant de réaliser les photos que vous trouverez à l’issue de cet article que je voulais et que je me devais d’écrire depuis pas mal de temps, dans le cadre du Devoir de Mémoire, du aux jeunes générations. Vous trouverez également à la fin de cet hommage des liens directs le concernant et qui racontent, par témoignages interposés, la vie de cet homme exemplaire, à plus d’un titre.

Le nom de cet homme est peu connu, sauf dans les régions françaises où il a exercé son « ministère » avec beaucoup de zèle et ce ne sont pas les personnes qui en ont bénéficié qui me démentiront puisque ces dernières, du moins celles encore en vie, lui portent une certaine forme d’admiration, de respect d’empathie et de culte en l’honneur de sa mémoire et des actions conduites par ce « moine soldat »

Ce serviteur de Dieu se nomme Alfred Stanke, de son vrai nom Aloïs-Joseph Stanke, dit de lui une biographie lui étant consacré. Il est né le 25 octobre 1904 près de Dantzig. Son père, Léonhard Staniozewski, qui avait fait germaniser son nom pour pouvoir travailler aux chemins de fer prussiens, meurt en 1913.
L’éducation du jeune Aloïs-Joseph est confiée aux Frères Franciscains. Attiré par cette famille spirituelle, il entre à 16 ans dans un institut de frères tertiaires réguliers, les « Frères hospitaliers de la Sainte-Croix ». C’est là qu’il prend le nom d’Alfred.

Et l’auteur de cette même biographie ajoute  » A Bourges, les années d’occupation auraient été différentes si un Franciscain allemand n’avait pas été affecté, comme caporal infirmier, à la prison du Bordiot. » Et ce caporal deviendra pour tous, le « Franciscain de Bourges« 

2vo8xpqo (2)

En parcourant les articles lui étant consacré on peut lire qu’Alfred Stanke, bien qu’Allemand avait une profonde haine du nazisme, ceci explique sans doute une grande partie de ses actions au profit des prisonniers français victimes des interrogatoires de la gestapo.

Mais au début beaucoup de prisonniers de la prison du Bordiot de Bourges se méfiaient de lui car il leur paraissait inconcevable qu’un Allemand, même infirmier, puisse se conduire de manière humaine. Et cet homme, qui deviendra pour tous le « Franciscain de Bourges » redonnera l’espoir à beaucoup. Il verra passer dans les cellules du Bordiot, des hommes comme le sénateur Marcel Plaisant ou le colonel Marcel Haegelen, il fera tout pour soulager leur misère.

La biographie, consacrée par Roland Narboux à Alfred Stanke, le Franciscain de Bourges, cite également le nom de Georges Ruetsch, qui fut interprète à la préfecture. Ce dernier a beaucoup aidé le franciscain dans des démarches administratives souvent difficiles. Sa fille témoigne :

 » Mon père parlait couramment allemand. Il était d’ailleurs né en Alsace en 1911 lorsque l’Alsace n’était pas encore devenue française. Ce qui pouvait paraître équivoque à l’esprit de certains Berrichons. Ayant changé sa nationalité après le traité de Versailles, il était venu s’établir en Berry en 1936 où il s’était marié ».

Une fois embauché à la préfecture, Georges Ruetch forme avec le frère Alfred un duo très efficace.

C’est cette amitié entre Georges Ruetch et Alfred Stanke qui est à l’origine de la dernière sépulture du Franciscain de Bourges.

En effet, le franciscain parlait assez mal le français, en particulier lorsqu’il arrive à Bourges, et c’est Georges Ruetch qui fut donc interprète, qui va l’aider dans la compréhension de la langue française.

Ils étaient donc devenus amis et parmi ses dernières volontés le Franciscain de Bourges demanda à être enterré à proximité de son ami Ruetch, ce qui fut fait, ce dernier étant de Saint Doulchard où il est enterré.

2vo8xpqo

On peut lire encore, plus loin, dans la remarquable biographie de Roland Narboux un témoignage lui étant parvenu, par courrier en 2004 qui dit ce qui suit :

« C’est avec surprise que je trouve votre article sur Alfred Stanke, le franciscain qui a sauvé bien des gens des pires effets de leur séjour avec la gestapo pendant la 2e guerre mondiale. Ma tante, née Jeannette Pierry à Gracay, et son mari Gilbert Doireau, qui habitaient la région a l’époque, ont été arrêtés le jour de l’an 1943.

J’ai entendu toute mon enfance parler du fait que le frère Alfred leur a permit de se parler en prison, leur permettant de présenter un front uni aux interrogations, ou du moins suffisamment consistant. Il les a soignés après les tortures infligées par la Gestapo, leur permettant de survivre physiquement à la déportation qui a suivi. Et il les a encore plus aidés en leur permettant de se voir avant le départ, de savoir qu’ils avaient tous les deux survécu, ce qui leur a donné suffisamment d’espoir pour assurer leur survie éventuelle.

Ils sont revenus tous les deux, et ont habité a Royan le reste de leurs jours. Malheureusement, ils sont maintenant morts tous les deux, mais relativement récemment. Ma tante a passé beaucoup de temps à expliquer à tous les enfants de la famille (au moins) la différence entre un Nazi et un Allemand, à nous rappeler à tous que c’était un fasciste français qui les avait dénoncés, que c’était un allemand qui les avait principalement sauvés.

Sans parler de beaucoup d’autres encore qui avaient eu pitié d’eux plus tard et risqué leurs vies pour leur passer un peu de nourriture.
Et ma tante a réussi plus tard à retrouver M. Stanke et à organiser un voyage de réunion avec d’autres déportés.

Ca a été un privilège de ne pas grandir avec les sentiments bêtement anti-allemands qui étaient encore très en vogue dans ma jeunesse.
J’apprécie autant la chance que j’ai eue d’avoir été proche de ma tante qu’elle appréciait celle d’avoir rencontré le frère Alfred. Je voudrais donc vous remercier de l’avoir inclue dans votre histoire de Bourges.

Sa présence a été une contribution à tout ce qu’on pourrait souhaiter de mieux dans une belle ville.

Marie-Christine »

2vo8xpqo

En 1967, Marc Tolédano, ancien résistant incarcéré au Bordiot, écrivit un livre pour retracer l’action du Franciscain. Peu après, Claude Autant-Lara en fit un film qui fit connaitre à la France entière le « Franciscain de Bourges », une page de l’histoire de la guerre et de l’occupation dans le Cher, où passait la ligne de démarcation. Frère Alfred est revenu plusieurs fois à Bourges et dans la région, pour rencontrer ses amis, et il avait écrit au maire de Saint-Doulchard pour demander à être enterré dans ce cimetière près de son ami Georges Ruetsch, qui l’a aidé dans son action, et des aviateurs anglais tombés en mission. Il y repose depuis le mois de septembre 1975, après des obsèques solennelles en la cathédrale de Bourges. Sa mort fut causée par un incendie accidentel au couvent Saint-Antoine de Sélestat (Bas-Rhin) où il se trouvait, et d’où il avait été transporté à l’hôpital de Metz. Elle provoqua une grande émotion et rassembla beaucoup de personnalités et d’anonymes qui avaient tous à lui manifester leur gratitude.

Les liens entre Frère Alfred et ses amis du Berry, de la Nièvre et d’ailleurs, ne se sont pas interrompus à la mort du Franciscain. Tous les ans, ses amis se réunissent pour lui rendre hommage devant la prison, au cimetière, et au cours d’une messe en sa mémoire. En 2003, une association a été créée pour entretenir le souvenir de son action, auprès des générations qui ne l’ont pas connu. Les municipalités de Bourges et de Saint-Doulchard sont associées à cette commémoration.

Voilà donc racontée, dans le cadre du Devoir de Mémoire, la vie fort remplie d’Alfred Stanke, le « Franciscain de Bourges » un religieux qui a œuvré pour le rapprochement franco-allemand, soit dit en passant.

J’ai éprouvé bien des émotions à l’écriture de cet article, je ne vous le cache pas, mes ami(e)s.

Je tiens à remercier mon amie Angélique Haley qui m’a donné l’envie d’écrire cet article, chose que je voulais faire depuis quelque temps déjà, tout comme je remercie Hardy Krüger, le Franciscain de Bourges du film de Claude Autant-Lara.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Hardy Krüger, Claude Autant-Lara, Alfred Stanke, Le Franciscain de Bourges, Georges Ruetch, Roland Narboux, Bourges, Saint-Doulchard,

08c7928c3e728cbef6c0f1d11ed84fba

Liens complémentaires à cet article :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hardy_Kr%C3%BCger

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Franciscain_de_Bourges

http://www.encyclopedie-bourges.com/franciscain.htm

http://www.berrypedia.org/doku.php?id=alpha:s:stanke_alfred

https://www.youtube.com/watch?v=iUSHURn_3eQ

Alfred Stanke

A Stanke

MR6J1688

MR6J1689

MR6J1690

MR6J3454

vbxjR

!cid_1BF09EFA4580452F8CF55227E782153F@BonnetduSault

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2100 (deux mille cents)

ocjkpk2z

Bilan d’une année catastrophique

2vo8xpqo

L’année 2014 est sur le point de se terminer et cette année noire laissera de bien mauvais souvenirs dans nos esprits comme la disparition d’un certain nombre d’avions et de passagers lors de crashs aériens, par exemple. Il se trouve que 2014 reste l’année la plus noire de la décennie pour l’aviation civile commerciale.

Une année noire également que cette année 2014 pour le monde occidental qui a vu nombre d’otages être décapités par une organisation terroriste internationale d’envergure. La mort de tous ces otages Américains, Anglais et notre Français, Hervé Gourdel, tombé dans un guet-apens en Algérie, reste absolument insupportable et ne doit pas être oubliée.

in39san6

Lorsqu’on est un être humain civilisé on ne peut qu’éprouver du dégout et condamner de la manière la plus ferme qui soit une organisation « mafieuse » qui souhaite instituer la terreur en commettant des crimes abjects avec des mises en scène d’un machiavélisme et d’un cynisme sciemment et savamment calculés au nom d’une religion qui ne peut aucunement se reconnaitre dans les actes de tous les bourreaux fanatiques qui ôtent la vie et qui ne sont finalement, qu’on le veuille ou non, que des assassins de droit commun aux yeux de la loi. La religion, quelle qu’elle puisse être, ne prône que l’amour et le bien-être, la tolérance, la compassion et l’esprit d’empathie par définition et par principes de base, en aucun cas la mort de ceux qui n’y adhèrent pas. Il ne faut aucunement faire un amalgame, plus que dangereux, entre des assassins de bas étage et des pratiquants d’une religion qui ne veulent et ne peuvent pas se reconnaitre dans des pratiques condamnables.

Le doigt accusateur

Cette année 2014 est une année néfaste à oublier au plus vite également pour la grande majorité des Français qui continue d’être dirigée et régie par des irresponsables, quasiment tous sourds et aveugles, voire malhonnêtes pour certains d’entre eux et dont l’un des seuls soucis est de continuer à engranger tranquillement les milliers d’euros que leur attribue mensuellement la manne républicaine, eu égard à leur statut d’élus auxquels on ne réclame aucune obligation de résultat d’ailleurs, pour faire encore grossir leur patrimoine personnel mais qui se gardent bien d’en « distribuer » quelques miettes aux plus démunis de leurs compatriotes, baptisés les « sans-dents » par « Moi, Président » ; du moins ce sont les propos que lui a prêté une femme revancharde, vindicative, jalouse et emplie d’un esprit de vengeance hautement développé suite à son éviction qu’elle n’a toujours pas digérée et que je ne remercie personnellement pas pour ce « moment » qui donne une image désastreuse de notre pays à l’étranger ; une image dont la France fait les frais et dont elle pourrait fort bien se passer si l’incommensurable bêtise d’une femme opportuniste et aveuglée par un esprit de vengeance primaire n’avait étalé sur la place publique et aux yeux de qui voulait le lire ou l’entendre, ses histoires personnelles ; des histoires peu crédibles au demeurant dans la mesure où tous ces bruits « d’alcôve » ne sont absolument pas vérifiables. Cette opportuniste de la pire espèce ne connait que l’odeur de l’argent, comme beaucoup, au détriment de toute considération d’éthique professionnelle liée à sa fonction et elle ne va pas manquer d’empocher de conséquents droits d’auteur concernant son brûlot, cela sans aucun état d’âme.

En somme « liberté, égalité, fraternité mais aussi solidarité » ne sont que des mots pour notre classe politique, dans sa très grande majorité ; en aucun cas des actions valorisantes qu’elle réalise personnellement…

2vo8xpqo

Les actions valorisantes sont bien souvent l’apanage de celles et de ceux qui n’ont rien ou pas grand chose mais qui connaissent le poids d’un geste gratuit, eux ; à l’instar du regretté Henri Grouès, devenu l’abbé Pierre ou encore de Sœur Emmanuelle, une religieuse belge exemplaire née dans une famille bourgeoise et qui a renoncé au « confort » lié à l’argent familial pour consacrer sa vie aux plus démunis. Quel noble sacerdoce que celui de ces deux belles personnes pour lesquelles j’éprouve beaucoup d’admiration.

Voilà donc brossée, dans les grandes lignes et dans ce deux mille centième article de votre « serviteur », cette année 2014 que je vais m’empresser d’oublier tout comme j’oublierai, au plus vite également, un certain député atteint de « phobie administrative »

Pour terminer sur une note un peu plus optimiste et chargée d’espoir, je présente à toutes les lectrices et à tous les lecteurs du « forum de l’écrivain » tous mes vœux de bonheur, de plaisir et de réussite, totale ou partielle, pour leurs entreprises personnelles et professionnelles pour l’année qui arrive à grand pas.

Je vous donne rendez-vous l’an prochain pour la suite de mes combats épistolaires en terminant par une citation du grand Jacques Brel (Fernand) « Et puis si j’étais le Bon Dieu je crois que je ne serais pas fier. Je sais, on fait ce qu’on peut, mais il y a la manière »

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Crashs aériens, Terrorisme, Décapitations, Dégout, Mafia, Liberté, Egalité, Fraternité, Solidarité, Abbé Pierre, Sœur Emmanuelle, Sacerdoce, Gouvernement, Don de soi, Phobie administrative, Brûlot,

cid_1bf09efa4580452f8cf55227e782153fbonnetdusault_thumb

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2093

ocjkpk2z

Au nom de tous les Hommes

2006_04_26t031713_311x450_us_chernobyl

Appel aux "Grands" de ce monde

A vous, Mesdames et Messieurs, qui détenez entre vos mains la destinée de nos peuples, je viens m’adresser à vous pour que, tous ensemble, vous preniez des décisions communes concernant les responsabilités qui sont les vôtres, en mémoire de James Foley, de Steven Sotloff, de David Haines, d’Hervé Gourdel et d’Alan Henning ainsi que de tous ceux qui ont été exécutés et dont l’assassinat n’a pas été médiatisé : vous liguer contre un ennemi commun à toutes les sociétés avancées qui sème la terreur et l’effroi en ayant déclenché une guerre mondiale qui ne veut pas dire son nom.

Cet ennemi sournois qui utilise systématiquement le procédé le plus barbare qui soit pour ôter la vie – la décapitation, est à mettre au ban de la société des hommes et hors d’état de nuire puisque les motivations de ces barbares sont tout sauf pacifiques.

Cette guerre, déclenchée au nom de l’Islam n’est aucunement légitime puisqu’elle prône la terreur, l’effroi, la violence et la mort pour le compte d’une idéologie attribuée, par un dessein calculateur et machiavélique au Dieu des Musulmans.

Aucune religion depuis que le monde est monde, aucun Dieu, quel qu’il soit, ne prônent la violence, la haine pas plus que la mort dans les textes qui leur sont attribués puisque les Dieux prêchent pour l’amour du prochain, pour la bonté, pour la magnanimité et pour l’esprit d’écoute et de tolérance, en aucun cas pour la haine, la terreur ou la mort.

Ces sanguinaires qui veulent imposer leur loi par l’effroi et la terreur doivent être arrêtes, jugés et condamnés par la Justice des Hommes puisqu’ils ne sont pas dignes de faire partie d’une quelconque civilisation.

Par leurs actes révoltants au possible ces inconscients jettent l’opprobre sur le monde musulman tout entier dans la mesure où une partie de l’humanité risque de faire un amalgame excessivement dangereux pour la paix du monde à moyen terme.

J’espère qu’en hauts lieux cet appel sensé et réfléchi sera entendu et rapidement suivi d’effets concrets pour le bien de la civilisation des hommes et celui du monde tout entier.

Pax homínibus bonae voluntátis.

Ecrivainparisien 4 octobre 2014

50588337

Mots clés de cet article :

EI, Décapitations, Guerre,Islam, James Foley, Steven Sotloff, David Haines, Hervé Gourdel, Alan Henning

 

7862_victoria2_024 (3)

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2081

ocjkpk2z

Billet d’humeur

Enfants du monde

Palestine

Qu’ils soient israéliens, palestiniens, égyptiens, tunisiens, syriens ou bien encore cubains, par exemple, ce ne sont que des enfants ayant besoin de protection et d’aide pour pouvoir grandir et s’épanouir sereinement. Mais ceux, censés les protéger, les nourrir, les éduquer et les instruire, à savoir les adultes, n’assument pas les responsabilités qui sont les leurs, des responsabilités qui leur échoient, ipso facto de par leur statut d’adultes, eux qui sont comptables et responsables, en leur for intérieur et en toute conscience, de l’avenir des futures générations.

Pire, ils infligent sévices, voire mort au nom d’idéologies surannées, à ces enfants du monde, leurs enfants, incapables de se défendre, seuls, incapables de s’assumer, seuls, incapables de faire face à l’adversité, seuls et c’est bien normal puisque là n’est pas leur mission sur terre tant qu’ils sont en âge de grandir et de tenter de s’épanouir pour pouvoir s’affirmer, se poser, s’intégrer à la société des hommes pour un jour, à leur tour, prendre la relève et devenir des adultes conscients de leurs responsabilités.

Mais les adultes, dans certaines situations, n’offrent que rarement, voire jamais, la possibilité à ces enfants du monde de pouvoir partir d’un bon pied dans la vie.

Terrible constant d’échec que celui que je viens d’énoncer plus avant. Les multiples causes de ce constat se nomment manque d’éducation et d’instruction, profit, avidité, cupidité, égoïsme, égocentrisme, racisme, entre autres maux assassins.

Il serait temps, qu’en ce vingt-et-unième siècle, les adultes réfléchissent enfin à la mission qui est la leur sur cette terre et qu’en l’occurrence ils sachent se remettre en question pour pouvoir assumer l’avenir des enfants du monde mais aussi celui de la planète sur laquelle nous pourrions vivre en bonne intelligence si le monde était à l’image de ce que Dieu à voulu créer dans sa grande mansuétude.

Mais ces adultes que je fustige parce qu’ils le valent bien, en sont-ils capables ? J’ose encore le croire, l’espérer et l’appeler de mes vœux.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Enfants du monde, Guerre, Escalade,

Pour aller plus loin :

https://secure.avaaz.org/fr/israel_palestine_this_is_how_it_ends_loc/?byqFidb&v=42712

Palestine

Détresse panique et impuissance…

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2010

ocjkpk2z

Il y a 3 ans aujourd’hui disparaissait un monstre : Guy Desnoyers

Le doigt accusateur

Cette journée qui verra deux grands rassemblements se tenir à Paris « pour, mais aussi contre » le mariage pour tous, sur fond de polémique à connotation « religieuse », coïncide avec la disparition d’un ecclésiastique, justement, parti rendre il y a 3 ans jour pour jour, son âme à Dieu qui n’en a sans doute pas voulu, pour les raisons évoquées ci-dessous ; raisons que je racontais dans un article, que j’ai fait paraître il y a quelques années et que je vous offre en lecture ou relecture :

2vo8xpqo

Une autre affaire a fait également grand bruit quelques années plus tard mais en lorraine cette fois. Guy Desnoyers, jeune curé de la paroisse d’Uruffe, une commune de Meurthe-et-Moselle, de 392 âmes a commis, avec un cynisme machiavélique, deux meurtres écœurants, totalement indignes d’un homme d’église mais aussi d’un homme, tout court.

Dès 1953 Guy Desnoyers entretient des relations avec plusieurs femmes de la région, en particulier des mineures. En décembre 1953 il conçoit un enfant avec une adolescente de 15 ans. Suite aux rumeurs courant dans le village il persuade la jeune future mère d’aller accoucher dans l’Ain et d’abandonner l’enfant du péché. Son évêque, mis au courant des faits rend visite à son prêtre qui l’implore de croire à son innocence et l’évêque renouvelle sa confiance à Guy Desnoyers.

En 1956, Guy Desnoyers entretient une relation avec une jeune ouvrière de 19 ans qu’il avait séduite au cours d’une activité théâtrale et qui va bientôt porter le fruit des amours coupables du prêtre. Il persuade le père de la jeune femme que le père du futur enfant est un jeune homme parti pour la Guerre d’Algérie mais peu de gens dans le village croient à cette histoire. La jeune femme promet de garder le silence sur la paternité de l’enfant mais refuse d’accoucher clandestinement, d’abandonner son enfant ou d’avorter.

Le 3 décembre 1956, peu avant la date prévue pour l’accouchement, Guy Desnoyers prend peur et emmène la jeune femme en voiture sur une route déserte. Il arrête sa voiture près d’un bosquet et propose à la jeune femme, par deux fois, de lui donner l’absolution. Etonnée, celle-ci refuse et s’éloigne à pied. Guy Desnoyers la suit, tenant son révolver 6,35 à la main. Il tire alors à trois reprises sur sa maitresse dans la nuit noire. Sitôt après l’avoir tuée, il l’éventre, sort l’enfant, une petite fille qu’il baptise. Il la tue à coups de couteau, puis lui taillade le visage afin d’effacer toute éventuelle ressemblance. Il pousse ensuite la mère et son enfant dans un fossé.

Comment peut-on, lorsqu’on est un homme, qui plus est ecclésiastique, commettre de telles monstruosités, de telles « choses » que le français, langue pourtant richissime ne peut aucunement traduire par des mots suffisamment forts pour qualifier une telle barbarie ? Les poils de mes avant-bras en frémissent d’indignation.

Dès le lendemain, Guy Desnoyers organise lui-même les recherches pour retrouver la jeune femme, tout en prétendant qu’il connait le meurtrier mais qu’il lui est impossible de le dénoncer à cause du secret de la confession auquel il est lié. Cependant, une amie de la jeune femme confie à la police que celle-ci lui avait dit que le curé était le père. Guy Desnoyers nie avec véhémence. Il est rapidement acculé à révéler la vérité par la rumeur, d’autant plus qu’une douille de calibre 6.35 a été retrouvée à l’endroit du crime et qu’il a justement un permis de port d’arme pour ce calibre. Le 5 décembre 1956, quarante huit heures après l’assassinat, il finit par avouer son crime.

En cette période d’Aven et de Saint-Nicolas, l’affaire fait grand bruit. Il est écroué en prison sous un faux nom pour éviter toute vengeance. L’Église organise des cérémonies expiatoires pour ses crimes.

A l’époque, toute la France est horrifiée par ce double crime odieux. Le procès débute à la Cour d’Assises de Nancy le 24 janvier 1958, un an après les faits. La foule massée au palais de justice réclame la peine de mort.

Le 26 janvier, après deux jours de procès, le procureur donne raison à la foule dans son réquisitoire :

« Je ne sais si ce Dieu que vous avez ignominieusement servi aura pitié de vous à l’heure, peut-être proche, de votre mort. Moi, je ne connais que la justice des hommes et je sais qu’elle ne peut vous pardonner. »

L’avocat de la défense lui répond :

« Je vous demanderai de ne pas le faire mourir. Ce droit n’appartient à personne. La loi permet de punir sans faire mourir. »

Avant les délibérations des jurés, Guy Desnoyers fait une dernière déclaration :

« Je suis prêtre, je reste prêtre, je réparerai en prêtre. Je m’abandonne à vous parce que je sais que devant moi vous tenez la place de Dieu. »

Après une heure et quarante minutes de délibération, les sept jurés rendent leur verdict. A toutes les questions posées (sur le double crime, sur l’infanticide et sur la préméditation), les réponses des jurés ont été « oui» à la majorité. Toutefois on reconnut à l’accusé des circonstances atténuantes, ce qui lui permit d’échapper à la peine capitale. Il fut alors condamné aux travaux forcés à perpétuité.

En août 1978, après vingt-deux ans de détention, Guy Desnoyers est devenu le plus ancien prisonnier de France. Il obtient une libération conditionnelle. Il se retire alors en l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan à Plouharnel dans le département du Morbihan, où il meurt le 21 avril 2010 à l’âge de 90 ans.

Je reste convaincu que l’âme de cet ignoble criminel ne siègera jamais à la droite du Grand Homme, qui, bien que faisant état, en permanence, de la plus grande des mansuétudes ainsi que de la plus parfaite sagesse à l’égard de l’homme qu’il a créé à son image, ne peut, en aucune façon, comprendre, pardonner et absoudre de tels gestes.

Là encore, dans cette Affaire, des ouvrages, journaux et films ont parlé en long en large et en travers de ce monstre inhumain, mais aussi Pierre Bellemarre, un grand homme de radio qui a consacré une émission à cet horrible fait divers…

Pour ce qui concerne le curé d’Uruffe, les jurés, bien qu’ayant répondu par l’affirmative à toutes les questions posées, ce qui aurait du valoir la peine capitale à Guy Desnoyers, ont commué sa peine en prison à perpétuité, lui accordant des circonstances atténuantes. Pour ce qui me concerne, la manière odieuse dont Guy Desnoyers a commis ses crimes, lui aurait plutôt valu, à mes yeux, des circonstances aggravantes. Mais, je dois dire que je n’étais pas juré lors de ce procès et qu’en tant que citoyen je respecte le verdict rendu par la justice même si je pense que, dans le cas d’espèce, ladite justice a fait preuve de clémence à l’égard du condamné. Par peur, peut-être, des foudres du Seigneur, nous ne le saurons jamais !

2vo8xpqo

Voilà donc ce que je publiais sur le forum il y a maintenant quelques années.

Pour en revenir à ce qui préoccupe certaines et certains aujourd’hui je viens de rédiger un nouvel article dans le but de tenter d’ouvrir les yeux à certains intégristes qui prônent l’agitation républicaine.

20

Qui sème le vent

La guerre religieuse serait-elle aujourd’hui relancée ?

Les catholiques « intégristes », voire extrémistes au vu des évènements actuels, sont un peu mal placés pour vouloir donner des leçons au plan des valeurs morales et spirituelles.

J’invite les deux égéries, aux pseudos quelque peu provocateurs faisant parler d’elles plus que de raison actuellement, à réfléchir et à méditer sur le passif de la communauté qui dirige le monde catholique et ses « ouailles » avant de vouloir s’ériger en « Jeanne d’Arc » de la contestation.

Qui se signale régulièrement de par le monde et ce, depuis des décennies, par des affaires de pédophilie, si ce n’est les religieux catholiques, voire anglicans, de toutes natures et tous statuts?

Le Pape Benoit 16 a d’ailleurs été très ébranlé par toutes ces affaires ; d’aucuns pensant même que ce sont ces raisons, entre autres, qui ont été déterminantes dans sa décision de démissionner de son mandat papal.

Et je ne parle même pas de relations intimes perpétrées et entretenues régulièrement par des ecclésiastiques ayant théoriquement fait vœu de chasteté. Combien existe-t-il, aujourd’hui, en France, voire ailleurs, d’enfants nés de pères ecclésiastiques ? Les statistiques réelles sont difficiles à établir, dans la mesure où certains « géniteurs » de ces enfants « illégitimes », puisque nés hors mariage, religieux ou non, ne vont pas le « chanter » sur les toits, ça ferait quelque peu désordre.

Puisque j’en suis à évoquer les frasques des ecclésiastiques, j’aimerais rafraichir la mémoire des deux égéries susmentionnées, ainsi que celles des catholiques tentés par les discours irresponsables de celles qui allument le feu de la révolte sans vergogne et sans être en mesure d’en appréhender toutes les conséquences, cela en toute irresponsabilité, en leur demandant s’ils ont souvenance d’un nom qui a fait frémir la France toute entière, dans les années 50 ; celui de Guy Desnoyers ?

Guy Desnoyers était curé dans la paroisse d’Uruffe, un village de Meurthe-et-Moselle de 392 âmes, comme disent les catholiques et il s’est signalé, à plusieurs reprises pour des actes intimes commis avec de jeunes paroissiennes majeures mais aussi mineures dont une jeune fille de 15 ans s’étant retrouvée enceinte de ce curé aujourd’hui maudit. Il conseille à cette dernière d’aller accoucher loin et d’abandonner l’ « enfant du péché ». Les frasques de Guy Desnoyers remontent jusqu’aux oreilles de son évêque qui lui rend visite et lui accorde pourtant son pardon (tolérant cet évêque !)

En 1956, Guy Desnoyers a une relation soutenue avec une jeune femme de 19 ans qu’il met enceinte, elle aussi. A quelques jours de l’accouchement le cynique Guy Desnoyers prend peur et invite la jeune femme à le suivre dans sa voiture. Il arrête son véhicule en rase campagne puis propose à sa future victime de lui donner l’absolution avant de la tuer de plusieurs balles de 6,35 mm. Puis dans un accès de démence, Guy Desnoyers ouvre le ventre de sa victime et en extrait le fœtus, viable, qu’il baptise avant de lui donner de multiples coups de couteau au visage pour qu’on ne puisse faire le rapprochement avec lui. Il échappe à la peine de mort que le jury chargé de le juger ne lui infligera pas, pour circonstances atténuantes. Il est alors condamné aux travaux forcés à perpétuité. En 1978, après 22 ans de détention, faisant de lui le plus vieux prisonnier français, il bénéficie d’une libération conditionnelle et se retire en l’Abbaye Sainte-Anne de Kergonan, à Plouharnel, dans le département du Morbihan, là où il meurt le 21 avril 2010, il y a 3 ans aujourd’hui, jour pour jour, à l’âge de 90 ans.

Pour en revenir aux généralités, j’aimerais poser encore une ou deux questions avant d’achever ma plaidoirie : qui s’est signalé, dans une période pas si lointaine, pour avoir caché durant des années des individus recherchés pour leur triste « statut » de criminels de guerre, commettant ainsi, par ces actes délibérés, un délit de non dénonciation de criminels ?

Qui s’est encore fait remarquer pour avoir fermé les yeux sur des actes commis par l’armée d’occupation, ayant pourtant été témoins d’actes contraires à la grandeur de l’homme ?

Qui est responsable et coupable d’avoir commis les actes énoncés plus avant ? Qui ? La communauté religieuse catholique ! Personne d’autre.

Cette communauté qui veut, par moutons de Panurge interposés, donner aujourd’hui des leçons moralisatrices devrait commencer par montrer elle-même l’exemple en jouant la carte de la tolérance ainsi que celle de l’humilité.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Guy Desnoyers, Catholiques, Crimes, Délits, Tolérance, Humilité,

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1709

ocjkpk2z

Religion et politique : le mariage de la carpe et du lapin

redcard

Je vais aborder ce matin un sujet se trouvant être d’actualité depuis quelques années et dont le résultat a atteint son apogée, du moins faut-il l’espérer, un certain 11 septembre, de sinistre mémoire.

Ce sujet est celui du fanatisme religieux poussé à l’extrême. Je m’en explique ci-après.

Une amie m’a adressé, il y a quelque temps une vidéo que je n’ai pas eu loisir de regarder lorsque je l’ai reçue ; je ne l’ai regardée que la nuit dernière et cette vidéo est riche de constats.

Ce document visuel et sonore m’a fait réagir ; vous trouverez, ci-dessous la réponse que j’ai adressée à cette amie, une réponse claire quant aux termes de ma réflexion sur le sujet. Vous trouverez également, à l’issue de ma réponse le lien pointant vers le document de référence :

2vo8xpqo

Quel discours remarquable que celui de cette femme qui semble démontrer une chose et une seule : l’intolérance absolue de certains "religieux" parmi ceux qui dirigent le monde musulman de nos jours et qui le font, non pas au plan de la religion mais à celui de l’incitation à la haine absolue tout autant qu’à celui de la violence la plus extrême en déformant puis en interprétant les paroles des textes sacrés du Coran à leur profit dans le but, évident que chacun peut constater dans le monde d’aujourd’hui : diviser pour régner par l’intolérance et l’instauration de la terreur si besoin est.

Quel gâchis et quelle erreur manifeste.

Pour conclure mon exposé je dirais que toutes les religions, quelles qu’elles soient, ont une part de contraintes plus ou moins supportables mais, force est de constater que l’Islam radical prôné par quelques "Imams illuminés et bouffis d’une haine ancestrale" reste la plus extrémiste de toutes les religions lorsqu’elle est interprétée au quotidien de cette manière ; heureusement que la grande majorité des musulmans ne se reconnait pas dans cette catégorie de fous d’Allah, se contentant de servir leur Dieu fidèlement par la noblesse de l’action et par la prière, à l’instar des autres religions. Tous les hommes sont frères et chacun est libre d’aimer, d’adorer, voire d’idolâtrer un être suprême, qu’il s’appelle Dieu, Jésus, Allah ou bien encore Bouddha, voire Jehova. Salutations.

Ecrivainparisien

15

 

http://fr.netlog.com/go/explore/videos/videoid=fr-6341378

Read Full Post »