Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2008

Interlude

 

Interlude

Publicités

Read Full Post »

La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1333

 

Communiqué à l’attention des lecteurs du forum

A la suite d’un différend avec la personne qui me loge, cette dernière a supprimé, d’autorité et sans m’en aviser, mon accès à son Hot-Spot alors qu’elle m’en avait accordé l’usage lorsque je suis rentré dans les lieux il y a 8 mois, m’interdisant ainsi quasiment de pouvoir continuer à remplir la mission que je me suis assignée. Les Hot-Spot du quartier fonctionnent de manière très aléatoire dans la mesure où je me trouve en limite de portée de ces quelques rares points d’accès. Je parviens de temps à autre à me connecter mais le débit pratique de la connexion, compte tenu de l’éloignement ne me permet pas de pouvoir travailler normalement. Je suis donc contraint de devoir mettre le forum en veille, par la force des choses (par la force des baïonnettes aurais-je pu dire en d’autres temps)

On m’a également sommé de trouver un autre lieu de « vie » d’ici le 1er mars. Cette annonce m’a été faite hier, jour de mon anniversaire. Un bien joli cadeau !

Pour la petite histoire il faut savoir que je suis « logé » mais bien que payant régulièrement mon loyer je ne reçois aucune quittance ni aucune facture d’acquittement pour les sommes que je verse depuis 8 mois.

Je ne sais pas si mon « logeur » déclare cet appoint de revenus non négligeable aux services fiscaux comme il est tenu de le faire…

Je n’ai pas non plus le droit de pouvoir recevoir quelqu’un en ce lieu, pas plus que je ne dispose d’une quelconque boite pour réceptionner mon courrier.

Telle est donc la situation qui est la mienne à ce jour après avoir connu les « affres » de la « vie de la rue » durant 13 mois ce qui ne m’empêchait nullement de travailler plus de 18 heures par jour, comme je continue de le faire actuellement. Je travaille plus, infiniment plus et je ne gagne rien. Mais ceci est une autre histoire qu’il serait long et fastidieux d’évoquer ici.

A bientôt chers amis, du moins je le souhaite et l’espère.

    Ecrivainparisien

Read Full Post »

Pensées


La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1332

 

Pensées

En cette nuit qui voit se produire mon 62ème anniversaire je voudrais rédiger quelques mots à la mémoire d’un enfant de 3 ans qui se prénommait Ilyès et qui est décédé récemment dans un grand hôpital parisien des suites d’une erreur humaine.

Toutes mes pensées s’en vont en ce milieu de nuit en direction de ses parents et de sa famille pour les assurer de mon soutien moral dans la pénible épreuve qui les mine profondément. Je sais et je comprends ce qu’ils peuvent ressentir pour avoir moi-même subi six drames dont trois assassinats d’êtres chers ; cela s’est produit en trois mois, il y a un peu plus de cinq ans ; je ne m’en suis toujours pas remis et je pense que je ne m’en remettrai sans doute jamais.

Mais dans cette pénible épreuve j’ai également des pensées qui s’en vont en direction d’une jeune femme auxquels d’aucuns ont déjà jeté la pierre alors que l’enquête judiciaire est à peine commencée.

Il ne faut jamais oublier ni perdre de vue que le métier d’infirmière est un métier exigeant et particulièrement difficile et toutes ces femmes méritent le plus grand respect de la part de tout un chacun. Toute entreprise humaine est sujette à erreur et la médecine n’échappe pas à la règle.

Errare humanum est !

D’autre part il faut admettre que leurs conditions de travail sont de plus en plus difficiles et les choses ne vont pas aller en s’arrangeant compte-tenu du contexte actuel et de ce que met en place l’actuel pouvoir politique : cette médecine à deux vitesses, « singée » sur celle de l’oncle Sam.

Repose en paix Ilyès !

  Ecrivainparisien

Read Full Post »


La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1331

 

Délicieux sortilège

Il est bien difficile pour moi de rester une journée entière sans avoir la moindre pensée pour toi, ayant embrasé mon cœur et ma raison au delà de ce que je pouvais imaginer.

Je ne puis résister longtemps à l’appel de la plume qui me dicte quelque doux mot pétri de tendresse à l’attention de ton cœur que je me dois de faire battre et revivre, à l’unisson avec le mien.

Quelle joie de construire pour ton cœur, irradié d’une Aura céleste ces phrases ou ces vers tirés du néant, s’alignant en un temps record sur l’écran bleuté de mes nuits blanches !

Quel délice d’imaginer qu’un morceau de mon cœur bat dans chacun des mots que je délivre avec aisance à l’attention de la princesse de mes journées, devenant par miracle reine de mes nuits !

Quelles merveilles pour mon âme de savoir que mes missives te font chaque fois chavirer, t’apportant ces indicibles émotions ténues enfermées dans les lignes de mes vers ou ma prose !

Quels indescriptibles sentiments me transportent et me transpercent que de savoir ma main et mon esprit guidés par l’âme de celles qui regardent naître et se construire notre mirifique union avec ravissement.

Ô, mon Dieu, ne me réveillez pas ! Laissez-moi vivre et construire à l’infini ce sortilège pour lequel vous m’accordez bénéfice !

    YB


 

Pensées…

Read Full Post »

La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1330

 

Concert du nouvel an à Vienne

Le Concert du nouvel an (en allemand : Das Neujahrskonzert der Wiener Philharmoniker) de l’Orchestre philharmonique de Vienne est un concert qui a lieu traditionnellement chaque année le matin du 1er janvier dans la Goldener Saal (Salle dorée) du Musikverein à Vienne, il commence habituellement à 11 heures quinze. Il est diffusé à travers le monde pour une audience estimée à 1 milliard de personnes dans 44 pays.

La musique qui y est jouée est principalement celle de la famille Strauss (Johann Strauss I, Johann Strauss II, Josef Strauss et Eduard Strauss). Les fleurs qui décorent la salle de concert sont offertes chaque année par la ville de Sanremo (Ligurie, Italie).

Depuis 1958, le concert se termine généralement par trois bis après le programme principal. Le premier est traditionnellement une polka rapide. Le deuxième est la pièce de Johann Strauss II : la valse du Beau Danube bleu, dont l’introduction est interrompue par les applaudissements du public. Les musiciens souhaitent alors collectivement au public une heureuse nouvelle année, puis jouent le morceau suivi par la Marche de Radetzky de Johann Strauss I. Durant cette dernière pièce, le public tape des mains en rythme et le chef d’orchestre se tourne vers eux pour les diriger conjointement avec l’orchestre. Toutefois, en 1967 Le Beau Danube bleu faisait partie du programme principal, alors qu’en 2005 la Marche de Radetzky n’a pas été jouée, par considération envers les victimes du récent tsunami en Asie du sud-est.

Le premier concert eut lieu le 31 décembre 1939 et était dirigé par Clemens Krauss. Le chef qui a le plus longtemps dirigé le Neujahrskonzert est Willi Boskovski, entre 1955 et 1979, soit au total 25 éditions.

En 2006, pour la première fois de l’histoire du Neujahrskonzert, il a été joué une composition de Mozart : l’ouverture des Noces de Figaro. Parmi les autres musiciens n’appartenant pas à la famille Strauss ayant eu les honneurs du nouvel an, citons principalement Joseph Lanner, mais aussi Carl Michael Ziehrer, Franz von Suppé, Otto Nicolai (ouverture des Joyeuses commères de Windsor), Joseph Hellmesberger, Carl Maria von Weber (Invitation à la valse), Johannes Brahms (Danses hongroises).

La télédiffusion du concert représente une valeur publicitaire inappréciable pour le pays. L’influence des dirigeants politiques sur la culture est une tradition historique en Autriche, ayant été particulièrement marquée sous l’empire des Habsbourg.

Pour la première fois en 2006, une série d’États d’Afrique (Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Swaziland, Zambie et Zimbabwe) et d’Amérique latine (Equateur et Bolivie) le diffuse à leurs téléspectateurs.


 

Les chefs d’orchestre du Concert du nouvel an

 

Autres concerts du nouvel an à Vienne

Le Wiener Hofburg Orchester organise les 31 décembre et le 1er janvier dans les salles d’apparat de la Hofburg de Vienne ses concerts traditionnels de la Saint-Sylvestre et du nouvel an. Le programme comprend les mélodies les plus connues de la musique de valses et d’opérettes de Johann Strauss, d’Emmerich Kálmán et de Franz Lehár ainsi que des airs d’opéra de Wolfgang Amadeus Mozart.

 

Liens externes

 

Informations recueillies sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Concert_du_Nouvel_An_%C3%A0_Vienne


Read Full Post »


La chronique de Jean Claude Lataupe

Billet n° 1329

 

Le bonheur se dévoile sur l’écran bleu de mes nuits blanches

Je ne me lasse jamais d’écrire pour toi et j’y trouve un réel plaisir sachant que mes mots t’apporteront une émotion palpable.

Depuis que nous nous sommes retrouvés je revis et j’ai de nouveau en moi la motivation pour créer des choses belles et nobles, faites pour émouvoir. J’ouvre à nouveau mon cœur en direction de tout ce qui me touche et cela grâce à toi.

Tu es la plus belle et la plus fidèle de mes muses, responsable de tant de chefs-d’œuvre de splendeur, de douceur et d’émotion mêlées qui font chanter mon âme d’allégresse, trop heureuse d’avoir le privilège de pouvoir courtiser et séduire la tienne à laquelle je dois tant.

Lorsque je pense à toi j’ai envie de faire du bien ; envie et besoin aussi d’offrir ce qui vit de meilleur en mon for intérieur et cette idée me fait un bien fou, m’apaisant infiniment plus que la plus sophistiquée des médecines. Les mots coulent et glissent avec facilité venant se poser sur l’écran bleuté de la machine à générer les rêves et les espoirs les plus impensables, les plus insensés, les plus merveilleux d’entre tous.

Combien de plaisirs, de joies et d’émotions te dois-je ? Seul le grand homme est en mesure de le quantifier précisément. Tu es une princesse, ma princesse ! Celle qui occupe toutes mes pensées.

Comment pouvoir concrètement te remercier pour cela ?

  YB


Pensées…

Read Full Post »

Mes cadeaux de Noël

 

Mes cadeaux de Noël

 

Remerciements

A un ami inconnu qui m’a fait cadeau

d’un virus vorace ! Merci !

 

A un ami gendarme (si, si) qui m’a raconté un secret

en images… Sympa !

 

A une amie amoureuse de faune qui m’a offert cette image de paix et d’espoir… Vive la nature !

 

A une amie inconnue m’ayant envoyé

la photo de son bébé… Trop mignon, pas trop gnon !

A une amie connue m’ayant offert le plus merveilleux des cadeaux impossible à montrer en image… Merci est trop faible pour lui dire ce que je ressens !

Je ne serai plus jamais le même !

Read Full Post »

Older Posts »