Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2013

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2045

ocjkpk2z-1

Actu télévisuelle

Lea-Vicens

Le show télévisuel d’un "Serial Killer" féminin

On n’était pas couché, samedi soir en effet, puisque Laurent Ruquier, l’un des trublions et "bouffons du roi" à ses heures sur les grilles du PAF, homme de télé un tantinet provocateur, cautionnait et recevait sur le plateau de son émission : Léa Vicens, une tueuse de taureaux en série puisqu’elle officie en tant que matador à cheval. Cette égérie de Belzebuth est originaire de Nîmes, l’une des villes phares de la tauromachie en France, "spécialité" originaire d’Espagne, je le rappelle pour ceux qui l’auraient oublié.

Il serait temps que France Télévisions, groupe de télévision de service public, bannisse de ses programmes des émissions cautionnant la mort se donnant en spectacle au cœur des arènes d’une France de la honte ainsi que les acteurs distribuant avec zèle cette mort injuste et cruelle que la France des téléspectateurs ne veut plus voir, à une grande majorité, puisque près de 80% de français sont hostiles aux corridas.

Je ne pouvais faire moins, compte-tenu de mes engagements moraux au profil de la cause animale que d’écrire une lettre ouverte à Léa Vicens, une jeune femme de 28 ans qui donne et sème la mort en spectacle au cœur des arènes pour lui dire ma façon de penser concernant les "gens" de sa "race" et de son espèce.

Je vous livre ci-dessous cette missive comme naguère on donnait les esclaves en pâture aux lions de l’arène suite au désir d’un empereur romain, pouce tourné vers le bas, puisque tel était son bon vouloir et son plaisir sadique.

Lettre ouverte à Léa Vicens, un bourreau féminin de la pire espèce

Je n’imaginais pas, dans ma candeur et dans mon esprit d’empathie tourné vers mes semblables qu’une femme, être délicat, sensible, gracieux, bienveillant et doué d’indéniables et d’indicibles qualités de cœur, puisse s’adonner à des actes de barbarie et de lâcheté manifestes puisque vous torturez avant de les achever des animaux beaux et nobles qui ne demandent qu’à vivre en paix. Vous le faites sans état d’âme et avec zèle, qui plus est ; tout cela avec un acharnement morbide à vouloir ôter la vie.

Mais vous êtes lâche en plus d’être cynique, Léa Vicens puisque vous n’avez pas même le courage de vous mesurer, seule à seule avec ce taureau, le pire ennemi dans votre esprit puisque vous vous servez d’un autre animal, pris par vous en otage, pour vous protéger des coups que le taureau voudrait vous porter dans la mesure où vous l’agressez physiquement durant votre défoulement apocalyptique contre ce valeureux animal qui tente de se défendre : le cheval, sur lequel vous êtes perchée qui vous sert de bouclier, à l’instar de dictateurs utilisant des boucliers humains lorsqu’ils pensent qu’ils vont être attaqués.

Vous êtes un être sans cœur et sans âme, Léa Vicens et vous ignorez que l’Homme, particule minuscule projetée dans l’univers doit vivre pour quelque chose de mieux et c’est cela qui fait sa grandeur et sa magnanimité.

Vous êtes un être méprisable, vil et infiniment moins respectable qu’une péripatéticienne, Léa Vicens puisque cette personne, utile à la société des hommes, offre de la joie du bonheur et du plaisir à ceux qui lui font appel quand vous n’apportez que désolation souffrance et mort sur le sable de l’arène partout où vous passez, à l’instar d’Attila qui, jadis, détruisait tout sur son passage.

Je terminerai cette lettre que j’ai eu le déplaisir de rédiger puisqu’elle s’adresse à une femme vénale autant que violente dans ses formes de pensée et d’actons en disant à cet épouvantail de tragédie que je ne voudrais pas, pour tout l’or du monde, être à sa place, aucunement enviable et désirable pour un être normal, au jour du jugement dernier.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

France Télévisions, Service public, Laurent Ruquier, Léa Vicens, Matador à cheval, Sadisme, Lâcheté, Cruauté

20 185163-1

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2044

ocjkpk2z

Le changement, c’est maintenant ?

Le doigt accusateur

Les accords de Schengen ont été signés par la France sous la présidence de François Mitterrand en 1985, il y a donc quasiment trois décennies. Ils sont entrés en vigueur dix ans plus tard.

Cet accord signé par la France, alors socialiste, prévoit la libre circulation des hommes dans l’espace Schengen dont fait partie la France depuis cette époque et n’ont jamais été remis en cause par personne y compris par l’opposition d’alors devenue depuis la majorité par le jeu de l’alternance démocratique puis ayant de nouveau rejoint les bancs de l’opposition, toujours par le jeu de l’alternance démocratique républicaine.

Vouloir contrer ouvertement et concrètement ces accords équivaut à remettre en cause et en question ces derniers et reste donc une trahison d’éthique pour les ministres étant en poste actuellement faisant du zèle hautement calculé en prenant des initiatives anti républicaines.

S’il est facile concrètement de contester en haut lieu le bien fondé de cette mesure de justice et d’équité par soucis de calculs purement électoralistes il est en revanche difficile de se pencher sur le problème de l’intégration de certaines populations européennes se trouvant sur notre territoire.

Les récentes déclarations du ministre de l’Intérieur concernant certaines populations européennes et disant que ces gens ont vocation à retourner chez eux et à y rester est pour le moins un camouflet infligé à la France toute entière puisque des accords ont été signés par ses représentants il y a 28 ans, à une époque à laquelle notre actuel ministre de l’intérieur était un "ado" lui-même espagnol et plus précisément Catalan et assistait sans doute déjà à des corridas ayant probablement le gout du sang, de la provocation et de la soif de domination chevillés au corps et ancrés en son esprit.

Aujourd’hui le petit Manuel a grandi et a fait bien du chemin dans la vie en direction des marches du pouvoir politique, visant naturellement la plus haute marche du podium car il ne se contentera pas éternellement d’une place de second.

Dans un article récent le journal le Monde parle du ministre de l’Intérieur et titre "Roms : la faute lourde de Manuel Valls"

Dans le code du travail la faute lourde d’un "employé", employé grassement payé au passage, prévoit normalement le licenciement sans indemnités du responsable de cette faute.

Qu’attend donc le "patron" pour agir ?

Si j’étais Président il y a longtemps que j’aurais agi, montrant aux yeux de tous que le changement c’est effectivement maintenant.

Lataupe, pamphlétaire, politiquement incorrect, libre et fier de le demeurer.

50588337

Mots clés de cet article :

Accords de Schengen, Roms, Ministre de l’Intérieur, Faute lourde, Le Monde,

185163 Sans titre 

http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2013/09/25/roms-la-faute-de-manuel-valls_3484159_3208.html#xtor=EPR-32280273-%5Bemailing_lesplus%5D-20130920-%5Bcommentes%5D?IdTis=XTC-FUFQ-FQG1S2-DD-5PNTW-G11E

redcard

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2043

ocjkpk2z

Si le courage existait en politique

7lu153v8

Devant la fronde manifestée par la Haute Assemblée concernant le vote d’une loi qui manifestement dérange les membres de cette "vénérable" institution puisqu’elle vient s’attaquer à leurs privilèges "républicains" et si le courage existait en politique il devrait dicter la conduite de celui qui s’est fait élire par une profession de foi qui prévoyait, entre autres mesures le non cumul des mandats électifs.

La Haute Assemblée étant à majorité "socialiste" va donc à l’encontre des souhaits du Président de "tous" les Français mais aussi de la France toute entière et le Président se devrait donc, s’il était capable de mettre en pratique les idées émises il y a près de deux ans, de sanctionner les récalcitrants de son propre camp en prononçant la dissolution du Sénat, rien de moins, de façon à justifier, aux yeux de l’opinion, que ses propositions ne sont pas que de la poudre aux yeux.

Lataupe, pamphlétaire, politiquement incorrect et fier de le demeurer.

50588337

Mots clés de cet article :

Sénat, Cumul des mandats

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2042

ocjkpk2z

Plein feux sur Marseille

2vo8xpqo

Je laisse la parole en ce dimanche à mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais qui démontre, une fois de plus, qu’il a bien des cordes à son arc.

Son article s’intitule "Ca me fend le cœur" ; je vous laisse apprécier.

Ecrivainparisien

redcard

Ca me fend le cœur

Par Jean-Paul Barruyer

2vo8xpqo

Ce qui se passe à Marseille, depuis trop longtemps déjà, est grave et devrait interroger chacun des citoyens de ce pays. Cette cité, la 2e commune de France par sa population, et ses environs immédiats sont en train de se détacher de la République, comme une zone de non-droit, sous la dictature des trafics en tous genres et des comportements mafieux dignes de régions sous-développées du pourtour méditerranéen. Le plus grave est que, si nous n’y prenons garde et sous l’effet de la crise économique, cette gangrène gagnera progressivement l’ensemble de notre pays.

Inlassablement, après chaque règlement de compte sanglant et meurtrier, des cortèges d’officiels et de ministres viennent parader devant les médias pour montrer qu’ils ont bien la situation en main et promettre des effectifs de police supplémentaires qui vont calmer les choses. Hélas ! sauf à poster un agent en surveillance devant l’immeuble de chacun des loubards, ce que les finances publiques déjà exsangues ne supporteraient pas, cette solution de facilité n’est qu’un cautère sur une jambe de bois alors même que ces renforts seraient bien plus efficaces dans d’autres domaines.

Les politiques, locaux et nationaux, toutes tendances confondues, ont-ils vraiment pris la mesure de la gravité du problème et ont-ils bien diagnostiqué la réalité du mal profond dont souffre cette ville, la plus pauvre des grandes métropoles françaises ?… A lire ce qui va suivre, information de Francetv info avec AFP, publiée aujourd’hui samedi 7 septembre 2013, j’en doute fort !…

Marseille : un élu PS dénonce la présence de Guerini à la réunion de crise

Patrick Mennucci (maire PS du 1er arrt. de Marseille) estime que le président socialiste du Conseil général des Bouches-du-Rhône, mis en examen pour "association de malfaiteurs", n’aurait pas dû assister à la réunion de crise.

" Ce n’est pas un bon signal que nous donnons". Avant de se rendre samedi 7 septembre à la réunion sur la criminalité organisée par le préfet avec les élus marseillais, le député socialiste Patrick Mennucci a dit tout le mal qu’il pensait de la présence de Jean-Noël Guérini à ce rassemblement. Le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône est en effet mis en examen dans plusieurs affaires.

"Nous sommes dans une réunion qui a pour objectif de lutter contre le grand banditisme et le trafic de drogue, et je viens de m’apercevoir que dans cette réunion figure une personnalité mise en examen pour "association de malfaiteurs" et, d’après le rapport du juge, "système mafieux", a déclaré à la presse le maire de secteur et candidat à la primaire socialiste pour les municipales.

Quand on veut nettoyer un escalier on commence par le haut

"On ne peut réclamer à des voleurs de scooters et de bicyclettes l’exemplarité et se trouver dans cette réunion", a-t-il souligné. "Comme disait ma grand-mère, quand on veut nettoyer un escalier, on commence par le haut. Il faut une capacité à une certaine forme d’exemplarité", a-t-il encore dit, avant d’entrer en réunion.

Les parlementaires et les principaux élus de Marseille ont été conviés par le préfet de région et le préfet de police, après l’appel du gouvernement à "un pacte national" jeudi soir à la suite de deux nouveaux règlements de comptes meurtriers dans la région marseillaise.

Ce Guérini, c’est un véritable feuilleton à lui tout seul, qui dure depuis pas mal d’années, impliqué avec son frère, ayant proféré des menaces physiques à l’encontre de certains qui se sont mis en travers de son chemin et il se trouve toujours investi de fonctions politiques. Pire, le PS qui joue les vierges effarouchées et éternel donneur de leçons de morale, n’a jamais osé faire le ménage en son sein. Alors, cherchez l’erreur, probablement que tout le monde a intérêt à ce que le système continue à fonctionner : "Tu me tiens, je te tiens par la barbichette !…"

Tout dernièrement, en juillet 2013, je suis allé, depuis Lyon avec mon épouse découvrir pour la première fois cette ville de Marseille pendant quatre jours, tel un "Monsieur Brun" descendu de sa contrée nordique . Malgré tout ce que l’on a entendu dire sur cette cité, et nous en avons entendu, à tort ou à raison, nous avons été éblouis par sa beauté qui est un véritable don de la nature, à travers notamment ses sites marins. Une "belle souillon", voilà l’expression qui la caractérise le mieux à mes yeux. A voir les drames sans fin qui s’y déroulent sous la complicité des politiques alors qu’il y a là le climat, les îles, la couleur de la mer, le Vieux-Port, le "Ferry boîte", la "Bonne Mère", le pastis qui fait dérouler en moi toutes les images de la Provence, les évocations orientales et le chant des cigales au cœur de la ville, franchement… ça me fend le cœur !

Voilà, c’était juste pour faire avancer le "schmilblick" et parce que la liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas…

Jean-Paul Barruyer

50588337

Mots clés de cet article :

Marseille, Ordre public, Pacte national

185163

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2041

ocjkpk2z

Actualité

2vo8xpqo (2)

2 septembre

Le doigt accusateur

Alors que la France s’apprête à entrer en guerre contre la Syrie, par décision unilatérale du Président de la République qui n’a pas jugé bon de consulter ni les assemblées représentatives du peuple français pour obtenir un avis « démocratique », ni le Conseil de Sécurité de l’ONU et pas plus qu’il n’a de certitudes concernant les responsabilités de l’Etat syrien puisque les experts désignés n’ont pas encore rendu leurs conclusions et leur rapport quant à l’emploi de l’Arme chimique en Syrie, je rappelle qu’il y a 74 ans, le 2 septembre 1939, la France déclarait la guerre à l’Allemagne et au chancelier Hitler ; le second conflit mondial de l’Histoire aura duré plus de 6 longues années faisant des millions de morts inutiles autant qu’injustes de part et d’autre du champ de bataille. Mais si beaucoup de femmes et d’hommes sont tombés courageusement pour défendre leur patrie, d’autres ont distribué « gracieusement » et avec un zèle indicible la mort en élevant au rang d’art une extermination systématique de races et d’ethnies pour de bien mauvaises raisons forcément condamnables.

Je tenais à rappeler à tous cette date qu’il ne faut jamais oublier, ne serait-ce que par respect pour celles et ceux tombés courageusement au Champ d’Honneur.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Guerres, Syrie, France, Victimes, Champ d’honneur

!cid_1BF09EFA4580452F8CF55227E782153F@BonnetduSault

Read Full Post »