Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2012

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1960

ocjkpk2z

Les vœux de mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais

15

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous le message de vœux que vient de m’adresser mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais, en direct depuis New York.

Jean-Paul m’offre généreusement depuis plus d’un an maintenant des diaporamas d’exception, riches à plus d’un titre au plan culturel et je ne manque jamais l’occasion de les partager avec les lecteurs de ma page Facebook ou de mon blog, le forum de l’écrivain.

Je laisse maintenant la parole à Jean-Paul Barruyer.

Ecrivainparisien

2vo8xpqo

Bonjour cher JeanClaude,
Je n’ai pas attendu d’être de retour sur le territoire français pour prendre connaissance de votre message, bilan de votre blog pour l’année 2012, puisque je possède en permanence sur moi un IPhone qui me permet de rester branché en permanence avec ma tribu, même si, sur le territoire américain, je ne suis relié à l’Internet que depuis la "box" de l’appartement de ma fille Céline à Brooklyn. Je vois que votre blog a eu un grand succès et c’est tout à votre honneur. Bravo ! À vrai dire, je dois vous faire un aveu, je ne suis absolument pas branché blogs, Facebook, Tweets et autres néologismes anglophone-saxons du genre, j’en ignore même la signification, le fonctionnement et la portée. Je suis un peu méfiant à l’égard de tout çà, peut-être à tort, et cela me parait bien compliqué, n’ayant jamais été voir le Facebook de ma fille… Je me contente de monter des diaporamas et d’écrire quelques textes qui partent sur les fils de la Toile, après c’est un peu comme une bouteille jetée à la mer… Qui me permet d’avoir des contacts surprenants, dont le vôtre, parfois en provenance de tous les horizons. Tout ceci suffit à mon bonheur et le nombre déjà conséquent d’adresses de mon carnet fait que je n’arrive déjà plus à suivre !
Vous trouverez ci-dessous le message que j’ai adressé hier soir depuis New York à ceux qui me sont très proches, dernier épisode de mon périple à New York :

Bonjour à toutes et à tous,
Avec Christine, nous sommes allés aujourd’hui visiter le MoMA (Museum of Modern Art) à New York, sur recommandation d’une connaissance de Céline qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours… Nous avons perdu un temps fou entre la billetterie et le passage obligatoire au vestiaire tellement la foule était dense et les files d’attente interminables, avec une organisation bordélique. Tout çà pour voir des œuvres qui relèvent parfois autant du musée des horreurs que du musée de l’art. Et surtout voir des hordes de Chintocs et de Japs qui rient bêtement à se faire prendre en photo devant les œuvres d’art pour passer à la postérité, forme de narcissisme qui devient inquiétante, comme si leur médiocrité avait besoin de se nourrir du génie de l’art, en somme une fraction de seconde de célébrité pour parodier le mot fameux d’Andy Warhol… C’est l’effet indésirable de la mondialisation qui rend la connerie désormais universelle. Je peux vous confirmer que s’ils nous ont rattrapés sur le plan économique, ils sont aussi en passe de devenir aussi cons que nous, ce qui est en quelque sorte assez réconfortant à un certain point de vue…

Il faut dire aussi que l’art moderne n’est pas tellement ma tasse de thé, puisqu’il ne suscite pas d’émotion particulière chez moi. Mais tout de même pour 25 $ par adulte !… Il y avait bien quelques grands artistes, comme Picasso et Cézanne, mais le reste ne valait pas le déplacement.
En pièce jointe, vous trouverez la photo que Christine a prise de moi dans le musée, alors que j’étais en pleine crise de folie, en train de pousser un cri d’horreur devant toutes ces œuvres un peu dégénérées et ces hordes sauvages déferlant depuis les steppes de l’Asie centrale…
Je regrette de ne pas être allé au Metropolitan Museum, le grand musée généraliste, l’équivalent du Musée du Louvre à Paris ou du British Museum à Londres. Mais probablement que les files d’attentes devaient être aussi longues qu’au MoMA !… Mais les œuvres bien davantage à mon gout.
Nous sommes rentrés de Washington en train hier soir et nous avons trouvé le paysage blanc bien avant New York, mais la neige n’a pas tenu ici. Par contre le froid s’est bien installé et aujourd’hui les températures ont été négatives du matin au soir. Pour mercredi prochain les -5 degrés sont prévus.
Voilà, demain nous resterons autour de chez Céline à Brooklyn jusqu’à l’arrivée de notre taxi jaune qu’elle nous a commandé pour 15 heures à destination de l’aéroport JFK.
Décollage prévu à 19h05 sur le pont supérieur du géant des airs, l’Airbus A380 d’Air France, pour une arrivée finale à 16h42 locale en gare de l’Arbresle (Rhône) l’année suivante, enfin si tout va bien, comme c’est rarement le cas…
Nous sommes tout de même contents de rentrer au pays car de la marche et du métro, nous en avons plein les jambes. Je vois déjà avec délice des séances de pantoufles au salon devant la télé avec les chats qui ronronnent avec nous auprès de la cheminée. Aux dires de notre voisin, tout va bien pour eux et c’est bien là l’essentiel.
Cet après-midi, malgré le froid, j’ai voulu marquer le coup avant de quitter New York, en buvant mon dernier milkshake de 1/2 litre à la fraise et à la chantilly avec grosse cerise confite au sommet : c’était le même qu’à Washington et je crois que je l’aurais dégusté à genoux tellement il était délicieux !… Mais vous savez, ici, c’est à peu près la seule chose qui est meilleure que chez nous en France.

Je souhaite à chacune et à chacun d’entre vous une très bonne année 2013. D’ailleurs, je ne sais même pas où et quand exactement nous passerons l’heure de minuit de la nuit de la Saint-Sylvestre dans l’avion, et sur quel fuseau horaire, car quand nous décollerons de New York à 19h05, il sera déjà 1h05 le 1er janvier en France. J’ai comme l’impression que mon expérience spatio-temporelle va tourner en eau de boudin et que l’on va me voler mon basculement symbolique dans la nouvelle année, surtout quelques coupes de champagne, et ceci à l’insu de mon plein gré !!!… À très bientôt !
J’en profite pour vous souhaiter, mon cher Jean Claude, une bonne année 2013.
Jean-Paul Barruyer

photo

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1959 (après réétalonnage par WordPress)

ocjkpk2z

Mes bons vœux à l’adresse d’un sémillant Secrétaire général

images

Les bons mots de « l’ami » Harlem

Impérial dans sa mission le nouveau secrétaire du « parti » qui porte « admirablement » un joli patronyme !

En effet le nouveau secrétaire qui dit être avec les gens de la France profonde se nomme « désir » comme le tramway du film.

Et des désirs il en a, au moins quelques uns le « monsieur », dont celui de continuer à émarger grassement en ne faisant pas grand-chose comme nombre de « politicards » qui ne connaissent pas le sens réel de l’expression « mouiller sa chemise »

Sauf erreur de ma part, en effet, on n’a jamais vu le sémillant jeune homme, bien sous tous rapports, faire par exemple une grève de la faim en solidarité avec les hommes de Florange ou avec les « Peugeot » d’Aulnay, pas plus qu’on ne l’a vu prendre fait et cause pour monsieur le Maire de Sevran qui lui, a mouillé sa chemise et a finalement obtenu, avec cependant bien du mal, gain de cause pour ses administrés.

Celui qui dit, crânement « Fiers des réformes engagées, prêts pour les combats à venir. Les socialistes avec vous en 2013. Amicalement » ne manque assurément ni d’air ni d’aplomb pour commettre de telles phrases.

On voit aujourd’hui et en situation réelle les socialistes dans leurs œuvres : un Président qui annonce fièrement la « couleur » et ce dès le début, à savoir avoir la volonté de baisser de 30% les revenus de son équipe ; résultat double zéro pointé puisque cette réforme est parait-il non conforme à la constitution. On voit encore « notre » Président normal se faire complaisamment photographier en « habit de lumière » tout comme son bon ami le ministre de l’Intérieur ; pis que cela, le Premier Ministre ainsi que le Ministre de l’Intérieur, encore lui, se permettent de vouloir sciemment influencer les « Sages » en usant abusivement de leurs pouvoirs et des prérogatives liées à leurs charges respectives en faisant, à grands renforts de médias, l’apologie d’une activité coupable puisque sanguinaire et bestiale – la corrida, le jour de la discussion d’une QPC au Conseil Constitutionnel : ce n’est pas demain que la réforme du code civil concernant le changement de statut de l’animal, pourtant promise lors de la campagne présidentielle, verra le jour de son entrée en vigueur.

Si l’abaissement de 30% des confortables revenus des ministres et consort a été jugé non conforme à la constitution, la corrida, elle, avec sa cohorte et son cortège de décorum suranné, d’économie parallèle et de dissimulations financières a été reconnue avoir droit de cité. On peut donc aujourd’hui sans crainte aucune, torturer, avilir et finalement assassiner en rond des animaux nobles et valeureux sous couvert d’une « tradition » régionale. Il en est de même pour les combats de coqs puisqu’ils ont été, eux aussi, reconnus conformes à la constitution de notre pays, au titre d’une exception culturelle régionale.

La France est un pays fantastique qui admet donc, par « sages » interposés, que l’on puisse bafouer les Lois de la République et ainsi « s’assoir » sur le travail du législateur.

La gauche, monsieur Désir, ne peut être fière de toutes ces actions puisqu’elles sont contraires aux aspirations de la France profonde qui a contribué, par le choix démocratique des urnes, à assoir à des postes décisionnels des gens comme vous, censés représenter les citoyens de ce pays afin de parler en leur nom et de défendre ainsi leurs légitimes intérêts.

Croyez-vous, monsieur Désir, que l’on puisse applaudir des réformes avortées qui auraient pourtant lieu d’être et qui ne verront jamais le jour, par volonté délibérée ou par manque de courage politique de la part de gens qui ont intérêt à ce qu’elles ne voient jamais le jour ?

Que fait concrètement le parti dont vous êtes le Secrétaire général, monsieur Désir, pour tenter d’enrayer l’évasion fiscale liée à certains « gros » contribuables Français qui viennent vous narguer en s’installant à la périphérie de notre pays ? Rien, monsieur Désir, strictement rien !

Que font donc les responsables et députés de votre bord, ayant maintenant les commandes et pouvant donc légiférer pour le bien du peuple afin d’aider les SDF, les familles en difficulté et les chômeurs de très longue durée, entre autres citoyennes et citoyens afin que les choses bougent un peu à défaut de pouvoir changer radicalement ? Rien, monsieur Désir, par manque de courage politique mais aussi par manque d’esprit humaniste. Rien !

Ce soir, monsieur Désir, vous allez sans doute fêter l’avènement de la nouvelle année qu’on nous prédit infiniment plus noire que celle qui s’achève ; vous allez sans doute célébrer la « petite nouvelle » en dégustant vraisemblablement quelques bons vins, voire quelques verres de punch de chez vous et quelques fines bouteilles avec vos amis. Vous verra-t-on, très brièvement au cours de ce réveillon, comme quelques uns de vos confrères, poser complaisamment aux côtés de quelques laissés pour compte, histoire de nous faire croire que vous compatissez, monsieur Désir ? Chose à laquelle bien des gens ne croient plus !

Je vous souhaite une année pleine de réel labeur, monsieur Désir, une année au cours de laquelle vous n’allez pas manquer de montrer à la France profonde l’immense étendue de votre talent, par obligation morale liée à la charge que vous avez dorénavant l’honneur de remplir.

Jean Claude Lataupe, pamphlétaire.

50588337

Santa Puts on His Gloves

Read Full Post »

2012 in review

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2012 pour ce blog.

Voici un extrait :

4 329 films ont été soumis au festival de Cannes de 2012. Ce blog a été vu environ 18 000 fois en 2012. Si chaque vue était un film, ce blog pourrait supporter 4 festivals.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Read Full Post »

clip_image002

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1953

Dernier article 2012 sauf si évènement d’actualité important survenait avant minuit ce soir…

ocjkpk2z

Pax Hominibus Bonae Voluntatis

(Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté)

2vo8xpqo

Les vœux de l’écrivain

L’horloge du dieu Cronos, le maitre du temps, fait le compte à rebours des derniers instants de celle qui va incessamment passer aux oubliettes de l’histoire : l’année 2012 est en train de vivre ses derniers instants et va laisser sa place à celle qui doit logiquement lui succéder.

Bon nombre de gens ont déjà l’esprit ailleurs en cette période particulière, une période surnaturelle au cours de laquelle d’aucuns croient, en leur for intérieur qu’un miracle va survenir et ainsi transformer leur vie fade et insipide en une existence dorée.

Je laisse ceux-là à leurs rêves chimériques, le rêve ne faisant de mal à personne et n’apportant que du bonheur à celui qui a la chance de pouvoir s’en emparer.

Je vais, à mon tour, rêver mais à des choses plus « terre à terre » pour l’année qui va voir le jour dans quelques heures.

Mes pensées se tournent en premier lieu pour l’année à venir vers tous les malades qui souffrent de par le monde et je leur dis de ne jamais perdre l’espoir et de garder en permanence un moral intact car le mental est excessivement important lorsque le corps souffre et ce moral, que je leur souhaite être d’acier forgé, permet bien souvent de guérir. J’en suis une preuve vivante pour avoir vaincu un cancer il y a de cela trois ans maintenant.

Je voudrais saluer, à ce propos, mon amie Anna de la Luna ainsi que son fils Maxime et les assurer de mes pensées les plus humaines pour le combat étant le leur, un combat qu’ils vont remporter, j’en suis convaincu grâce au soutien que leur manifestent leurs amis de Bretagne et d’ailleurs.

Je pense aussi en cette toute fin d’année au calvaire enduré par tous mes compatriotes séquestrés de par le monde mais également aux journalistes et correspondants de guerre qui risquent chaque jour leur vie pour que, jusque dans les coins les plus reculés de la France profonde et ailleurs, nous sachions ce qui se passe dans le monde. Un immense merci à eux tous pour leur esprit hautement professionnel qui fait honneur au métier étant le leur : informer objectivement et ce, sans travestir.

Une nouvelle année qui commence permet de faire un certain vide en son esprit et de se motiver pour envisager de prendre de belles et bonnes résolutions, challenge parfaitement louable et respectable.

Je souhaite à chacune et chacun des lecteurs de cet article de pouvoir connaitre en cette nouvelle année toute proche de grands moments d’émotion de joie et de bonheur, tous instants qui feront naitre en leur cœur un immense sentiment de plénitude.

Puisque j’en suis à évoquer les sentiments qui font battre le cœur et qui envahissent l’âme je souhaite du fond du cœur à celles et ceux qui n’ont jamais connu le bonheur suprême d’aimer et d’être aimé en retour, de vivre en cette année cet exceptionnel sentiment, le plus beau de tous, celui qui donne l’impression, lorsqu’on en bénéficie, de marcher en permanence à dix centimètres au-dessus du sol.

Un conseil de bon sens pour terminer cet article : si vous prenez la route, ne consommez aucune boisson alcoolisée quelle qu’elle soit, levez le pied et respectez le sacro-saint code de le route car il est infiniment préférable d’arriver en retard dans ce monde que beaucoup trop tôt dans l’autre.

Je vous aime infiniment mes ami(e)s et je souhaite vous retrouver l’an prochain pour de nouvelles aventures.

Bonne année 2013 à toutes et tous.

Ecrivainparisien

50588337

Voeux 1A

Voeux 2A

Voeux 3A

Déco Voeux

036 Cathédrale de Bourges

00R605zvAAv

DG

Cher Ecrivain Parisien,

Ta poésie en prose, aux longues envolées lyriques est toujours agréable à lire car ce n’est pas de l’écrit mais de la musique et parfois du Grand Opéra. Merci pour tes vœux, merci de penser à tout ce monde que tu décris si bien, merci de tant de détails qui révèlent une très grande sensibilité et merci d’avoir pensé à ma minuscule personne parmi tous tes amis : tes textes sont de magnifiques tableaux où tout le monde a sa place et où tu signes gentiment en écrivant que tu nous aimes, quelle délicatesse ! Je te renvoie bien simplement mon amitié, ce ne sont pas des mots en l’air et espère que 2013 nous verra nous rencontrer. A mon tour de t’envoyer des vœux, sincères, amicaux et chaleureux :

Bonne année 2013 et Bonne santé ! Cordialement,

D. G

 

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1952

ocjkpk2z

La bouteille à la mer

in39san6

En voyant passer sous mes yeux des témoignages de pères ou de mères souffrant dans leur être depuis quelque temps déjà mais plus particulièrement en cette période de l’année par l’absence d’un enfant hospitalisé ou par la privation de leurs fils ou de leurs filles pour d’inavouables raisons j’avoue éprouver, moi aussi beaucoup de compassion pour toutes ces personnes qui se battent courageusement, certaines faisant même la grève de la faim depuis plusieurs semaines…

Je voudrai témoigner collectivement à toutes ces personnes durement éprouvées mes pensées les plus humaines pour le calvaire qu’elles endurent et leur dire que, quelque part dans une petite ville du sud de la Seine-et-Marne, un écrivain au cœur grand comme un hall de gare verse en ce moment des larmes pour elles et leurs enfants.

Je ne les nommerai pas mais elles se reconnaitront. Je leur souhaite de retrouver, le plus rapidement possible un peu de sérénité.

Ecrivainparisien

50588337

 

bouquetfleur

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1951

ocjkpk2z

En réponse à mon article (suite et peut-être pas fin !)

Le doigt accusateur

Un nouveau commentaire concernant les « hot lines » vient enrichir mon article publié il y a 3 jours et le moins que l’on puisse affirmer en lisant le commentaire pertinent de mon amie Sophie S. c’est que les FAI ont, pour le moins, de gros problèmes de communication vis-à-vis de leurs abonnés ce qui reste un comble lorsqu’on prétend raccorder les gens entre eux.

On constate, une fois de plus, en lisant ce témoignage que le problème de compréhension entre l’abonné et les services de l’opérateur, historique ou pas, dû à l’obstacle « linguistique » est bien réel tout autant que celui de la formation des personnels, baptisés pompeusement « techniciens »

On constate également un gravissime manque d’analyse des informations transmises par l’abonnée puisque celle-ci demandant la résiliation de la ligne de sa mère suite au décès de cette dernière s’est vue se faire également résilier la sienne pour le même motif, ce qui tend à prouver qu’il y a un véritable manque de sérieux et de professionnalisme mais aussi un problème de compréhension manifeste et pas que sur les plateaux techniques « maghrébins » de la part de certains FAI . Cet incident aurait pu avoir des conséquences gravissimes pour cette abonnée qui aujourd’hui ne fait plus usage des services, très critiquables, délivrés par une société à l’emblème d’un fruit normalement « bourré de vitamines C »

Il est également à noter, à la charge de la société susnommée, que c’est l’abonnée qui a du demander pour pouvoir être « dédommagée ».

Un comble !

Si la société concernée avait normalement fait les choses dans les règles de l’art d’une société réellement professionnelle c’est elle qui aurait du adresser à l’abonnée une lettre d’excuses officielles mais aussi un dédommagement conséquent pour cette erreur impardonnable.

Je rappellerai, pour conclure cet article qu’il est très difficile de fidéliser une clientèle, cela peut durer des années. En revanche il faut savoir qu’un client qui n’est pas satisfait en fait perdre cent.

Il semblerait que les « responsables » de certaines sociétés au profil plus ou moins « étatisé » se fichent royalement de ce paramètre très concret, pourtant

Ecrivainparisien

50588337

Témoignage de Sophie S. :

2vo8xpqo

Bonjour,
En effet voulant une connexion hot line, je me suis dirigée vers le "le fruit Bourré de vitamines C" N’ayant pas entendu de bien sur les performances du carré non plus! J’ai donc été confrontée aux soucis décrits dans d’autres articles et cela très régulièrement, coupures, multiples pour de multiples raisons, donc appels aux techniciens des plates-formes de dépannage, cela environ toutes les 3 semaines et là à chaque fois c’est le drame, aucune ou presque de communications et écoutes possible, car pour cela il faudrait se comprendre!!
Qu’ils délocalisent leur plate-forme, bon c’est leur droit, mais qu’ils y mettent des employés ne parlant soit peu notre langue ou avec un très fort accent, soit une très faible compréhension, de notre côté, nous n’avions à notre demande en retour qu’un vaste vide sidéral!
Résultats, vous n’êtes pas dépannés pour autant et devait attendre que la ligne veuille bien se remettre! Suite au décès de ma mère, je décide de résilier sa ligne (entre nous soit dit défectueuse au possible, aussi)
Bien oui, il est très rare d avoir besoin de réseaux hot line dans ce cas précis!
Donc faisant les papiers dans le sens de la fermeture définitive, j’indique bien sûr, mon nom ainsi que mon adresse, (je précise que nous avions le même opérateur, mais à 600 km de distance) Quelques jours après, résiliation effectuée, avec succès ! Rapide me dis-je! Mais voilà, mon mari m’appelle dans la foulée m’interrogeant sur le fait qu’il n’avait plus de connexion internet, ni téléphone ni chaines TNT, n’étant toujours pas rentrée, je lui demande donc d’appeler un technicien, ce qu’il fit, celui-ci lui indiquant que le problème n’est pas technique, mais vient d’ailleurs ! Un ami après une petite recherche, découvre le pot aux roses ! Là ne fut pas notre grande surprise en découvrant que nous étions décédés et qu’en raison de cet état ils avaient procédé à la coupure définitive de notre ligne, aussi ! Oui logique, pour eux, mais uniquement pour eux, les deux adresses étant indiquées, ils ont procédé à la fermeture des deux comptes!
Evidement devant cette totale incompétence, je me suis vue dans l’obligation, de monter un dossier et en faire partir la copie à la direction régionale des fraudes et de la consommation. Le problème a été bien sûr résolu. Suite à ma demande, 2 mois de consommation m’ont été remboursés et un troisième m’a été offert, pour préjudice subi.
J’ai toutefois et même devant leur ultime effort, considéré que leur manque de moyens de communications et leurs incompétences, durant ma période d’abonnement, j’irais chez un autre distributeur. Je me suis vu dirigée par un ami, vers une "liberté" que je ne regrette pas ! Je ne saurais vous dire cela fait plus de 3 ans et je n’ai aucun soucis, en plus je dois dire que ma facture est très allégée soit presque de moitié! Je continue et je croise les doigts pour que cela dure! Je constate toutefois que les problèmes viennent toujours, des mêmes opérateurs ! Etant donné le coût de leurs prestations de service, c’est un comble ! Bon courage à tous ceux qui sont dans la panade.

185163

Mots clés de cet article :

Hot Line, FAI, Internet, Compétences, Professionnalisme,

photo_support_hotline

111

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1950

ocjkpk2z

En réponse à mon article

2vo8xpqo

Suite à la parution, la nuit dernière de mon article intitulé « Histoire véridique de Hot Line » j’ai reçu, en particulier, deux commentaires démontrant l’incompétence manifeste et notoire des plateaux de Hot Line assurant, théoriquement, le suivi des clients abonnés à l’ADSL.

Le premier de ces commentaires pertinents, déposé directement sur le forum à l’issue de mon article émane d’une amie qui œuvre utilement au profit de la cause animale ; une cause noble qui a bien besoin d’avocats, soit dit en passant puisque l’animal est toujours considéré comme il l’était il y a 200 ans, du temps de Napoléon. Pour le législateur, l’animal est toujours et encore un meuble ! Mais ceci est une autre histoire…

Commentaire de A…

2vo8xpqo

Super bien raconté, mais j’imagine ta rage, j’ai connu le même problème l’année dernière. Mais j’ai attendu 1 semaine avant de pouvoir être dépanné, et pourtant avec un contrat pro ou je paie le prix fort pour soi-disant un meilleur service dépannage rapide.
Mon mari à passé 2 après midi en ligne avec l’opérateur, pour me guider (suis mal entendant galère) dans les manips qu’il me demandait de faire, on avait tout essayé, sans trouver la panne.
Total c’est mon modem qu’il fallait changer, bon on m’en expédie un autre, Ouf j’arrivais enfin à me connecter mais zut de zut et re zut avec les micro-coupures incessantes GRRRRR
Ben voyons ils auraient du commencer par vérifier les branchements extérieurs de la ligne téléphonique qui étaient défectueux.
J’ai le même opérateur pas le fruit aux vitamines C mais le fameux carré

Autre commentaire, reçu par messagerie cette fois de mon ami Matthieu qui a la chance de travailler à Salon-de-Provence, le veinard et qui a eu l’occasion, pour la petite histoire, de rencontrer le petit-neveu d’Antoine de Saint-Exupéry. J’aurais bien aimé être à sa place !

Commentaire de Matthieu :

2vo8xpqo

Salut JC !!!

Je viens de lire ton article sur les "hot lines". D’expérience, et ayant eu tous les opérateurs, je te confirme que toutes les plates-formes se trouvent au Maghreb. Les premiers interlocuteurs sont effectivement incompétents car ils ne sont que des "aiguilleurs"… Si on a la chance d’être redirigé vers des techniciens (encore d’expérience), double problème, souvent :

1. Les communications sont souvent mauvaises. Bah oui, c’est pas la France…

2. La langue. Non seulement on ne comprend rien grâce au problème n°1 mais en plus l’accent "léger" de certains, ou même la capacité de compréhension tout court, freine grandement leur efficacité.

Autre souci, ils sont souvent tellement pressés qu’ils n’écoutent pas ce que l’on leur explique, ou alors ils ne comprennent pas ???

J’ai dernièrement appelé pour savoir si le réseau n’était pas en panne là où je me trouvais, ce qui prend 2 minutes. Au lieu de cela, j’ai passé 45 minutes au Maroc avec un "technicien", qui a fini par comprendre et qui m’a dit de patienter… Heureusement que c’est gratuit…

Je suis aussi démarché très régulièrement et assidûment par les opérateurs et j’ai remarqué qu’ils étaient menteurs. Toutes et tous se présentent avec des prénoms biens franchouillards, mais avec des accents à couper au couteau. J’adore être pris pour un couillon !

Sans être raciste, les opérateurs pourraient maintenir les hot lines en France, ça faciliterait les choses.

Pour finir, je te souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année depuis Salon de Provence avant de partir quelques jours à Lyon.

Bonne fin de nuit de fin du monde à toutes et tous.

Jean Claude Lataupe

50588337

photo_support_hotline

111

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1949

ocjkpk2z

Tout va bien

Une histoire véridique de « Hot Line »

Le doigt accusateur

Certaines et certains ont peut-être remarqué que j’avais quelque peu disparu de la « circulation » depuis plus de 30 heures.

La raison est que j’étais légèrement « mort » ; de ces morts « artificielles » dues à la technique qui porte le doux nom de Miss « Informatique », une sacrée maitresse que je courtise assidument depuis longtemps déjà et qui m’apporte bien des joies légitimes mais également bien des tourments pas spécifiquement mérités d’ailleurs.

Cette sacrée bougresse a décidé et ce en pleine nuit, il y a une trentaine d’heures, de me faire le coup de la panne, par modem interposé, me jouant ainsi le grand air, non pas de Tosca mais celui des filles de l’air !

Je regardais l’objet du « délit » qui me narguait impunément et dont certains voyants affichaient des couleurs qui n’existaient pas vraiment dans le manuel du fabricant. Après avoir fait consciencieusement (vous me connaissez) toutes les vérifications d’usage j’ai donc conclu que le sieur « modem » (non pas Bayrou, l’autre, le mien) s’était mis en grève revendiquant je ne sais quoi.

Pour tirer les choses au clair je décidai donc de contacter les « pros de la ligne chaude », des gens « charmants » surtout lorsqu’on ne les dérange pas avant 8 heures ni après 20 heures.

A 8 heures 20 avant-hier je composai donc, les doigts légèrement nerveux, sur le clavier de l’un des enfants de feu « Steeve Jobs » le numéro de la ligne chaude de l’opérateur historique, à savoir le 3900.

Votre délai d’attente est estimé à moins de 2 minutes me répond une voix synthétique. Douze minutes plus tard, une voix féminine à l’accent sud méditerranéen décroche enfin et s’enquiert du problème qui est le mien, un problème simplissime pour qui connait la technique. Cette charmante opératrice de plateau au salaire mensuel mirobolant frisant probablement les 250 euros, me dit de ne pas quitter, le temps pour elle de consulter mon dossier.

26 minutes plus tard, n’ayant toujours pas réentendu cette douce voix féminine de l’au-delà de l’Europe je décidai de raccrocher en pensant à ma prochaine facture de l’opérateur qui assure sur ses pubs qu’il est reçu même dans les coins les plus reculés, ce qui n’est manifestement pas le cas du sud Seine-et-Marne puisque je capte le réseau au célèbre carré rouge, avec un seul segment, jamais plus ce qui veut dire en clair que je ne peux quasiment pas téléphoner ; par contre ces braves gens n’oublient jamais de me ponctionner ma « quote-part » chaque mois. Ca c’est du service !

Pour en revenir au plateau, non pas rouge mais orange cette fois, vous savez celui de l’opérateur historique je compose, pour la seconde fois, le 3900 et le serveur, intelligent, lui, me reconnait ; je suis aiguillé directement vers le plateau et la voix d’un jeune homme à l’accent coloré, lui aussi, me prend de très haut en me faisant comprendre qu’il connait son métier.

20 minutes et quelques tâtonnements « techniques » hasardeux plus tard le charmant jeune homme qui doit sourire lorsqu’il se coince la main dans une porte en conclut, en grand professionnel, que je dois me rendre dans une boutique qui ne vend pas d’oranges bien que la couleur de cet agrume soit la couleur dominante de la maison et ce, pour un échange de la « bestiole » aux yeux clignotants.

Deux heures plus tard, je me présente avec ma bête sous le bras dans le hall clair mais pas clairsemé d’une enseigne de la vénérable maison historique alors que 6 personnes, potentiellement « futures clientes » sont en train d’écouter sagement, chacune dans leur coin, le professeur ou la maitresse chargés de leur dire la messe qui leur vante ainsi les mérites du dernier « truc » à la mode qui fait tout, absolument tout, sauf le café.

Une heure plus tard, toujours accoudé au comptoir nommé « accueil » totalement déserté par le personnel et ce, depuis mon arrivée, un jeune homme fort « sympathique » s’enquiert, enfin de mon problème et me dit que je me dois de revenir puisqu’il lui faut tester la bestiole récalcitrante avec son alimentation et non pas l’échanger « bêtement »et que de toute façon, n’ayant pas de bon d’échange il est hors de question qu’il m’échange le produit.

Retour à la case départ.

Ce matin je retourne avec les idées noires chez Orange avec ma bestiole et son alimentation et je retrouve le sympathique jeune homme qui me fait assoir (enfin).

20 minutes et quelques manipulations informatiques plus tard, l’homme de l’art, constate, tout comme moi que ma bestiole fonctionne parfaitement et me demande de rappeler le 3900, le problème ne venant pas de mon modem mais d’une configuration s’étant déréglée quelque part sur le réseau.

A midi le « miracle » arrive par l’intermédiaire d’une « fée » qui œuvrait aujourd’hui sur le plateau technique du 3900.

Michelle, puisque tel est le prénom de cette technicienne que j’aurais apprécié entendre hier, j’aurais ainsi gagné un temps précieux, me fait réaliser des manipulations techniques pendant qu’elle en réalisait de son côté. Après analyse, il s’avère que le problème ne résidait pas non plus du côté de mon ordinateur. Cette personne semblant réellement connaitre la technique, contrairement aux personnes que je qualifierais de « pions » ayant tenté de résoudre mon problème la veille, me propose de faire d’autres manipulations de son côté et de ma rappeler ultérieurement.

A 13 heures 50 les voyants de mon modem qui, jusque là clignotaient à l’orange (normal pour un modem France Télécoms), repassent au vert et je reçois un SMS de la maison historique pour me dire que le problème est résolu.

Qu’ajouter, si ce n’est que j’ai tenté de rappeler le 3900 par la ligne fixe cette fois pour remercier Michelle pour son professionnalisme. Elle était occupée, ce que je comprends volontiers. On a promis de lui dire que j’avais rappelé.

Cette péripétie est riche d’enseignements, malgré tout et on peut regretter amèrement le manque manifeste de formation de certaines et certains « techniciennes ou techniciens de plateaux » totalement incompétents car mal formés ou ayant été formés sur le tas, incapables de résoudre des problèmes qui ne devraient pas leur échapper. De plus certains de ces employés sont incorrects, démontrant, en plus de leur incompétence professionnelle notoire, un manque évident d’éducation, ce qui ne peut que desservir l’image de marque de leur société et leur nuire, à titre personnel, par voie de conséquence si un jour ils étaient « invités » à devenir clientes et clients du plus grand artisan de France : Pôle Emploi.

Ce que je viens d’énoncer n’existe pas que chez Orange ou les autres FAI (Fournisseur d’Accès Internet) ; on rencontre des problèmes similaires dans bien des sociétés de service œuvrant dans des activités diverses et variées de nos jours.

Ecrivainparisien 20 décembre 2012

50588337

Mots clés de cet article :

Le monde du travail, Hot Line, Formation, Compétences, Accueil,

photo_support_hotline

 

Une Hot Line, c’est censé être cela ; des gens souriants aimables, détendus, performants parce que compétents. En pratique le sourire n’est qu’optionnel et la compétence, parfois inexistante.

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1948

ocjkpk2z

Un air de Noël

Santa Puts on His Gloves

Après vous avoir offert cette nuit une féérie d’images concernant la « Fête des Lumières » de Lyon, grâce à la flamboyante rétrospective des dix dernières éditions que nous a offert Jean-Paul Barruyer, je vous amène ce matin à environ 600 kilomètres au nord-est de la capitale des Gaules, plus précisément dans une autre capitale régionale : Strasbourg, 8ème ville de France.

Si Lyon draine en 4 jours plus de 4 millions de visiteurs lors de la « Fête des Lumières », Strasbourg n’est pas en reste quant au nombre de visiteurs qui viennent, de toute l’Europe, pour voir et visiter le célèbre marché de Noël, le plus ancien de France puisque du premier au 24 décembre, chaque année, plusieurs dizaines de millions de visiteurs se pressent aux abords de la Cathédrale pour venir s’imprégner d’un petit air de magie et de rêve et cela depuis 1570, date de création de cette manifestation qui dépasse de très loin le cadre régional.

L’ambiance qui règne au cours de ces 25 journées à Strasbourg reste alors unique. C’est surtout en fin d’après-midi, lorsque la nuit tombe que la magie s’installe, comme si la ville, soudainement consciente de la diminution maximale des forces du soleil compensait l’absence de chaleur et de lumière par une nouvelle ardeur : les vitrines brillent, les décorations embellissent les façades, les odeurs d’épices et de cannelle rappellent des souvenirs d’enfance, les chants de Noël résonnent du fond des églises.
Le Marché de Noël proprement dit s’étend sur plusieurs rues et places du centre-ville, en particulier place Broglie et place de la Cathédrale. Plusieurs centaines de commerçants proposent au promeneur des cadeaux originaux et des objets traditionnels pour décorer son sapin et sa crèche. On y trouve aussi de quoi se régaler : friandises, vin chaud, beignets…
Pour faire bonne mesure, un sapin géant est planté place Kléber et de nombreux concerts permettent d’apprécier la beauté de la cathédrale et des églises de la ville. Au cours de cette période, pas tout à fait comme les autres, une foule d’animations fait découvrir les riches traditions alsaciennes. Quant aux enfants, un peu les « rois » en cette période de l’année, ils apprécieront particulièrement la sympathique promenade en bateau qui leur est destinée.

Sans plus attendre, je vous laisse admirer ces belles images en provenance de Strasbourg, non sans avoir salué, avant de m’éclipser, mes ami(e)s strasbourgeois(e)s

Ecrivainparisien

50588337
Mots clés de cet article :

Strasbourg, Marché de Noël, Enfants, Animations

Vous noterez en regardant ces images qu’on ne trouve quasiment aucun papier ou détritus par terre, comme dans quasiment toute l’Alsace

le-marche-de-noel-de-strasbourg_002le-marche-de-noel-de-strasbourg_003le-marche-de-noel-de-strasbourg_004le-marche-de-noel-de-strasbourg_005le-marche-de-noel-de-strasbourg_006

le-marche-de-noel-de-strasbourg_007le-marche-de-noel-de-strasbourg_008le-marche-de-noel-de-strasbourg_009le-marche-de-noel-de-strasbourg_010le-marche-de-noel-de-strasbourg_011le-marche-de-noel-de-strasbourg_012le-marche-de-noel-de-strasbourg_013le-marche-de-noel-de-strasbourg_014le-marche-de-noel-de-strasbourg_015le-marche-de-noel-de-strasbourg_016le-marche-de-noel-de-strasbourg_017le-marche-de-noel-de-strasbourg_018le-marche-de-noel-de-strasbourg_019le-marche-de-noel-de-strasbourg_020le-marche-de-noel-de-strasbourg_021

le-marche-de-noel-de-strasbourg_022le-marche-de-noel-de-strasbourg_023le-marche-de-noel-de-strasbourg_024le-marche-de-noel-de-strasbourg_025le-marche-de-noel-de-strasbourg_026le-marche-de-noel-de-strasbourg_027le-marche-de-noel-de-strasbourg_028le-marche-de-noel-de-strasbourg_029le-marche-de-noel-de-strasbourg_030le-marche-de-noel-de-strasbourg_031le-marche-de-noel-de-strasbourg_032le-marche-de-noel-de-strasbourg_033le-marche-de-noel-de-strasbourg_034le-marche-de-noel-de-strasbourg_035le-marche-de-noel-de-strasbourg_036le-marche-de-noel-de-strasbourg_037le-marche-de-noel-de-strasbourg_038le-marche-de-noel-de-strasbourg_039le-marche-de-noel-de-strasbourg_040le-marche-de-noel-de-strasbourg_041le-marche-de-noel-de-strasbourg_042le-marche-de-noel-de-strasbourg_043le-marche-de-noel-de-strasbourg_044le-marche-de-noel-de-strasbourg_045le-marche-de-noel-de-strasbourg_046

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1947

ocjkpk2z

Rétrospective : 10 années de « Fête des Lumières », Lyon

Icône

Mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporamas lyonnais que les lecteurs du forum connaissent maintenant, puisque j’ai eu l’occasion de mettre en ligne plusieurs de ces œuvres d’exception, m’a fait parvenir un diaporama concernant la célèbre « Fête des Lumières » de Lyon sous forme d’une rétrospective composée de certains de ses clichés réalisés au cours des dix dernières années de cette fête très particulière.

Jean-Paul explique dans l’introduction de son florilège qu’il a été dans l’obligation de faire une sélection parmi les milliers de clichés étant en sa possession concernant cet évènement incontournable pour nous offrir un choix qu’il qualifie de cornélien. Bien que subjectif, ce choix rend justice à son travail d’excellence et ce ne sont pas ceux ayant eu l’occasion de voir et d’admirer une partie de son travail qui me diront le contraire puisque bien souvent la magie et le rêve sont au rendez-vous de ses productions.

Puisque j’en suis à évoquer la production il faut savoir que mon ami Jean-Paul réalise depuis plus de 12 ans maintenant des diaporamas sur des thèmes très éclectiques ; à raison d’un projet abouti et construit par semaine, Jean-Paul a donc réalisé, si je compte bien plus de 620 diaporamas à ce jour.

Sans plus tarder, je laisse la parole au maitre qui nous présente ci-après sa rétrospective « lumineuse » à l’intérieur de laquelle il explique les origines réelles et historiques de cette « Fête des Lumières » ; puis avant de vous offrir les images de Jean-Paul, je vous mettrai dans la confidence en vous donnant lecture de la réponse que je lui ai faite concernant son travail.

2vo8xpqo

« Comme promis, pour compenser l’absence de diaporama sur l’édition 2012 de la Fête des Lumières de Lyon, puisque je ne suis pas allé la photographier cette année, voici de ma propre signature une jolie rétrospective de 10 ans de cette même Fête, à regarder avec nostalgie dans le rétroviseur… Bonne contemplation lumineuse et bonne lecture ! »

Jean-Paul Barruyer

2vo8xpqo

La véritable histoire de la Fête des Lumières, par Jean-Paul Barruyer

Il faut remonter à la journée du 8 décembre 1852, fête de l’Immaculée Conception, au cours de laquelle de fortes pluies cessèrent brusquement (la ville venait de subir de graves inondations) et permirent, contre toute attente, l’inauguration de la Vierge dorée de Fourvière sur la petite chapelle au sommet de la colline, alors que la basilique actuelle n’existait pas encore. Les lyonnais, en remerciement, illuminèrent spontanément leurs fenêtres avec des milliers de lumignons, comme c’était l’usage les jours de fête à cette époque et descendirent dans les rues. Cette tradition, à l’origine religieuse, a été reprise chaque 8 décembre pour devenir, au fil du temps, une véritable fête populaire qui voit tous les habitants de la ville investir les rues. Au risque de décevoir certains, aucun miracle dans cette histoire, contrairement à ce qui se dit bien souvent…

Maintenant voici la suite de l’histoire : en 1870 la guerre éclate entre la France et la Prusse. Les lyonnais, inquiets, demandent à leur évêque d’exprimer un vœu à Notre-Dame de Fourvière pour empêcher l’arrivée des troupes ennemies et l’occupation de la ville. Si ce vœu est exaucé, ils s’engagent à construire une splendide église dédiée à la Vierge. L’archevêque formule solennellement ce vœu le 8 décembre 1870. La ville de Lyon est épargnée et l’édifice religieux construit, œuvre de l’architecte Pierre Bossan. La première pierre est posée en 1872 et la dernière en 1884. Elle sera consacrée « basilique » en 1897 par le très social pape Léon 13. Ce n’est qu’en 1864 que seront terminées les décorations intérieures, d’inspiration byzantine. Là également, rien de miraculeux, la probabilité était d’une chance sur deux…

A l’époque cette fête n’était que la « Fête des Illuminations » et encore je ne sais même pas si l’on utilisait le terme de fête, l’amusement n’étant pas en odeur de sainteté. Si ma mémoire est bonne c’était bien les « Illuminations », tout simplement. Elles n’avaient lieu chaque année qu’une seule nuit, celle du 8 décembre, au cours de laquelle les lyonnais alignaient de petits bougies dans un verre sur le rebord des fenêtres. Depuis 1999. Les illuminations sur une nuit sont devenues la « Fête des Lumières » s’étalant sur quatre nuits, le soir du 8 décembre ayant toujours gardé son caractère spécifique, religieux et typiquement lyonnais avec ses lumignons sur les fenêtres et la procession des fidèles qui montent, à la lueur des cierges, depuis la cathédrale jusqu’à la basilique. Pour le reste, cette fête est devenue progressivement « la » grande fête internationale qui draine environ trois millions de personnes, beaucoup trop au gout de certains lyonnais avec des bruits de tiroirs-caisses attestant des retombées certaines pour l’économie locale. Mais c’est aussi la vitrine d’un incontestable savoir-faire de la ville dans le domaine de l’éclairage urbain qui ne cesse de s’exporter.

2vo8xpqo

Cher Jean-Paul,

Comment ne pas être subjugué, interpelé, estomaqué par cette avalanche et cette débauche de couleurs qui nous en met plein la vue comme un feu d’artifice ?

Je me suis surpris, comme un enfant de 10 ans à m’extasier devant certaines images de cette rétrospective et à émettre spontanément des onomatopées comme lorsque je regarde un grand feu d’artifices qui me cloue sur place.

Vous m’avez ému, une fois de plus, une fois encore mais ce ne sera jamais, ô grand jamais, une fois de trop.

Vous êtes bien un magicien comme je vous l’ai déjà écrit il y a quelque temps et je confirme, une fois de plus que vous êtes, bel et bien, un maitre es diaporamas et un orfèvre de la rêverie.

Amicalement.

JC

50588337

Mots clés de cet article :

Fête des Lumières, Lyon, Jean-Paul Barruyer, Notre-Dame de Fourvière, Illuminations, Pierre Bossan

Pour adresser un message à Jean-Paul Barruyer :

jean-paul.barruyer@orange.fr

 

LYON Lumières 10 ans_054

LYON Lumières 10 ans_001

LYON Lumières 10 ans_002

LYON Lumières 10 ans_003

LYON Lumières 10 ans_004

LYON Lumières 10 ans_005

LYON Lumières 10 ans_006

LYON Lumières 10 ans_007

LYON Lumières 10 ans_008

LYON Lumières 10 ans_009

LYON Lumières 10 ans_010

LYON Lumières 10 ans_011

LYON Lumières 10 ans_012

Cette photo de Jean-Paul Barruyer a été primée par la ville de Lyon

LYON Lumières 10 ans_013

LYON Lumières 10 ans_014

LYON Lumières 10 ans_015

LYON Lumières 10 ans_016

LYON Lumières 10 ans_017

LYON Lumières 10 ans_018

LYON Lumières 10 ans_019

LYON Lumières 10 ans_020LYON Lumières 10 ans_021LYON Lumières 10 ans_022LYON Lumières 10 ans_023LYON Lumières 10 ans_024LYON Lumières 10 ans_025

LYON Lumières 10 ans_026LYON Lumières 10 ans_027LYON Lumières 10 ans_028LYON Lumières 10 ans_029LYON Lumières 10 ans_030LYON Lumières 10 ans_031LYON Lumières 10 ans_032LYON Lumières 10 ans_033LYON Lumières 10 ans_034LYON Lumières 10 ans_035

LYON Lumières 10 ans_036LYON Lumières 10 ans_037LYON Lumières 10 ans_038LYON Lumières 10 ans_039LYON Lumières 10 ans_040LYON Lumières 10 ans_041LYON Lumières 10 ans_042LYON Lumières 10 ans_043LYON Lumières 10 ans_044LYON Lumières 10 ans_045

LYON Lumières 10 ans_046LYON Lumières 10 ans_047LYON Lumières 10 ans_048LYON Lumières 10 ans_049LYON Lumières 10 ans_050LYON Lumières 10 ans_051LYON Lumières 10 ans_052LYON Lumières 10 ans_053LYON Lumières 10 ans_055LYON Lumières 10 ans_056LYON Lumières 10 ans_057LYON Lumières 10 ans_058LYON Lumières 10 ans_059LYON Lumières 10 ans_060

LYON Lumières 10 ans_061LYON Lumières 10 ans_062LYON Lumières 10 ans_063LYON Lumières 10 ans_064LYON Lumières 10 ans_065LYON Lumières 10 ans_066LYON Lumières 10 ans_067LYON Lumières 10 ans_068LYON Lumières 10 ans_069LYON Lumières 10 ans_070

LYON Lumières 10 ans_071LYON Lumières 10 ans_072LYON Lumières 10 ans_073LYON Lumières 10 ans_074LYON Lumières 10 ans_075LYON Lumières 10 ans_076LYON Lumières 10 ans_077LYON Lumières 10 ans_078LYON Lumières 10 ans_079LYON Lumières 10 ans_080LYON Lumières 10 ans_081LYON Lumières 10 ans_082LYON Lumières 10 ans_083LYON Lumières 10 ans_084LYON Lumières 10 ans_085

LYON Lumières 10 ans_086LYON Lumières 10 ans_087LYON Lumières 10 ans_088LYON Lumières 10 ans_089LYON Lumières 10 ans_090LYON Lumières 10 ans_091LYON Lumières 10 ans_092LYON Lumières 10 ans_093LYON Lumières 10 ans_094LYON Lumières 10 ans_095LYON Lumières 10 ans_096LYON Lumières 10 ans_097LYON Lumières 10 ans_098LYON Lumières 10 ans_099LYON Lumières 10 ans_100LYON Lumières 10 ans_101LYON Lumières 10 ans_102LYON Lumières 10 ans_103LYON Lumières 10 ans_104LYON Lumières 10 ans_105

LYON Lumières 10 ans_106LYON Lumières 10 ans_107LYON Lumières 10 ans_108LYON Lumières 10 ans_109LYON Lumières 10 ans_110LYON Lumières 10 ans_111LYON Lumières 10 ans_112LYON Lumières 10 ans_113LYON Lumières 10 ans_114LYON Lumières 10 ans_115LYON Lumières 10 ans_116LYON Lumières 10 ans_117LYON Lumières 10 ans_118LYON Lumières 10 ans_119LYON Lumières 10 ans_120LYON Lumières 10 ans_121LYON Lumières 10 ans_122LYON Lumières 10 ans_123LYON Lumières 10 ans_124LYON Lumières 10 ans_125LYON Lumières 10 ans_126LYON Lumières 10 ans_127

Read Full Post »

Older Posts »