Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2006

Le rêve

 L’homme doit vivre pour quelque chose de mieux. (de La Rochefoucaud)
 
 
 
 
 
 
 

Rêve harmonieux

 

 

 

  

Cette nuit, ivre de fatigue, je me suis soudain endormi devant mon ordinateur

Je vivais un sublime rêve qui m’offrait exquise liesse et merveilleux bonheur

Mes muses m’avaient investi d’une noble mission : faire du bien sur notre terre

J’avais les pleins pouvoirs pour tenter d’éradiquer la gangrène qu’est la misère.

 

 

 

Vaste et noble tâche qui m’a pris une belle partie de mes journées et de mes nuits

Je me suis vite activé pour rencontrer les plus déshérités, les gens les plus démunis

Il y avait fort à faire pour écouter les uns et réconforter les autres qui souffraient

Des volontaires motivés adhéraient à cette noble idée et spontanément l’adoptaient.

 

 

 

Nous formions un bataillon dont les rangs grossissaient à vue d’œil chaque jour

Des femmes et des hommes se découvraient soudainement un cœur de velours

Solidarité et générosité étaient les mots qui nous unissaient tous pour le meilleur

Nos cœurs accomplissaient des miracles, nous étions heureux d’offrir du bonheur.

 

 

 

Notre motivation faisait plaisir à voir et séduisait des inconnus dans la population

Belzébuth faisait grise mine, son fond de commerce perdait son insolente position!

Le grand homme ne cachait pas sa douce joie de voir le monde revenu à plus de raison

Je me suis réveillé heureux en jurant de continuer à bouillonner du feu de la passion.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Read Full Post »

Chronique du temps qui passe

 
 Je vous parle aujourd’hui d’un temps que les enfants ne pourront jamais connaître.
 

Clin d’oeil à quelques amis qui se seront reconnus 

 

 

 

 

La voix de la liberté

 

 

 

 Chers amis auditeurs vous me reconnaissez ?

Vous me voyez bien là ? Je n’ai pas changé !

Je suis toujours le même depuis des années

Mis à part mon costume qui est un peu lustré.

 

 

 Eh oui les temps sont durs pour les pionniers !

Ceux qui, à la sueur de leur front, ont su créer

Les choses étaient compliquées en ce temps là

Il fallait tout faire souvent avec ses deux bras.

 

 

 Nous allions déjà à la pèche aux auditeurs

Pour percer il fallait se lever de bonne heure

Les gens découvraient la joie des ondes libérées

Certains faisaient déjà n’importe quoi à la télé !

 

 

 La situation a même sensiblement empiré depuis

Certains ont la grosse tête et une situation établie

Il y a ceux qui distribuent les euros à tour de bras

Pendant que d’autres ridiculisent leurs candidats.

 

 

 J’observe ce remue ménage d’un œil amusé

Je suis au fond d’une cour de mon quartier

Vous ne pourrez pas vous tromper au studio

Vous demandez Cossard de Radio Corbeau.

 
 
 
 
 
 
 ecrivainparisien
26 février 2006

Read Full Post »

 
 

Histoire véridique

 

 

 

 

 

Hier encore tu étais heureuse près de moi

 

Aujourd’hui je reste seul, le cœur en émoi

 

La vie semblait vouloir vraiment sourire

 

Le perfide destin s’est joué de nos désirs

 

Un soir d’été, sur un fauteuil il te cloua

 

Comme si le passé ne lui suffisait pas

 

Il lui en fallait bien davantage encore

 

Nouvelle vie il te fallu penser très fort

 

Alors courageusement tu te relevas

 

Nous y avons cru tous deux pourtant

 

Trop vite il t’emporta hors du temps.

 

Epouvantable est cette vérité assurément !

 

 

 

 

Read Full Post »

Naissance d’une légende

 
 
 
 
Deconam luxus pas cherum (parole de sage)
 
 
 
 
 
 

Ballade pour un petit intrépide

 

 

 

 

 

Elle aimait le piano de Frédéric Chopin

Suite à des drames il n’était que chagrin

Il noyait ses pleurs pour les faire taire

Il vivait dans son triste monde solitaire.

 

 

 

Elle adorait Chopin, il aimait la chopine

Elle vivait mal, ils subsistaient de rapines

Il errait à la recherche de quelque chimère

Elle était repartie très fâchée chez sa mère.

 

 

 

Elle croisa en chemin le petit chaperon rouge

Il était énervé et tirait sur tout ce qui bouge

Elle lui demanda pourquoi il était si agacé

Le chat de la mère Michel l’avait giflé!

 

 

 

Ce macho l’avait invectivé lors d’un défilé

Sur un char de la gay pride il l’avait chahuté

Il avait osé le chambrer le traitant de donzelle

L’offensé lui colla un marron en pleine cervelle.

 

 

 

Il resta groggy par le coup et l’effet de surprise

Il lui fit mordre la poussière par une bonne prise

La réputation du vilain macho en prit un sale coup

Le chaperon rouge ne craint plus du tout les matous.

 

 

 

 

 

 

ecrivainparisien

25 février 2006

en pleine forme 

Read Full Post »

Gendarme Raphaël CLIN

 
Dans mon bulletin du 23 février intitulé "racisme ancestral et gratuit" j’ai parlé du gendarme Raphaêl CLIN.
J’ai transmis à mon ami Fred, commandant une brigade de gendarmerie, l’oeuvre que j’ai composée en mémoire du gendarme CLIN.
Je viens de recevoir, en réponse à mon courriel, un message émanant du collègue de Raphaël Clin et de la veuve de ce dernier.
Je l’appose à la suite de ce billet sans en avoir changé la moindre ligne.
Il est de mon devoir d’homme de faire en sorte que ce message soit diffusé le plus largement possible.
Vous qui lirez ces lignes n’hésitez pas à parler de ce drame autour de vous.
Je vous remercie pour sa veuve, sa fille et tous ses collègues qui exercent un métier sans doute plus difficile qu’ailleurs compte tenu du contexte.
 
N’hésitez pas à soutenir le collègue de Raphaël ainsi que la veuve et la petite fille de ce malheureux gendarme mort dans des circonstances incroyables au 21 ème siècle.
L’adresse mail de ce gendarme se trouve dans le corps de son message.
 
Je vous remercie pour eux tous.
 
 
 
 
BT
 
 
 
 
 
 
 

Subject: racisme

 

>       Et après on dira que le racisme des noirs envers les blancs n’existe pas…

>        @ + Thierry et famille

>       Saint Martin

>       Bonjour.

>       Un incident s’est produit ce week-end au sein de mon unité. Vous serait-il

>       Possible de renvoyer ce présent message à toutes les personnes que vous

>       Connaissez afin, selon les souhaits de la veuve, de montrer à tout le monde ce

>       Qui se passe à ST MARTIN. Merci beaucoup, notamment pour elle.

>       Gauthier.

>       ————————————————————————

>       1er message d’un ami :

>       "" Bonjour.

>       Il est des images de petits paradis tropicaux qui ne résistent pas à la réalité

>       Locale.

>       L’ île de ST MARTIN ( GUADELOUPE ) vient d’être touchée par un drame. Dimanche

>       Matin ( 12 février ), alors qu’une patrouille de Gendarmerie ( 2 personnes

>       Seulement ) vient tenter de faire cesser une course sauvage de véhicules ( run

>       ), Raphaël CLIN, gendarme, est violemment percuté par un motard roulant à très

>       Vive allure. Alors qu’il agonise sur la route et que son collègue demande de

>       L’aide à la quarantaine de " spectateurs " présents, personne n’intervient.

>       Pire, les insultent fusent…, certains crient victoire, un gendarme à terre !

>       La tension est telle que le second gendarme se saisit de l’arme de service de

>       Raphaël, afin que personne ne puisse l’utiliser à son encontre.

>       A l’arrivée de l’ambulance, le personnel soignant qui prend en charge Raphaël

>       Est choqué par les propos qui se tiennent autour de la scène du drame : ils

>       Sont d’une violence inouïe. Des applaudissements se font même entendre. Une

>       Fois à l’hôpital, Stéphanie, l’épouse de Raphaël, doit supporter, de plus de

>       L’immense douleur qui la frappe, les insultes et les cris de victoire des amis

>       Du motard ( hospitalisé mais beaucoup moins sérieusement touché ) qui

>       Continuent. En plus d’entendre : " qu’il crève…..sale flic……fucking

>       Gendarme….., elle finira par entendre : " on a tué un Blanc….".

>       Raphaël, polytraumatisé, succombe à ses blessures. Raphaël était mon ami.

>       Ce dramatique accident et la brutalité des scènes qui l’ont accompagné ne sont

>       Malheureusement que l’illustration extrême du climat local. Une partie de la

>       Population saint-martinoise entretient à l’égard de la population

>       métropolitaine en général et des forces de l’ordre en particulier ( symbole

>       même de la métropole ) une haine farouche. Cette haine porte un nom, c’est le

>       Racisme.

>       J’affirme que certains élus locaux portent une responsabilité dans cette état de

>       Fait. Le Maire de ST MARTIN ne s’est pas exprimé, alors même que la tension

>       Montait dès après le drame ( insultes subies par les familles de la Gendarmerie

>       De Marigot par dessus les grilles qui entourent leurs appartements, discussions

>       Virulentes dans les écoles entre les enfants issus de la métropole et les

>       Saint-martinois de souche .). Hier, mercredi, alors que la plupart des

>       représentants locaux assistaient à la cérémonie militaire d’inhumation, il est

>       Symptomatique de constater que le Maire n’était même pas présent.

>       Pour la mémoire de Raphaël et pour soutenir le combat qui débute pour Stéphanie,

>       Son épouse, je vous serai reconnaissant de relayer ces informations qui révèlent

>       l’état d’esprit et la mentalité qui règnent dans certaines îles des DOM-TOM. Si

>       Vous souhaitez plus d’information afin de mener votre propre investigations, je

>       Reste à votre disposition.

>       D’ avance, je vous remercie ".

>       Message écrit par : philippebouvier@domaccess.com

>       ———————————————-

>       2ème message écrit par Stéphanie, l’épouse du défunt :

>       " Bonjour. Je suis le femme du gendarme qui a été tué.

>       Mon mari a été tué par un chauffard qui se livrait à un " run " ( course de moto

>       à Bellevue ). Pendant que mon mari agonisait, il y avait plus de 40 personnes

>       Autour de lui à l’injurier, à lui dire : crève.

>       Le collègue qui était avec lui leur demandait d’aller chercher du secours. Pas

>       Un n’a bougé. Quand je suis arrivé à l’hôpital, il y avait plein de monde, des

>       Gens de la famille de ce chauffard. Ils injuriaient les gendarmes et quand on

>       Nous a dit que mon mari était mort, ils avaient tous le sourire et on criait

>       Victoire d’avoir tué un gendarme et de surcroit blanc.

>       Vous rendez-vous compte de la mentalité des gens d’ici ( une minorité mais une

>       Grosse minorité ). Et ces derniers jours, on a le droit à des insultes même

>       Envers nos enfants, une amie guadeloupéenne a eu le droit à : on veut qu’il y

>       Ait un gendarme par jour qui meurt….

>       Comment voulez-vous que l’île ne coule, ces gens font tout pour détruire votre

>       Belle île. LES VRAIS SAINT MARTINOIS, BATTEZ VOUS POUR VOTRE ILE    SINON BIENTOT

>       IL SERA PERDU.

>       Mon mari était un modèle d’intégration, un des rares gendarmes blanc à parler le

>       créole. Même à Sandy Ground ( quartier populaire à Marigot ), les jeunes lui

>       Disaient : t’es bien le blanc ". C’était le mari le plus attentionné, le plus

>       Merveilleux et le papa le plus chouette au monde ( et oui, il avait une belle

>       Petite fille de 4 ans )  et croyez-moi, je ne le dis pas parce qu’il est mort,

>       Je lui disais tous les jours.

>       VOILA DANS QUELLE SOUFFRANCE EST PARTI. BRAVO LE RACISME QUI LUI NE SAVAIT MEME

>       PAS CE QUE CE MOT VOULAIT DIRE. IL ETAIT JUSTE ET BON AVEC TOUT LE MONDE.

>       LA FEMME MEURTRIE DU GENDARME CLIN RAPHAEL, LE PLUS BEL HOMME DU MONDE ".

 

 

 

BT

 

 

 

 

 

 

 

NNNN

 

Read Full Post »

Le commissaire avait dressé l’inve

 

Tiens bonjour monsieur du corbeau !

Vous êtes le témoin du duel de mots ?

Que nenni l’ami je viens ici pour prendre des cours !

Je dois croiser le fer avec un capitaine au long cours.

 

Je ne voudrais pas qu’il y ai du corbeau au menu

Je préfèrerai plutôt manger un poulet bien dodu !

Mais faites donc un peu de silence

J’aperçois Méluzine qui s’avance.

 

Tout le monde est fin prêt ?

Le duel va pouvoir débuter….

Je puis affirmer qu’à la fin de l’envoi…

Le coup passa si près que le chapeau tomba.

 

 

 

Duel

 

 

 

 

Ha ! Elles sont là ces poupées d’opérette ?

Elles veulent faire la guerre les pipelettes ?

Elles feraient mieux de ranger leur vitrine !

Sympa si elles aidaient un peu Méluzine !

 

 

 

Et puis la guerre c’est pas un truc de filles !

Vous feriez mieux d’aller jouer aux quilles !

Allez donc plutôt ranger le coffre à jouets

Si je me fâche vous allez encore pleurer !

 

 

 

Mes petites chéries vous n’êtes pas de taille

Je ne suis nourri qu’avec la moutarde Maille

Il n’y a rien d’autre que Maile qui m’aille !

Rime malaisée à placer dans cette bataille !

 

 

 

Vous voyez bien qu’il ne sert à rien de lutter

Méluzine vous l’a pourtant très bien expliqué

Retournez donc dans votre si douillet placard

Si vous m’agacez je vous colle dans le tiroir !

 

 

 

Nous allons régler le différend entre quat’yeux

Tirez la première je ne serai pas irrévérencieux

Je vais manger vos chocolats, ceux de la prime

Le cacao est excellent pour vaincre la déprime.

 

 

 

Voilà comment on perd un petit duel épistolaire

J’avoue franchement que je n’en suis pas peu fier

Je suis bon Prince je vous accorde votre revanche

Sur le pré une épée en main, l’autre sur la hanche !

 

 

Read Full Post »

Nuit du surnaturel

 

 Fait divers librement inspiré d’un film qui a beaucoup fait parler de lui à une certaine époque (Je ne me souviens plus très bien si c’était une histoire de plage ou bien de sports d’hiver à moins que celà ne se passe vingt ans après. Non je vous vois venir ! Je vous arrête tout de suite ! Ce n’est pas d’Alexandre Dumas !)

 

 

 

 

Rêve rocambolesque

 

 

24 décembre, j’ai mis mes souliers au pied du sapin !

Il va passer au cours de cette douce nuit c’est certain !

Midi, je m’éveille tranquillement, il est venu c’est sur !

Cela n’est pas possible ! Ce père Noël est une ordure !

 

 

Ce fieffé coquin a oublié de garnir mes petits souliers !

Je suis certain qu’il aura revendu tous mes beaux jouets

Et avec cet argent honteusement volé il a du aller boire

On va le trouver qui cuve au pied d’un arbre d’ici ce soir.

 

 

Tati Danielle, alertée par mes cris, m’a dit l’avoir croisé

Il errait lamentablement dans une rue près du supermarché

Elle me fit un coup d’œil complice et prit en main son lasso

« Allez viens mon gamin on va attraper ce vilain bigorneau »

 

 

Nous voilà partis à la recherche de ce vilain voleur de jouets

La police, en ronde dans le quartier, nous dit l’avoir capturé

Il transportait, dans sa hotte, un bric à brac invraisemblable

Il avait du écumer le quartier cela paraissait vraisemblable !

 

 

Le commissaire avait dressé l’inventaire et un procès verbal

« On va te mettre au trou !»  lui disait-il sur un ton guttural

Après enquête il s’avéra que ce père Noël était usurpateur

Il avait été pris la main dans une  hotte pour son malheur.

 

 

Une poupée endormie, deux toupies et trois petits lapins

Constituaient la partie la plus visible de son coupable larcin

Venaient s’y ajouter trois bilboquets et des ballons de rugby

Sans oublier des jeux de cartes et deux bouteilles de Chianti.

 

 

Le commissaire le mit à l’ombre pour la journée entière

Il endossa la tenue rouge et s’en alla rapporter les affaires

Tati Danielle me réveilla avec un beau sourire aux lèvres

« Tu as fait un mauvais rêve ! Tu n’aurais pas la fièvre ? »

 

 

Je me frottais les yeux et regardais le sapin tout illuminé

Dans mes petits souliers je vis plusieurs paquets emballés

Je courus vite faire l’inventaire de mes nouveaux trésors

Les jouets du cleptomane étaient là dans leur papier en or.

 

 

 

 

 ecrivainparisien

25 février 2006

5 h (Paris s’éveille)

Bonjour Monsieur Lanzmann !

Read Full Post »

Older Posts »