Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2011

Portrait de famille

Les chroniques de la place

Billet n° 1548

Portrait de famille

Dans mon article 1544, intitulé « l’évènement », je vous ai parlé mercredi dernier de la sortie, dans 700 salles de cinéma de l’hexagone du film « Le secret de la licorne », un film tiré de l’œuvre du dessinateur belge Georges Remi. Ce film a été produit par Steven Spielberg qui utilise les techniques les plus modernes de vision en relief et qui semble promis à un bel avenir. L’an prochain un autre film, toujours tiré de l’œuvre de Georges Remi et utilisant les mêmes techniques que ce « Secret de la licorne » devrait sortir sur les écrans français d’après les informations fournies mercredi matin par le journal le Parisien.

Pour rester dans l’univers de Georges Remi, je vous propose, en relecture, en ce premier dimanche de l’heure d’hiver, un article qui parle du petit reporter du « Petit Vingtième » ; article que j’avais rédigé il y a trois ou quatre ans.

Je vous souhaite une bonne lecture et un joli voyage en rêves.

Ecrivainparisien

Billet n° 1194

La phrase du jour, choisie pour vous par Ecrivainparisien : « C’est moi, moi sous toutes mes formes ! Tintin, c’est moi quand j’aimerais être héroïque, parfait ; Les Dupondt, c’est moi quand je suis bête ; Haddock, c’est moi quand j’ai besoin de m’extérioriser. » Georges Remi, dit  [Hergé], dessinateur de référence pour tous les Tintinophiles (dont je suis, mais… Chut ! Pas un mot !)

 

Portrait de famille « historique »

Catégorie : Divertissement

J’ai téléchargé la nuit dernière l’image que je vous offre à l’issue de ce billet.

Je me suis amusé, pour vous, à imaginer, vivre et transcrire la scène que mes yeux voyaient sur cette photo de famille qui réunit l’essentiel de l’univers de mon petit reporter préféré, un ami invisible mais toujours présent à mes côtés depuis plus de cinquante ans.

Je suis un éternel nostalgique. Que voulez-vous, on ne se refait pas !

Ils sont venus, ils sont tous là pour ce cérémonial virtuel que j’ai imaginé et je peux vous confier que j’ai rêvé de manière exceptionnelle durant un moment comme il y a bien longtemps que je n’avais pas rêvé.

Ah l’univers de Tintin et ses aventures incroyables, toutes plus exaltantes les unes que les autres !

Qu’est ce qu’il a pu me faire voyager le reporter du « Petit Vingtième » !

Tintin c’est un univers totalement magique à lui tout seul, un monde à part avec ses personnages si caractéristiques et si attachants ; y compris les méchants. Et Dieu sait si on en croise des méchants au cours des aventures du petit reporter ! A commencer par le diabolique Rastapopoulos et le sournois docteur Muller sans oublier le redoutable colonel Boris, alias Jorgen, chef de la garde d’acier dans le Sceptre d’Ottokar.

J’ai lu plusieurs fois les vingt trois albums, je les avalais littéralement. J’ai même offert la collection complète à trois de mes enfants.

Si aujourd’hui je suis devenu écrivain je le dois bien sur et avant tout à mes Princesses mais peut-être aussi un tout petit peu à Monsieur Georges Remi, alias Hergé, auquel j’ai consacré deux billets d’hommage sur le forum et je me suis promis, si le grand Homme me laisse encore un peu de temps, de me rendre deux jours en pèlerinage à Bruxelles.

Si j’en ai la possibilité je me rendrai en Belgique pour y réaliser deux rêves.

Le premier c’est de faire enfin la connaissance de la Présidente de la Fondation Internationale Jacques Brel, en la personne de France, sa seconde fille avec laquelle il m’est arrivé de correspondre à plusieurs reprises et qui m’a invité à venir à la Fondation pour y regarder « Franz », le premier film réalisé par Jacques dans lequel il évolue aux côtés d’une certaine « longue dame brune » qui n’est autre que… Barbara. J’ai eu l’occasion de projeter ce film lors de sa sortie en salles il y a trente six ans. J’avais, à cette époque, plusieurs fonctions dont celles de gérant opérateur projectionniste d’une petite salle de cinéma.

Le second rêve que j’aimerais réaliser serait de me rendre chez Casterman, l’éditeur des BD d’Hergé pour venir m’imprégner de l’univers du reporter du « Petit Vingtième ».

Quel beau voyage de l’imaginaire ce serait !

Puis, avant de regagner Paris, je m’arrêterais, quelques instants, dans une brasserie pour y déguster, avec modération, une pinte de bière locale et j’en profiterais, par la même occasion pour déguster « des moules et puis des frites et du vin de Moselle » comme le chantait si bien mon Maitre à penser dans « Jeff », merveilleuse chanson sur l’amitié.

En attendant ce jour (Zangra, encore de lui) je vous invite à prendre place pour assister à cette cérémonie virtuelle donnée spécialement en votre honneur.

Attention, ne bougez plus ! Le petit oiseau va sortir !

 

Portrait de famille

 

Ils sont venus, ils sont tous là pour cette cérémonie

Laissez moi vous les présenter l’un après l’autre ici

Vous aurez évidemment reconnu le barbu de gauche

Il est dans son château qui n’est nullement à Auch.

Le manoir de la famille c’est Moulinsart sacrebleu !

Les ancêtres du capitaine vécurent dans ces lieux

Bianca a fait le déplacement pour le plaisir d’y être

Le grand air des bijoux s’envolera par les fenêtres.

Nestor demeure zélé depuis nombre de décennies

L’hypocrite Rastapopoulos a le même sourire ravi

Dupont et Dupont n’omettent pas d’en rater une

Notre petit journaliste tient ici sa prochaine une.

La surdité du cher Tryphon ne s’est pas améliorée

Il va réaliser des prouesses avant la fin de la soirée

Wagner va se faire taper sur les doigts par Bianca

Il n’a pas répété ses gammes depuis longtemps déjà.

Sous le bureau Abdallah va encore allumer un pétard

Milou va sûrement avoir peur et s’enfuir jusqu’au soir

La couturière n’a pas trouvé ses petits ciseaux dorés

C’est sans doute cette maudite pie qui les aura volés.

Séraphin Lampion a conservé l’air jovial pour la photo

Muller va déchanter, pas de coke en stock au château

Finalement tout ce monde sera ravi du cliché souvenir

En cette journée mémorable ils ont promis de revenir !

 

Jean Claude Lataupe, « pigiste » exceptionnel au « Petit Vingtième » pour couvrir l’évènement

 

Photo de famille : le petit monde de Tintin, reporter au « Petit Vingtième » (Hergé)

Publicités

Read Full Post »

Les chroniques de la place

Billet n° 1547

Désobéissance citoyenne

Une de mes amies, militante et franchement engagée pour que notre société change m’a transmis un message émanant d’un groupe d’action baptisé « Les désobéissants-Paris »

Ce message étant conforme aux idées que je défends, comme tant d’autres citoyens, j’ai donc décidé de porter à la connaissance de tous le message de mon amie « C » qui invite tous ceux se sentant concernés par les problèmes nous empêchant quelque peu de vivre sereinement à se réunir pacifiquement le 4 novembre 2011 à 17 heures, devant la Grande Arche de la Défense.

 

Pour bouter hors de France et d’ailleurs les oligarchies qui nous exploitent à leur profil exclusif ainsi qu’à celui de leurs « chers » amis, rendez-vous à la Défense le 4 novembre 2011 à 17 heures car, à défaut de nous faire entendre nous pourrons ainsi montrer à tous les oligarques en place le poids de notre nombre et de notre détermination à agir et à faire entendre notre voix, tous ensemble ! Pour le bien du plus grand nombre et pas pour celui d’une minorité outrageusement avantagée.

Ecrivainparisien

 

Les désobéissants – Paris

Envoyé le : Vendredi 21 Octobre 2011


Sujet : Occupons la Défense

Amis désobéissants, une initiative des Indignés parisiens, sur le modèle de nos camarades américains qui occupent les accès à Wall Street depuis plusieurs semaines…

Un appel à rallier et faire tourner sur vos listes !

Bonjour à tous,

Les 99% sont en train de se lever en France aussi avec les soutiens de pas mal de copains des places occupées aux Etats-Unis. Pour que notre opération du vendredi 4 Novembre 17H00 devant la grande Arche de la Défense fonctionne, il est primordial de faire circuler ce courriel et d’y répondre.

(contact.occuponsladefense@fruncut.org)

Afin de pouvoir prévoir et organiser au mieux l’évènement, nous tentons d’avoir un maximum de retours sur le niveau d’implication de chacun, avec un peu de précision si possible.

1 Je ne pourrai pas être présent le vendredi 4 à 17H00 mais je fais circuler l’information (c’est déjà super !)

2 Je serai présent le 4 à la Défense en soutien (merci tu gères)

3 Je serai présent le 4 et je souhaite camper (et un de plus !)

4 Je viendrai avec de quoi prendre des images photos ou vidéo, ou de quoi recueillir des témoignages audio. (indispensable)

5 Je peux apporter à manger ou à boire (pas d’alcool)

6 Je peux apporter des vêtements chauds (gros pulls, manteaux, gants, écharpes, bonnets, etc.)

7 Je peux apporter de quoi animer (instrument de musique, jonglerie, etc.)

8 Je peux apporter de quoi camper ( tente, duvet, tapis de sol, couvertures de survie, cartons pour isoler du sol, palette, bâches)

9 Je peux apporter d’autres choses utiles ( groupe électrogène, sono, micro, tabourets, chaises, tables, ordi)

10 Tout autre chose pouvant aider… Solidairement

L’équipe d’occupons la défense

 

https://www.facebook.com/occupons.la.defense

http://www.occuponsladefense.net/contact.occuponsladefense@fruncut.org

http://paris.reelledemocratie.com/

 

Contacts transitoires avant décisions de l’AG des Indignés de Paris.

+33.(0)6 01 99 20 10 / +33.(0)6 49 24 07 11 / +33.(0)6 75 79 28 48

www.desobeir.net

Tous sous la grande Arche le 4 novembre 2011 à 17 heures.

 

Read Full Post »

Les chroniques de la place

Billet n° 1546

Mais où est donc passé le réalisateur ?

C’est par cette question légèrement modifiée par rapport au titre de l’un des films qu’il a réalisés que je viens d’apprendre la disparition de Robert Lamoureux, humoriste, auteur dramatique, cinéaste, scénariste mais également parolier et homme de théâtre.

Il a débuté sa carrière au cabaret et l’un de mes plus vieux souvenirs de lui reste son sketch intitulé, je crois, « La chasse au canard » ; extrait : et le lundi matin le canard était toujours vivant alors depuis on le nourrit avec des navets, que des navets, que des navets !

Robert Lamoureux c’est aussi « Papa, maman, la bonne et moi » et quelques films restant dans mes souvenirs comme la célèbre « trilogie militaire » concernant la septième compagnie de transmissions commandée par le Capitaine Dumont, alias Pierre Tornade ayant pour adjoint un certain sergent chef Chaudard, superbement interprété par Pierre Mondy, grand homme de théâtre, soit dit en passant ; mais figuraient également dans cette septième compagnie les soldats Tassin et Pithiviers, dont le rôle a été interprété par Aldo Maccione et Jean Lefevre. Dans cette trilogie un peu loufoque Robert Lamoureux y tenait le rôle du Colonel Blanchet.

Il a réalisé le premier de la série en 1973 puis les second et troisième films de cette trilogie l’ont été respectivement, pour : « On a retrouvé la septième compagnie » en 1975 et enfin pour : « La septième compagnie au clair de lune » en 1977

Robert Lamoureux était né à Paris le 4 janvier 1920 ; il vient donc de s’éteindre aujourd’hui à l’âge de 91 ans.

Belle longévité pour ce comédien qui aura fait rire et aura amusé la France.

Ecrivainparisien

 

 

Le Colonel Blanchet dans la septième compagnie "Allo Mirabelle ici Coquelicot"

Read Full Post »

Les chroniques de la place

Billet n° 1545

Avis à la population. Oyez, oyez braves gens !

Jadis cette annonce s’entendait dans les rues des petites villes et des villages de notre douce France ; elle émanait généralement de la bouche du garde-champêtre, l’agent assermenté de l’édile, chargé de porter la bonne parole de Monsieur le Maire à la population.

Si les gardes-champêtres, les maréchaux-ferrants et les aiguiseurs de couteaux, tous métiers ayant quasiment disparu de nos paysages urbains avaient encore droit de cité de nos jours, tout comme les ramasseurs de peaux de lapin, par exemple, ils auraient entendu la nuit prochaine le garde-champêtre de leur village annoncer, après un ra, frappé avec ses baguettes sur la peau de son tambour, qu’il ne faut pas oublier de reculer sa montre et ses pendules d’une heure afin de se retrouver à l’heure d’hiver.

Les deux changements annuels d’heure sont une initiative datant de 1976, suite au « premier choc pétrolier » de 1973 si je me souviens bien ; des initiatives mises en place pour économiser quelques tonnes de pétroles, parait-il. Mais, à mes yeux, cette mesure n’a pas que des avantages ; ne serait-ce qu’au plan de l’organisme qui supporte parfois mal les changements imposés à nos horloges biologiques.

Le changement d’heure mis en place en France en 1976 n’est aucunement le premier que notre pays ait connu et l’idée de changer d’heure pour économiser l’énergie n’est pas nouvelle puisqu’elle est due à Benjamin Franklin ; l’inventeur du paratonnerre qui évoque celle-ci pour la première fois dans un journal français « Le journal de Paris » en 1784, soit près de deux siècles plus tôt, 192 ans précisément.

Toujours en France, l’heure d’été a été proposée pour la première fois par le député bas-alpin André Honnorat en 1916 et institué par la loi le 19 mars 1917 puis abandonnée par le Gouvernement provisoire de la République française le 14 août 1945 pour renaître donc en mars 1976.

La boucle est bouclée et la nuit prochaine sera théoriquement plus longue de… 60 minutes, soit 3600 petites secondes de plus, une goutte de pétrole à l’échelle de l’univers.

N’oubliez pas, amis lecteurs, demain à 3 heures il sera 2 heures.

Capture partielle d'une image "Bing" pour agrémenter mon texte

Ecrivainparisien

 

 

Read Full Post »

Message citoyen

Message citoyen

Madame, Monsieur,

VOUS ETES

Quoi de neuf, docteur !

Enervés

Agacés

Déprimés

 

Vous en avez assez d’être

Ignorés et pris pour des

Imbéciles

 

 

VOUS PERDEZ TOUS LES MATCHS

PAR DECISION DE 

L’arbitre

Agissez

 

Virez-le !

 

Read Full Post »

L’évènement

Les chroniques de la place

Billet n° 1544

L’évènement

Bianca Castafiore, le Rossignol milanais, que le monde entier connait grâce au génie de son Père créateur est l’invitée aujourd’hui des Ateliers de la Lyre en qualité de rédactrice en chef du journal inattendu de Jean Claude Lataupe.

Elle vient commenter en direct l’évènement qui va déferler sur les écrans de 700 salles obscures d’ici quelques heures pour la plus grande joie des petits mais aussi, à coup sur, des grands puisque les aventures du jeune reporter du « Petit Vingtième » sont suivies, depuis des lustres dans le monde entier par un public dont la tranche d’âge va de 7 à 77 ans

Ecoutons la :

« Ah, mon ami Krabock, je ris de me voir si belle en ce miroir. Vous avez vu qu’ils sont venus, ils sont tous là, aujourd’hui, pour la sortie des derniers exploits de mon ami le reporter du « Petit Vingtième » ; ils viennent, comme vous de Moulinsart ou d’ailleurs ; de partout en fait, puisque ils sont des millions de par le monde à suivre les palpitantes aventures de ce blondinet et de son inséparable compagnon à quatre pattes qui vont avoir aujourd’hui les honneurs de la pellicule et le « Secret de la Licorne » n’en sera bientôt plus un grâce au génie d’un cinéaste ayant conservé en lui une âme d’enfant et qui n’en est plus à son coup d’essai pour faire rêver petits et grands ; n’est-ce pas mon cher Kapock ! Je suis sur que vous avez vu, en son temps, ce petit extraterrestre qui voulait téléphoner à sa maison mon cher capitaine !

Pour en revenir à ce « Secret de la Licorne » vous avez vu qu’il a fait les choses en grand notre ami Steven et vous allez être scotché au fauteuil mon cher capitaine en regardant ce film en relief, pardon en 3D comme on dit de nos jours et lorsque vous allez mettre vos lunettes spéciales ce sera un choc garanti pour vous comme pour tous les spectateurs qui vont se précipiter cet après-midi et les jours suivants dans les salles obscures qui ont programmé ce chef-d’œuvre technique à l’affiche.

Car vous savez que l’ami Spielberg a obtenu il y a bien longtemps les droits de réalisation de ce film mais il a attendu que les techniques de trucage soient bien au point avant de se lancer dans la réalisation de ce « Secret de la Licorne » dans lequel le chevalier François de Hadoque avait écrit sur des parchemins en vieux « françois » « Trois frères unys , trois licornes de conserve, voguant au soleil de midi parleront. Car c’est de la lumière que viendra la lumière. Et resplendira la croix de l’aigle. »

Voilà, mon cher Cappock, vous savez presque tout, ainsi que les lecteurs et je vous laisse admirer maintenant ce « Secret de la Licorne ». N’oubliez pas de mettre vos lunettes.

Ecrivainparisien, rêveur

 

La Licorne du chevalier François de Hadoque, ancêtre du capitaine Haddock

Read Full Post »

Les chroniques de la place

Billet n° 1543

Pensées nocturnes

« N’être personne pour personne constitue une des plus grandes souffrances qui soit » disait jadis Mère Theresa, ce qui est parfaitement compréhensible au demeurant, mais « N’être personne pour quelqu’un » que vous avez dans la peau depuis un moment déjà ; quelqu’un auquel ou à laquelle vous accordez toutes vos pensées même les plus anodines ; quelqu’un auquel ou à laquelle vous donnez toujours ce que vous avez de meilleur en vous, chaque jour dans chacune de vos actions ; quelqu’un pour lequel ou laquelle vous souffrez dès que son moral se ternit ; alors qu’est-ce donc que n’être Personne pour quelqu’un ?

Je suis, depuis quelque temps déjà « personne pour personne », compte-tenu de ma situation mais je suis, en plus de cela, « personne pour quelqu’un », malgré tous les efforts que je peux ou que j’ai pu déployer, ce qui rend ma traversée du désert infiniment plus pénible encore et le froid n’est rien à côté de ce que je supporte en mon âme.

Ecrivainparisien

 

Read Full Post »

Older Posts »