Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2013

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2014

ocjkpk2z

Lien générateur

4

Un proverbe populaire dit que « la nuit tous les chats sont gris »

J’ai eu récemment l’occasion, au cours d’une de mes dernières nuits besogneuses comme elles le sont quasiment toutes depuis près d’une décennie, de voir des chats mais aussi bien d’autres choses en couleurs grâce à la magie d’un lien pointant vers un espace qui m’a beaucoup parlé. Cet espace est animé, de pinceau et de plume de maitre, par un certain Ibara, surnommé le « peintre de l’extrême »

La vitrine de ce magicien aux œuvres lumineuses expose des toiles mais aussi nombre de commentaires et de ressentis personnels plus que parlant concernant des artistes qu’il apprécie. J’y ai vu, notamment, puisque le lien pointait vers ce trésor, un travail de pinceau mais aussi de plume concernant l’un de mes maitres, un belge ayant été élu « plus grand belge du siècle » par les lecteurs d’un grand journal d’Outre-Quiévrain et ce « maestro » n’est autre que Jacques Brel.

J’ai été saisi, pas tant par la « patte » et le trait riche d’Ibara mais par sa plume qui décrivait un Jacques Brel que je voyais s’animer par le verbe riche et documenté d’un Ibara qui a dû sans doute revivre ce qu’il avait connu en le couchant sur l’écran de ses nuits blanches.

Enthousiasmé par le verbe poétique et alerte d’Ibara, tout de mouvements amples et parfois saccadés comme Jacques l’était lors de ses récitals, j’ai ressorti de mon coffre aux trésors le dernier texte que j’ai consacré à Jacques à l’occasion de la commémoration, en octobre dernier, de la 34ème année de sa disparition, un article que j’ai apposé en commentaire sur la page d’Ibara consacrée à Jacques.

J’ai reçu ce matin un commentaire, signé Ibara, que je vous livre ci-après ainsi que la réponse que j’ai formulée concernant ce commentaire.

2vo8xpqo

Le message d’Ibara :

« Bonjour,

Je vous remercie pour vos commentaires sur mon blog.

Je découvre le votre que je trouve très intéressant et que je ne manquerai pas de visiter très souvent.

Je vous souhaite une belle journée.

Bien cordialement,

Ibara »

www.ibara.fr

www.espace-ibara.com

J’invite les lecteurs à consulter le blog et le site d’Ibara en cliquant sur les deux liens vert figurant ci-dessus qui les amèneront au cœur de l’univers remarquable de ce peintre et écrivain de talent.

2vo8xpqo

Ma réponse à Ibara :

Cher Ibara,

Recevoir un commentaire valorisant de la part d’un artiste de votre dimension reste, pour moi, un moment non feint de pure émotion, déclenché par cette certaine forme de reconnaissance due au regard que vous portez sur mon modeste travail de création par l’âme sensibilisée aux émotions de toutes sortes qui vous anime.

Je dois vous avouer, à ma grande honte, que je n’ai découvert votre existence tout autant que l’expression de votre art que tout récemment par l’intermédiaire d’une requête mise en place par mes soins, il y a quelques années maintenant, concernant l’immense artiste qu’était Jacques Brel.

Cependant, à la réflexion et après avoir visité votre site et observé votre travail d’envergure dimensionnelle, je me suis dit que je vous ai déjà vu, notamment au cours d’une émission de télévision il y a fort longtemps.

J’ai apprécié votre galerie de portraits ainsi que les riches commentaires agrémentés quelquefois de l’expression du ressenti que vous portez et exprimez avec beaucoup d’aisance sur certains artistes que semblent vous parler, vous toucher, vous sensibiliser même.

Je me dois maintenant, pour tenter de faire comprendre les motivations qui m’animent, de vous apporter quelques indispensables précisions concernant mon parcours récent.

Je suis poète, écrivain, pamphlétaire, satiriste, journaliste, chroniqueur et photographe indépendant, politiquement incorrect, libre et, plus que jamais, fier de le demeurer.

Ma vie a basculé en 2003 suite à la tragique disparition, en moins de 3 semaines, de mes 3 plus chères amies, toutes trois assassinées ; parmi elles, figurait celle qui devrait partager ma vie depuis décembre 2003 et qui a été “liquidée” à 3 mois de notre mariage. Suite à ces drames insurmontables pour tous, 3 membres des deux familles auxquelles appartenaient mes amies sont morts de chagrin en l’espace de 3 mois.

C’est à cette époque que je suis devenu écrivain car les dons fabuleux qui sommeillaient au fond de moi se sont subitement réveillés.

Depuis 2003 j’ai écrit plus de 10 ouvrages, composé plus de 5000 poèmes et mon blog, ouvert le 23 décembre 2005 et dédié à l’âme de mes 3 amies disparues tragiquement, comporte plus de 2000 articles, ce qui représente près de 9000 pages de rédactionnel.

Ce blog, « le forum de l’écrivain », un monument honorifique dédié à l’âme de mes 3 amies, sorte de tribune particulièrement virulente quelquefois, aborde tous les sujets de société. Il met en lumière et dénonce les travers de notre société corrompue jusqu’à la moelle dans un style littéraire de bon aloi mais il encense aussi parfois ceux qui méritent d’être aidés. Le sous titre de ce « pavé d’expression libre » : « une vision toute autre du 21ème siècle » est un programme en soi, à lui tout seul. L’injustice ainsi que nombre de ceux que je nomme les « nantis » de la pire espèce y sont montrés du doigt et ont régulièrement droit aux « horreurs » de mes colonnes qui dénoncent régulièrement la « morale des biens pensants »

Cet espace de liberté accueillant quelquefois l’article d’une amie ou d’un camarade de « combat », leur servant ainsi de tribune, qui étale à la une, pêle-mêle, articles journalistiques, œuvres satiriques, pamphlets, billets d’humeur ainsi qu’odes et ballades diverses et variées n’est que le reflet de ce qui était cher au cœur de mes princesses aujourd’hui disparues dont je suis maintenant un peu le porte-parole et l’avocat sur terre, faisant en sorte qu’elles continuent de vivre pour celles et ceux qui les ont appréciées de leur vivant.

Ce monument qui reste la plus noble et la plus grande chose que j’ai réalisée dans ma vie est lu sur les 5 continents, c’est ce que j’ai vu sur les rapports annuels 2011 et 2012 de WordPress, l’hébergeur de mon blog.

A titre indicatif, le forum a été vu 18 000 fois en 2012 dans 93 pays différents.

Il est complété par la page de « Jean Claude Lataupe », mon pseudonyme d’écrivain pamphlétaire ; une page d’expression libre, elle aussi et qui est hébergée sur le plus grand réseau social de la planète.

Le savoir est le passeport pour la liberté.
Le droit et le devoir de savoir et d’agir doivent être une obligation pour tous.
Ecrivainparisien


https://ecrivainparisien.wordpress.com/
http://www.facebook.com/jeanclaude.lataupe

Bien à vous, cher Ibara et encore merci.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Ibara, Peintre de l’extrême, Peinture, Ecriture, Œuvres en temps réel, Jacques Brel

portrait-de-jacques-Brel-peinture-dIbara

J’avais neuf ans lorsque j’ai entendu Brel la première fois.

C’était en 1959.

C’était chez François mon meilleur copain de l’époque.

La musique provenait de la chambre de sa sœur ainée Nadine.

Nadine avait un tourne disque rien que pour elle toute seule.

Elle avait bien cinq ans de plus que moi.

Elle avait des lunettes, des gros nénés, un gros derrière et me regardait toujours de travers. Peut-être parce que je la reluquais parfois en douce, ce qu’elle avait remarqué et qui ne lui plaisait pas du tout.

Je me souviens c’était la chanson «La valse à mille temps».

J’avais été frappé par la voix du chanteur, par l’énergie qui se dégageait et par le rythme du morceau.

Quelques années plus tard j’ai vu Brel au «Palmarès des chansons» de Guy Lux.

Ce soir là, Brel était saisissant et particulièrement inspiré.

Il faisait des grands gestes avec ses grands bras qu’il moulinait dans tous les sens.

Il bougeait aussi beaucoup ses mains qu’il utilisait comme un italien volubile.

Il suait à grosses gouttes.

Il ouvrait tout le temps sa grande bouche et à chaque fois on avait l’impression qu’il allait avaler toutes ses grandes dents.

Il pleurait.

Il riait.

Il grimaçait.

Il hurlait.

Il murmurait.

Il implorait.

C’était drôlement impressionnant.

A chaque chanson, le suspens était constant.

On avait peur pour lui tellement le malheureux se donnait du mal sur scène.

Brel avait le sens du mélodrame et même celui du trémolo-drame.

C’est qu’en plus d’être un auteur-compositeur-interprète hors pair, c’était également un grand comédien qui savait tenir son public en haleine.

Comme Brassens ou Ferré, Brel est intouchable.

Il est au firmament des immortels.

On se doit de l’aimer pour ne pas passer pour un con ou un demeuré. Alors pour dire comme tout le monde je dirai moi aussi que Brel était un grand poète et j’ajouterai qu’il était belge comme l’étaient Hergé, le roi Baudouin ou Achille Talon…Ibara 

9 Commentaires

Publicités

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2013

ocjkpk2z

Toutes les vérités sont bonnes à dire, surtout les mauvaises

images (2)

Telle est l’une des affirmations que j’aime particulièrement mettre en pratique par les temps qui courent, des temps où le politiquement correct est la religion dominante en vigueur un peu partout, voire en particulier beaucoup dans certains milieux comme celui de la Franche Mascarade, en vigueur dans quelques cercles influents.

Je vous offre une seconde de ces vérités que j’aime utiliser à l’envi : «les amis de mes amis ne sont pas forcément mes amis » et je vais en faire la démonstration ci-après.

J’ai reçu il y a quelques jours un message émanant d’un illustre inconnu ne faisant pas partie de mes cercles habituels, un certain Bonr Boert qui m’informe de ce qui suit :

2vo8xpqo

« De Bonr Boert (24 avril 2013, 19 h 00)

Je viens de trouver cela. Enfin une bonne nouvelle. Un bon dialogue face à face fait avancer la lutte.

Les infos – Anti-corrida

08/04/2013

Des avancées notables.

http://www.allianceanticorri…Etc.»

2vo8xpqo

A la lecture du lien, émanant manifestement d’une association à laquelle je n’ai jamais adhéré puisque je considère, comme beaucoup de gens, que cette association dessert la cause qu’elle est censée honorer, je n’ai bien évidemment pas consulté la page à laquelle renvoie le lien.

Avant d’aller plus avant dans ma démonstration je rappelle, pour remettre les choses à leur juste place, que la présidente de l’association évoquée plus avant a assigné en justice et ce, par deux fois consécutivement, 4 véritables militants anti corrida pour des propos, parait-il diffamatoires tenus à son endroit.

Des propos si « diffamatoires » même que la présidente du tribunal a jugé bon de débouter de toutes ses demandes la plaignante ; c’est dire si certains ont du temps et de l’énergie à dépenser en se dispersant au détriment de la cause qu’ils sont censés défendre de manière loyale.

Pour en revenir au dénommé Bonr Boert, j’ai pris ma plus belle plume, celle qui « tue », pour répondre ce qui suit à son message initial :

2vo8xpqo

« Bonjour,

Je vous prierai de ne plus m’adresser de messages concernant toute information en provenance de AAC à l’avenir et de bien vouloir me supprimer de vos listes de diffusion.

Salutations

Ecrivainparisien »

50588337

Je pensais en avoir fini avec cet « ami de mes amis » quand j’ai reçu, ce jour et à ma grande surprise le message que je vous livre ci-après :

2vo8xpqo

« Excusez-moi je ne savais pas que vous n’êtes pas un anti-corrida, ce sont des amis qui m’ont donné votre mail. Ils ne savaient certainement pas que vous êtes pour ces horreurs ! Je vais les en avertir. »

2vo8xpqo

Etre borné et obtus au point de penser sérieusement que si l’on n’adhère pas à l’association citée plus avant on est forcément pour les corridas, ces « horreurs » comme le dit le rédacteur, dépasse l’entendement.

Il faut savoir qu’en France plus de 200 associations luttent depuis toujours contre la corrida, notamment le Crac Europe. L’association citée plus haut n’est que l’une des composantes de ce patchwork très contrasté.

Comment peut-on objectivement croire qu’une association, et une seule, se bat contre la corrida, si ce n’est avoir été « endoctriné » par cette sorte de secte qui semble vouloir ainsi sciemment occulter les milliers de membres n’appartenant pas à cette « chapelle » ?

Pour tenter de « réveiller » le dénommé Bonr Boert, ma plume qui « tue » s’est adressée, une dernière fois à lui en ces termes :

2vo8xpqo

« Bonsoir,

C’est la seconde fois depuis peu que j’ai le déplaisir de devoir vous lire.

Il semblerait que soit vous ne compreniez pas la langue de Molière, soit vous êtes endoctriné par l’AAC.

Informez-vous au lieu de proférer des énormités !

Il n’y a pas que l’AAC dans la vie de l’anti corrida il y a aussi plus de 200 associations anti corridas dont le CRAC Europe, ça vous dit quelque chose le CRAC ?

Je vous invite à lire mes textes concernant la protection animale avant de proférer des énormités à mon encontre.

Je vous prierais donc de ne plus m’adresser la parole pour quelque raison que ce soit, Bonr Boert.

Salutations.

Ecrivainparisien »

50588337

J’espère avoir été suffisamment clair dans mes explications avec cet « ami de mes amis » qui ne peut donc, en aucun cas, compte-tenu des propos pour le moins discourtois tenus à mon égard, être de mes amis.

A bon entendeur !

Ecrivainparisien

50588337

Je pensais donc en avoir terminé avec ce donneur de leçons. Que nenni, il m’a répondu ce qui suit l’effronté :

2vo8xpqo

Juste une question. L’Alliance Anticorrida vous la mettez au pilori. On se demande pourquoi (?)
Le Crac semble vous dire quelque chose…à vous.
Et les 1998 associations anti-corrida restantes, vous les traitez comme la première?
Drôle de militant. Vous ne m’avez pas convaincu. Un veritable abolitionniste doit soutenir toutes les associations qui travaillent contre la tauromachie.
Le déplaisir est reciproque car vous êtes agressif et vous voulez imposer votre point de vue sans dialogue.

2vo8xpqo

J’ai répondu ce qui suit à cet impertinent, manifestement endoctriné et manipulé :
2vo8xpqo
Monsieur,

J’ai toujours respecté les associations qui œuvrent conjointement pour qu’un jour la corrida soit mise à mort dans notre pays et ailleurs.

Je soutiens toutes les associations qui travaillent contre la tauromachie, en aucun cas celles qui trainent en justice des militants anticorridas qui ont osé montrer du doigt les agissements d’une certaine personne qui s’approprie des mérites et des victoires auxquels elle n’a aucunement participé.

Mon but n’est pas de vous convaincre ce qui représenterait une certaine forme de sacerdoce suivant le principe «qu’il n’est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre » dans la mesure où nier l’évidence représente une forme de mauvaise foi certaine. L’hérésie ne mérite pas d’être combattue mais condamnée avec la plus grande énergie dans la mesure où elle ne peut faire avancer les idées et les choses vers la compréhension et la lumière.

Mon point de vue n’est que celui de millions de citoyennes et de citoyens français qui n’ont pas de temps à perdre en querelles stériles mais veulent simplement que l’animal, pas seulement les taureaux et chevaux de corrida, obtienne enfin un statut véritable d’être sensible à part entière, sens actuel du combat que mènent nombre d’individus en France et ailleurs, à titre individuel ou collectif.

Vous devriez tenter de retirer les œillères que vous portez, cela aurait peut-être l’effet bénéfique d’élargir votre champ de vision actuellement plus qu’étroit pour ce qui vous concerne.

Une dernière chose, monsieur, la ponctuation ainsi que l’accentuation des lettres font partie intégrante de la langue française, chose que vous ne semblez pas avoir intégrée et qui vous a pourtant été signalée par le correcteur orthographique de votre ordinateur, installé par défaut, pour les gens comme vous.

Le déplaisir que vous affirmez, dites-vous, me sied à ravir pour de multiples raisons, monsieur.

Salutations citoyennes.

50588337

Mots clés de cet article :

Corridas, Souffrances animales, Associations Anticorrida, Endoctrinement, Mauvaise foi,

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2012

ocjkpk2z

Lettre ouverte aux pédophiles

2vo8xpqo

J’ai eu le vif déplaisir de lire récemment à votre sujet que, surfant sur la vague de changement liée à l’obtention du mariage pour tous, une loi récemment votée par les deux assemblées de la République, vous avez eu l’impudence et l’outrecuidance d’espérer pouvoir bénéficier, vous aussi de droits nouveaux.

Laissez-moi vous dire que le législateur ne vous accordera jamais aucun droit de quelque nature qu’il puisse être mais vous imposera toujours des devoirs inhérents à votre condition, entrainant ipso-facto obligations, pour vous, de vous reconnaître atteints de maladie psychique et de devoir en conséquence vous faire soigner et suivre tant que votre maladie perdurera.

Vous êtes des individus positivement dangereux, nuisibles et improductifs de notre société, garante du maintien de l’ordre public et notamment de la protection de tous citoyens contre les crimes et délits commis par des individus de votre espèce qui doivent être mis à l’écart et au ban de notre société.

N’attendez donc aucun droit de la part du législateur, ni aujourd’hui, ni demain.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Pédophiles, Pédocriminels, Maladie, Danger, Crimes, Délits,

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2011

ocjkpk2z

Rappel : il était une fois, Tchernobyl (Ukraine)

2006_04_26t031713_311x450_us_chernobyl

En ce 26 avril de l’an de disgrâce 1986, le nom de Tchernobyl s’inscrivait au petit jour en lettres clignotantes sur l’ensemble des journaux, français et étrangers dans ce qu’il est convenu d’appeler un accident nucléaire civil, en fait un ensemble de négligences et d’erreurs humaines représentant le plus grand cataclysme nucléaire que la terre ait jamais connu ayant fait des centaines de morts, en particulier parmi ceux que l’on a baptisés les liquidateurs, des « volontaires désignés d’office » qui ont tous laissé leur vie dans les quelques jours qui ont suivi, suite à l’absorption d’une dose de radiations colossale et létale, à court terme, au cours de l’explosion de l’un des réacteurs de la centrale.

Contrairement à ce qu’a annoncé le professeur Pierre Pellerin, sous couvert et avec l’aval des autorités françaises de l’époque, le nuage radioactif ne s’est pas arrêté au pont du Rhin à Strasbourg, loin s’en faut.

Le nuage, fortement radioactif, porté par les vents a traversé l’Europe et la France puis la Méditerranée pour terminer sa course dans le désert du Sahara, sauf erreur de ma part.

Des cas de cancers de la thyroïde, notamment, ont été signalés un peu partout en Europe depuis 1986, en particulier en Corse ; des plaintes ont d’ailleurs été déposées auprès des autorités compétentes pour ce motif.

Tchernobyl est aujourd’hui une ville quasiment fantôme, dans laquelle tout individu est censé être interdit de séjour, compte-tenu des risques importants, ce qui n’empêche pas certains ukrainiens d’être restés et de vivre sur place, malgré les risques énormes qu’ils encourent au plan de leur santé.

En effet la région de Tchernobyl est irradiée de manière importante bien que dégressive pour plusieurs siècles encore, qu’on le veuille ou non.

Le nucléaire n’est pas chose à manier à la légère et ne permet aucun droit à l’erreur.

Aucun, absolument !

Nul ne peut jouer les apprentis sorciers dans ce domaine (cf. Fukushima)

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

26 avril, Tchernobyl, Ukraine, Accident nucléaire, Fukushima, Victimes, Radioactivité,

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2010

ocjkpk2z

Il y a 3 ans aujourd’hui disparaissait un monstre : Guy Desnoyers

Le doigt accusateur

Cette journée qui verra deux grands rassemblements se tenir à Paris « pour, mais aussi contre » le mariage pour tous, sur fond de polémique à connotation « religieuse », coïncide avec la disparition d’un ecclésiastique, justement, parti rendre il y a 3 ans jour pour jour, son âme à Dieu qui n’en a sans doute pas voulu, pour les raisons évoquées ci-dessous ; raisons que je racontais dans un article, que j’ai fait paraître il y a quelques années et que je vous offre en lecture ou relecture :

2vo8xpqo

Une autre affaire a fait également grand bruit quelques années plus tard mais en lorraine cette fois. Guy Desnoyers, jeune curé de la paroisse d’Uruffe, une commune de Meurthe-et-Moselle, de 392 âmes a commis, avec un cynisme machiavélique, deux meurtres écœurants, totalement indignes d’un homme d’église mais aussi d’un homme, tout court.

Dès 1953 Guy Desnoyers entretient des relations avec plusieurs femmes de la région, en particulier des mineures. En décembre 1953 il conçoit un enfant avec une adolescente de 15 ans. Suite aux rumeurs courant dans le village il persuade la jeune future mère d’aller accoucher dans l’Ain et d’abandonner l’enfant du péché. Son évêque, mis au courant des faits rend visite à son prêtre qui l’implore de croire à son innocence et l’évêque renouvelle sa confiance à Guy Desnoyers.

En 1956, Guy Desnoyers entretient une relation avec une jeune ouvrière de 19 ans qu’il avait séduite au cours d’une activité théâtrale et qui va bientôt porter le fruit des amours coupables du prêtre. Il persuade le père de la jeune femme que le père du futur enfant est un jeune homme parti pour la Guerre d’Algérie mais peu de gens dans le village croient à cette histoire. La jeune femme promet de garder le silence sur la paternité de l’enfant mais refuse d’accoucher clandestinement, d’abandonner son enfant ou d’avorter.

Le 3 décembre 1956, peu avant la date prévue pour l’accouchement, Guy Desnoyers prend peur et emmène la jeune femme en voiture sur une route déserte. Il arrête sa voiture près d’un bosquet et propose à la jeune femme, par deux fois, de lui donner l’absolution. Etonnée, celle-ci refuse et s’éloigne à pied. Guy Desnoyers la suit, tenant son révolver 6,35 à la main. Il tire alors à trois reprises sur sa maitresse dans la nuit noire. Sitôt après l’avoir tuée, il l’éventre, sort l’enfant, une petite fille qu’il baptise. Il la tue à coups de couteau, puis lui taillade le visage afin d’effacer toute éventuelle ressemblance. Il pousse ensuite la mère et son enfant dans un fossé.

Comment peut-on, lorsqu’on est un homme, qui plus est ecclésiastique, commettre de telles monstruosités, de telles « choses » que le français, langue pourtant richissime ne peut aucunement traduire par des mots suffisamment forts pour qualifier une telle barbarie ? Les poils de mes avant-bras en frémissent d’indignation.

Dès le lendemain, Guy Desnoyers organise lui-même les recherches pour retrouver la jeune femme, tout en prétendant qu’il connait le meurtrier mais qu’il lui est impossible de le dénoncer à cause du secret de la confession auquel il est lié. Cependant, une amie de la jeune femme confie à la police que celle-ci lui avait dit que le curé était le père. Guy Desnoyers nie avec véhémence. Il est rapidement acculé à révéler la vérité par la rumeur, d’autant plus qu’une douille de calibre 6.35 a été retrouvée à l’endroit du crime et qu’il a justement un permis de port d’arme pour ce calibre. Le 5 décembre 1956, quarante huit heures après l’assassinat, il finit par avouer son crime.

En cette période d’Aven et de Saint-Nicolas, l’affaire fait grand bruit. Il est écroué en prison sous un faux nom pour éviter toute vengeance. L’Église organise des cérémonies expiatoires pour ses crimes.

A l’époque, toute la France est horrifiée par ce double crime odieux. Le procès débute à la Cour d’Assises de Nancy le 24 janvier 1958, un an après les faits. La foule massée au palais de justice réclame la peine de mort.

Le 26 janvier, après deux jours de procès, le procureur donne raison à la foule dans son réquisitoire :

« Je ne sais si ce Dieu que vous avez ignominieusement servi aura pitié de vous à l’heure, peut-être proche, de votre mort. Moi, je ne connais que la justice des hommes et je sais qu’elle ne peut vous pardonner. »

L’avocat de la défense lui répond :

« Je vous demanderai de ne pas le faire mourir. Ce droit n’appartient à personne. La loi permet de punir sans faire mourir. »

Avant les délibérations des jurés, Guy Desnoyers fait une dernière déclaration :

« Je suis prêtre, je reste prêtre, je réparerai en prêtre. Je m’abandonne à vous parce que je sais que devant moi vous tenez la place de Dieu. »

Après une heure et quarante minutes de délibération, les sept jurés rendent leur verdict. A toutes les questions posées (sur le double crime, sur l’infanticide et sur la préméditation), les réponses des jurés ont été « oui» à la majorité. Toutefois on reconnut à l’accusé des circonstances atténuantes, ce qui lui permit d’échapper à la peine capitale. Il fut alors condamné aux travaux forcés à perpétuité.

En août 1978, après vingt-deux ans de détention, Guy Desnoyers est devenu le plus ancien prisonnier de France. Il obtient une libération conditionnelle. Il se retire alors en l’abbaye Sainte-Anne de Kergonan à Plouharnel dans le département du Morbihan, où il meurt le 21 avril 2010 à l’âge de 90 ans.

Je reste convaincu que l’âme de cet ignoble criminel ne siègera jamais à la droite du Grand Homme, qui, bien que faisant état, en permanence, de la plus grande des mansuétudes ainsi que de la plus parfaite sagesse à l’égard de l’homme qu’il a créé à son image, ne peut, en aucune façon, comprendre, pardonner et absoudre de tels gestes.

Là encore, dans cette Affaire, des ouvrages, journaux et films ont parlé en long en large et en travers de ce monstre inhumain, mais aussi Pierre Bellemarre, un grand homme de radio qui a consacré une émission à cet horrible fait divers…

Pour ce qui concerne le curé d’Uruffe, les jurés, bien qu’ayant répondu par l’affirmative à toutes les questions posées, ce qui aurait du valoir la peine capitale à Guy Desnoyers, ont commué sa peine en prison à perpétuité, lui accordant des circonstances atténuantes. Pour ce qui me concerne, la manière odieuse dont Guy Desnoyers a commis ses crimes, lui aurait plutôt valu, à mes yeux, des circonstances aggravantes. Mais, je dois dire que je n’étais pas juré lors de ce procès et qu’en tant que citoyen je respecte le verdict rendu par la justice même si je pense que, dans le cas d’espèce, ladite justice a fait preuve de clémence à l’égard du condamné. Par peur, peut-être, des foudres du Seigneur, nous ne le saurons jamais !

2vo8xpqo

Voilà donc ce que je publiais sur le forum il y a maintenant quelques années.

Pour en revenir à ce qui préoccupe certaines et certains aujourd’hui je viens de rédiger un nouvel article dans le but de tenter d’ouvrir les yeux à certains intégristes qui prônent l’agitation républicaine.

20

Qui sème le vent

La guerre religieuse serait-elle aujourd’hui relancée ?

Les catholiques « intégristes », voire extrémistes au vu des évènements actuels, sont un peu mal placés pour vouloir donner des leçons au plan des valeurs morales et spirituelles.

J’invite les deux égéries, aux pseudos quelque peu provocateurs faisant parler d’elles plus que de raison actuellement, à réfléchir et à méditer sur le passif de la communauté qui dirige le monde catholique et ses « ouailles » avant de vouloir s’ériger en « Jeanne d’Arc » de la contestation.

Qui se signale régulièrement de par le monde et ce, depuis des décennies, par des affaires de pédophilie, si ce n’est les religieux catholiques, voire anglicans, de toutes natures et tous statuts?

Le Pape Benoit 16 a d’ailleurs été très ébranlé par toutes ces affaires ; d’aucuns pensant même que ce sont ces raisons, entre autres, qui ont été déterminantes dans sa décision de démissionner de son mandat papal.

Et je ne parle même pas de relations intimes perpétrées et entretenues régulièrement par des ecclésiastiques ayant théoriquement fait vœu de chasteté. Combien existe-t-il, aujourd’hui, en France, voire ailleurs, d’enfants nés de pères ecclésiastiques ? Les statistiques réelles sont difficiles à établir, dans la mesure où certains « géniteurs » de ces enfants « illégitimes », puisque nés hors mariage, religieux ou non, ne vont pas le « chanter » sur les toits, ça ferait quelque peu désordre.

Puisque j’en suis à évoquer les frasques des ecclésiastiques, j’aimerais rafraichir la mémoire des deux égéries susmentionnées, ainsi que celles des catholiques tentés par les discours irresponsables de celles qui allument le feu de la révolte sans vergogne et sans être en mesure d’en appréhender toutes les conséquences, cela en toute irresponsabilité, en leur demandant s’ils ont souvenance d’un nom qui a fait frémir la France toute entière, dans les années 50 ; celui de Guy Desnoyers ?

Guy Desnoyers était curé dans la paroisse d’Uruffe, un village de Meurthe-et-Moselle de 392 âmes, comme disent les catholiques et il s’est signalé, à plusieurs reprises pour des actes intimes commis avec de jeunes paroissiennes majeures mais aussi mineures dont une jeune fille de 15 ans s’étant retrouvée enceinte de ce curé aujourd’hui maudit. Il conseille à cette dernière d’aller accoucher loin et d’abandonner l’ « enfant du péché ». Les frasques de Guy Desnoyers remontent jusqu’aux oreilles de son évêque qui lui rend visite et lui accorde pourtant son pardon (tolérant cet évêque !)

En 1956, Guy Desnoyers a une relation soutenue avec une jeune femme de 19 ans qu’il met enceinte, elle aussi. A quelques jours de l’accouchement le cynique Guy Desnoyers prend peur et invite la jeune femme à le suivre dans sa voiture. Il arrête son véhicule en rase campagne puis propose à sa future victime de lui donner l’absolution avant de la tuer de plusieurs balles de 6,35 mm. Puis dans un accès de démence, Guy Desnoyers ouvre le ventre de sa victime et en extrait le fœtus, viable, qu’il baptise avant de lui donner de multiples coups de couteau au visage pour qu’on ne puisse faire le rapprochement avec lui. Il échappe à la peine de mort que le jury chargé de le juger ne lui infligera pas, pour circonstances atténuantes. Il est alors condamné aux travaux forcés à perpétuité. En 1978, après 22 ans de détention, faisant de lui le plus vieux prisonnier français, il bénéficie d’une libération conditionnelle et se retire en l’Abbaye Sainte-Anne de Kergonan, à Plouharnel, dans le département du Morbihan, là où il meurt le 21 avril 2010, il y a 3 ans aujourd’hui, jour pour jour, à l’âge de 90 ans.

Pour en revenir aux généralités, j’aimerais poser encore une ou deux questions avant d’achever ma plaidoirie : qui s’est signalé, dans une période pas si lointaine, pour avoir caché durant des années des individus recherchés pour leur triste « statut » de criminels de guerre, commettant ainsi, par ces actes délibérés, un délit de non dénonciation de criminels ?

Qui s’est encore fait remarquer pour avoir fermé les yeux sur des actes commis par l’armée d’occupation, ayant pourtant été témoins d’actes contraires à la grandeur de l’homme ?

Qui est responsable et coupable d’avoir commis les actes énoncés plus avant ? Qui ? La communauté religieuse catholique ! Personne d’autre.

Cette communauté qui veut, par moutons de Panurge interposés, donner aujourd’hui des leçons moralisatrices devrait commencer par montrer elle-même l’exemple en jouant la carte de la tolérance ainsi que celle de l’humilité.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Guy Desnoyers, Catholiques, Crimes, Délits, Tolérance, Humilité,

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2009

ocjkpk2z

Géographie par images illustrées

21

La Garonne, du Pic d’Aneto à l’estuaire de la Gironde puis à l’Océan Atlantique

Icône

Après vous avoir entretenu d’articles récents concernant les arnaques en tous genres, je vous propose, en ce début d’après-midi légèrement ensoleillé sur la région parisienne, une promenade commentée en images au fil de l’onde de la Garonne, l’un de nos cinq fleuves français.

Je vous souhaite de passer un agréable moment.

Ecrivainparisien

Intro Garonne

000001002004005006007008009010011012013014015016017018019

020021022023024025026027028029030

030A

Un magnifique ouvrage d’art dont les bordelais peuvent s’enorgueillir

031032033034035036037

La chanson de Claude Nougaro, le poète toulousain, une oeuvre dédiée au fleuve Garonne038039ZZ

Mots clés de cet article :

Garonne, Estuaire de la Gironde, Toulouse, Bordeaux, Claude Nougaro, Bassin hydrographique, Mascaret,

Pour aller plus loin :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Garonne

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mascaret

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 2008

ocjkpk2z

Ma réponse à un prétentieux de la pire espèce

185163

J’ai reçu un de ces messages qui fleurissent sur la toile magique et promettent monts et merveilles à qui veut se laisser embobiner par le discours contenu dans ces textes machiavéliques autant que malhonnêtes.

Je vous le livre ce message, à défaut de pouvoir livrer aux services compétents l’auteur de ce texte prétentieux manquant de dignité pour ses lecteurs :

2vo8xpqo

Bonjour,
J’ai le plaisir de vous donner le Secret pour Devenir Riche
Ce système révolutionnaire, vous permettra de gagner plus
de 8 900 Euros à la place de votre petit salaire.
– Vous n’avez pas besoin d’être un expert sur internet
– Aucune expérience n’est requise.
– Vous n’avez pas besoin de vendre quelque chose.
– Aucun besoin de créer de site Web.
– Pas d’horaires. Zéro stress.
Profitez de cette mine, car Demain il sera trop tard…!

Ma réponse à ce texte nul et prétentieux de la première à la dernière de ses lignes :

2vo8xpqo

Monsieur,

En réponse à votre message prétentieux dans lequel vous traitez vos interlocuteurs de manière insolente autant que méprisable, sans même connaitre le montant de leurs revenus, j’ai le déplaisir de devoir vous répondre mais je le fais cependant par obligation de bienséance. S’il existait un système « révolutionnaire » pour devenir riche et cela quasiment sans rien faire comme vous l’affirmez et le prétendez, ne croyez-vous pas, monsieur, que la chose serait connue de longue date par bien des gens qui ne divulgueraient sans doute pas leur méthode puisque par définition nombre d’individus sont égoïstes et ne pensent qu’à eux-mêmes comme par exemple nombre d’hommes politiques de tous bords.

Il est évident que le seul argument qui précède suffit, à lui seul, à vous rendre suspect aux yeux de bien des gens sensés.

Si être riche, pour vous, se résume à disposer d’un revenu mensuel de 8900 euros, vous allez être la risée de quelques milliers, voire de quelques millions de personnes qui vont vous rire au nez en vous traitant de personnage extravaguant et totalement fantaisiste, en un mot vous serez taxé d’amateur.

Même si le changement c’est maintenant comme nous l’a promis mais aucunement prouvé pour l’instant le Président de la République, je suis certain qu’il ne viendra pas de gens de votre espèce : des bonimenteurs qui ne vendent que du vent en s’exerçant à la « pêche aux gogos »

Je ne vous dis pas à bientôt, vous l’aurez compris.

Salutations

Jean Claude Lataupe, pamphlétaire

50588337

Mots clés de cet article :

Prétentions, Arnaques, Profiteurs, Bonimenteurs, Argent,

Read Full Post »

Older Posts »