Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2006

Bienvenue

 
Elle vient juste d’arriver parmi nous et se nomme Luna
Je me suis concentré sur son esprit et j’ai composé cela
Nul ne peut savoir à l’avance quelle sera en fait sa vie
L’âme du poète que je suis l’a vue dans ses rêves ainsi
J’adresse mes salutations à Méluzine du bois des loups
Je salue aussi ses chipies en jupon au sourire si doux…
 
 
 Et toc ! (match nul 5/0 balle au centre -boutade de Dijon-)

 

 

 

 

La sirène vendéenne

 

 

Bienvenue dans ce monde Luna

Ton nom est doux comme la soie

Tu seras la princesse de la lagune

Tu chanteras le soir sur les dunes.

 

 

Tu protègeras le marin parti en mer

Tu veilleras sur les filles et les mères

Ton buste ornera l’avant des bâtiments

Tu porteras chance pour fort longtemps.

 

 

Ton esprit bienveillant protègera la région

Tu seras bénéfique à l’heure des moissons

Les cales seront remplies de beau poisson

Tu seras la mascotte pour toute la région !

 

 

Tu béniras les navires des chantiers navals

Tu serviras aussi d’emblème pour la Royale

La côte de Jade te reconnaitra comme Reine

Tu seras pour la région la divine souveraine.

 

 

 

 

 ecrivainparisien

23 mars 2006

Publicités

Read Full Post »

 
 

Le sceau du destin

 

 

 

Après bien des aventures il est arrivé à Alger

Il a retrouvé l’Italienne de ses rêves insensés

Ils ont prévu d’unir leur destinée cette année

Il n’y a pas une seconde à perdre pour gérer.

 

 

Ils ont laissé de côté tous les vilains préjugés

Ils ont besoin de se sentir libre pour avancer

Ils ont un gros retard de tendresse à rattraper

Ils ont été séparés et n’ont pas pu en profiter.

 

 

Ils vont boucler leurs valises pour Santander

C’est en effet là bas que le mariage va se faire

Elle a voulu faire plaisir ainsi à tous les siens

Il est d’accord avec elle trouvant cela très bien.

 

 

La famille toute entière voudrait leur bonheur

Le perfide destin ne leur offrira que le malheur

Je ne compterai pas la suite elle est incroyable

Elle est morte à cause d’un destin impitoyable.

 

Read Full Post »

Printemps des poètes

 
 J’ai composé ce qui suit il y a deux ans à pareille époque.
 

 

 

Magnificence poétique

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tutti de l’orchestre prennent possession du silence qui habitait la grande salle de cinéma

Ils montent lentement en puissance et collent aux images en leur offrant un surplus d’émoi

Ils amplifient le côté dramatique de la scène qui se déroule devant les yeux des spectateurs

 L’intensité est palpable et communique des frissons à l’assistance par le poids de sa teneur.

 

 

 

Les images se succèdent en fondus et racontent la vie d’un homme sur l’écran de télévision

Elles sont lissées et fluidifiées par l’apport d’un ensemble de cordes et un joli trait de violon

Ces deux situations, totalement différentes, ont en commun un point de convergence effectif

C’est la plus value que leur offre la musique qui les rend inoubliables dans l’esprit collectif.

 

 

Tout le monde aura compris que j’évoque l’impact de la musique sur le poids d’une image

Les publicitaires ont fait connaître des chefs d’œuvre en les faisant sortir de leur étroite cage

Grâce à eux le public connaît Chostakovitch et sa valse devenue célébrissime aujourd’hui

Gérard Corbiau a fait renaître pour nous, avec un film unique, la divine voix de Farinelli.

 

 

 

Zefirelli et Beineix, entre autres, ont donné à la musique le rôle principal, celui de la Diva

En ce dimanche qui clôture le Printemps des Poètes je me devais de composer pour celle là

Ma spirituelle muse m’assiste avec bonheur tout comme le fait l’âme de ma douce Esméralda

Leur cœur est ma Mélodie en sous sol avec les accents d’un tango pour une belle Pasionaria.

 

 

 

 

Read Full Post »

 
 

 

 

 

 

 

 

Leçon de choses

 

 

 

 

 

 

 

L’étrange voix de la mezzo émerge de la nuit

Elle prend possession de mon petit lieu de vie

Elle me transporte bientôt vers d’autres univers

Ce miracle providentiel tombe à la fin de l’hiver.

 

 

 

Le printemps arrive donc discrètement ces jours ci

Pour l’instant le ciel maussade nous offre la pluie

Le soleil ne parvient pas bien à faire son apparition

Il reste très absent comme il l’était à la morte saison.

 

 

 

Quelque part au loin dans les steppes de l’Asie centrale

La faune s’éveille doucement tout comme la vie rurale

Les ruisselets chantonnent entre les pierres moussues

Les oisillons gazouillent dans leurs petits nids cossus.

 

 

 

Toute la nature fait la fête à ce joli printemps bienvenu

Les meutes de carnivores vont s’organiser en battues

Leur instinct guide et commande les actions de leur vie

La loi d’équilibre de notre écosystème est établie ainsi.

 

 

 

Read Full Post »

Histoire de légendes

 
 

 

Le défi

 

 

 

 

 

 

 

J’ai retrouvé Merlin qui officiait, cette nuit, tout près de son lac sacré

J’étais caché derrière un grand menhir, je l’observais d’un œil intéressé

Il récitait d’étranges incantations en levant ses bras en direction du ciel

De la pointe de sa lance dressée a surgi un éblouissant éclair surnaturel

 

 

 

J’étais comme irradié en apercevant un ange en armure de chevalier

Un halo de lumière éclairait son visage qui me souriait, décontracté

Il me fit signe d’approcher d’un geste de la main, je me suis avancé

Il m’a récité des mots bien étranges que je n’ai pas compris d’emblée.

 

 

 

En une fraction de seconde un éclair éblouissant a embrasé le ciel

L’ange s’est évanoui, comme aspiré par une force exceptionnelle

Je suis resté tétanisé un court instant et Merlin est venu me parler

Il m’a décodé et traduit le langage hermétique de l’ange chevalier.

 

 

 

En une poignée de secondes j’ai miraculeusement vraiment compris

J’avais été désigné et investi d’une mission par les anges du paradis

Je me devais de faire chaque jour le bien autour de moi pour réussir

J’ai accepté le défi et, dans un grand éclair, j’ai vu Merlin s’évanouir.

 

 

 

 

 

 

Read Full Post »

 
 
 
 
 

La vérité est au bout du couloir

 

 

Elles m’ont laissé dans le noir

Il y aura trois ans un triste soir

Le monde virtuel guide ma vie

Depuis qu’elles sont au paradis.

 

Pourquoi sont elles donc parties

En me laissant seul et démuni ?

Je ne parviens pas à m’expliquer

Pourquoi la mort les a emportées.

 

La malédiction est toujours présente

Je la ressens souvent ici qui me hante

Son ombre plane au dessus de ma tête

Quand vais-je aboutir dans ma quête ?

 

Les heures me semblent interminables

Le temps est figé demeurant immuable

Mes rares amis ont fui il y a longtemps

Cela accentue davantage mes tourments.

 

Je me sens véritablement seul au monde

La course folle va cesser sa petite ronde

Je vais sans aucun doute bientôt savoir

La vérité est paraît-il au bout du couloir.

 

Cette nuit là le mystère aura enfin cessé

Certains découvriront mon œuvre cachée

Ils viendront pleurer devant ma dépouille

Il sera bien tard pour eux d’avoir la trouille !

 

 

 

 

ecrivainparisien

22 mars 2006

Read Full Post »

 
 "Eh, il parait que c’est le printemps ?"
 
 

 

  

Couleur de ciel

 

 

 

  

Il paraît que le printemps vient d’arriver

Tiens c’est étrange je n’ai rien remarqué !

Le ciel est triste et gris comme la misère

Qui frappe ceux qui connaissent la galère.

 

 

 

Le chef d’orchestre joue la même partition

Malgré la mobilisation et les manifestations

Il persiste à ne pas vouloir changer d’opinion

Pas la moindre lueur ne se profile à l’horizon !

 

 

 

Son « chef d’œuvre » est un ersatz de statut social

Il représente ce qu’est la « Star Ac » pour l’art vocal

Imaginez une seconde la nouvelle star chanter Tosca

Vos pauvres tympans vrillés vont hurler à l’assassinat !

 

 

 

Le malheur des uns fait le bonheur des autres cela est connu

Tous ceux qui influent sur le temps sont ravis à première vue

Le dévouement de Monsieur est apprécié à sa juste valeur

Réjouissez vous, l’été sera très chaud d’après les rumeurs !

 

 

 

 

ecrivainparisien

21 mars de l’an de grâce 2006…

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »