Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2012

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1882

ocjkpk2z

Billet d’humeur

Le doigt accusateur
Le changement c’est maintenant !
J’affirme haut et fort dans mes propos et je persiste dans les positions qui sont les miennes, comme l’a écrit et merveilleusement interprété le grand Jacques Brel dans sa féroce satire intitulée « Les flamingants », je persiste donc à dire que l’Etat est en partie responsable de la situation économique actuelle qui a conduit la quasi-totalité de la population française à un appauvrissement général constaté, plus ou moins important.
Le spectacle de la mort, distillée à haute dose dans les lieux malsains se nommant « arènes de la honte » apporte directement et indirectement beaucoup d’argent dans les caisses de l’Etat ; contrairement aux problèmes de la vie courante et ses inévitables et nombreux cas sociaux, quelquefois réellement dramatiques, pour lesquels l’Etat a réduit de manière drastique la contribution qu’il versait jadis aux associations s’occupant des défavorisés ; des associations qui, quelquefois, ont été contraintes de devoir « mettre la clé sous la porte » par manque de crédits alloués. Ceci est particulièrement vrai pour la région parisienne, région qui compte le plus grand nombre de défavorisés depuis toujours. L’Etat n’étant pas, par choix idéologique, délibéré, à la hauteur en ne mettant aucunement en place une réelle volonté « politique » pour résoudre les problèmes, préfère laisser le soin à des associations à buts non lucratif, voire à des particuliers, de remédier à ses insuffisances chroniques, préférant laisser faire et jouer les « grands seigneurs » en offrant aux « généreux » donateurs « quelques miettes » déductibles de leur déclaration d’impôts ; les « restos du cœur », créés par le regretté Michel Coluche en sont l’une des plus brillantes démonstration. L’Etat se dédouane ainsi de certaines de ses obligations humanitaires ce qui est absolument regrettable et tout à fait inadmissible.
Il est totalement illogique que dans une nation comme la nôtre, l’une des 5 plus riches de la planète, les sociétés privées ainsi que les particuliers soient « contraints » de se substituer à l’Etat, par altruisme et bonté d’âme, en mettant la « main à la poche » pour financer la recherche, par exemple alors que, parallèlement à ce triste constat, l’Etat persiste à générer des dépenses somptuaires pour continuer d’entretenir le train de vie de ceux qui bénéficient de ses largesses ; ni vous ni moi, chers lecteurs, bien sur mais ceux qui détiennent les clés du pouvoir et qui peuvent, tels le sphinx, en tirer profit grâce au savant décodage qu’ils sont en mesure d’en faire et que nous avons contribué à mettre aux « manettes du pouvoir » par l’expression du suffrage universel. Il n’est, pour s’en convaincre, que de regarder les valeurs patrimoniales détenues et déclarées par l’ensemble du monde politique, des valeurs qui donnent le tournis à un français « moyen »
A-t-il été raisonnable, dans le contexte économique plus que morose que nous avons traversé et continuons à subir, contraints et forcés, d’avoir changé les avions de la flotte présidentielle française?
A-t-il été raisonnable, durant les cinq dernières années, d’avoir plombé le budget de l’Etat en transformant le palais présidentiel en lieux de luxe que le « roi soleil », lui-même, n’aurait pas reniés ?
Est-il vraiment normal et moral, que certains avantages continuent d’être « consentis » à quelques uns, ayant occupé les plus hautes fonctions à la tête de l’Etat et ailleurs, alors qu’ils n’ont nul besoin de cela pour vivre plus que décemment ?
La liste serait longue à établir pour réformer l’institution qui en a grand besoin, croyez-moi et ce ne sont pas les 30% de l’abaissement des revenus des membres du gouvernement, décrétés par le Président de la République, qui s’est appliqué cette mesure symbolique à lui-même , qui suffiront à réduire les problèmes de la France. Cette mesure est une excellente chose, bien sur mais elle ne suffira pas à redorer l’image qu’a le citoyen français de la politique et de ceux qui sont chargés de la mettre en place et en pratique.
Ces propos, d’ordre général, nous amènent bien loin de Béziers, d’Arles, de Dax ou de Mimizan, des villes de pratique tauromachique avérée, dans lesquelles on continuera, encore quelque temps, à trucider sans vergogne, malheureusement, quelques valeureux taureaux qui continueront de beugler, impuissants, devant le funeste sort qu’auront choisi de leur offrir quelques matadors patentés en costume de parade, brodés de fils d’or…Qui seront payés grassement, rubis sur l’ongle pour avoir fait vibrer les foules complices de leurs gestes assassins.
Le débat de fond concernant les pratiques tauromachiques mais également l’ensemble des nombreux problèmes inhérents à notre société reste entier et à venir.
Le droit et le devoir de savoir et d’agir doivent être une obligation pour tous.
Ecrivainparisien

50588337

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1881

ocjkpk2z

Pour l’honneur d’une Présidente

2vo8xpqo

Denise « X » est Présidente d’une association de défense du monde animal qui s’acquitte admirablement de la tâche qu’elle remplit avec un esprit tout à fait professionnel depuis longtemps. L’association dont Denise préside aux destinées est plus spécifiquement orientée en direction des problèmes propres à la tauromachie. Le siège de cette association se trouve dans le département des Landes, un des départements les plus étendus de France où on pratique couramment encore aujourd’hui des spectacles tauromachiques, courses landaises mais aussi et surtout corridas espagnoles ; en clair des activités importées d’Espagne il y a environ 150 ans au cours desquelles on pratique la mise à mort de plusieurs taureaux au cours de chaque corrida.

Certaines municipalités landaises sont hors la loi pour ce qui concerne les spectacles tauromachiques qu’elles organisent sur leur territoire puisque les mises à mort de taureaux pratiquées au cœur de leurs arènes se font en totale violation de la charte des Droits de l’Animal et cela en toute impunité. La charte est très précise quant aux critères permettant de bénéficier de dérogations pour être autorisé à pratiquer des mises à mort sur des taureaux de combat au cours de corridas. La loi explique, en substances que pour pouvoir bénéficier de dérogations permettant les mises à mort de taureaux il faut que la municipalité puisse justifier d’une activité tauromachique ininterrompue, ce qui n’est pas concrètement le cas, notamment pour ce qui concerne la ville de Mimizan.

Pour en revenir à notre amie Denise il faut savoir que son association est très bien implantée dans le département des Landes et qu’elle bénéficie d’une excellente réputation dans le monde de la protection animale.

Denise a dernièrement été la cible d’attaques multiples provenant d’individus particulièrement malhonnêtes au plan moral et intellectuel qui n’ont pas hésité à jouer la carte de la calomnie ainsi que celle des insultes les plus grossières, les plus basses mais aussi les plus viles pour tenter de déstabiliser Denise, une Présidente efficace dans ses actions et qui dérange le monde taurin, entre autre.

Devant les cabales diverses et variées Denise a démissionné, laissant ainsi son poste vacant. Mais de nombreux militants de diverses associations ne l’ont pas entendu de cette oreille et les lettres de regrets et autres messages de sympathie et de soutien apportés à Denise sont arrivés au bureau de l’association par dizaines tout autant que sur la page qui est consacrée à cette association sur le plus grand réseau social de la planète. Devant l’afflux des témoignages Denise a fait machine arrière et va retrouver prochainement son poste de Présidente pour la plus grande joie de tous.

J’y suis allé, moi aussi de mon témoignage apporté à Denise pour la féliciter d’avoir pris la décision de surseoir à la démission de son poste de Présidente.

Message pour Denise.

Chère Denise ce message n’est que l’expression de la voix d’une conscience qui observe à distance et par l’intermédiaire de nombreux commentaires valorisants à votre endroit les actions de noblesse et de qualité humaine que vous déployez avec beaucoup de conscience au sein de cette association à laquelle vous avez manqué.

Vous faites un travail de fond admirable depuis fort longtemps, Denise, je le vois et l’observe. Souvent, en pareil cas, des personnes de votre qualité ne manquent pas d’avoir des détracteurs malhonnêtes au plan moral qui n’hésitent nullement à les trainer dans la boue de l’arène, voire à calomnier leurs actions dans le but de les déstabiliser pour tenter d’obtenir qu’elles quittent leur poste puisqu’elles dérangent par les actions qu’elles mènent ; une évidente preuve que ce que vous faites depuis longtemps sert la noble cause que vous défendez avec beaucoup de compétence.

Votre démission temporaire ne pouvait que réjouir vos détracteurs puisqu’ils pensaient avoir atteint leur but mais vous leur avez coupé leurs effets en revenant sur votre décision.

Je me fais le porte-parole de nombre de militants de votre association, tous amis qui sont heureux de savoir que vous allez reprendre vos activités.

Je terminerai ce message de sympathie en vous remerciant d’appliquer l’un des préceptes chers à Maxime Gorki qui disait que « L’Homme doit vivre pour quelque chose de mieux »

Ecrivainparisien, serviteur.

50588337

https://www.facebook.com/jeanclaude.lataupe

 

!cid_EDEF8E18510C40A29D40A63EEC384BC9@PCdeEcrivainp

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1880

Les règles du “jeu” (du bonneteau)

Les règles du jeu

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1879

ocjkpk2z

Le charme indicible et discret de la lagune

086kjjyk

J’embarque ce soir dans un rêve magnifique celles et ceux qui aiment la lagune vénitienne et qui vont pouvoir admirer quelques images de Venise assez particulières quant à l’angle de prise de vue utilisé pour réaliser certains clichés puisque ceux-ci ont été effectués par hélicoptère ; un peu à la manière de Yann Arthus-Bertrand qu’il serait discourtois de présenter ici tant Yann a marqué de sa patte et de sa griffe depuis plus de trois décennies le monde du cliché à vocation écologique et militante.

Ici point de questions à se poser, puisque les images de ce diaporama ne sont là que pour générer un inévitable rêve dans l’esprit de chacun et ce rêve portera le lecteur grâce aux éclairages, aux ombres et aux lumières ainsi qu’aux couleurs créant une ambiance particulière sur Venise et sa lagune.

Lorsqu’on évoque Venise, inséparable de sa lagune, l’une des quelques villes faisant rêver les amoureux du monde entier plus que de raison, des images viennent immédiatement à l’esprit, comme celles du Palais des Doges flanqué du campanile, cette ancienne tour de guet. On pense souvent aussi au célèbre « Pont des soupirs » mais également à la place Saint-Marc et à ses milliers de pigeons dont les rangs sont d’ailleurs aujourd’hui bien clairsemés. Mais Venise c’est aussi, pour certains, une destination de rêve qu’ils auraient aimé vivre et connaitre, confortablement installés à bord du légendaire « Train bleu » qui partait de la Gare de Lyon et qui ralliait Venise puis traversait quasiment toute l’Europe pour terminer son périple européen à Istanbul, au pied de la Mosquée bleue, terminus du voyage de l’Orient-Express.

Cet indicible voyage, je vous l’offre chers amis, en termes poétiques, ci-après étalés.

Ecrivainparisien

50588337

 

VENISE_EN_HELICO_SM_002

VENISE_EN_HELICO_SM_003

VENISE_EN_HELICO_SM_004

VENISE_EN_HELICO_SM_005

VENISE_EN_HELICO_SM_006

VENISE_EN_HELICO_SM_007

VENISE_EN_HELICO_SM_008

VENISE_EN_HELICO_SM_009

VENISE_EN_HELICO_SM_010

VENISE_EN_HELICO_SM_011

VENISE_EN_HELICO_SM_012

VENISE_EN_HELICO_SM_013

VENISE_EN_HELICO_SM_014

VENISE_EN_HELICO_SM_015

VENISE_EN_HELICO_SM_016

VENISE_EN_HELICO_SM_017

VENISE_EN_HELICO_SM_018VENISE_EN_HELICO_SM_020

VENISE_EN_HELICO_SM_019

VENISE_EN_HELICO_SM_021

VENISE_EN_HELICO_SM_022

VENISE_EN_HELICO_SM_023

VENISE_EN_HELICO_SM_024

VENISE_EN_HELICO_SM_025

VENISE_EN_HELICO_SM_026

VENISE_EN_HELICO_SM_027

VENISE_EN_HELICO_SM_028

VENISE_EN_HELICO_SM_029

VENISE_EN_HELICO_SM_030

VENISE_EN_HELICO_SM_031

VENISE_EN_HELICO_SM_032

VENISE_EN_HELICO_SM_033

VENISE_EN_HELICO_SM_034

VENISE_EN_HELICO_SM_035

VENISE_EN_HELICO_SM_036

VENISE_EN_HELICO_SM_037

VENISE_EN_HELICO_SM_038

VENISE_EN_HELICO_SM_039

VENISE_EN_HELICO_SM_040

VENISE_EN_HELICO_SM_041

VENISE_EN_HELICO_SM_042

VENISE_EN_HELICO_SM_044

Orient-Express

 

 

Légende dorée

Je suis né en des temps heureux et je vais vous conter mon histoire

Je suis bien plus que centenaire en ayant traversé un siècle de gloire

J’emportais à mon bord quelques privilégiés pour un long voyage

Nous partions de Paris, ville de lumières du temps d’un autre âge.

2vo8xpqo

J’ai fais faire de bien fabuleux voyages à plusieurs milliers de gens

Cela se passait à la belle époque, celle où les temps étaient opulents

J’offrais confort de classe inouïe digne des plus prestigieux palaces

La vie à mon bord était luxueuse s’adressant à personnes de classe.

2vo8xpqo

Je traversais, de part en part, une grande partie de l’Europe actuelle

Les paysages qui jalonnaient mon parcours étaient quasiment irréels

Depuis mes fenêtres on pouvait apercevoir des joyaux de merveilles

Je longeais, sur des kilomètres, des rubans d’eau scintillant au soleil.

2vo8xpqo

Des écrivains ont conçu des romans dont l’intrigue se déroulait à bord

Des histoires d’amour se nouaient et cessaient dans mes wagons en or

Je véhiculais hommes d’affaire vers quelques destinations prospectives

Je transportais aussi aventuriers, toujours en quête d’affaires lucratives.

2vo8xpqo

J’emportais dans mes wagons dorés quantité de couples parlant d’amour

Des crimes ont été perpétrés dans mes couloirs au long de mon parcours

Ma belle histoire peut remplir les rayons d’une bibliothèque à elle seule !

Je suis l’Orient-Express, devenu aujourd’hui mythique et vénérable aïeul.

Ecrivainparisien-19 août 2007

http://fr.wikipedia.org/wiki/Venise

 

VENISE_EN_HELICO_SM_043

Read Full Post »

Analyse

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1878

ocjkpk2z

Analyse

2vo8xpqo

Eric Cantona, surnommé le beau Canto d’un temps aujourd’hui révolu a eu son heure de gloire, hier ; une heure de gloriole, en fait et en pratique, qui compte aujourd’hui plus ou moins pour du beurre, comme disent les enfants puisque la “mémoire collective” n’est pas spécifiquement fidèle ni fiable pas plus qu’elle n’est rémanente. L’ex « sémillant » footballeur, se prétendant aujourd’hui quelque peu artiste et acteur et croyant que son éphémère notoriété lui permettrait de s’arroger le droit d’être (très) provocateur (gratuit) par des coups de gueule concernant des combats d’arrière garde, se vante aujourd’hui, par pure provocation calculée ou plutôt par inconscience psychique ou psychologique, à mes yeux, (biffer la mention inutile) et sans aucune apparente honte de son amour immodéré pour la corrida, une pratique condamnée de plus en plus souvent par l’ensemble des gens « normaux », entendez par là des gens ayant noblesse et grandeur d’âme.

20

Heureusement que nombre de ses anciens coéquipiers du monde footballistique ont mieux réussi que lui leur discrète mais efficace reconversion ; une reconversion plutôt tonitruante pour ce qui le concerne : il est vrai que lorsqu’on se doit de quitter le terrain de jeu suite au carton rouge, non pas de l’arbitre du match mais bien plutôt de celui qui régit les lois physiologiques du bipède que l’on a appelé « homme », sanctionnant ainsi son incapacité physique à se défouler sur la pelouse de Wembley ou d’ailleurs, il est prudent, en pareil cas, d’avoir assuré ses arrières pour éviter de se retrouver ainsi « Grosjean comme devant », à l’instar de Dom Salluste, alias « Fufu » dans la Folie des grandeurs, auquel le dialoguiste de Gérard Oury faisait avouer : « Je suis ministre, je ne sais rien faire ! » après avoir été déchu du titre de Grand d’Espagne par la reine.

movie
D’aucuns ont réussi leur reconversion quand d’autres ont lamentablement échoué, contraints, par incapacité, facilité mais aussi par sens aigu du spectacle de jouer le rôle de « provocateur trouble-fête » pour tenter de briller encore dans un monde dans lequel ils ne sont plus vraiment ni existants, ni reconnus être en odeur de sainteté ; ce qui est le cas de monsieur Cantona dont le nom est inscrit en rouge dans le grand livre noir des amateurs de spectacles de torture en plein air et en public, aux côtés de celui de quelques « notables » et hommes de pouvoir de tous bords, la cruauté n’ayant pas de couleur politique spécifique, pas plus que les membres « VIP » diaphanes et translucides d’une certaine « sphère occulte » tenant indirectement quelques manettes en toute opacité.

images (2)

On ne peut pas être après avoir été, toutes choses restant à prouver et démontrer dans le cas de certains !
Dites-moi donc, pour finir, monsieur Cantona, si vous avez effectivement retiré vos « économies » (hum) de votre banque comme vous suggériez et conseilliez hier de le faire à qui voulait vous entendre et vous écouter ?
Peut-être avez-vous investi, à perte, en prenant des parts dans quelque arène encore en activité, plus pour longtemps d’ailleurs, par amour immodéré pour cette corrida qui vous fait tellement jubiler, voire jouir ?

Lataupe, pamphlétaire, politiquement incorrect, par conviction et accessoirement maitre tailleur de costumes sur mesure…

50588337

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1877

ocjkpk2z

Lettre ouverte à Monsieur le Premier ministre

2vo8xpqo

Monsieur le Premier ministre,

Le candidat Hollande a été élu Président de la République il y a cent jours et cette élection a suscité et fait naitre dans la France profonde et dans le cœur de beaucoup de Français un formidable espoir, comparable a celui qui avait envahi notre pays il y a 31 ans de cela, lors de l’élection du Président François Mitterrand.

Le Président Hollande s’est d’emblée mis au travail, conscient de la très lourde tâche qui l’attendait ; une mission hors norme qu’il vous a fait l’honneur de partager avec vous en vous confiant la conduite des affaires en qualité de chef du gouvernement.

Vous avez soumis au Président de la République une liste de personnalités susceptibles de conduire la politique gouvernementale définie par les grands axes politiques développés par le candidat Hollande au cours de la campagne présidentielle.

Le Président à arrêté avec vous la liste définitive des membres de votre gouvernement qui s’est mis au travail, apparemment conscient du rôle que chaque ministre ou secrétaire d’Etat avait à jouer sous votre bienveillante autorité pour réussir le difficile challenge imposé par la situation économique actuelle.

Tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes ; les sondages tous azimuts vous étant particulièrement favorables, tout autant qu’aux membres de votre gouvernement jusqu’à ce que deux grains de sable insidieux ne viennent s’introduire dans les rouages de la mécanique bien huilée des sphères dirigeantes, provocant des couacs particulièrement dissonants aux oreilles attentives de la France profonde.

Le premier de ces couacs s’est fait entendre du côté de la rue de Valois où la ministre de la Culture et de la communication a failli à l’une de ses missions primordiales : communiquer ! En l’occurrence avec des représentants d’associations de défense du monde animal lui ayant demandé audience à plusieurs reprises pour parler avec elle des problèmes du classement de la corrida à la liste inventaire du Patrimoine Culturel immatériel de la France, une mesure ayant été décidée par son prédécesseur, sans aucune concertation préalable et de manière totalement illégale puisque cette mesure a été édictée par un comité restreint composé de personnalités impliqués et parties prenantes dans le monde taurin et donc non objectifs du climat qui règne autour du monde animal. La ministre s’enferre dans des positions totalement inacceptables puisqu’elle a toujours refusé sous des prétextes totalement fallacieux de donner suite aux demandes des associations précédemment citées.

Le second couac, tout aussi dissonant si ce n’est davantage que le précédent, provient des agissements irresponsables, au plan moral, de la ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion qui s’est dernièrement signalée par des apparitions publiques dans les arènes de Béziers, un des hauts lieux de la tauromachie française mais aussi dans celles de Boujan-sur-Libron, au grand dam d’un certain nombre d’associations de défense au profit de la cause animale mais aussi de quantité de militants qui s’en sont émus, se sentant offensés et trahis par la présence de ce ministre de la République dans des lieux de spectacles morbides. Ces derniers prétextent, à juste titre, que le gout immodéré de la ministre pour les spectacles de souffrances et de tortures pratiquées à l’encontre du monde animal, mettant en scène chevaux et taureaux au cours de spectacles tauromachiques, est fondamentalement incompatible avec les charges de sa mission dans laquelle il faut savoir faire preuve, entre autres qualités morales, d’ un haut niveau de compassion, une disposition d’esprit habituellement inexistante chez les amateurs de corrida.

Vous n’êtes pas sans savoir, Monsieur le Premier ministre, qu’à l’heure où de plus en plus de Français manifestent leur intérêt croissant au profit de la cause animale et au sort réservé à certaines espèces par quelques individus insensibles à la souffrance animale, le Président de la République, lui-même, réfléchit concrètement à l’élaboration d’un nouveau statut au profit de l’animal.

Dans ce contexte de changement logique et prévisible deux ministres de votre gouvernement se distinguent par des prises de position à contre-courant de la réalité, l’une d’elle nie l’évidence de devoir se pencher sur un problème éthique de société quand l’autre fait de la provocation gratuite en assistant à des corridas et enfonce encore le clou en faisant de tonitruantes déclarations provocatrices à un journal d’audience, méprisant ainsi, par ses actions totalement égoïstes et quelque peu irresponsables, les trois quarts de la population française, foncièrement hostile aux spectacles taurins.

La ministre ne se soucie pas plus également, dans son éphémère plaisir mesquin, étroit et petit au plan moral, de réaliser qu’elle est en train de donner une image désastreuse d’elle-même tout autant que de vous-même et du gouvernement dont elle fait partie et ceci va sans doute quelque peu ternir l’image de marque de votre gouvernement tout autant que celle du Président de la République, par voie de conséquence.

J’apprécierais infiniment, Monsieur le Premier ministre que vous rappeliez à leurs obligations gouvernementales ainsi qu’à l’obligation de réserve ces deux ministres par lesquelles votre gouvernement mais aussi le parti auquel vous appartenez risquent de voir leur image quelque peu ternie par leurs malheureuses initiatives.

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, en l’assurance de ma haute considération et de mon plus profond respect.

Ecrivainparisien

50588337

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1876

ocjkpk2z

Cause animale : une valorisation pour l’esprit !

2vo8xpqo

Cet article n’a pas la mauvaise prétention d’être donneur de leçons, loin s’en faut ; il n’a été rédigé que dans le but de faire toucher du doigt au lecteur la réalité de certaines choses.

2vo8xpqo
Prendre effectivement parti pour la cause animale est une action noble et valorisante pour l’esprit, sous certaines conditions cependant ; des conditions que je vais essayer de clarifier ci-après.
J’observe, depuis près d’une décennie dans le cadre de mes activités de soutien à la cause précitée, une partie du travail de sites, blogs, associations et autres forums prenant fait et cause pour l’animal.
Pour ce qui est du problème général de fond concernant le monde animal, j’observe et constate, de longue date qu’une pléthore d’associations, de groupes, voire de groupuscules travaillent sans aucune liaison entre eux et sans concertations préalables qui permettraient de définir un ou plusieurs objectifs communs fiables et autres plans d’action sur le long terme ; le résultat, prévisible, de cette « isolement contre productif » est que le monde de la protection animale n’est aucunement globalement représentatif aux yeux des instances dirigeantes car se dispersant beaucoup trop pour être crédible.
A l’heure des moyens de communications gigantesques mis à la disposition de l’homme il est paradoxal de devoir constater que beaucoup ne communiquent pas ou plus, travaillant isolément dans leur sphère sans avoir l’idée de vouloir partager leurs acquis.
Pour ce qui est de la forme maintenant, je constate, là encore beaucoup trop d’anomalies, notamment dans les écarts de langage et je vais là aussi m’en expliquer.
Nous sommes dans une démocratie et chaque individu est libre de s’exprimer ou non dans le cadre d’un forum, d’un blog ou d’un site s’il pense avoir un ou des arguments à faire valoir ; tout comme chacun n’est aucunement dans l’obligation de lire des arguments qui pourraient lui déplaire, voire le froisser et y répondre car la réponse qu’il formulerait, dans le cas d’espèce, ne serait vraisemblablement pas conforme à une réalité objective et constructive.
Ce préalable étant posé, le triste constat qui en ressort et qui tend à s’amplifier est que la pratique de la langue française se perd chaque jour un peu plus.
Chacun devrait avoir à cœur lorsqu’il traite de sujets valorisants de faire un minimum d’effort, au plan de l’écriture de façon à être compris, ne serait-ce que par respect pour le ou les lecteurs de ses développements mais aussi pour le « sujet » dont il parle, dans le cas de cet article : l’animal.
Il existe sous Windows et ailleurs sur le net, des correcteurs grammaticaux mais aussi orthographiques qui permettraient à certains de ne pas devoir rougir de leurs écrits.
Dernier point important et de taille, observé ça et là : je n’apprécie nullement l’inutile étalage de violence verbale de certains ; un fait qui les discrédite et les décrédibilise mais aussi qui dévalorise la tenue littéraire et intellectuelle de certains espaces d’expression de même que je trouve véritablement lamentable l’attitude de certains individus, se cachant derrière le « relatif » anonymat de leur ordinateur et qui usent et abusent d’une provocation gratuite, ordurière, mesquine et malsaine, souvent d’une pauvreté intellectuelle affligeante démontrant brillamment leur manque d’instruction, de savoir vivre mais aussi de culture. 
Le dessein de ces provocateurs est de tenter de déstabiliser les utilisateurs habituels d’un espace d’expression dans le but de brouiller les cartes de ce qu’ils pensent être un jeu de bonneteau.
La meilleure des armes particulièrement efficace à l’encontre de ces nuisibles de l’ère moderne reste, dans certains cas l’indifférence à afficher à l’égard de ces individus qui se trouvent totalement déstabilisés par l’absence de réponse et de réactions face à leurs élucubrations, les privant ainsi du plaisir, ô combien jouissif, de la riposte du ou de leurs interlocuteurs.

Il ne faut jamais perdre de vue que la violence, physique ou verbale ne peut qu’être génératrice d’elle-même, conduisant à une surenchère et à l’escalade.

Il est infiniment plus difficile d’ignorer la violence que d’y répondre dans un mauvais réflexe qui ne peut qu’être aucunement valorisant.
Les responsables, webmasters et autres modérateurs de certains espaces devraient avoir constamment à l’esprit qu’ils ont des moyens techniques légaux pour empêcher les parasites susmentionnés de nuire à la bonne tenue des espaces dont ils ont la charge. Ils ont même la possibilité, si le besoin s’en faisait sentir, de déposer plainte contre ces individus qui narguent la société en relative impunité. 
Je remercie les lectrices et lecteurs d’avoir eu la courtoisie de lire cet article jusqu’au bout.
Ecrivainparisien

50588337

Mots clés contenus dans cet article :

Animal, associations PA, Courtoisie, Provocateurs, Irresponsables, Violences physiques et verbales, Débat, Respect,

334195_381649895235441_387070152_o

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1875

ocjkpk2z

Provocation ?

2vo8xpqo

Après la prise de position de la ministre de la Culture et de la communication refusant de manière catégorique de recevoir quiconque souhaite parler de corridas, Marie-Arlette Carlotti, autre ministre du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé a récemment défrayé la chronique en s’affichant fièrement et ouvertement dans deux arènes et en accordant, entre deux exécutions de taureaux, une tonitruante interview à un journaliste de la presse écrite, entrainant la colère de nombreuses associations de défense du monde animal mais aussi de très nombreux militants qui ne décolèrent pas, eux non plus, devant l’arrogance affichée par la ministre. Certains citoyens se sentant méprisés par l’attitude désinvolte et irresponsable de Marie-Arlette Carlotti lui ont fait connaitre leur point de vue, par messages électroniques interposés ; certains souhaitent même sa démission, c’est dire si son comportement est considéré comme choquant.

2vo8xpqo

Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion s’est dernièrement signalée par des apparitions publiques dans les arènes de Béziers, un des hauts lieux de la tauromachie française mais aussi dans celles de Boujan-sur-Libron, au grand dam d’un certain nombre d’associations de défense de la cause animale mais aussi de quantité de militants qui s’en sont émus, se sentant offensés et trahis par la présence de ce ministre de la République dans des lieux de spectacles morbides.

A l’heure où de plus en plus de Français manifestent leur intérêt croissant au profit de la cause animale et que le Président de la République, lui-même, réfléchit concrètement à l’élaboration d’un nouveau statut au profit de l’animal, un ministre du gouvernement de Jean-Marc Ayrault fait de la provocation gratuite en assistant à des corridas et enfonce encore le clou en faisant de tonitruantes déclarations provocatrices à un journal d’audience, méprisant ainsi, par ses actions totalement égoïstes et quelque peu irresponsables, les trois quarts de la population française, foncièrement hostile aux spectacles taurins. La ministre ne se soucie pas plus également, dans son éphémère plaisir mesquin, étroit et petit au plan moral, de réaliser qu’elle est en train de donner une image désastreuse d’elle-même tout autant que du gouvernement dont elle fait partie et ceci va sans doute quelque peu ternir l’image de marque du gouvernement en place tout autant que celle du Président de la République.

Lorsqu’on est un personnage public, qui plus est membre du gouvernement, il est des actes et des paroles que l’on doit s’interdire pour rester dans la droiture intellectuelle imposée par la charge de sa mission et observer ainsi une inévitable obligation de réserve.

Ecrivainparisien

2vo8xpqo

Beaucoup de citoyens français se sont émus et interrogés sur l’attitude de la ministre et lui ont fait connaitre leur point de vue, comme par exemple Mario Valenza, le dynamique Président de la Brigade Anti Corrida de Marseille :

Madame le ministre,
Je me permets de vous adresser ce courriel en qualité de citoyen de la 5° circonscription des Bouches du Rhône mais également en tant que Président de la Brigade Anti Corrida de Marseille.
J’ai été personnellement choqué de vous voir en photo aux côtés du maire de la ville de Béziers, M. Couderc ainsi qu’aux côtés du député M. Kléber Mesquida dans les arènes de Béziers.
Croyez-vous que la place d’un ministre chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion soit dans une arène?
Que vous aimiez la corrida à titre personnel ne regarde que vous mais il est préjudiciable qu’un ministre de la République se montre dans des lieux de tortures que sont les arènes.
Vous dites vouloir porter nos préoccupations au plus haut niveau de l’Etat, c’est donc le moment de vous intéresser aux 66% de français qui souhaitent l’abolition des corridas sur tout le territoire (plus bas le dernier sondage IFOP sur le sujet).
La place de l’animal est un sujet qui va devenir sujet de société prioritaire. M. François Hollande, lui-même a souhaité réfléchir à la définition d’un nouveau statut juridique de l’animal et réformer ainsi le code civil largement dépassé. D’objet patrimonial (meuble), l’animal deviendra un "être sensible" à part entière.
http://www.politique-animaux.fr/droit-animal/francois-hollande-veut-modifier-le-statut-juridique-des-animaux
Croyez-vous qu’alors on pourra torturer et tuer des milliers de taureaux pour le simple plaisir?
La corrida est un spectacle cruel, qui plus est en perte de vitesse partout dans le monde. La France s’est malheureusement signalée négativement en ce sens en l’inscrivant sur la liste d’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel. Nous devons cette honte au précédent gouvernement et en particulier à l’ex-ministre de la Culture, monsieur Frédéric Mitterrand. Les conditions de cette inscription sont proprement scandaleuses puisqu’aucune consultation n’a été organisée sur ce sujet et la décision a été cependant prise, mais "entre amis", notamment messieurs Philippe Bélaval, directeur du patrimoine et véritable aficionado, François Zumbielh, défenseur bien connu de la tauromachie mais aussi André Viard, Président de l’Office National des Cultures Taurines.
En septembre 2011, le CRAC-Europe et Droits des Animaux ont déposé un recours au Conseil d’Etat qui s’en remet maintenant au Conseil Constitutionnel contre l’avis des ministres de la Justice et de la Culture de l’ère Sarkozy. Il statuera très prochainement sur la question prioritaire de constitutionnalité N° 2012-271 (N° d’enregistrement 357798 au greffe du Conseil constitutionnel le 21 juin 2012)
La corrida est déficitaire partout et survit grâce aux nombreuses subventions, européennes, régionales, départementales et municipales. Elle engloutit des sommes énormes qui pourraient être employées à des œuvres de vie et non de mort. C’est non seulement un problème éthique mais aussi un problème financier. Malgré la proposition de Mme Geneviève Gaillard, députée de la 1° circonscription des Deux-Sèvres, (N° 2267 – Proposition de résolution de Mme Geneviève Gaillard tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’argent de la corrida en France : sur son réel poids et ses enjeux économiques locaux, sur son opacité financière et sur la régularité de la mobilisation d’argent public et des pratiques commerciales qui la soutiennent), jamais on n’a pu discuter des finances de la corrida. Ce n’est pas normal.
Les aficionados le disent eux-mêmes, la corrida est condamnée à plus ou moins brève échéance. A quoi sert-il de repousser le débat sur l’abolition? La Catalogne nous a montré la voie, il ne tient qu’à nous, français, de montrer au monde que notre peuple s’inspire encore et toujours des principes qui ont fait la grandeur de la France.
Le "mundillo" est de plus en plus nerveux et ses représentants l’ont montré le 8 octobre lors des évènements de Rodilhan.
95 militants pacifiques se sont fait tabasser par des aficionados rendus fous par notre action. Le procès est en cours d’instruction après dépôt de 67 plaintes pour coups et blessures volontaires, violences en réunion, agression caractérisée, non-assistance à personnes en danger. Tout ça a été filmé sous tous les angles et les images ont fait le tour du monde.
Il est urgent de mettre un terme à cette pratique anachronique soutenue par moins de 20.000 personnes soit 0,03% des 60 millions de français.
Le changement c’est maintenant!
Je vous prie d’agréer, madame le ministre, l’expression de mon profond respect.

50588337

Mots clés contenus dans cet article :

Marie-Arlette Carlotti, Corridas, Béziers, Boujan-sur-Libron, Mario Valenza, BAC Marseille, Rodilhan

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1874

ocjkpk2z

Lettre ouverte au ministre de la Culture et de la communication

2vo8xpqo (2)

Madame Aurélie Filipetti, ministre de la Culture et de la communication du gouvernement Ayrault a succédé à ce poste à Frédéric Mitterrand qui a fait inscrire, très discrètement et de manière totalement illégale, en janvier 2011 la corrida au catalogue inventaire du Patrimoine Culturel immatériel de la France, entrainant l’an dernier une légitime levée de boucliers de la part de centaines d’associations de défense du monde animal mais aussi de milliers de militants acquis à la même noble cause, ayant organisé, le 11 février 2011, une manifestation à Paris regroupant plus de 4000 personnes pour montrer, de manière pacifique à la France entière, leur farouche opposition à cette inscription qui classe la France, pays des Droits de l’Homme et de la liberté, dans les pays de la honte, suite à cette mesure.

Malgré les récentes demandes d’audiences formulées officiellement auprès du ministre, demandes répétées et réitérées par nombre d’associations de défense du monde animal, à commencer par la Fondation Brigitte Bardot en la personne de Christophe Marie, son porte-parole, le ministre reste sourd et s’enferre dans son refus catégorique de recevoir qui que ce soit pour évoquer le sujet de la corrida. Aurélie Filipetti refuse, sous de mauvais prétextes, de recevoir ceux qui souhaitent parler avec elle de la mesure de classement de la corrida au catalogue du Patrimoine Culturel immatériel de la France alors que le Président de la République, lui-même, réfléchit sérieusement pour faire en sorte qu’un nouveau statut de l’animal prenne effet rapidement ; un statut qui lui serait nettement plus favorable puisque l’animal, classé jusqu’à présent « objet » dans le code civil, bénéficierait dorénavant du statut « d’être sensible »

Aurélie Filipetti, semble vouloir se distinguer, marchant à contre-courant de l’évolution logique et prévisible qui s’amorce un peu partout chez nous mais aussi quasiment partout dans le monde pour ce qui concerne la vie animale et contre les directives morales mêmes, émises par le Président de la République lui-même, à tel point qu’on pourrait penser qu’elle trouve un quelconque intérêt à faire en sorte de refuser le dialogue qui s’impose ou va s’imposer incessamment.

J’ai adressé une lettre ouverte au ministre, faisant valoir mon point de vue concernant l’évolution qui doit logiquement s’opérer au profit du monde animal, point de vue partagé, je le sais, par nombre de Français.

2vo8xpqo (2)

Madame le ministre,

Au cours de la campagne électorale, au printemps dernier, le candidat Hollande s’est exprimé clairement en ce qui concerne l’idée de réfléchir à la définition d’un nouveau statut juridique concernant l’animal. Cet être, qualifié jusqu’alors dans le code civil « d’objet », à l’instar d’un meuble, prendrait enfin le statut « d’être sensible », à part entière.

Les Français aiment les animaux, cette évidente constatation n’est plus à démontrer et il n’est, pour s’en convaincre, que de voir les audiences croissantes réalisées par les chaines diffusant des émissions concernant le monde animal.

Le candidat Hollande a été élu démocratiquement Président de la République française il y a cent jours.

La France attend donc de lui, maintenant, qu’il mette en application les thèmes de campagne qui lui sont chers et pour lesquels il a été préféré et choisi par rapport à son adversaire.

Mais la France attend également que l’ensemble des ministres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault ait la même attitude de grandeur d’âme que celle de notre Président.

Madame le ministre vous avez l’extrême honneur d’occuper un poste prestigieux dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, un poste qui vous a été attribué pour l’ensemble des qualités dont vous faites montre depuis toujours.

Vous succédez, au poste qui est le vôtre à une personnalité qui n’a pas laissé que de bons souvenirs en héritage aux Français.

Vous n’êtes pas sans savoir que plus des deux tiers du peuple français voit d’un très mauvais œil le fait que votre prédécesseur ait fait inscrire, en toute inégalité, la corrida sur la liste inventaire du Patrimoine Culturel immatériel de la France. Cette mesure a été prise de manière unilatérale "entre amis", notamment messieurs Philippe Bélaval, directeur du patrimoine et véritable aficionado, François Zumbielh, défenseur bien connu de la tauromachie mais aussi André Viard, Président de l’Office National des Cultures Taurines et ce, sans qu’aucune consultation n’ait été organisée sur ce sujet particulièrement sensible.

Vous ne pouvez pas ignorer et faire table rase des légitimes revendications de plus de 2 Français sur 3 ; des Français qui ont permis, par leur suffrage, que vous occupiez le poste prestigieux qui est le vôtre en prétextant que votre emploi du temps vous empêche de recevoir les associations de défense du monde animal vous ayant demandé audience et ce, à plusieurs reprises, pour faire entendre le point de vue de la France profonde pour ce qui concerne la tauromachie.

Je serais réellement déçu, à titre personnel, madame le ministre, qu’une personne de votre qualité se retranche derrière de mauvais arguments pour refuser de vouloir entendre la voix de la France profonde qui souhaite que vous interveniez pour prononcer l’abrogation de l’inscription de la corrida à la liste inventaire du Patrimoine Culturel immatériel de la France ; une France, hier Patrie et berceau des Droits de l’Homme, devenue aujourd’hui, avec cette mesure immorale, « honte », montrée d’un doigt accusateur partout dans le monde.

Je vous prie de croire, madame le ministre, en l’expression de ma haute considération et de mon profond respect.

Ecrivainparisien

50588337

Pour y voir un peu plus clair :

http://www.fondationbrigittebardot.fr/corrida-patrimoine-immatériel-filippetti

http://www.youtube.com/watch?v=naAnd-R8q0Y

20

 

Mots clés contenus dans cet article :

Aurélie Filipetti, Corridas, Patrimoine Culturel immatériel de la France, Fondation Brigitte Bardot, Statut et droits de l’animal, François Hollande, Frédéric Mitterrand

Read Full Post »

Les chroniques de Montigny

Billet n° 1873

ocjkpk2z

Billet d’humeur

2vo8xpqo

L’heure de l’hallali a sonné

Les spectacles tauromachiques, spécifiquement ceux d’origine espagnole ne peuvent légalement se pratiquer en France que dans quelques départements du Sud-ouest et du Sud-est et ne concernent, au plan des amateurs de ces spectacles particulièrement cruels, que moins de 0,03% de la population française.

Sous l’impulsion et la pression des associations de défense de la cause animale mais aussi de milliers de citoyens se sentant concernés par les souffrances infligées aux animaux, les pratiques tauromachiques accusent partout dans le monde un recul notable quant à la fréquentation d’un public amateur de spectacles sanglants.

La plus ancienne ville française à pratiquer des spectacles tauromachiques, à savoir Bayonne est en déficit chronique et récurrent pour ce qui concerne cette activité depuis plus de cinq ans.

Les spectacles tauromachiques sont déficitaires partout et ne peuvent artificiellement survivre que grâce aux nombreuses subventions, européennes, régionales, départementales et municipales qui leur sont allouées. Les corridas et autre férias engloutissent des sommes énormes qui pourraient être employées à des œuvres de vie et non de mort.

Les spectacles tauromachiques restent, en premier lieu, un problème d’éthique morale mais également un très gros problème financier complexe, d’une très grande opacité.

En effet, malgré la proposition de Mme Geneviève Gaillard, députée de la 1° circonscription des Deux-Sèvres, (N° 2267 – Proposition de résolution de Mme Geneviève Gaillard tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’argent de la corrida en France : sur son réel poids et ses enjeux économiques locaux, sur son opacité financière et sur la régularité de la mobilisation d’argent public et des pratiques commerciales qui la soutiennent), jamais il n’a pu être discuté en toute transparence, pas plus à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat, des finances de la tauromachie.

La France est installée durablement dans la crise et il est réclamé à chacun de faire un effort non négligeable pour que le bateau « France » continue de tenir le cap vers la modernisation. Comme souvent, en pareil cas, ce sont les familles modestes qui vont voir leur pouvoir d’achat mis à mal durant quelque temps. Parmi ces familles modestes il y a celles qui vivent dans les départements où se pratiquent encore des spectacles tauromachiques. Ces familles se voient doublement pénalisées, en la circonstance, puisqu’elles doivent essuyer les plâtres, amatrices de corridas ou pas, des déficits chroniques générés par la tauromachie en plus de devoir assumer le tour de vis qui va être imposé prochainement à tous les français.

Il serait temps, pour le bien être moral et financier de tous, que le pouvoir en place prenne enfin les véritables décisions qu’attendent plus des deux tiers des français : sonner l’hallali des pratiques tauromachiques en France en commençant par prononcer l’abrogation de la mesure de classement de la corrida sur la liste d’inventaire du Patrimoine Culturel immatériel de la France mais aussi en faisant en sorte que les spectacles tauromachiques deviennent illégaux sur l’ensemble du territoire français, ce qui priverait, du même coup, ces activités de toutes subventions quelles qu’elles soient, allégeant par la même occasion, les finances des familles modestes qui supportent actuellement ce surcroit de charge financière et qui n’auraient plus à financer les frais de la tauromachie, dans tous les sens du terme suite à ces décisions.

Ces mesures, justes et équitables seraient à mettre à l’honneur et à porter au crédit des dirigeants français qui auraient enfin démontré, de brillante manière qu’ils sont réellement à l’écoute de la France en ayant eu la volonté politique concrète de mettre en place de telles mesures.

Ecrivainparisien

50588337

Mots clés contenus dans cet article :

Tauromachie, Geneviève Gaillard, Férias, Bayonne,

Read Full Post »

Older Posts »