Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for novembre 2012

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1943

ocjkpk2z

Justice laxiste

images (5)

Un individu, connu des milieux du hand ball de haut niveau s’est signalé récemment dans les colonnes de la presse, non pas à la rubrique sportive mais à celle des faits divers.

Ce sinistre autant que répugnant personnage, au plan moral vient de faire l’objet d’une condamnation pénale pour avoir maltraité, le mot est faible, plusieurs chiens lui ayant appartenu.

Quand je dis que le mot est faible je veux expliquer ici que ce sinistre autant que monstrueux personnage a mis à mort de manière ignoble l’un de ses chiens et qu’il a été reconnu coupable de sévices graves sur deux autres malheureux animaux.

La presse locale a écrit, au sujet de ce bourreau, je cite dans les grandes lignes «Tous ces chiens ont été frappés, traumatisés, meurtris, estropiés, mutilés et laissés sans soins jusqu’à leur mort. L’un de ces malheureux animaux, retrouvé dans un sac n’est pas seulement mort de noyade mais a vraisemblablement subi des sévices préalables avant d’être jeté à l’eau, sans « autre forme de procès » ; ni vu, ni connu. »

Qu’ajouter à cela, si ce n’est que l’individu dont je tairai le nom, bien qu’il soit connu de tous, notamment des riverains, outrés des actions de ce monstre tout autant que de nombre de gens de toutes origines signent actuellement une pétition pour exiger des autorités sportives du hand ball que cet individu soit écarté dans les meilleurs délais des terrains de jeu, puisque la justice n’a pas cru bon de sanctionner de manière infiniment plus lourde ce tortionnaire qui n’a été condamné « qu’à » 4 mois de prison avec sursis, assortis de deux amendes, alors que la Substitut du Procureur de la République, en la personne de Mathilde Pimmel avait requis, pour sa part, 6 mois de prison ferme contre le prévenu, un jeune homme de 21 ans.

Il est à noter que le directeur du club de hand ball de Sélestat, en la personne de Vincent Mompert, club dans lequel évoluait ce tortionnaire à l’esprit pervers a d’ores et déjà écarté ce dernier de l’encadrement des jeunes du club ; c’est bien la moindre des choses dans la mesure où un sportif, censé être de haut niveau, se doit d’être un modèle et un exemple à suivre pour les jeunes, ce qui n’est bien évidemment pas le cas de cet ersatz de sportif, au plan moral.

Il est à espérer que les instances sportives du hand ball français soient plus sévères que l’a été la justice de notre pays à l’encontre de ce monstre en radiant définitivement ce bourreau de toute pratique sportive, quelle qu’elle soit.

Ecrivainparisien, F. A. I et F. A. C

50588337

Mots clés de cet article :

Cruauté, Chiens, Hand Ball, Guynel Pintor, Pétition, FAI, FAC, Justice

Liens utiles :

https://www.facebook.com/force.animal.intervention?fref=ts

https://www.facebook.com/force.anti.corridas?fref=ts

http://www.e-manif.fr/Guynel-PINTOR-le-bourreau-de-Selestat-le-barbare-du-hand-ball-français-emanif2-608.html

 

!cid_533785CB70BF4D63A81593C5FCCD45DA@AteliersLyre

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1942

ocjkpk2z

Gaza : la guerre c’est maintenant !

in39san6

J’ai reçu un message de mon ami Serge Grossvak dont j’ai parlé à plusieurs reprises sur le forum. J’ai même eu l’occasion de publier quelques uns de ses textes pour la simple raison que je suis en accord avec ce qu’il écrivait pour dénoncer des situations dramatiques voire intolérables.

Le message de Serge Grossvak que je relaie ci-dessous m’interpelle comme il devrait interpeller, normalement, la personne à laquelle il s’adresse, en l’occurrence Monsieur le Président de la République Française.

Ecrivainparisien

50588337

Monsieur le Président,

Monsieur le Président de la République, je remets entre vos mains qui peuvent tant une demande pour des humains qui n’en peuvent plus.

Monsieur le Président, j’ai reçu un message par internet de mon ami Ziad Medhouk. Mon ami qui demeure à Gaza. Mon ami poète et brillant enseignant de français. Mon ami sous les bombes, cette fois encore, et encore, et toujours. Mon ami enfermé et sans pays, ailleurs qu’en son cœur.

Monsieur le Président, ce soir j’ai reçu un e-mail de mon ami. Un e-mail terrible, un e-mail horrible. Il me dit que l’immeuble qui jouxte le sien a été soufflé par les bombes. Il me dit que, lui qui ne pleure jamais, pleure aujourd’hui les larmes de son corps. Il me dit que dans cet immeuble de 5 étages qui n’existe plus vivait la famille Dalou. Dans cet immeuble pulvérisé, 12 morts, 12 cadavres, 12 horreurs. Et une montagne de larmes et de souffrances. Et le regard sans âme d’une barbarie méprisante…

Monsieur le Président, vous n’avez pas le temps, je ne vous parlerai pas des blessés, pas des angoisses, pas des deuils impossibles, pas même de tous ces morts. Je vous parlerai des enfants, juste des enfants… Vous aurez bien un tout petit peu de temps, pour des enfants, pour ces obscurs enfants entrés dans la mort. Il est important que vous pensiez à eux, eux pour qui il est trop tard. Pour eux vous ne pouvez plus rien. Puis vous pensez aux autres, envers qui vous pouvez tant.

Monsieur le Président, j’ai vu ces enfants, ces enfants sortis des photos, sortis de ce trou et des gravats, souvenir de ce qui fut un immeuble de vie. Je vois ce sauveteur, ce voisin, ce parent ( ?) sortant ce petit corps pantelant. Sur une autre photo je vois un brancard, un pauvre brancard tout petit où sont posés collés l’un à l’autre ces corps minuscules, comme endormis, comme se touchant l’un l’autre pour se rassurer, comme pour se dire que ce n’est que la mort.

Monsieur le Président, ne me dites pas que vous ne pouvez rien. Que vous compatissez mais ne pouvez rien.

Monsieur le Président, je dois aussi vous parler de Nathan Blanc. Il a 19 ans et demeurait à Haifa. Il est israélien. Aujourd’hui il demeure en prison. Nathan n’avait pas connaissance de ce témoignage de Ziad, mais il savait ce qui était en train d’advenir. Nathan a eu le courage de dire non, au prix de la prison.

Monsieur le Président, vous ne pouvez pas abandonner Nathan, ce tout jeune pacifiste israélien, et dans le même mouvement tourner le dos à mes amis israéliens, juifs comme moi, qui ont le courage d’affronter cette folie guerrière. Au nom de mon pays la France, au nom de ce pays qu’ont rejoint mes grands-parents avec un énorme espoir de liberté et de dignité vous devez vous engager, clairement, fermement. Monsieur le Président, les pacifistes israéliens attendent de nous, les pacifistes palestiniens attendent de nous. N’abandonnez pas au désespoir Leïla Shahid confrontée au mur colonial.

Après l’horrible opération « plomb durci » qui avait vu le massacre d’un habitant sur 1000, 5 sur 1000 blessés, le « crime de guerre voire contre l’humanité » avait été évoqué. Et puis rien. Et puis le silence. Et puis pas de Tribunal. Alors, alors ça recommence, cette danse macabre des êtres sans conscience, sans dignité, sans humanité. Monsieur le Président, les silences, les lâchetés, libèrent les bêtes sauvages. Monsieur le Président, le silence est un crime de lâcheté. Simplement appeler à « de la retenue » est un silence, une fuite devant les responsabilités.

Monsieur le Président, vous pouvez tant pour mettre fin à cette horreur. Vous pouvez clamer que la France ne se taira plus, que ça suffit. Vous pouvez affirmer l’engagement de la France pour l’application du Droit International, sans faiblesse, pour que la Palestine entre à l’ONU, pour que les frontières intégrales de 67 soient reconnues et imposées.

Vous pouvez, Monsieur le Président, appeler à la convocation du Tribunal International pour que ceux qui commettent ces morts répondent de leurs actes.

Monsieur le Président, la paix demande du courage. La paix demande de la détermination. La paix demande du Droit. En vous honorant d’œuvrer pour le Droit vous défendrez la vie, vous porterez la place et l’histoire de notre pays.

Serge Grossvak

Le, 19 novembre 2012

!cid_533785CB70BF4D63A81593C5FCCD45DA@AteliersLyre

Mots clés de cet article :

Gaza, Serge Grossvak, Ziad Medhouk,

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1941

ocjkpk2z

La vie en couleurs

Icône

J’ai reçu très récemment un diaporama de mon ami Jean-Paul Barruyer, le maitre es diaporama lyonnais que je ne présente plus ici puisque celles et ceux qui me suivent connaissent maintenant le travail de cet orfèvre.

2vo8xpqo

Je lui laisse maintenant la parole :

En cet automne 2012 bien gris où les brouillards déprimants se sont installés comme une chape de plomb sur une grande partie de la France, j’ai pensé que ce diaporama allait vous apporter un peu de baume au cœur. C’est l’histoire de deux inventeurs lyonnais géniaux, connus pour une invention célèbre, mais beaucoup moins pour une autre qui leur a demandé cependant bien davantage de travail et de temps.

Je ne tire aucun mérite dans ce montage, loin de là, car les photos que vous allez voir sont de moi tout en n’étant pas de moi. Je veux dire par là que je n’ai fait que "rephotographier" des photos dont je ne suis pas l’auteur. Un plagiat en quelque sorte, mais pour la bonne cause, dont je n’ai tiré aucun profit financier.

Que les ayants droit de ces deux inventeurs me pardonnent de ne pas leur avoir demandé l’autorisation de publication : je n’ai fait que rendre un hommage appuyé et mérité à ces deux génies qui n’ont jamais été vraiment reconnus à la hauteur de cette invention qui, pour la première fois, nous montre enfin la vie en couleurs…

Jean-Paul Barruyer

2vo8xpqo

Cher Jean Paul,

Je suis en état de choc émotionnel indicible après avoir découvert ce diaporama. Les images que propose cet hommage à deux éminents personnages lyonnais, bien que n’étant pas directement de vous le sont tout de même, au final de l’agencement d’une telle œuvre par le fait qu’en votre qualité de metteur en scène, maitre d’un suspense certain, vous donniez un éclairage didactique incontestable sur une technique exceptionnelle devenue aujourd’hui courante avec des mots qui placent le spectateur de cette visite dans un état particulier lorsqu’il découvre ces images qu’il ne saurait définir avec précision tant elles semblent issues d’un monde inconnu et pourtant familier, en apparence.

Ces clichés s’apparentant à des œuvres picturales démontrent, comme vous le faites observer dans votre texte de décryptage, que l’outil photographique même le plus perfectionné ne remplacera jamais le talent du réalisateur d’une photographie quant aux qualités de mise en scène de l’auteur de celle-ci.

Les images contenues dans ce diaporama, sorte de musée défilant devant les yeux du spectateur sont d’incontestables témoins de la vie du début du siècle dernier et riches d’enseignements divers et variés, ce qui n’est pas le moindre des mérites de ce travail d’hommage.

J’apprécie, à titre personnel que vous ayez laissé la parole à la fin de cette visite pas ordinaire aux descendants de ces deux lyonnais d’exception dont le patronyme n’est pas usurpé au vu de cette invention dont on a peine à imaginer le travail colossal qu’elle a nécessité pour parvenir à ce résultat.

Ecrivainparisien

50588337

Quelques précisions concernant les inventions des frères Auguste et Louis Lumière :

2vo8xpqo

Les frères Lumière ont déposé plus de 170 brevets, essentiellement dans le domaine de la photographie. Ils sont à l’origine de la commercialisation des plaques photographiques instantanées en 1881. La vente de ces plaques dites Plaques Étiquettes-Bleues fera leur fortune. Ils sont à l’origine du cinématographe qui lance définitivement l’industrie du cinéma en 1895. Ils sont à l’origine de l’obtention de la couleur sur plaque photographique en 1907. Cette plaque, dite « autochrome », était considérée par Louis Lumière comme sa plus prestigieuse invention, celle à laquelle il consacra plus de dix années de sa vie.

Icône

http://fr.wikipedia.org/wiki/Autochrome

Icône

Vous trouverez l’intégralité du diaporama de mon ami Jean-Paul Barruyer en cliquant sur le lien vert ci-dessous :

Autochromes LUMIERE

Mots clés de cet article :

Autochrome, Louis Lumière, Auguste Lumière, Lyon, Photographie couleur, Jean-Paul Barruyer,

Autochromes LUMIERE_005

Autochromes LUMIERE_015

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1940

ocjkpk2z

Cause animale

!cid_2_1185489486@web132501_mail_ird_yahoo

Petit message à l’adresse d’une amie qui ignorait certaines de mes activités :

Bonsoir,
Ma journée se passe bien et tourne autour du monde animal pour la plupart des messages que je reçois et auxquels je réponds. Je vois des choses horribles et des images insupportables de monstruosités commises par l’homme, cet horrible prédateur sadique qui croit qu’il a tous les droits sur la terre, notamment celui de torturer les animaux et de les assassiner de la pire manière qui soit ou de s’en servir à des fins d’expériences diverses et variées. Je pensais certaines choses impossibles à voir, eh bien j’ai vu pis que cela. Certaines images sont insoutenables pour un homme normal. Si on ajoute à cela les guerres et les catastrophes de toutes sortes on ne peut qu’être choqué et parfois avoir honte d’être un “homme” Entre les corridas et les valeureux taureaux qu’on torture puis qu’on assassine de manière insupportable, les animaux de cirque malmenés et parfois maltraités, les chiens, chats, rats et autres animaux de laboratoire qui crèvent dans des conditions atroces, les Chow-chow, des chiens, encore, qu’on élève pour les “bouffer” en Chine, les chiens, toujours eux, chats, renards et autres animaux à fourrure qu’on assassine, souvent par électrocution et qu’on dépouille de leur peau, certains étant encore vivants, la liste des méfaits commis par l’homme est longue et quasiment sans limites. Tout ça est horrible et déprimant.
De quel droit l’homme se croit-il supérieur à l’animal ?
De quel droit se permet-il les pires sévices, les pires massacres, les pires tortures ? Contre les éléphants pour les dépouiller de leurs défenses d’ivoire, contre les bébés phoques, assassinés à coups de battes de base ball et pour lesquels Brigitte Bardot prend fait et cause depuis près de 40 ans, contre les Galgos, de braves lévriers espagnols qu’on pend aux arbres lorsqu’ils ont mal chassé, contre de valeureux taureaux qu’on torture de manière indigne lors de fêtes religieuses dédiées à la Sainte-Vierge, contre ces coqs, qu’on laisse se battre entre eux au cours de duels dans lesquels l’un des deux combattants meurt horriblement mutilé par l’autre ! J’en passe et des moins drôles encore !
Pourquoi toutes ces atrocités commises parfois sous couvert de traditions, en réalité des assassinats qui refusent de dire leur nom ?

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés de cet article :

Monde animal, Tortures, Sainte-Vierge, Galgos, Chow-chow,

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chow-chow

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lévrier_Galgo

 

Galgo_espagnol_Hembra.jpg

Le martyr des lévriers Galgo en Espagne

Ces concours sont vivement dénoncés par certaines associationsLien 2.

Les perdants sont systématiquement éliminés de façon cruelle, proportionnellement à leurs performances, pendus (appelée de façon sordide "technique du pianiste": le chien est pendu long ou court selon ses performances pour résister plus ou moins longtemps à l’étranglement, prenant appui sur ses pattes arrières), jetés au fond d’un puits, empoisonnés, abandonnés sans pouvoir s’échapper (retenus), affamés, amputés, trainés derrière une voiture jusqu’à ce que mort s’ensuive, vendus comme appâts de pêche, utilisés comme cibles vivantes pour le tir, comme proie pour des combats de chiens type pitbulls. Plusieurs dizaines de milliers d’entre eux sont ainsi sacrifiés tous les ans.

La législation en vigueur dans ce pays sur le droit des animaux ne serait pas appliquée envers les propriétaires. La fierté "bafouée" du chasseur dont le(s) chien(s) n’a/n’ont pas chassé à hauteur des exigences du propriétaire autoriserait ce dernier à punir son chien ou ses chiens en torturant et en imposant la mort qu’il choisit. On retrouve des similitudes avec la corrida et la mise à mort du taureau, le Galgo subissant cependant son sort et revenant parfois même vers son maitre, amputé, éborgné…

De plus en plus d’Espagnols s’insurgent contre ces pratiques cruelles et souhaitent que les Galgueros soient sanctionnés quand ils maltraitent leurs chiens.

 

Goya_Shoot

Galgos chassant (œuvre de Goya)

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1939

ocjkpk2z

Message d’empathie à l’adresse de l’Humanité

in39san6

J’adresse cet appel pathétique à l’Humanité toute entière en l’honneur de toutes les créatures, humaines mais aussi animales, victimes du monstre de la création qu’est l’Homme.

Prédateur

 

Je dédie ce buisson floral d’un rouge ardent autant que flamboyant à tous les animaux de la terre, victimes innocentes de la fatuité, de la suffisance, de la vanité, de l’arrogance et de la barbarie orgueilleuse mal placée mais aussi du dédain de cette « race » qui se croit supérieure parce que douée, parait-il d’intelligence et de raison ; cette race qui « utilise » l’animal, comme elle a quelquefois utilisé l’homme également, à des fins purement mercantiles et qui assassine, sans aucune vergogne pour son propre plaisir, sa propre jouissance mais aussi pour le compte de quelques illuminés, victimes des agissements du diable, des animaux nobles qui ne demandent rien d’autre que de vivre en paix sur la terre ; une terre que l’Homme, ce prédateur incorrigible qui ne retient aucunement les leçons, mutile chaque jour davantage, oubliant qu’il en est comptable aux yeux de ses descendants.

Chacune de ces fleurs magnifiques représente de nombreux sacrifices barbares et inhumains commis contre les animaux, bien sur mais aussi contre Dame Nature, sans parler des crimes et délits, sexuels et autres commis contre d’autres hommes, femmes et enfants par des pédocriminels et autres malades atteints de pathologies souvent compulsives diverses et variées.

Je dédie la première de ces reines à la mémoire de toutes les victimes de la barbarie humaine, otages et ethnies mais aussi aux races humaines toutes entières massacrées, anéanties et néantisées, victimes innocentes d’idéologies racistes autant que xénophobes tout autant que je la dédie à toutes les victimes de crimes sexuels et sordides commis par des monstres à visage humains mais aussi par des pédophiles et des pédocriminels multirécidivistes qui continuent d’agir puisqu’ils se savent protégés.

J’offre la seconde de ces reines à la mémoire de tous les taureaux qui paient un très lourd tribut à la race humaine lors des corridas mais aussi au cours de sacrifices rituels et folkloriques et le nom de « Volante » restera en ma mémoire comme l’exemple d’un lynchage particulièrement odieux puisque dédié à la Sainte-Vierge.

Je dédie la troisième de ces roses à l’âme de tous les chiens qu’ils soient Galgos, Loulous, Fox ou bien encore Retrievers ou autres races diverses et variées et qu’on assassine, eux aussi, le plus souvent par plaisir ou par bêtise mais aussi qu’on abandonne sur une route un jour d’été et qui finissent leur vie dans un laboratoire de vivisection ou encore qu’on dépouille de leur fourrure quand ce n’est pas pour s’en nourrir, comme en Chine, un pays hautement réfractaire aux droits de l’Homme mais aussi à ceux de l’animal.

Je dédierai la quatrième des ces roses mais aussi mes larmes de honte et de colère qui commencent à me brouiller la vue aux espèces aquatiques victimes, elles aussi de la cupidité et de l’imbécilité  primaire de l’homme comme les dauphins, les bébés phoques et les requins mais aussi les baleines qui tombent sous les harpons des canonnières japonaises et dont le sang forme des nappes grandes comme la Place de la Concorde.

La cinquième de ces roses reviendra à la mémoire de tous les animaux divers et variés alimentant le marché très lucratif de la fourrure ; des espèces pourtant protégées par la loi.

Pour ce qui est de la sixième des ces roses symboliques je l’offre à la mémoire de nos amis les éléphants, massacrés sans aucune vergogne pour quelques kilos d’ivoire par des braconniers sans foi ni loi, ravalés au rang de pithécanthropes ou d’homo sapiens de par leurs coupables activités.

Le septième de ces symboles reviendra, lui, aux animaux de cirque qu’on exploite à longueur d’année mais aussi à ceux retenus s’entassant dans certains zoos et qui sont traités de manière misérable et indigne de la part de leurs geôliers.

Nous sommes déjà au huitième des travers humains inacceptables autant que révoltants de ce palmarès de la honte et je dédie ce trophée symbolique à tous les chats qu’on égorge, qu’on étripe, qu’on noie ou qu’on abat d’un coup de fusil haineux tiré par un chasseur vindicatif qui se défoule et se fiche royalement des problèmes d’écologie primaire.

Les neuvièmes et  dixièmes Baccarat de cette gerbe ressemblant à celles déposées hier au pied de stèles et autres monuments du souvenir s’en iront à tous les fauves abattus pour diverses et mauvaises raisons mais aussi, d’une manière générale, aux milliers d’animaux victimes de sacrifices à caractère religieux.

Je rendrai hommage, avec la onzième de ces fleurs magiques, aux abeilles qu’on pollue étouffe et tue à cause des cultures transgéniques et qui périssent par milliers, si ce n’est par millions, en France et ailleurs.

Je dédierai, pour terminer, les quinze reines restantes aux voix anonymes mais aussi célèbres comme celles de Mesdames Brigitte Bardot qu’il serait discourtois de présenter, Hélène Vaquier, tout comme celles de Messieurs Alain Bougrain-Dubourg, Christophe Mary, Jean-Pierre Garigues, Jérôme Lescure et Mario Valenza, entre autres qui s’élèvent de toutes parts pour dénoncer, comme je le fais, l’inadmissible, l’intolérable et l’inacceptable en matière de maltraitance faite aux animaux.

Comme le disait un très bon ami œuvrant activement au profit de la Cause Animale, à propos d’un de mes précédents messages du même esprit, j’espère que ce message, à l’adresse de l’Humanité trouvera un jour sa place au sein d’un musée consacré aux horreurs et souffrances en tous genres faites au monde animal.

Je vous remercie.

Ecrivainparisien, Crac Europe, Bac Marseille, Fai Paris

12 novembre 2012

50588337

Mots clés de cet article :

Message, Humanité, Animaux, Sacrifices, Tortures, Maltraitances, Souffrances, Horreurs, Brigitte Bardot, Hélène Vaquier, Alain Bougrain-Dubourg, Christophe Mary, Jean-Pierre Garrigues, Jérôme Lescure, Mario Valenza, Crac Europe, Bac Marseille, Fai Paris, Radio Féline FM

 

Prédateur

Read Full Post »