Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for novembre 2006

Image hébérgée par hiboox.com

La dépêche de J Cl Lataupe

Billet n° 730

Image hébérgée par hiboox.com

Petite histoire dont j’ai eu connaissance l’an dernier et que j’ai relatée en termes poétiques, à l’époque.

Ces « choses » là passent si bien en poésie ! N’est ce pas ?

Hebergement gratuit d image et photo

« Reculare constatem degatum ! » Jean Yanne

 

Agression

Image hébérgée par hiboox.com

J’ai rencontré ce soir un cœur qui a su dévoiler une partie de ses trésors

Le mien, à l’affût, l’a écouté et ils ont joué de concert sans aucun effort

J’ai découvert en elle femme sensible et amoureuse de mots émouvants

Elle joue sur la mélodie des vers de Prévert s’y intégrant parfaitement !

 Image hébérgée par hiboox.com

Elle aime le beau, la nuance, tout ce qui fait vibrer et oublier la noirceur

Elle connaît l’œuvre de ses maîtres, poètes de si grand renom, par cœur 

Comme bon nombre d’artistes elle rencontre parfois quelques difficultés

Elle eut, hier, maille à partir avec les fonctionnaires de la maréchaussée.

Image hébérgée par hiboox.com 

On l’a traitée pis qu’une dangereuse terroriste pour une histoire banale

Une jeune femme, policière très zélée, l’a humiliée de façon phénoménale

Cette expérience a traumatisé son âme qui en souffre plus d’un an après

Elle a subi la grogne et les vexations imposées par des policiers énervés.

Image hébérgée par hiboox.com 

Je ne m’étendrai pas d’avantage sur cette petite histoire bien douloureuse

Je ne citerai ni les lieux ni les noms où s’est produite cette farce honteuse

Il serait de bon ton que les forces de l’ordre n’intimident plus les créateurs

Ceux-ci ont d’autres choses à faire que subir les foudres de perturbateurs.

Image hébérgée par hiboox.com  

Lataupe

2005 

Image hébérgée par hiboox.com   Conception, création, réalisation Les Ateliers de la Lyre ecrivainparisien

 

Read Full Post »

Retour sur l’Histoire

Image hébérgée par hiboox.com

La dépêche de J Cl Lataupe

Billet n° 729

Image hébérgée par hiboox.com

Retour sur l’histoire

Je remercie Mary de m’avoir rappelé dans un de ses messages concernant « La der des der » les mots « Gueules cassées »

J’ai retrouvé un certain nombre d’informations très intéressantes  à ce sujet.

Le 11 novembre n’est pas si loin…

Je vous livre ces informations ci-après :

Gueules cassées

Le terme gueules cassées était attribué aux survivants de la Première Guerre mondiale ayant subi une ou plusieurs blessures au combat et affectés par des séquelles physiques graves, notamment au niveau du visage. On peut également trouver en référence aux gueules cassées ces hommes psychologiquement profondément marqués par le conflit qui ne purent regagner complètement une vie civile ou qui durent, pour les cas les plus graves, être internés à vie.

Au retour de la guerre, le nombre total de morts s’élevait à 9 millions dont plus de 2 millions d’Allemands, 1,8 million de Russes, 750 000 Britanniques, 650 000 Italiens et presque 1,5 million de Français. Proportionnellement à sa démographie, la France est un des pays où les pertes ont été les plus importantes.

Ces morts n’étaient pas que des militaires tués sur les champs de bataille, c’étaient aussi des militaires revenus chez eux, gravement atteints par des maladies telle que la grippe espagnole, mais aussi des hommes ayant succombé aux séquelles de leur maladie. Ainsi, après la guerre, le nombre de soldats morts des suites de leurs blessures s’élève à environ 500 000 tandis que la grippe fit 200 000 morts supplémentaires en France.

 

Gueules cassées

Sourire quand même

http://www.gueules-cassees.asso.fr/jeux.html

Les grandes dates du rôle des « Gueules Cassées » dans le développement des jeux de loterie

 Image hébérgée par hiboox.com

En 1927, une première souscription assortie d’une tombola est lancée par

les « Gueules Cassées ».

Entre 1931 et 1933, les « Gueules Cassées », associés avec « Les Ailes Brisées » et les autres associations de victimes de guerre (les Amputés de Guerre, les Aveugles de Guerre, les Mutilés des yeux, les Plus Grands Invalides …) lancent une souscription nationale assortie d’une tombola qui sera appelée « La Dette ». Le premier billet est remis solennellement à M. Gaston Doumergue, président de la République, lors de sa visite à Moussy. Cette tombola connaît un succès considérable. Les lots vont de la bicyclette à l’avion de tourisme !!! (Billet de la dette, médaille, affiche)

 Image hébérgée par hiboox.com

A noter que dans les années qui suivirent la fin de la première guerre mondiale, de nombreuses loteries étrangères firent leur apparition dans notre pays : les sweepstakes irlandais et luxembourgeois, les loteries espagnoles et maltaises plus ou moins autorisées, sont proposées au public. L’Etat s’en émeut car il faut empêcher l’évasion des capitaux vers l’étranger

En 1933, devant le succès remporté par « La Dette », l’Etat crée la Loterie Nationale au profit des anciens combattants et des calamités agricoles, dans la cadre de l’article 136 de la loi de finances votée le 31 mai 1933.

La mémoire collective conserve le souvenir du 1er gagnant de la Loterie Nationale M. Bonhoure, coiffeur à Tarascon, qui gagna le 7 novembre 1933, la somme de 5 Millions de Francs. Pour la petite histoire, il fit don de son salon de coiffure à son commis.

Les billets émis et vendus par les services de l’Etat, au prix facial de 100 Francs de l’époque, ne sont pas accessibles au plus grand nombre.

Les Gueules Cassées ont alors l’idée d’acheter les billets à l’Etat, de les fractionner en « dixièmes » qui seront ensuite revendus au public à un prix abordable. (Billet entier, dixièmes)

Mais ils sont imités par d’autres associations et organismes peu scrupuleux qui multiplient des irrégularités.

En 1935, l’Etat réglemente le fractionnement des billets entiers en dixièmes, officialisant ainsi la profession d’Emetteurs de la Loterie Nationale. Les Gueules Cassées peuvent alors développer un service structuré d’émission de dixièmes, en leur Siège social, installé alors au à Paris.

Ceux-ci développent leur réseau de distribution en confiant d’abord la diffusion de leurs dixièmes aux membres de l’association, puis à des courtiers.

L’honorabilité des Gueules Cassées leur permet très rapidement de décupler la vente de leurs dixièmes. Ils sont aidés en cela par la chance qui fait, qu’à de nombreuses reprises, le gros lot tombe entre les mains de gagnants qui ont acheté des dixièmes des « Gueules Cassées » entraînant à chaque fois une nouvelle augmentation des ventes.

La Loterie Nationale, qui n’avait été créée que pour un an et reconduite par chacune des lois de finances successives, faillit bien disparaître aux termes d’un décret-loi du 12 novembre 1938 qui stigmatisait le « grave danger d’ordre moral des jeux … car l’amélioration des situations personnelles ne doit plus être attendue du hasard… ». Devant l’émoi et l’énergie des associations d’anciens combattants qui craignaient pour la survie de leurs œuvres, un nouveau décret vint repousser à 1942 la suppression de la Loterie Nationale.

Le déclenchement de la seconde guerre mondiale allait en décider autrement.

La Loterie Nationale ne s’interrompt que quelques mois au début de 1940 et en 1944 pendant les combats de la libération de Paris et la retraite allemande.

La dimension des billets fut toutefois réduite en raison des pénuries de papier. (Billet plus petit)

 Image hébérgée par hiboox.com

Récit

Entre la débâcle et la Libération de Paris, les tirages de la Loterie nationale ont perduré. Grâce au courage de passionnés.

Son idée fixe, ce fut de faire vivre la Loterie nationale coûte que coûte.

Élevé dans le sérail, témoin et acteur depuis l’âge de 15 ans, depuis les " Gueules Cassées " jusqu’au GIE PRELO, en passant par la SLNLN, comme contrôleur de gestion et commissaire aux comptes de la Française des jeux, Michel Billiard a lié une partie de sa vie aux destinées de la Loterie.

La Seconde Guerre mondiale reste, pour lui, un épisode inoubliable.

Il a 19 ans en 1940, et aide les " Gueules Cassées ", détachant les billets ou convoyant les gains. Lorsque les troupes allemandes envahissent la France, la Loterie suspend ses tirages au mois de juin. Ils ne reprendront qu’après la capitulation, en septembre, dans des conditions rocambolesques : " La Loterie avait déplacé son siège à Vichy, où se tenait le gouvernement, mais le Trésor était resté à Paris. De même, la direction des " Gueules Cassées " était passée en zone libre mais les services et la fabrication étaient encore assurés dans la capitale. Il s’agissait donc de passer les billes d’une zone à l’autre… sans autorisation allemande ! Rangés dans de grosses cantines en fer, les carnets de dixièmes étaient acheminés jusqu’à Moulins par un transporteur clandestin. Nous les chargions alors sur une charrette, sans les camoufler, et passions sereinement d’une rive à l’autre de l’Allier, qui tenait lieu de ligne de démarcation, par le pont Reigemorte. " (Pour la petite histoire j’ai traversé ce pont à plusieurs reprises, pas dans les années 40 mais dans les années 50 puisque j’habitais Moulins à cette époque-revoir mon billet n°660 du 20 octobre 2006)

Ce sont ainsi plusieurs passages à la barbe des occupants que Michel Billiard effectue, avec quelques sueurs froides : " alors que le pont étaient très fréquentés, nous n’avons éveillé la curiosité allemande qu’une seule fois. En faisant semblant de ne pas entendre l’interpellation, nous sommes tout de même passés, mais l’avertissement, sans frais, avait été sérieux…

Nous décidons donc d’emprunter une route plus tranquille et de traverser la ligne à Toulon-sur-Allier. Mal nous en prit, car les Allemands y avaient installé un point de contrôle ! J’ai été arrêté et il a fallu faire intervenir des personnalités du ministère pour convaincre l’occupant que ces billets de loterie n’étaient ni illégaux ni subversifs. "

Après cette mésaventure, le passage des billets en zone libre, fut confié à la comtesse de Champeaux, une étonnante " sympathisante " : Belle femme, souvent vêtue d’une combinaison de pilotage automobile blanche, au volant d’une Hotchkiss transformée en camionnette, la comtesse de Champeaux était, un personnage surprenant", se souvient notre interlocuteur. Avec le concours de Georges de Fabry, chef de service aux " Gueules Cassées ", elle passa tranquillement et régulièrement les billets d’une zone à l’autre, sans dommage. Jusqu’à ce que les " Gueules Cassées " bénéficient d’un " ausweis " * qui rendra à la Loterie sa parfaite autonomie. Les billets arrivaient dès lors à Vichy, entre les mains du trésorier général, M. Billiard père, lequel les redistribuait aux délégués régionaux. " La poste ne fonctionnant pas de manière satisfaisante, ces délégués vinrent pendant plusieurs mois jusqu’à Vichy, en train, en voiture ou par tout autre moyen de transport pour prendre livraison des dixièmes avant de les remettre aux revendeurs."

…/…

Quatre ans durant, avec des tirages réguliers à la salle Pleyel, et des émetteurs qui palliaient en permanence les difficultés causées par les pénuries de papier, les défaillances postales, l’irrégularité des trains, le manque de carburant, les tracasseries de l’occupant, les bombardements, la Loterie nationale continua ainsi, malgré tout, à faire quelques heureux dans un contexte qui ne prêtait pourtant pas beaucoup à l’optimisme. Les billets se vendaient dans des guérites tenues par des grand-mères, à la terrasse des cafés ou dans les débits de tabac. Deux millions de Français tentaient leur chance chaque mois pour le gros lot de cinq millions d’anciens francs. Et les courtiers portaient directement les chèques aux gros gagnants.

En août 1944, lorsque Paris se délivre de l’oppresseur, la Loterie fait une pause. Elle se réorganise dans l’euphorie ambiante et repart de plus belle, dès octobre. De longues années de prospérité s’ouvrent devant elle, comme pour tout un pays à la liberté retrouvée.

Après la guerre, la Loterie nationale prend un essor nouveau et le rythme de croisière d’un tirage hebdomadaire, auquel s’ajoutent de réguliers tirages de tranches à thème comme la Saint-Valentin, la fête des mères et les fameux VENDREDI 13.

Prés d’un Français adulte sur deux est client de la Loterie nationale grâce au fabuleux réseau commercial, initié par les Emetteurs, qui maille le territoire. Ce réseau est constitué de plusieurs centaines de courtiers, sorte de grossistes, qui diffusent les dixièmes et les billets entiers chez les détaillants, petits commerçants, bureau de tabac, presse et surtout, dans ces années d’après-guerre, les guérites accolées aux terrasses des cafés ou porte cochères, bien souvent tenues par des veuves de guerre.

La Loterie Nationale qui, dés 1936, avait apporté son concours à la société d’encouragement de la race chevaline en organisant des sweepstake, va se trouver concurrencer par l’invention du Tiercé en 1952. Au fur et à mesure que le chiffre d’affaires du PMU se développe, le chiffre d’affaires de la Loterie diminue de mois en mois entrainant la disparition de nombreux Emetteurs dont le nombre passe de 80 en 1954 à 19 en 1974.

Ainsi dès 1972, les Ailes Brisées confient aux « Gueules Cassées » la gestion de leur émission de dixièmes de la loterie nationale.

http://search.msn.fr/images/results.aspxq=Gueules20cassC3A9es&FORM=BIRE#focal=20e2bc95ab5a831059f75db1134b57e6&furl=http%3A%2F%2Fwww.museeducasque.com%2FImages%2FDoc.20web.jpg

Image hébérgée par hiboox.com  Conception, création, réalisation Les Ateliers de la Lyre ecrivainparisien

 

Read Full Post »

Ballade pour une balade

Image hébérgée par hiboox.com

La dépêche de J Cl Lataupe

Billet n° 728

Image hébérgée par hiboox.com

 

Image hébérgée par hiboox.com Rappel : Hommage à Monsieur Philippe Noiret. Image hébérgée par hiboox.com

 

Image hébérgée par hiboox.com France 2 diffusera ce soir à 22h40 "Coup de torchon" de Bertrand Tavernier (1981) avec Philippe Noiret, Isabelle Huppert, Jean-Pierre Marielle, Stéphane Audran, Eddy Mitchell et Guy Marchand. Image hébérgée par hiboox.com

 

Ballade pour une balade

 

Je viens de vivre un moment de réel plaisir en consultant un dossier de l’Internaute consacré à la ville de Lyon. Je connais un peu cette ville dans laquelle j’ai vécu il y a quelques années pour raisons professionnelles.

Je vais tenter de vous faire rêver une fois de plus avec une œuvre de ma composition agrémentée de quelques photos « empruntées » au dossier réalisé par l’Internaute.

Je vous souhaite une bonne lecture de ce 728ème billet

 

http://www.linternaute.com/sortir/escap/sudest/lyon/lyon.shtml

 

Ballade Lyonnaise

 

Image hébérgée par hiboox.com 

  

Je viens de rentrer d’un très beau voyage virtuel étant parti à Lyon

J’ai cliqué sur les dossiers de l’Internaute et ouvert des yeux ronds

Comment pourrais-je vous faire rêver à mon tour de cette belle cité ?

Que peut-il rester lorsque le précieux livre d’images s’est refermé ?

 

Image hébérgée par hiboox.com 

 

Si je devais vous faire rêver Lyon mes mots seraient fantastiques

Je vous parlerais de cette fête des Lumières avec son côté mystique

Imaginez des milliers de bougies s’allumant lorsque descend la nuit

Les berges du Rhône et de la Saône prennent une dimension inouïe.

 

Image hébérgée par hiboox.com 

 

J’évoquerais la colline dominée par cette basilique de Fourvière

Vous y monteriez pour aller y faire un vœu ou encore une prière

Imaginez-vous à la table d’un bouchon dégustant des spécialités

Arrivent au nez délicat de fines senteurs odorantes de Beaujolais.

 

Image hébérgée par hiboox.com 

 

Lyon c’est aussi Guignol et le merveilleux Parc de la Tête d’Or

Cette cité, plus de deux fois millénaire, reste à elle seule un trésor

Quand la nuit descend Lyon illumine son patrimoine architectural

Les monuments et les places prennent alors une dimension géniale.

 

Image hébérgée par hiboox.com 

 

Comment occulter les Canuts quand on évoque la ville de Lyon ?

Ces ouvriers qui fabriquaient la soie étaient de vrais champions !

Leur légitime révolte restera célèbre dans l’histoire de la France

Elle coûta fort cher laissant dans les mémoires un goût de rance.

 

Image hébérgée par hiboox.com 

 

J’aimerais terminer cette visite sur une note un peu moins attristée

Rallumons les lumières de la fête sur cette capitale du bien manger

Qui n’a pas déjeuné ou diné dans un bouchon ne connaît pas Lyon !

Ces lieux de plaisir peuvent se fréquenter sans aucune modération.

 

Image hébérgée par hiboox.com 

 

ecrivainparisien

28 novembre 2006

Image hébérgée par hiboox.com 

Image hébérgée par hiboox.com  Conception, création, réalisation Les Ateliers de la Lyre ecrivainparisien

 

Read Full Post »

Image hébérgée par hiboox.com

La dépêche de J Cl Lataupe

Billet n° 727

Image hébérgée par hiboox.com

Ballade pour des bêtes immondes

 Image hébérgée par hiboox.com

 Ce pamphlet s’adresse à tous les individus lâches et vils

On en trouve partout, ils sévissent  dans toutes les villes

Ils officient aussi dans les campagnes de notre beau pays

Ce soir ils auront l’honneur d’être les victimes de ce récit.

Image hébérgée par hiboox.com

 Ils s’attaquent à une femme innocente par des mots orduriers

Ils la frappent sans discernement dans leur colère déchaînée

Ils ne sentent pas le goût du sang et des larmes qu’elle verse

Leurs ongles sales mutilent griffant la peau comme une herse.

Image hébérgée par hiboox.com 

Elle est terrorisée dans un coin tentant de se préserver au mieux

Elle se protège le visage pour éviter les vilains bleus disgracieux

Elle le fait pour elle mais aussi pour ne pas choquer ses enfants

Elle le fait pour ne pas avoir honte vis à vis des autres parents.

Image hébérgée par hiboox.com 

Elle subit ce martyre pour un oui ou un non, sans véritable raison

Elle supplie et geint afin que cessent les odieux coups de ce démon

Ces drames invraisemblables font fréquemment la une de l’actualité

Ne cherchez pas le coupable c’est peut-être votre voisin de palier !

 Image hébérgée par hiboox.com

Image hébérgée par hiboox.com

En hommage à toutes les femmes battues

ecrivainparisien

 

Lien très complet traitant du fléau des femmes battues

http://images.google.ca/imgresimgurl=http://www.7sur7.be/static/FOTO/art/17/14/9/large_264364.jpg&imgrefurl=http://www.7sur7.be/hlns/cache/fr/det/art_307614.html%3Fwt.bron3DhomeHVDN&h=249&w=185&sz=11&hl=en&start=51&tbnid=QcYkHEoH5lvIlM:&tbnh=106&tbnw=78&prev=/images%3Fq%3DFemmes%2Bbattues%26start%3D40%26ndsp%3D20%26svnum%3D10%26hl%3Den%26lr%3D%26sa%3DN

 

Image hébérgée par hiboox.com  Conception, création, réalisation Les Ateliers de la Lyre ecrivainparisien

 

Read Full Post »

Justice

Image hébérgée par hiboox.com 

La dépêche de J Cl Lataupe

Billet n° 726

Image hébérgée par hiboox.com

JUSTICE

 

J’ai regardé la nuit dernière un document d’archives émanant de l’INA (http://www.ina.fr)

Ce document est un ancien reportage de la célèbre émission Cinq Colonnes à la Une qui reste aujourd’hui encore, 47 ans après sa création, la référence absolue des émissions de reportages de télévision.

Le premier grand magazine d’actualités  

Image hébérgée par hiboox.com

Le 9 janvier 1959, à 20H35, le grand journalisme fait son entrée fracassante sur le petit écran. En pleine guerre d’Algérie, quelques mois après la naissance de la Ve République, le lancement de "Cinq colonnes à la Une" fit l’effet d’une bombe dans le monde des médias : Pierre Lazareff, Pierre Dumayet, Pierre Desgraupes et Igor Barrère venaient d’inventer le "reportage-document" pour une émission qui, selon la formule de Lazareff, voulait "évoquer les idées à travers les faits et les faits à travers les personnes". En portant l’actualité au niveau du spectacle et en faisant pénétrer les réalités sociales et politiques du monde entier dans les foyers les plus modestes, "Cinq colonnes à la Une" s’impose d’emblée comme le grand rendez-vous mensuel de la télévision. L’émission a connu 103 numéros, présentés le premier vendredi de chaque mois. D’une longévité exceptionnelle, ce magazine a disparu après les événements de mai 68.

Image hébérgée par hiboox.com

Ce reportage de 1964 présenté par Pierre Desgraupes et réalisé par Frédéric Pottecher, le plus grand chroniqueur judiciaire du 20ème siècle traite de l’affaire Seznec et j’ai revu cette émission avec grand plaisir.

 

Image hébérgée par hiboox.com

Frédéric Pottecher est né le 11 juin 1905 à Bussang (Vosges) et mort à Paris le 13 novembre 2001. Il est le fils de Georges Pottecher, industriel, et de Germaine Wapler.

Il fait ses études à l’École Alsacienne et à la Faculté de droit de Paris, puis à l’École libre des Sciences politiques.

De 1927 à 1930, il est comédien dans la troupe des Pitoëff, puis devient rédacteur à l’Œuvre (1931) et à Comoedia (1931-1938).

En 1937 il rend compte de son premier procès d’assises. Il travaille ensuite à Paris-Soir en 1938 et 1939.

En 1945 il entre comme chroniqueur judiciaire à la Radiodiffusion française, devenue Radiodiffusion-télévision française en 1949. Il fait ses premiers pas à la télévision en 1957 et, l’année suivante, devient président, puis président d’honneur (1966) de l’Association de la presse judiciaire. Il devient également président du Syndicat national des Journalistes judiciaires.

En 1963 il réalise pour la télévision une série d’émissions sur les prisons.

Ses violons d’Ingres sont le théâtre et l’histoire.

Il décède à Paris en 2001, à l’âge de 96 ans.

Récupérée de «http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Pottecher »

 

Il s’avère qu’aujourd’hui j’ai reçu un message émanant de France Justice, message directement en rapport avec cette affaire annonçant pour le 14 décembre 2006 le rendu de l’avis de la Cour de révision sur la culpabilité ou non de Guillaume Seznec :

Image hébérgée par hiboox.com

14 décembre 2006 à 14h00 : un moment historique pour la Justice française !

Jeudi 14 décembre à 14h00 précises, la Cour de révision rendra son avis sur la culpabilité ou non de Guillaume Seznec. Cette journée s’annonce dores et déjà HISTORIQUE, non seulement pour l’Affaire Seznec, mais plus largement pour la Justice française !

Si Guillaume Seznec est reconnu coupable, la cour devra argumenter pour prouver qu’elle n’a aucun doute sur sa culpabilité. En revanche, si Guillaume Seznec est innocenté, la cour "déchargera la mémoire du mort", 83 ans après les faits… Un cas unique dans les annales judiciaires françaises.

Le rendu de la Cour de révision sera public :
nous vous invitons donc vivement à être présent
le

jeudi 14 décembre 2006 à 14h00
au Palais de Justice de Paris : VENEZ !

 

 Image hébérgée par hiboox.com 

  

 

Ballade pour l’honneur d’une âme en peine

 

 

Je vais composer ce poème pour l’âme d’un homme dont la vie a été ruinée

Il a subi le poids de la redoutable machine judiciaire et ne s’en est pas relevé

Il a été privé de l’amour et de l’affection des siens dix huit très longues années

Son âme reste en souffrance car elle attend sa réhabilitation et un nouveau procès.

 

Marie Jeanne a emporté dans son cœur l’image de cet homme pour lequel elle s’est dévouée

Guillaume Joseph Marie était toute sa vie, cette malheureuse ne s’en est pas non plus relevée

Ils sont partis tous deux vers les cieux il y a bien longtemps, emportant leur douloureux secret

Quatre vingt ans après cette lourde tragédie le mystère de cette ténébreuse histoire reste entier.

 

Cet innocent en puissance a été victime du zèle d’un policier qui s’est acharné dans l’ombre

Le sémillant représentant de l’ordre a fabriqué de lourdes preuves pour pouvoir le confondre

Il l’a personnellement embastillé et fait conduire au bagne guyanais dans les plus brefs délais

Ce brillant coup d’éclat lui valu les félicitations et la reconnaissance de Monsieur le Préfet.

 

La justice divine et implacable l’a cependant condamné et puni pour ses actes crapuleux

Après la guerre il a été reconnu coupable de collaboration avec nos ennemis si odieux

Il a été passé par les armes et s’en est allé rendre son âme sale et noire auprès de Dieu

J’imagine la manière dont le tout puissant a reçu cet être ignoble, méprisable, crapuleux.

 

Les douloureuses séquelles de la guerre se sont peu à peu, au fil du temps, cicatrisées

La vie a repris ses droits mais pas dans le cœur des descendants de l’homme emprisonné

Le petit fils du condamné porte haut et fier en hommage à son aïeul le drapeau de l’honneur

Il continue à se battre pour que l’âme de son grand père quitte enfin l’image du déshonneur.

 

Je lui adresse tous mes espoirs pour que cette quatorzième réhabilitation aboutisse finalement

J’espère vivement qu’un nouveau procès équitable puisse avoir lieu et je demeure confiant

J’ai foi en l’institution judiciaire bien qu’elle nous ait parfois montré ses erreurs par le passé

Pour le renom de la justice je souhaite que l’âme de Guillaume Seznec soit enfin réhabilitée !

 

Image hébérgée par hiboox.com 

 

Documents indispensables pour comprendre

De nombreux documents sont disponibles en téléchargement sur le site de France Justice.

> Consulter le site

 

Flux d’informations RSS

Flux d’informations RSS

Retrouvez toutes les dépêches liées à l’Affaire Seznec publiées sur Internet.

> Toutes les dépêches

 

Contact

France Justice
40 rue de Rochechouart
75009 Paris

Répondeur : 01 42 85 01 76

Contact@france-justice.org

 

http://www.ina.fr/actualite/dossiers/2003/Aout2003.fr.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Pottecher

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cinq_colonnes_%C3%A0_la_une 

http://images.google.ca/imgres?imgurl=http://www.ina.fr/voir_revoir/algerie/images/5_col_200x149.jpg&imgrefurl=http://www.ina.fr/voir_revoir/algerie/itv_dumayet.fr.html&h=149&w=200&sz=10&hl=en&start=4&tbnid=J-GXW7L7Oc84jM:&tbnh=77&tbnw=104&prev=/images%3Fq%3Dcinq%2Bcolonnes%2B%25C3%25A0%2Bla%2Bune%26svnum%3D10%26hl%3Den%26lr%3D%26rls%3DGGLD,GGLD:2006-46,GGLD:fr%26sa%3DN

Image hébérgée par hiboox.com   Conception, création, réalisation Les Ateliers de la Lyre ecrivainparisien

 

Read Full Post »

C’est de l’humour !

Image hébérgée par hiboox.com

 
La dépêche de J Cl Lataupe

Billet n° 725

Image hébérgée par hiboox.com

 

Un peu d’humour

 

Image hébérgée par hiboox.com

Je vous ai composé et proposé récemment un billet d’humour militaire.

Cette lettre que je connaissais et que j’ai retrouvée sur le Net  aurait pu logiquement en faire partie.

Si vous voulez sourire ou carrément rire n’hésitez pas, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.naute.com/blagues/lettre.phtml

 

 

 

Lettre d’une mère à son fils !

Image hébérgée par hiboox.com

 

 

Mon cher fils,

 

Je prends la plume pour t’écrire au crayon, car je n’ai plus d’encre, à cause que le chat a renversé la bouteille et même qu’on a eu de la chance qu’il n’y avait plus d’encre dedans.

Cela fait longtemps que tu es au régiment, tant que tu étais là on ne se rendait pas compte de ton absence. Maintenant que tu es parti, on sent bien que tu n’es plus là.

Dimanche, monsieur le maire a organisé une course aux ânes, même que c’était dommage que tu ne sois pas là. Tu aurais gagné le 1er prix.

Il y a eu une maladie aux bêtes à cornes, même que ton père a été atteint. Ici on est tous malades, le docteur est venu et on n’est plus malades depuis qu’on est guéris.

Je t’envoie des chemises neuves avec des vieilles à ton père. Quand elles seront usées, envoie les moi pour en faire des neuves à ta sœur. Si tu as des chaussettes trouées, envoie-moi les trous pour que je les bouche.

Dimanche c’était la fête au village. On a bien pensé à toi; il y avait le marché aux cochons. Monsieur le maire a inauguré le nouveau cimetière où seront enterrés les morts.

Tu sais quoi? Il est interdit de faire ses besoins derrière la gendarmerie, car les gendarmes sont autorisés à mettre la main dessus.

Quand je te disais que ton frère allait se marier avec une femme, tu la connais, c’est celle qui nous a tant fait rire à l’enterrement de ton grand-père!

J’espère que tu es un bon soldat, comme ton père qui a reçu 5 blessures dont une à la cuisse, une à Madagascar, une à bout portant, une à l’improviste, et il a eu les pieds gelés en 40 par un éclat d’obus.

Tu nous dis que tu as eu de la tôle, tu pourrais nous en envoyer un peu pour couvrir le hangar?

Tu nous dis que tu es malade, si cela ne va pas, viens mourir à la maison cela nous fera plaisir.

Ton père t’envoie 50F sans que je le sache. Ta sœur aime toujours les livres. Sitôt que ton père a le derrière tourné, elle y met le nez dedans. Elle a avalé une pièce de 2F, même que le docteur n’a pu retirer que 1F50, il dit que le reste est dissout

Ton chien Joseph a eu la queue coupée par un camion, fais bien attention en traversant la rue.

Ici tout va bien, sauf l’oncle Jules qui est mort, j’espère que ma lettre te trouvera de même.

Ta mère pour la vie.

 

Auteur inconnu

Image hébérgée par hiboox.com

 

 

Image hébérgée par hiboox.com   Conception, création, réalisation Les Ateliers de la Lyre ecrivainparisien

 

Read Full Post »

Petites fleurs

Image hébérgée par hiboox.com

La dépêche de J Cl Lataupe

Billet n° 724

Image hébérgée par hiboox.com

Merci Sylvie

Je ne ferai pas de long discours à son sujet. Elle le mériterait pourtant sans aucun doute.

Je connais son travail, celui qu’elle nous fait partager régulièrement sur ses deux espaces dont un qu’elle a été dans l’obligation de refaire suite à l’imbécillité de certaines personnes…

Je pense personnellement que cette renaissance n’a rien à envier à son ancien espace.

J’apprécie chez elle une certaine approche de véritables valeurs qui ont tendance aujourd’hui à s’estomper.

Je partage, comme un certain nombre de personnes, ces valeurs  repères, « refuges » diront certains.

Refuge, pourquoi pas !

Le mot a le mérite d’assurer, de rassurer même.

Le mot, le verbe, la phrase, ces choses capitales si belles a manier, à faire naître, vivre et se développer.

Ces phrases subtiles, délicates parfois, tendre souvent que l’on se doit de faire s’épanouir pour créer l’extase chez le lecteur subjugué et conquis.

J’arrête sinon je me sais capable de partir, décoller, m’envoler, m’enflammer, m’extasier en de longues tirades, sans doute fort intéressantes, mais qui nous éloigneraient forcément quelque peu du sujet du jour (Je reste incorrigible !)

Je sais que vous m’aurez compris.

Je vais t’encenser Sylvie mais pas avec de l’eau bénite, avec les mots de mon âme parce que tu le vaux bien (Et toc !)

ecrivainparisien

 

http://Brin-de-malice.spaces.live.com/

 

Obligation

Image hébérgée par hiboox.com 

Elle possède le culte du respect des valeurs en ses racines ancré

Elle l’entretient ne manquant jamais l’occasion de le démontrer

Elle parle presque avec dévotion des anciens nous ayant quittés

Elle est reconnaissante aux hommes qui pour nous sont tombés.

 Image hébérgée par hiboox.com

Elle conserve en mémoire les actes de ces héros en Normandie

Elle connaît le poids du sacrifice qu’ils ont librement consenti

Elle sait que nous sommes là grâce à eux tous qui sont tombés

Elle n’oublie jamais d’avoir pour ceux là de sincères pensées.

 Image hébérgée par hiboox.com

Elle pratique le respect du devoir de mémoire effectivement

Elle a enseigné cette valeur patrimoniale à ses deux enfants

Elle rempli la mission que lui ont inculqué tous ses parents

Elle n’a jamais dévié de l’axe tracé pour son comportement.

 Image hébérgée par hiboox.com

Elle reste sensible, pour d’innombrables raisons, à ces valeurs

Elle est en paix avec sa conscience, beau constat qui demeure

Je sais que Sylvie va rougir pour ce poème mérité amplement

Je tenais à lui rendre hommage pour ce digne comportement.

 Image hébérgée par hiboox.com

ecrivainparisien

24 novembre 2006

 

Image hébérgée par hiboox.com  Conception, création, réalisation Les Ateliers de la Lyre ecrivainparisien

 

Read Full Post »

Older Posts »