Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2009


La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1376

 

Froid dans le dos

Je relaye ci-dessous une lettre ouverte rédigée par la plume d’une ou d’un journaliste du « Monde », missive adressée à Monsieur le Président de l’Etat d’Israël.

Cette lettre est un terrible réquisitoire contre les faits de guerre imputables à Israël depuis soixante ans. J’avoue que j’ai eu du mal à la lire sereinement, mes larmes ayant coulé à plusieurs reprises en repensant à toutes les victimes récentes mais aussi plus anciennes des guerres fratricides du Proche-Orient, mais également aux 6 millions de victimes de la barbarie nazie au nom d’une idéologie qui me fait froid dans le dos par le simple fait de repenser à des noms, de sinistre mémoire, de revoir, devant mes yeux rougis par les larmes de honte versées, des images insoutenables, d’entendre, dans ma tête, des bruits de combats où se mêlent tirs d’artillerie, cris d’enfants, pleurs de mères et sirènes d’ambulances.

Quand l’homme deviendra-t-il enfin raisonnable, responsable, en un mot adulte ?

Ecrivainparisien, bouleversé

 

Effacez le nom de mon grand-père à Yad Vashem

Monsieur le Président de l’Etat d’Israël, je vous écris pour que vous interveniez auprès de qui de droit afin que l’on retire du Mémorial de Yad Vashem dédié à la mémoire des victimes juives du nazisme, le nom de mon grand-père, Moshe Brajtberg, gazé à Treblinka en 1943, ainsi que ceux des autres membres de ma famille morts en déportation dans différents camps nazis durant la seconde guerre mondiale. Je vous demande d’accéder à ma demande, Monsieur le Président, parce que ce qui s’est passé à Gaza, et plus généralement, le sort fait au peuple arabe de Palestine depuis soixante ans, disqualifie à mes yeux Israël comme centre de la mémoire du mal fait aux juifs, et donc à l’humanité tout entière.
Voyez-vous, depuis mon enfance, j’ai vécu dans l’entourage de survivants des camps de la mort. J’ai vu les numéros tatoués sur les bras, j’ai entendu le récit des tortures ; j’ai su les deuils impossibles et j’ai partagé leurs cauchemars.
Il fallait, m’a-t-on appris, que ces crimes plus jamais ne recommencent ; que plus jamais un homme, fort de son appartenance à une ethnie ou à une religion n’en méprise un autre, ne le bafoue dans ses droits les plus élémentaires qui sont une vie digne dans la sûreté, l’absence d’entraves, et la lumière, si lointaine soit-elle, d’un avenir de sérénité et de prospérité.
Or, Monsieur le Président, j’observe que malgré plusieurs dizaines de résolutions prises par la communauté internationale, malgré l’évidence criante de l’injustice faite au peuple palestinien depuis 1948, malgré les espoirs nés à Oslo et malgré la reconnaissance du droit des juifs israéliens à vivre dans la paix et la sécurité, maintes fois réaffirmées par l’Autorité palestinienne, les seules réponses apportées par les gouvernements successifs de votre pays ont été la violence, le sang versé, l’enfermement, les contrôles incessants, la colonisation, les spoliations.
Vous me direz, Monsieur le Président, qu’il est légitime, pour votre pays, de se défendre contre ceux qui lancent des roquettes sur Israël, ou contre les kamikazes qui emportent avec eux de nombreuses vies israéliennes innocentes. Ce à quoi je vous répondrai que mon sentiment d’humanité ne varie pas selon la citoyenneté des victimes.
Par contre, Monsieur le Président, vous dirigez les destinées d’un pays qui prétend, non seulement représenter les juifs dans leur ensemble, mais aussi la mémoire de ceux qui furent victimes du nazisme. C’est cela qui me concerne et m’est insupportable. En conservant au Mémorial de Yad Vashem, au cœur de l’Etat juif, le nom de mes proches, votre Etat retient prisonnière ma mémoire familiale derrière les barbelés du sionisme pour en faire l’otage d’une soi-disant autorité morale qui commet chaque jour l’abomination qu’est le déni de justice.
Alors, s’il vous plaît, retirez le nom de mon grand-père du sanctuaire dédié à la cruauté faite aux juifs afin qu’il ne justifie plus celle faite aux Palestiniens. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma respectueuse considération.
© Le Monde

Read Full Post »

Histoire vécue


La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1375

 

Histoire vécue

Récit très émouvant

Le texte ci-après émane de la plume de mon ami Saïd et raconte avec beaucoup de pudeur et d’émotion la fin d’un homme ; en l’occurrence celle de son père.

Le ton est sobre et de bon aloi pour parler de l’évènement qui n’appartient qu’à lui, en fait, mais qu’il a souhaité faire partager, ce qui est tout à son honneur. Je pense qu’il aimait infiniment cet homme ; ce père, qu’il admirait en silence et dont il était fier, à juste titre, de la droiture physique et intellectuelle qu’il adoptait devant les évènements de la vie tout comme l’attitude qu’il manifesta devant la maladie et la mort. C’est du moins ce qui transparaît dans son récit, tout de sobriété.

Merci mon cher Saïd de nous faire partager ce souvenir si intime.

Ecrivainparisien

Le dernier sourire angélique

L’homme habitue son corps et son esprit à résister aux choses de la vie ; pour lui la résistance devient sacrée. Dans le fond du sacré, même âgé, tout proche de l’anéantissement, il continue à résister, à accepter les situations même les plus dramatiques, la tête haute.

Sur son lit, terrassé par la maladie, sachant ses jours comptés, il domptait quotidiennement sa maladie ; comme deux amants qui se font la cour ; plus ça durait et plus leur amour devenait ardent. La maladie lui rongeait le corps et lui, comme pour l’amadouer, il se laissait aller, dans le calme serein ; il n’aimait pas être dérangé dans la souffrance qui le liait à sa maladie ; il rejetait toute aide et n’acceptait aucun geste de pitié. Il voulait être considéré à sa juste valeur, celle d’un être combatif et intraitable avec son amie, pour laquelle il souriait souvent.

Il regardait le plafond bleu, comme si c’était le ciel et souriait. Sa moustache épaisse le rendait plus séduisant. Je le voyais sourire et j’admirais en silence ce sourire, que je n’ai pas connu durant toute son existence. Sa vie tirait à sa fin et lui souriait, il voulait sans doute défier la mort, se moquer d’elle et sans bouger, sans dire un dernier mot, il sourit pour la dernière fois et s’endormit pour ne plus se réveiller.

Il tira sa révérence sans crier, sans déranger et sans faiblir ni faillir d’aucune manière. Nous nous quittâmes et je garderai de lui ce dernier sourire angélique. Mon père, paysan mais philosophe prenait toujours la vie du bon coté ; il a fait de même avec la mort, comme si toute sa vie il apprenait à mourir.

La vie et la mort ne font qu’un et restent indissociables comme les faces d’une pièce de monnaie. La mort accompagne toujours la vie vers la vieillesse, comme pour lui éviter les désagréments de l’existence ; elle l’anéantit. La vie n’est finalement qu’un apprentissage qui nous hisse vers l’inévitable aboutissement de la vie qu’est la mort.

Saïd A.

Read Full Post »


La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1374

 

Ave Khader, ceux qui admirent la véracité des propos émanant de ta plume te saluent.

Encore un billet qui sent le souffre me direz-vous ! Actualité oblige !

Mon ami Khader Moulfi, journaliste et porte-parole de la Coalition des Harkis et des associations de Harkis, homme que j’apprécie de plus en plus pour la qualité et la justesse du ton qu’il emploie dans les rédactionnels émanant de sa plume alerte et responsable, brosse dans son message, ci-dessous reproduit, un tableau sans concession, mais parfaitement exact de la situation actuelle d’un hexagone national quasiment « exsangue » ou en passe de le devenir.

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous alarmer de la situation qui devient quasiment invivable pour nombre de françaises et de français, à commencer par les millions de travailleurs « pauvres », les mères au foyer devant calculer au centime d’euro près, les retraités modestes, les « petits » commerçants, les saisonniers, les intermittents du spectacle et tant de corporations touchées de plein fouet par une crise provoquée, sciemment ?, par des gens cyniques et irresponsables suivant un dessein machiavéliquement calculé dans un but hégémonique évident : continuer de détenir les rênes d’un pouvoir qui grise leur ego surdimensionné en agitant le spectre du chantage voulant affoler des populations non familiarisées par les arcanes du milieu politicien.

Je laisse maintenant la parole à mon ami Khader Moulfi que je salue respectueusement, tout comme je salue également mon ami Saïd, alias Dias Inuorma pour des raisons quasiment similaires.

Ecrivainparisien


 

Grève-party du jeudi ou simple front anti-Sarkozy

Bonjour Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

En premier lieu, je tenais à vous souhaiter, au nom de toute l’équipe de "coalition-harkis.com", nos vœux les meilleurs et les plus sincères pour cette année 2009 qui s’annonce, malheureusement, sous de très mauvais augures ! Mais, n’est-ce pas dans ces instants très difficiles qu’il est nécessaire de garder le moral au beau fixe et de ne jamais perdre "espoir" et, surtout, une occasion de se "marrer" à l’instar de la "fatalitas attitude" en pratique, généralement, dans les pays dits tiers-mondistes auxquels nous ressemblons de plus en plus ? J’en profite, également, pour remercier toutes celles et tous ceux qui m’écrivent, régulièrement, en leur demandant de bien vouloir m’excuser de mes réponses, parfois, très tardives voire "omises" malgré-moi car "dur-dur" la vie de militant !!! 

En second lieu et, pendant qu’une partie de nos compatriotes est descendue dans la rue pour crier sa colère et son inquiétude pour leur avenir très sombre (et quid des générations futures ?), il convient de se poser, légitimement, la question suivante : "Notre pays incapable de donner un emploi, un logement, une vie décente, une justice impartiale et fiable, une sécurité complète, … A chacun de ses ressortissants nationaux, peut-il encore parler de pacte républicain et de cohésion sociale ?".

Mais, en revanche, est-il équitable d’accabler, exclusivement, Nicolas Sarkozy et le Gouvernement Fillon qui sont "aux affaires" depuis 18 mois ? La réponse est bien évidemment Non ! En l’espèce, le très long processus de "désintégration républicaine" et de "retour vers le 19ème Siècle – début 20ème" a commencé, en réalité, depuis des décennies et, la responsabilité en incombe à toute la classe politique de gauche et de droite. Nos dirigeants ayant oublié, apparemment, la notion d’intérêt général au profit de leurs "carrières" et, il n’est pas très démocratique et sain de maintenir, durant une éternité, au plus haut sommet des institutions, des "personnes cumulardes" ne voulant pas lâcher le "pouvoir" et les "privilèges" qui ont été abrogés, logiquement, au cours d’une autre "révolution" perpétrée en 1789 !

Quant à la Justice, tout le monde s’accorde à dire qu’elle va très mal mais, c’est la polémique et la fronde, à chaque tentative de réformes, tendant à laisser en l’état l’arbitraire et l’injustice pour les "victimes de notre système judiciaire féodal et non-responsabilisé pour ses actes et autres turpitudes notoires et notables". Sur ce plan, je peux en attester car cela me vaut un procès en supposée diffamation publique qui sera plaidé, le mardi 17 février 2009 à partir de 13H30, devant le Tribunal Correctionnel de Bourg-en-Bresse (à 850 km de chez moi !), pour avoir osé venir en aide, à notre Mamie Margot (âgée de 91 ans) qui se fait spolier, de son Grand Moulin sis à Montluel (dans l’Ain), dans une indifférence quasi-générale (le Maire de Montluel Jacky Bernard dont j’appréciais les qualités humaines a oublié ses promesses, la justice avalise ou ferme les yeux malgré des plaintes mystérieusement classées sans suite de manière ubuesque, …).

Mais, je n’ai pas l’intention de me laisser intimider, de la sorte, car la liberté d’expression et ma capacité d’indignation (dernier vestige d’humanité chez l’humain déshumanisé) m’en dissuadent ! Mes brillantissimes avocats au barreau de Lille, en l’occurrence : Maîtres Hervé Corbanesi et Frank Berton, auront à m’assister dans cette ultime lutte pour la vérité et la justice (au sens moral et noble du terme). En outre, je suis surpris par le "silence", des associations de RONA (Harkis et leurs Familles) et de Pieds-Noirs mais, cela est-il réellement étonnant en se référant à d’autres dossiers tels que Li Fet Met, … (no comment !) ?

En dernier lieu, ce sont tous ces sujets que nous évoquons, fréquemment, sur notre site : http://www.coalition-harkis.com/ que je vous invite à consulter en cliquant sur le lien ci-avant et en vous rendant dans nos rubriques "actualités" et "forums" et que nous continuerons à développer envers et contre tout ! (NDLR : contre tous ?)

Très bonne navigation

A.F. Très Cordialement,

Khader Moulfi

Contact : khadermoulfi@coalition-harkis.com

Read Full Post »

Parodie de chaîne

 

Humour récréatif

Parodie de chaîne

Camarades,
J’aimerais vous tenir informé(e)s et vous dire combien ma vie a changé après avoir reçu et renvoyé certains messages électroniques. Ce sont tout particulièrement les " chaînes de courrier " qui ont affecté ma vie. Il est impératif de faire ce qu’elles disent, comme vous pourrez le constater ci-dessous.
D’abord, je ne sors plus le soir j’ai trop peur d’être dragué par une superbe blonde pulpeuse qui m’invitera à boire un dernier verre chez elle.
Car en fait, elle sera complice avec des voleurs d’organes, et je ne veux pas me réveiller, couché sur le dos dans une baignoire pleine de glace, avec un rein en moins, et un message sur le miroir qui dit "Appelle les urgences ou tu mourras" … C’est vrai, quoi ! Je tiens trop à mon râble !
Ensuite, je ne vais plus au cinéma, car je ne veux pas attraper le Sida en m’asseyant sur une seringue. De plus, j’ai appris que c’est quand on va au ciné que des malfrats en profitent pour appeler chez vous et dire qu’ils vous ont kidnappé …
Chez moi, je ne réponds plus au téléphone : je ne veux pas qu’on me demande de composer *9 sur mon clavier, et que je reçoive ensuite une facture astronomique pour des appels que je n’aurais même pas réalisés…
D’ailleurs, j’ai jeté mon téléphone portable, puisqu’Ericsson allait m’en offrir un tout neuf. De fait, je ne l’ai jamais reçu, alors j’en ai acheté un autre. Mais je l’ai aussi jeté, puisque j’ai appris entre temps que je courais le risque d’attraper une tumeur au cerveau.
J’ai définitivement cessé d’avoir des relations sexuelles, même avec un préservatif. Car il y a des détraqués qui s’amusent à aller dans les pharmacies et percer les préservatifs à l’aide d’une épingle …
De même, je ne bois ni ne mange plus de boissons et d’aliments en boîte : je ne veux pas risquer de mourir empoisonné par l’urine de rats.
Je n’emmène plus mes enfants au MacDo depuis que des serpents infectent les piscines à boules
Enfin, j’effectue dorénavant tous mes déplacements à pied, puisque les sièges des transports publics (et tout spécialement le métro) sont de véritables infections …
J’ai décidé de tousser fortement toutes les 3 minutes, ceci afin d’éviter les arrêts cardiaques …
J’ai fait don de toutes mes économies à des associations capables d’acheter un nouveau myocarde pour Brian Groscon, soigner Rachel Arlington-Tamère et Jessica Meydec-Troudeballe de leur cancer, et aussi de retrouver la petite Penny Brown-Connasse, perdue depuis 1752. J’espère aussi les avoir tous beaucoup aidés en vous envoyant ces messages sponsorisés par Bill Gates (c’est un chic type, ce Bill !).
De même, j’ai recueilli 53 chats dans mon appartement. Au moins, ceux-ci ne seront pas horriblement torturés par les bourreaux de BonzaiKitten ….
J’ai surveillé jour et nuit mon PC car un V-N-I (Virus Non Identifié) menaçait de tout détruire
Mon ordinateur est maintenant bien protégé contre tous les virus possibles et imaginables, tels que les Grenouilles Budweiser, le sulfnbk..exe, et autres Buddylst.sip. En effet, je l’ai équipé de McAfee et de Norton, et je rachète chaque année la nouvelle version anti-virus (comme recommandé par les compagnies qui les produisent !!!).
Mon notaire a bien reçu mon testament dans lequel je lègue tous mes biens à une institution de charité (donc à but non lucratif) qui se chargera de faire parvenir 1 dollar à chaque femme pakistanaise battue par son mari.
Et j’ai aussi envoyé à Mary Robison (haut commissaire de la Croix-Rouge aux Nations Unies), la liste de tous mes proches, amis, voisins et connaissances, car je suis sûr qu’ils auraient bien évidemment tous été d’accord pour aider et financer les femmes afghanes pour leur voyage dans la galaxie de la Vache Folle au Poulet à la dioxine.
J’attends toujours les 120 000 euros que me doivent AOL et Microsoft…
Pourtant j’ai bien fait suivre leurs messages comme convenu…
Et d’ailleurs, j’attends toujours mon Ericsson dernier modèle, et mes 3 caisses de champagne à 330 euros la bouteille, le tout gratuit, pour sûr !!!!!
De même, j’attends toujours de recevoir 10 millions d’euros et une Porsche GT4, ainsi que de passer une nuit torride avec Sandra Bullock.
J’y crois, puisque ce sont les trois vœux que j’ai réalisés avant de faire suivre le Totem Tantra magique ancestral et millénaire que j’avais eu la chance de recevoir directement du Dalaï Lama.
Faut pas croire, l’Asie est très en avance : tout le monde sait qu’ils surfaient déjà sur le net alors qu’en occident on pensait que la Terre était plate…..
J’ai fait suivre 17245680,6 messages pour que mon compte MSN ne soit pas radié et surtout pour ne pas avoir à payer 9,99€ par email
En fait, puisqu’aucun de mes vœux ne se réalise, je crois maintenant qu’il y a un message que j’ai oublié de faire suivre, et que pour cette raison la malchance me colle à la peau…
Je vais être mort une bonne centaine de fois, sans compter le typhus, le choléra, la peste noire et encore plein d’autres calamités. Un nuage de sauterelles doit même bouffer mes 2 pots de fleurs sur le rebord de ma fenêtre. Et j’en passe……..
Ne te laisse pas influencer par des e-mails : envoie immédiatement ce message à 395.774.567,2361 personnes dans les 55 secondes qui suivent, sinon le Diable va apparaître derrière toi la prochaine fois que tu te baisseras sous la douche pour ramasser ta savonnette…
Si tu fais suivre ce message dans les 55 secondes ta vie sera améliorée.
Tu trouveras de la place sur le parking du super marché quand tu iras faire tes courses à 3h00 du matin.
Quand tu achèteras un poulet, les pattes du bas seront plus grosses que celles du haut.
Le facteur, les pompiers, les éboueurs, les scouts et les louveteaux t’amèneront un calendrier en fin d’année.
Tu auras un avis d’imposition personnalisé et ce, directement à ton nom et chez toi
Bonne journée à tous, et que cela ne vous empêche de surfer sur Internet

Read Full Post »

Communiqué


 

Communiqué

 

Journée de mobilisation interprofessionnelle du privé et du public :

 

jeudi 29 janvier


Rendez vous devant le cirque d’hiver
bd Beaumarchais M° Filles du Calvaire Paris 11e
à 14H


voir le plan ici

 

 

Soyons nombreux à soutenir les Français contre le gigantesque plan de précarisation

que met en œuvre le Gouvernement depuis des mois, et qu’il accélère à la faveur de la crise.

Read Full Post »

La pensée de la nuit

La pensée de la nuit

Les bons mots de Saïd

 

Hommage

Quand je me mets devant mon ordinateur, je marque toujours une minute de silence pour rendre hommage à ceux qui ont épuisé leurs neurones pour nous léguer tant d’avantages.

Saurons-nous faire fructifier ces réalisations révolutionnaires qui ont fait de la planète un village, de ses habitants des internautes et de nos rêves une réalité ?

Dias Inuorma


Read Full Post »

La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1373

 

Il avait promis

Mon fidèle « informateur », toujours aussi zélé et toujours infiniment plus efficace qu’un vulgaire factotum de palais élyséen m’a adressé un article émanant de l’excellent journal Le Monde (clin d’œil au regretté Coluche)

Cet article servira de support à ce 1373ème billet du forum que je vous propose sans plus attendre.

Quand la fiction s’appelle réalité

Il aura tout fait pour tenter de redorer son blason, terni par les conséquences du choix délibéré de ses actions qu’il ne peut pas imputer aux autres.

Il mélange et étale à l’envi, vie privée et vie publique, ne s’appliquant pas à lui-même, soit dit en passant, ce que les lois prévoient pourtant en matière de divorces et de mariages.

Il a porté l’insolence à un niveau de culot impensable en allant jusqu’à augmenter son salaire dans des proportions proprement scandaleuses dans une période particulièrement difficile qui n’a vu progresser, grâce à ses décisions, que le pouvoir d’achat d’une minorité de français, déjà infiniment trop favorisés.

Il a fait des choix s’étant avérés totalement catastrophiques puisque les conséquences de ces derniers seront assumés, non pas par lui-même mais par le justiciable qui va devoir payer la facture. Il avait promis d’assainir, de moraliser, de juguler et de contrôler le capitalisme sauvage, il n’en a rien été. Il avait ordonné des enquêtes devant offrir à la vindicte populaire le nom des coupables. Le nom des dits coupables n’a jamais été dévoilé et les dites personnes n’ont bien évidemment nullement été sanctionnées pour les fautes graves qui leur sont pourtant directement imputables.

Il est manifestement en train de détruire le service public et notamment l’école de la République, celle de Jules Ferry. Il est bon à savoir également qu’il est en train de mettre en place, et cela peu de gens le savent, la gratuité totale du coût des études pour les familles dont les enfants fréquentent les écoles françaises se trouvant en terre étrangère (voir mon billet 1356 du 18 janvier). Cette mesure a été estimée par l’Agence française de l’enseignement à l’étranger qui a simulé le coût de cette « plaisanterie » mais s’est bien gardé d’en publier le résultat. Lequel est tout de même tombé dans les palmes du "Canard".

D’ici dix ans, appliquée du lycée jusqu’au CP (sans parler de la maternelle), la gratuité coûterait à l’Etat la bagatelle de 713 millions d’euros par an ! Je vous laisse deviner, chers lecteurs, qui va devoir payer l’addition de cette idée fixe et mégalomaniaque.

Sa nouvelle lubie, au parfum hautement électoraliste se trouve clairement expliquée ci-après, sous la plume de Sophie Landrin, journaliste du Monde. Je vous laisse apprécier le cynisme et le machiavélisme du personnage, amateur de stratégies hautement et savamment calculées.

Mais pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

Lataupe, pamphlétaire, politiquement incorrect et fier de l’être

 

Nicolas Sarkozy veut ouvrir l’UMP à "l’identité ouvrière"

LE MONDE

Il ne s’était plus adressé aux ouvriers depuis la campagne présidentielle. A la veille d’une semaine sociale agitée, Nicolas Sarkozy a choisi de "gauchir" son discours devant le conseil national de l’UMP, samedi 24 janvier, en stigmatisant le "capitalisme des spéculateurs", en appelant son parti à se rapprocher du monde ouvrier et à élargir ses valeurs.

"Le travail, le mérite, l’effort, la nation, l’ordre républicain, oui, mais il faut s’approprier d’autres valeurs abandonnées par d’autres familles politiques, l’humanité, la solidarité",

a plaidé le chef de l’Etat. M. Sarkozy qui, pendant sa campagne, avait promis aux ouvriers de «travailler plus pour gagner plus", sait qu’il a perdu du terrain dés les premiers mois de son arrivée à l’Elysée. Pouvoir d’achat, présidence bling-bling, cadeau fiscal, il a vite déçu le monde ouvrier. Mais ce dernier n’a pas pour autant rejoint le Parti socialiste.

Le chef de l’Etat, qui reste le patron incontesté de l’UMP, a demandé à son parti de se réapproprier le terme de "travailleurs", de se rapprocher "des ouvriers", "des usines", de «ceux qui ont été abandonnés et qui se sont tournés vers les extrêmes". "Nous devons nous ouvrir dans notre projet à l’identité ouvrière, plus seulement industrielle", a-t-il insisté.

CHIFFON ROUGE

Pour justifier sa stratégie, il a invoqué la crise qui "oblige à penser différemment" et à "réinventer des codes" : "Nous devons être ouverts sur l’avenir, aux autres, aux nouvelles idées, à la critique de ceux qui n’ont pas partagé notre combat. La crise nous oblige à nous remettre en question. Le sectarisme nous est interdit".

Le chef de l’Etat piétine le jardin des socialistes. Après l’ouverture pratiquée au gouvernement, M. Sarkozy tente d’appliquer la recette à l’UMP. L’arrivée dans son équipe dirigeante de l’ancien socialiste Eric Besson, mais aussi de Jean-Louis Borloo, est censée marquer une ère nouvelle : la transformation de l’UMP en "mouvement populaire". Symboliquement, la formation va quitter le 8e arrondissement de Paris pour un quartier moins huppé.

En investissant ces thèmes, M. Sarkozy espère pousser les socialistes vers leur gauche et les obliger à se rapprocher de l’extrême gauche, qu’il ne cesse de stigmatiser pour mieux la faire exister. Devant les cadres de l’UMP, il a encore agité le chiffon rouge : "J’assume la cohérence absolue d’une semaine où le gouvernement demande aux dirigeants des banques de renoncer à leur bonus et stigmatise le comportement irresponsable de Sud qui a pris en otages les gens à Saint-Lazare. C’est la même égalité, la même justice, les mêmes valeurs".

La stratégie d’ouverture prônée par M. Sarkozy est risquée. Dans les fédérations, des militants déboussolés ont rendu leur carte en signe de protestation, préférant l’entre-soi aux relations extra partisanes. M. Sarkozy compte sur Xavier Bertrand pour réussir cette "rupture" sans mettre en danger la cohésion familiale.

Sophie Landrin

Read Full Post »

Older Posts »